AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2373440180
Éditeur : Lemieux Editeur (20/05/2015)

Note moyenne : 4/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Un texte inédit du chanteur François Béranger (1937-2003), sous la forme d'un conte politique pour les grands. Sous l'ironie et les jeux de mots de ce récit illustré, le compagnon de route du dessinateur Gébé campe la vision d'un monde pollué par les crassiers et la haine. Tant qu'il y aura des Zhommes...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Marti94
  13 juillet 2015
François Béranger n'est plus là pour nous raconter de belles histoires avec ses textes de chansons engagées et sa guitare. Il a bercé mon adolescence rebelle et aujourd'hui ses enfants nous transmettent une fable inédite qu'il a écrite pour ses petits-enfants, Léa et Alexis.
François Béranger était un militant de la vie, il aimait la campagne et avait conscience que la planète a besoin d'être respectée pour une vie meilleure. Il nous raconte donc comment la société sclérosé de « l'afterre » privilégie les « nentils » en leur permettant de vivre dans les « bonkeurs » et d'éviter la mort. Car la planète est tellement polluée que la vie à l'extérieure n'est plus possible.
Le narrateur, un « luki » qui vit dans un bonkeur avec son chien Kool, son chat Relax et son perroquet Zules, raconte pourquoi et comment les « zhommes » en sont arrivés là.
Dans le « bifor », à la campagne, les déchets chimiques ont créé des espaces, les « grotas », qui ont généré des hybrides, les « rats-zailés » croisement entre mwouettes, rats et zenfants. Ces drôles de zozios avaient le pouvoir de digérer tous les déchets toxiques et permettaient le maintien d'une atmosphère viable.
Seulement les « miliztaires » s'ennuyaient et ils se sont mis à penser qu'ils pourraient détruire ces êtres marginaux. Les « rats-zailés » sont partis et la planète fut asphyxiée.
Ce conte triste et militant de l'écologie raisonnable est surtout une fable antimilitariste et quand on connait Béranger, ce n'est pas surprenant.
Le vocabulaire utilisé est une façon de se moquer des anglicismes et donne le ton comique à l'histoire. J'ai donc apprécié le style original de Béranger ; beaucoup moins les dessins de Blancafort qui ne sont vraiment pas beaux (mais peut-être cela va-t-il avec l'histoire ?).
Lu en juillet 2015
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Marti94Marti94   09 juillet 2015
Les dayliz et les journazes sont faits pour ça : pour que le monde apprenne les nouvelles en un temps record et, en un temps tout aussi record, apprenne à avoir peur de ce qu’il apprend. La peur fait travailler l’imagination des gens, les empêche de bouger, et les fait consommer plus de plateaux-zimages devant les zimages et les persos.

Commenter  J’apprécie          20
Marti94Marti94   01 juillet 2015
Faite gaffe, c'est grave, la planète est en colère, occupez-vous d'elle, aimez-la et respectez-la, elle doit nourrir, chauffer, donner de l'eau à tous, jaunes, blancs, noirs, rouges vivant sur la Terre qui pourrait être si jolie...
Commenter  J’apprécie          20
Marti94Marti94   09 juillet 2015
Il y avait déjà plusieurs dizaine d’années que seules certaines familles, répondant à des critères de sélections rigoureux, avaient le droit de faire des zenfants. Ceux qui naissaient sans sélection étaient classés linkants et devenaient Zines dans les zilusines de micromolécules où l’on avait besoin de leurs petites mains.
Commenter  J’apprécie          10
Marti94Marti94   04 juillet 2015
C’était par tirage au sort que les bonkeurs étaient alloués. Seuls, les Lukis avaient leur chance. Les Lukis étaient les heureux de l’Afterre, les Nentils. Les autres, les Pas-Lukis, les damnés de l’Afterre, avaient tiré une carte truquée.
Commenter  J’apprécie          10
Marti94Marti94   09 juillet 2015
Rien n’est plus dangereux qu’un miliztaire vexé qui ne sert à rien et s’ennuie car alors il se met à penser. Et quand on n’en a pas l’habitude, ça peut vite mal tourner.
Commenter  J’apprécie          00
Video de François Béranger (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François Béranger
Rachel
autres livres classés : fablesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de François Béranger (1) Voir plus

Lecteurs (1) Voir plus




Quiz Voir plus

L'écologiste mystère

Quel mot concerne à la fois le métro, le papier, les arbres et les galères ?

voile
branche
rame
bois

11 questions
69 lecteurs ont répondu
Thèmes : écologie , developpement durable , Consommation durable , protection de la nature , protection animale , protection de l'environnement , pédagogie , mers et océansCréer un quiz sur ce livre