AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782253077589
168 pages
Le Livre de Poche (25/08/2021)
3.34/5   76 notes
Résumé :
Alma se réveille à quatre heures du matin. Dans un hôpital psychiatrique. Deux jours plus tôt, elle fêtait ses trente ans. Écrivain prometteur, Alma est une jeune Parisienne ambitieuse qui vit avec Paul depuis plusieurs années ; tout lui sourit. Et, d'un coup, tout bascule. Son angoisse va l'emporter dans une errance aussi violente qu'incontrôlable et la soumettre à d'imprévisibles pulsions destructrices. Que s'est-il passé pendant ces quarante-huit heures ?
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (38) Voir plus Ajouter une critique
3,34

sur 76 notes

Pancrace
  14 janvier 2022
Je lis Alma s'écouter parler et puis vomir son mal-être.
Au commencement, je n'entends que les échos de cette petite cavité au centre du corps, au centre du monde : son nombril d'où émane le caquetage boboïsant désabusé des poulaillers parisiens revenus de tout et surtout de pas grand-chose.
Replié sur son « elle » : Pourquoi je n'aime plus Paul ? Il ne me regarde pas, j'aime les mains d'un autre…Tout me semble tellement factice, tellement stéréotypé. On boit pour se griser et on baise pour s'enivrer. Oublier pourquoi lui et pas moi. Réussite ou émoi. Tout ça d'énergie pour si peu de magie.
30 ans pile et des piles de questions : What's about my life ?
Puis, tout s'envenime, Alma dérape, ouvre la trappe, la petite fenêtre qui sert d'évent se brise et c'est la crise sans précèdent. A claquer des dents.
« Est-ce moi-même que j'ai cessé d'aimer ? »
A bras ouverts, le sang coule. Verlaine et le Caravage valident l'apocalypse et donnent du crédit au dérapage. A pousser l'ambition dans le rouge on paye l'addition des addictions.
Comme elle broie du très noir, l'ami de toujours déboule pour réconforter, celui avec lequel on n'a pas baisé, ou si mal. Consolation, masturbation manuelle et intellectuelle, c'est un peu éculé et tant de fois réitérée. Consternation.
Après les bévues cosmiques ce sera « Bellevue » l'hôpital psychiatrique et ses lots d'hallucinés. Passage obligé. Journée d'anniversaire où tout a basculé même la jeunesse, même la beauté. Désolation.
« Je me suis coupé le bras pour produire du réel. » Tout est tellement artificiel !
J'ai lu et entendu les délires d'Alma et pas chaviré. Je m'écoute surement beaucoup moins et je ne m'entends pas très bien. Faut-il rester sourd à ses démons ?
Pardon Mme Berest mais avec ce bouquin il me semble difficile de franchir le périphérique. Ceci dit je connais tellement de gens pour qui, juste derrière, c'est beau et abscons à la fois.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          456
celdadou
  01 février 2016
Le récit de ce roman pour moi représente tout à fait une bouffée delirante , ou une entrée dans une pathologie psychiatrique qui s'apparente à la psychose Manico dépressive ..... Avec Almac l'héroïne en pleine crise hypomaniaque qui ne dort pas qui est dans un délire tres productif puisque Thomas B n'est que l'objet de son délire et l'alimente .
Évidemment l'élément declencheur est son âge , ses trente ans ... On peut imaginer qu'elle était fragile avant à tendance dépressive et le jour de ses trente en elle décompensé sur le plan psychologique.
Les chapitres alternent les fruits du délire sa construction , ses crises de paniques et d'angoisse .
Elle n'évoque que des hommes Paul son mari procureur qu'elle dépeint comme quelqu'un d'assez distant ...
Il y a Egalement un rapport aux sexe , des termes employés qui sont assez crus ... Elle est desinhibée.
On a la description parfaite du dédoublement de personalité avec des descriptions d'elle vu de l'extérieur ...
Son esprit est complètement envahi , elle a une fuite des idées , c'est comme si sa pensée ne pouvait pas ralentir .
Elle est incontrôlable, il y a une abolition totale du discernement , son esprit est en pleine exaltation.
Elle est écrivain et Thomas B écrivain et éditeur ..
Toute l'histoire tourne autour d'une rencontre avec ce dernier pour une publication d'un livre.
Elle s'invente des jours avec lui des relations intimes qui sont très convainquantes ...
Les signes d'angoisses sont omniprésents et la paranoïa avec l'interprétation de certaines choses laisse à évoquer que cette femme est dans une souffrance extrême .
Les chapitre ou sont évoqués les urgences psy , sont assez classiques ... Cependant avec la médication et le cadre du lieu elle se rend compte du mal a ordonner sa pensée .
Elle fait souvent référence a la beauté , la dévalorisation de l'estime de soi à 30 ans .
On peux se demander ... Mais qu'à vecu cette personne pour perdre la raison et etre dans un tel état d'hypomanie .....???
Sa pensée est envahie et elle déambule dans les rues , elle est auto mutilée ... Signe d'une souffrance psychologique extrême.... L'automutilation calme l'anxiété car la douleur prend le dessus.
Ce livre qui se lit rapidement n'écessite à mon avis un peu de connaissance sur la psychiatrie et le mécanisme du délire , la souffrance mentale , les crises de paniques , l'exaltation ... Car il y a un panel d'éléments cliniques assez intéressant . Sinon il y aura des détails qui seront occultés. Ce qui serait dommage , quant on est soignant en prêchait rie on peut etre rencontré a ce genre de personnalités .... Et qui apres une mise sous traitement redeviennent normaux.... Merci babelio ,Merci les éditions Stocks !!!!
Peux être n'est ce simplement une dépression reactionnelle a son âge 30 ans qui l'angoisse tellement qu'elle n'a plus les facultés a se recentrer sur elle même .
Roman très intéressant et tres bien écrit avec une bonne connaissance de la pathologie mentale décrite
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
SeriallectriceSV
  15 mars 2021
Il y a ce moment où rien ne va plus. Plus rien n'a de sens. Plus rien ni personne ne compte. On s'est perdu soi-même de vue et il ne reste plus que « la force d'être absente ».
Seule l'idée ancrée et indétrônable que le lâcher prise, dans ce qu'il a de plus puissant, de plus destructeur, est la solution.
Tout foutre en l'air.
S'enivrer pour s'alléger. S'oublier. Se dissoudre.
Le déclencheur ? Un mal-être sous-jacent, une crise d'angoisse démentielle, incontrôlable. « [Un] rideau noir, déchiré par endroits... »
Claire Berest nous rend témoin d'une descente aux enfers, de deux nuits où tout bascule pour Alma, à l'aube de ses trente ans ; deux nuits pendant lesquelles la folie s'invite.
Elle le fait admirablement bien. Elle l'écrit merveilleusement bien. le sujet est lourd. Il ne plaira pas à tous. Ne parlera pas à tous.
« On peut couper le souffle, couper court, un brouillard au couteau, les ponts, la chique, le sifflet, les cheveux en quatre, à travers champs, l'herbe sous le pied. Mais on ne coupe pas le coeur, on le brise. »
Je voulais lire "Rien n'est noir" de Claire Berest. Mais avant cette première rencontre avec l'auteure, pleine de promesse et débordante de couleurs, j'ai voulu lire autre chose de l'auteure. Je suis tombée sur des pages sombres parlant de dépression, sur des pages lumineuses évoquant le milieu littéraire, sur une écriture fougueuse et franchement captivante. J'ai aimé le tout.
« La traditionnelle lucidité des dépressifs, souvent décrite comme un désinvestissement radical à l'égard des préoccupations humaines, se manifeste en tout premier lieu par un manque d'intérêt pour les questions effectivement peu intéressantes. Ainsi peut-on, à la rigueur, imaginer un dépressif amoureux, tandis qu'un dépressif patriote paraît franchement inconcevable. » Les particules élémentaires, Michel Houellebecq (exergue)
Lien : https://seriallectrice.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
Stelphique
  26 septembre 2021
Ce que j'ai ressenti:
L'élévation est toujours plus difficile que la chute. Elle est pénible, demande des efforts, prend du temps. Tandis que la chute est rapide, facile, éclair, mais aussi séduisante. Affriolante, séductrice, fatale.
Bellevue, C'est l'histoire d'une chute. La chute d'une femme en 48h. J'ai été spectatrice impuissante pendant 160 pages, c'était à la fois dérangeant et frustrant, mais aussi d'une certaine manière, instructif, puisque cela dénonce un problème de société sous-jacent.
Bellevue, c'est une femme de trente ans qui d'auto-détruit, et qui ne cherche aucune aide. Qui ne souhaite ni la compassion, qui se soustrait à la condescendance, qui rejette la bienséance. Pour s'enfoncer dans une douleur sans nom.
Seulement parce que c'est le jour de son anniversaire. La fameuse trentaine.
La société est intransigeante avec les femmes, parce qu'elle prône un culte de la jeunesse, de la performance, du sexe, de la beauté. Des rôles presque impossible à endosser, des objectifs plus ou moins réalisables à atteindre. La charge mentale est monumentale. On peut facilement, y perdre la raison, tellement ses exigences sont impérieuses et contradictoires. Et c'est exactement ça dont il est question dans ce roman, cette multitude d'attentes folles et incompatibles avec le bonheur, qui pèse sur la gente féminine. Alma a une sorte de prise de conscience fulgurante, qui mêlée à une angoisse dévorante, va l'emmener à l'inévitable fracas.
J'ai été très touchée par cette lecture. Parce que c'est une autrice qui parle de la douleur des femmes. C'est un espace ouvert sur la souffrance de leurs corps, de leurs coeurs, de leurs esprits. Je suis femme, une femme dans la trentaine justement, et de ce fait, en voir une, lâcher prise, ça me fait mal. On est toutes concernées, du coup, on se prend la violence de cette chute en pleine tête. Bellevue, c'est un hurlement.
Reste à savoir, qui aura l'oreille attentive…
🌸« Qu'est-ce qu'être une femme de trente ans aujourd'hui? »🌸
Lien : https://fairystelphique.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
blandine5674
  10 février 2020
Quelle écriture fascinante ! J'en ai fait sa connaissance avec Rien n'est noir. Que 3 étoiles à cause du sujet qui est la dépression et le 'pétage de plomb'. C'est ce qui arrive à Alma le jour de ses 30 ans. Milieu littéraire agréable. Destruction de soi-même, moins.
Commenter  J’apprécie          320

Citations et extraits (35) Voir plus Ajouter une citation
celdadouceldadou   01 février 2016
Il m'est incroyablement difficile d'ordonner mes pensées ,mais je me questionne,entre deux moments où je plane littéralement, sur mes comparses de l'âge de trente ans, ce symposium des femmes assumant l'insolvable equation d'être jeune et vieille en même temps
Commenter  J’apprécie          170
SeriallectriceSVSeriallectriceSV   15 mars 2021
Prologue
Se faire sauter, pour une femme, concrétise l'idée du sexe d'une manière curieusement passive. Se faire sauter, pour une femme, induit une prise en charge du plaisir de l'autre, cette incontournable envie chez l'homme de jouir. Encore et encore. Un train dans un tunnel qui se dirige sans alternative possible vers la sortie. Un besoin de se soulager, de jeter quelque chose hors de soi. Sont-elles si douloureuses ces réserves de sperme entassées pour qu'accompagne systématiquement leur expulsion et leur perte un cri superstitieux de ravissement . Je sens précisément que je n’assiste pas qu'à une satisfaction, mais bien plus que j'assiste à un soulagement. Les femmes, assistantes de ces chutes répétitives, aides-soignantes rodées, sans vergogne.
L'orgasme de la femme vient plus tard, ce n'est pas de suite une affaire d’État. Non, l'affaire c'est qu'il bande, et qu'il éjacule enfin, à un moment donné. Et cela tranquillise. Je suis de ce genre de femmes que tranquillise la petite mort de l'autre. La petite mort de l'homme, qu'il soit de passage ou qu'il soit envisageable de l'aimer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
celdadouceldadou   29 janvier 2016
Je suis scindée.Je sais où je suis,maintenant je m'en souviens,mais je ne fais pas l'effort de l'assimiler,d'en tirer une idée,voire un sentiment,il est trop tôt pour cela,j'ai envie de fumer,un cri se fait entendre dans la chambre d'à coté, je ne suis pas surprise,un cri d'homme me dirai mais je n'en suis pas sûre ,je suis traversee par un souvenir,j'ai vu ThomasB.
Commenter  J’apprécie          80
celdadouceldadou   29 janvier 2016
Je vais me lever de de lit et je vais aller fumer une cigarette banale . Je sais que je suis dans un hôpital psychiatrique,mais j'ai le droit de fumer quand même ,je ne suis pas folle .
Commenter  J’apprécie          150
celdadouceldadou   31 janvier 2016
Croyez- moi,Madame,le froide tranquillité ,le sommeil de l'âme ,image de la mort,ne mènent point au bonheur; les passions actives peuvent seules y conduire; et malgré les tourments que vous me faites éprouver, je crois pouvoir assumer sans crainte,que,dans ce moment,je suis plus heureuse que vous.
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Claire Berest (43) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Claire Berest
Extrait du livre audio "Artifices" de Claire Berest lu par Thierry Blanc. Parution CD et numérique le 8 décembre 2021.
https://www.audiolib.fr/livre/artifices-9791035407520/
autres livres classés : folieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
366 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre

.. ..