AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782354081478
312 pages
Mnémos (20/11/2012)
3.74/5   43 notes
Résumé :
Dans le royaume de France ravagé par la guerre contre les légions catharis d’Occitania, Cristo, un soldat prisonnier, échappe à ses geôliers enchaîné à trois compagnons d’infortune. Les quatre fuyards que tout oppose doivent s'entraider pour survivre, contraints de se cacher puis d'emprunter les chemins de traverse. Commence alors pour eux une haletante course-poursuite à travers un pays ennemi dominé par des démons et vivant sous le joug d’une Église catharis fanat... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
3,74

sur 43 notes
5
6 avis
4
5 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
2 avis

lianne
  29 septembre 2021
Fluide et page-turner, cette lecture a été une bonne découverte.
On est sur une fantasy inspiré par l'histoire des cathares. le royaume de France est en guerre contre les légion Cathares. Celles ci, aidées par leurs démons effroyables, progressent rapidement dans le pays dans une avancée improbable.
Cristo est un prisonnier de guerre des Cathares. Obligé de travailler sans fin pour aider ses adversaires lors de leur avancée, il fini par trouver une faille et à s'échapper avec 3 autres prisonniers. Attachées ensemble avec des fers magiques incassable, les quatre personnes, que tout sépare, vont devoir travailler ensemble pour s'en sortir.
On les cherche vers la France, du coup ils décident de prendre le chemin inverse : s'enfoncer en pays Cathare. Ils espèrent arriver à rejoindre les armées du prince de France qui est actuellement en train de préparer l'assaut de la capitale Cathare …
Commence une course poursuite en pays ennemi, utilisant tout les subterfuges possible …
Ce voyage va leur permettre de vraiment découvrir ce que sont vraiment les Cathares. Entre religieux extrémistes et adeptes de la voie ancienne pacifistes, entre horreurs et acceptation, ce pays est très marqué et fascinant.
On est sur un vrai pays turner. L'ensemble se lit vite et bien, sans temps mort ou longueurs.
Le style est vraiment efficace et ça donne un texte vraiment prenant.
J'ai trouvé les personnages vraiment attachants. Leurs interactions fait vraiment beaucoup de l'intérêt de l'ensemble. On a plaisir à les suivre.
Pour les lecteurs qui ont découvert l'auteur grâce à son dernier succès, Calame, mais qui n'ont pas encore essayé d'autres titres, vous ne serez pas dépaysés.
On est vraiment exactement sur le même type de récit, avec les même problématiques, les même horreurs, la même dualité homme/femme et les luttes associées … On a aussi le même genre de magie (je le dis ici parce que ça n'est pas un spoil comme dans Calame).
Je l'ai trouvé un poil en dessous de Calame dans l'ensemble, mais ça reste vraiment très satisfaisant de découvrir ce genre de bonnes lectures.
En fait, ayant lu le second tome de Calame très récemment, j'avais l'impression d'en lire un préquel.
J'avoue que j'étais un peu moins fan du final de ce livre. J'avais un peu l'impression de partir sur un autre livre qui n'avait rien à voir d'un coup. Disons que le changement est brutal et ne m'a pas vraiment embarqué. Ou du moins moins que le reste du livre.
Peut être que la comparaison avec Calame qui avait un final totalement dans son thème a joué sur mon avis, vu que je ne m'attendais pas du tout à un final de ce genre et que du coup ça m'a un peu déçu.
Néanmoins je pense que c'était tout de même une bonne lecture. Je ne suis pas du tout déçue de l'avoir sorti et je le recommande !
En plus c'est un one-shot, et il existe en poche.
Lien : https://delivreenlivres.home..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
mauriceandre
  03 juillet 2018
Salut les Babelionautes
Voila mon deuxième Paul Beorn et même si je l'ai trouvé moins bon que le Septième Guerrier-Mage j'ai bien aimé quand même.
Nous sommes dans un univers proche de notre moyen-age mais ou la magie a causé de grands bouleversements.
Nous Suivons quatre personnages, trois homme et une femme reliés par des chaines, qui réussissent a s'échapper du siège de la ville imaginaire de maramante ou ils étaient considérés comme des esclaves.
En lisant le titre j'ai tout de suite pensé au persécutions que les Cathares, qui s'appelaient eux mêmes "les parfaits" ont subis.
Mais ce récit n'en est pas une énième Histoire car Paul Beorn a dés le début bifurqué vers autre chose.
Dans cette Guerre entre les Francs et les Cathares la magie est bien présente, sous diverses formes animales, ainsi Haveron a la magie de l'Ours, Luquet celle du Chat tandis que Mousse est une chimère.
Mais pour Cristo il faudra attendre d'atteindre le tiers du roman pour connaitre sa magie.
Nous suivons leur cheminement a travers une partie de l'Occitanie avec toutes les péripéties que leur pose le fait d'être enchaînés.
Cristo les mets souvent en danger suite a sa ligne de conduite ou la morale et l'honneur tiennent une grande place.
Au début je trouvais Cristo un peu juste mentalement mais au fil des pages je ne m'en suis plus soucié.
quand a Mousse elle n'est pas ce qu'elle veut faire croire a ses compagnons d'infortune.
C'est bien écrit et les révélations arrivent toujours a point nommés ce qui relance l'engouement pour connaitre le fin mot de l'histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          111
MonsieurLoup
  25 août 2016
J'ai énormément aimé la première moitié, cette France et son Histoire revisitée, les dieux-compagnons et la petite magie des animaux, ces quatre personnages réunis bien malgré eux et leur relation bien esquissé et les répliques bien senties, cette tonalité parfois assez sombre contrebalancée par quelques très beaux moments, servi par une jolie plume et un très bon rythme.
Mais pour la seconde moitié, à partir de la fuite de la [i]casa de joventut[/i], le charme a nettement moins opéré. J'ai trouvé certains passages beaucoup trop précipités, la fuite en avant avait tendance à s'essouffler, trop de malefica tue les malefica servant d'ailleurs trop souvent de [i]deus ex machina[/i] à mon goût, j'ai eu l'impression que la caractérisation des personnages étaient moins travaillée ou en tout cas sans subtilité (Cristo qui devient un Aragorn en puissance, Mousse agaçante, et leur relation-amourette), et l'ambiance sombre et réaliste a disparu pour quelque chose de plus basique / déjà vu light-magie.
Une bonne lecture tout de même au final, mais ça reste une petite déception car j'ai cru pendant toute la première moitié que ce serait un immense coup de coeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
SChaptal
  07 septembre 2021
Comme son titre l'indique, Les derniers parfaits va revisiter la lutte entre le catharisme et la chrétienté dans un univers aux limites temporelles et géographiques floues. La croisade contre les Albigeois a eu lieu, l'Espagne (ou plutôt ici Hispania) est devenue une ile et Tarbes un port, l'Empire romain s'est effondré dans un cataclysme étrange… Nous y suivons Christo (mi franc, mi occitan) et trois autres prisonniers de guerre des catharis dans leur évasion et leur fuite pour prévenir le roi des Francs du danger. Au fur et à mesure, ils vont découvrir que la dictature cathari n'est pas si homogène que cela et que les Bonnes Dames et les Bons Hommes luttent encore pour revenir aux sources de leur religion dévoyée, et que le royaume Francs n'est pas non plus si parfait. Et bien qu'ils soient tous adepte d'une forme de magie ou d'une autre, ils vont en apprendre un peu plus sur ses origines et ses répercussions dans le monde qui les entoure.
Moi qui trouve un côté répétitif aux romans de fantasy classiques, car ils sont souvent des romans de quêtes et d'apprentissage sur soi, je suis servie avec Les derniers parfaits ! le plan de Paul Beorn y est fidèle : constitution du groupe, départ à l'aventure, multiples péripéties, séparation des compagnons, découverte d'un guide sage (Dame Félix), retrouvailles, apothéose et combats finaux. Sauf que… l'auteur les détourne habilement et arrive à surprendre. Déjà en choisissant un cadre peu commun, et en mêlant magie aux grandes religions de l'Antiquité et médiévales de l'Europe occidentale. D'autre part, car la quête est avant tout une fuite et que tous les compagnons n'ont pas le même but : l'un veut faire tomber la dictature, l'autre trouver une mythique cité perdue, un autre encore cherche sa femme et le dernier veut protéger sa dulcinée… Enfin, il évite le côte binaire de certains romans de fantasy (y compris chez Tolkien) : tous les catharis ne sont pas d'horribles monstres, tous les compagnons (y compris les protagonistes Christo et Mousse) ne sont pas tout bons et parfaits. Et leurs erreurs ou coups de sang se payent cher. Enfin, l'écriture de Paul Beorn est particulièrement fluide. Elle rend les presque 500 pages du roman très rapides à lire. Seul bémol en numérique, les appels à la note sont assez pénibles pour fonctionner. Heureusement qu'ils étaient là principalement pour traduire les nombreuses phrases en occitan et que je n'en ai guère eu besoin. Si vous ne parlez pas occitan (mais un peu d'espagnol ou d'italien) et que vous rencontrez le même souci technique, lisez à voix haute les phrases en prononçant « o » les « a » de fin de phrase, vous devriez deviner le sens des paroles.
Lien : https://www.outrelivres.fr/l..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Emyline
  22 décembre 2012
Je dois dire que c'est une excellente découverte, voire même plus, car c'est un coup de foudre que j'ai eu.
Je précise d'abord qu'il ne faut pas prendre peur en voyant l'écriture minuscule. On pourrait ce dire que la lecture va être longue, mais en fait le récit est de suite passionnant et au final, la taille des caractères a très peu d'importance.
En fait, Les Derniers parfaits est exactement le genre de roman que j'adore lire. Envoutant, entrainant, sombre, sans espoir au premier abord… on ne sait jamais à quoi s'attendre. Pleins de rebondissements nous assaillent et le suspense est à son comble, à l'instar de l'action.
C'est un récit dense, dans lequel divers peuples et religions se mêlent. Il faut être attentif pour bien comprendre, même si au fond ce n'est pas si compliqué que ça. Egalement, l'idée de construire cette histoire sur la base géographique de la France m'a bien plu.
La magie est très présente, et j'ai beaucoup aimé la façon dont elle est présentée. Brièvement, certaines personnes naissent avec de la magie en eux, nommée « petite magie de quelque chose (un animal ou autre, par exemple la survie) ». Ainsi, ils obtiennent les caractéristiques liées à leur petite magie. Bien évidemment, certains sont plus forts que d'autres, et les différentes magies sont très variées.
Et puis, il y a les démons de l'enfer, les angels, qui, alliés aux catharis, ont déclenchés la guerre. Et il est clair qu'ils sont vraiment mauvais, sans coeur et sans âme.
Les personnages sont quant à eux très variés, aux personnalités diverses, parfois même totalement opposées. de ce fait, on s'attache plus à certains qu'à d'autre, mais j'ai apprécié le fait que chacun à sa façon avait son importance.
Cristo et Mousse se détachent bien évidemment du lot, de par leur mystère mais aussi de par l'importance qu'ils prennent peu à peu dans l'histoire.
Les personnages secondaires sont nombreux, mais de tous je dirais que j'ai bien aimé Luquet. Craintif, assez effacé le plus souvent et très peu courageux, il sait pourtant faire face et faire preuve de force et de courage quand il le faut. Et puis, il faut avouer que j'aime bien l'animal dont il a la petite magie.
Ce récit est assez sombre, peuplé de nombreuses morts, de douleur, de violence et de sang. Ne vous attendez donc pas à un joli roman de fantasy où tout se fini bien. Après tout, c'est la guerre dans le royaume d'Occitania. Mais ce qui est bien, c'est que cet aspect noir et mauvais est vraiment bien écrit je trouve. Et puis, il y a tout de même de la place pour quelques balbutiements de romance, ce qui est une bonne chose.
La plume de l'auteur est fluide et pas avare en descriptions et informations, sans toutefois plomber le récit. de ce fait, on entre rapidement dans l'univers créé et on arrive aisément à se faire une idée des décors et des personnages.
Enfin, concernant la fin… on ne s'attend pas à ça, surtout concernant ce qui arrive à l'un des personnages. Mais je ne peux pas en dire plus sans vous spoiler.
Bref, un roman particulier, bien écrit, qui m'a vraiment emporté et que je ne regrette absolument pas d'avoir lu.
Lien : http://encre-reve.blogspot.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (3)
Syfantasy   16 mars 2022
On ne peut s’empêcher de comparer ce roman aux œuvres ultérieures de l’auteur. En ce sens, il est évident que ce n’est pas sa création la plus aboutie. Les Derniers Parfaits constitue néanmoins un excellent divertissement et une excellente réécriture de l'Histoire. Ce roman est à mettre dans toutes les mains de ceux qui brûlent pour la fantasy historique.
Lire la critique sur le site : Syfantasy
SciFiUniverse   20 février 2013
Ce sentiment mitigé accompagne un regret pour ceux qui commencent à connaître la plume de l'auteur. Car question personnages, dialogues et rebondissements, tout s'imbrique de la meilleure des façons. Le tout se lit de manière fluide.
Lire la critique sur le site : SciFiUniverse
Elbakin.net   21 janvier 2013
L’histoire, même si moins générique que ce que la quatrième de couverture le laisse supposer, n’est tout de même pas inoubliable mais suffisamment agréable pour faire de ce roman une œuvre tout à fait recommandable à qui aime les aventures de type fantasy épique menées tambour battant.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
collectifpolar
collectifpolar  
Un goût métallique lui emplissait la bouche depuis ce coup de gantelet porté par un gardien, qui lui avait brisé une dent. Toute la journée, ils avaient creusé des tranchées et monté des palissades autour de la citadelle sous une grêle de caillasses jetée par les bricoles des assiégés. Cristo avait eu pour consigne d’allumer des feux de branches mortes autour de ses camarades pour brouiller la vue des archers ennemis. L’odeur de la fumée imprégnait encore sa peau.
Puis on les avait enchaînés aux poignets par lignes de vingt hommes. Depuis, ils comblaient les douves devant la courtine sud en vue d’un assaut le lendemain.
Commenter  J’apprécie          20
collectifpolar
collectifpolar  
Pataugeant dans la fange, les prisonniers se relevèrent et rajustèrent les sangles du harnais qui leur sciaient les épaules. Le traîneau s’ébranla derrière eux, renversant une partie de son chargement de terre et de rocs. Ils marchaient l’échine ployée, portant sur le dos quelques planches clouées, censées les protéger des flèches. Une pluie violente crépitait sur le bois, s’infiltrait par les interstices et formait des rigoles qui coulaient sur leurs mains et dans leurs cheveux.
Encore combien de pas jusqu’aux douves
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolar
collectifpolar  
— Avancez ! Avancez ! hurla le mercenaire en remontant la file des prisonniers.
Le sifflement du fouet fit sursauter Cristo avant même qu’il n’en sente la morsure sur ses épaules.
La boue maculait ses cheveux courts d’un noir d’encre. Son caraco de soie déchiré, souvenir des circonstances de sa capture, lui collait à la peau et lui rentrait dans la chair – avec un jupon de femme, c’était les seuls vêtements qu’il portait.
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolar
collectifpolar  
Un bloc de pierre jeté par une catapulte de la citadelle s’éleva dans les airs et retomba presque à la verticale. Plaqué à terre par la violence du choc, le second homme de la chaîne regarda tout ce qui restait de son camarade de devant : un bracelet de fer noir, une main aux ongles crasseux et un moignon de bras déchiqueté à hauteur du coude.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Paul Beorn (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paul Beorn
KÉO ET L'ÉPÉE MAGIQUE, la première série fantasy des 7/8 ans et + ! Retrouvez les deux premières aventures, L'ARMÉE DES ORCS et LE DÉVOREUR DE MAGIE, en librairie dès maintenant. Deux romans écrits par Paul Beorn et illustrés par Alexandre Cochez.
autres livres classés : catharesVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus





Quiz Voir plus

14-14, centenaire de la Première Guerre mondiale: l'histoire d'une correspondance entre deux personnages de 1914 et 2014

Comment s'appelle la petite amie de Hadrien ?

Lucienne
Simeone

10 questions
200 lecteurs ont répondu
Thème : 14 - 14 de Paul BeornCréer un quiz sur ce livre