AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Lettres à Yves (9)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  

Ajouter une critique
Malaura
  13 février 2012
« J'ai perdu le témoin de ma vie, je crains désormais de vivre plus négligemment ».
C'est par cette phrase en exergue de Pline le Jeune que s'ouvre cette correspondance posthume d'un homme à un autre, dernière manifestation d'amour par delà la mort qu'entreprend celui qui a partagé durant 50 ans, les hauts et les bas, la gloire et les défaites, du grand couturier Yves Saint-Laurent.
Au lendemain de la mort d'YSL, le 1er Juin 2008, son compagnon de toujours, Pierre Bergé, ami et confident, amant et protecteur, figure tutélaire et soutien moral, a le désir de s'adresser une dernière fois à l'homme avec qui il a entretenu une relation intense et exclusive pendant 1/2 siècle. « C'est à toi que je m'adresse, à toi qui ne m'entends pas, qui ne me réponds pas.»
Les lettres de Pierre Bergé à YSL courent du 5 Juin 2008 au 14 Août 2009 et prennent fin sur l'émouvante allocution prononcée lors de la messe commémorative du premier anniversaire de la mort du grand couturier français.
Une façon pour Pierre Bergé de dire adieu à l'amour d'une vie, de revenir sur certains souvenirs, bons ou moins bons, de ressusciter les années fastes comme les années sombres, de parler des joies, des douleurs, des tourments que tous deux ont traversés au fil du temps.

Comme une étoffe de soie ondoyant dans le vent, la mémoire, fugitive, mouvante, sinueuse, ondule et s'anime au gré des anecdotes et des souvenirs : la première rencontre à Paris, en 1958 ; les honneurs et les combats du créateur, les lieux, de Paris à Marrakech et de la rue Babylone au jardin de Majorelle, les musiques aimées, l'opéra adoré, la maison de couture, l'homosexualité…
Et puis les amis, intimes, proches ou connaissances, et cette tristesse qui étreint le coeur de constater que beaucoup, à l'aube de la vieillesse, s'en sont déjà allés, morts de maladies, de cancers, d'accidents…
Puis encore la passion des oeuvres d'art et la vaste collection entretenue par les deux hommes durant 50 ans et dont Pierre Bergé a décidé de se séparer comme on abandonne les objets qui vous font trop souffrir lorsqu'ils vous rappellent avec trop d'insistance l'être aimé : des tableaux, des meubles, des bibelots, de Brancusi, de Picasso, de Matisse…plus de 700 pièces exposées pour une vente aux enchères au Grand Palais en Février 2008.

Au détour de cette correspondance, Pierre Bergé s'adresse aussi bien à Yves Saint-Laurent qu'à lui-même.
Ecrire, c'est aussi une façon de se trouver soi-même, de faire le bilan d'une vie entre joies et douleurs, entre éclats de rire et éclats de colère, une vie faite de nuances et de contrastes.
L'épistolier ne fait pas l'impasse sur les aspects négatifs de la personnalité d'YSL. On reproche souvent certaines choses à l'être aimé, ne pas être suffisamment présent, d'être trop égoïste, ne pas nous comprendre…
Comme beaucoup d'artistes, Yves Saint-Laurent était difficile à vivre. Un créateur talentueux à l'âme torturée. Grand nerveux, solitaire, caractériel, la drogue et l'alcool avaient longtemps alimenté son esprit créatif mais considérablement dégradé son rapport aux autres.
Une autre image d'Yves Saint-Laurent se dessine alors, loin des flashs et des podiums, celle d'un homme déprimé, tourmenté, se drapant dans le malheur avec autant d'obstination qu'il en mettait à parer les femmes des plus belles étoffes.
S'il lui réitère son amour, Pierre Bergé confesse aussi avec franchise de la difficulté de vivre au quotidien avec un génie créatif tel que lui.
Parler de ce qu'était Yves c'est aussi bien sûr parler de tout ce que le grand couturier a apporté au monde de la mode et aux femmes, qu'il adorait. "Si Chanel a donné la liberté aux femmes, tu leur as donné le pouvoir."
L'intransigeance, la recherche de l'excellence, la quête perpétuelle du Beau qui caractérisaient l'artiste dont Chanel avait fait son successeur, lui ont permis de remporter d'éclatantes victoires, de fonder avec son compagnon une maison de couture devenue célèbre et d'accéder aux plus hautes distinctions dans le domaine de la mode.

Comme un coffret caché au fond d'une armoire familiale et qui, dans l'odeur des vieux papiers et des photos jaunies, recèle les souvenirs de toute une vie, les « Lettres à Yves » offrent au lecteur ce moment mélancolique et doux des choses révolues.
Un sentiment de pénétration et de partage que la construction épistolière restitue d'autant plus en nous plongeant dans l'intimité de deux hommes épris d'Art et de Beauté et que le temps n'a pas réussi à désunir malgré les heurts, les coups durs, les désillusions et les tentations.
Grand amateur de littérature, écrivain, ami de Giono et de Cocteau, l'ancien président de l'Opéra de Paris Pierre Bergé sait manier la plume et parer ses lignes de sensibilité, d'émotion et de délicatesse.
Amour, mort, création, homosexualité, bonheurs et douleurs…au gré de sujets variés, d'anecdotes et de sentiments, l'auteur tisse les fils du temps pour réaliser une délicate broderie de ce que fut cette vie partagée avec le couturier.
Il y exprime avec sincérité et franchise, ce qu'il n'a pas toujours su ou pas voulu dire.
« Aujourd'hui, le spectacle est fini, les lumières se sont éteintes, la tente du cirque est démontée et je reste seul, avec mes souvenirs pour tout bagage. La nuit est tombée, au loin on entend de la musique, je n'ai pas la force d'y aller. »
Un ultime hommage et un bel adieu à celui que, tendrement, il surnommait Kikou…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          433
Winter-
  26 août 2019
Après avoir vu le film sur Yves Saint Laurent, il m'apparaissait juste de m'attaquer à la lecture de ces lettres qui est venue compléter fort agréablement le film que j'avais fortement apprécié. C'est comme si l'histoire d'amour se prolongeait, encore, lorsque la mort sépare ceux dont l'attachement a embrassé des décennies. Avec le recul et les années, les souvenirs des premiers mois de passion reprennent toutes leurs couleurs .Chacun peut y retrouver les élans amoureux et la beauté de sa jeunesse.Très agréable à lire, car on y présente l'amour, sur fond de culture et de délicatesse.
Belle écriture pour un livre émouvant qui donne une vision parfois inconnue de ce que fut vraiment ce génie de la mode, Pierre Bergé y tient le beau rôle bien sûr ...
Commenter  J’apprécie          101
jpryf
  12 novembre 2012
Je viens de lire ce petit livre, ces lettres écrites par Pierre Bergé à Yves saint Laurent après le décès de ce dernier.Je le conseille a tous. C'est un très beau livre d'amour et, au moment où tout et n'importe quoi s'écrit a propos du mariage homosexuel, ce livre permet de s'élever au dessus des basses polémiques.
Pierre Berger et Yves saint Laurent ont vécu cinquante ans ensemble jusqu'à la mort du couturier, une vie extraordinaire entre un artiste et un homme d'affaires qui est, lui aussi ,un artiste à sa manière: une vie à créer et a collectionner les oeuvres d'art les plus belles, à vivre entre Paris Marrakech et Tanger, une vie quelques fois difficile avec Yves Saint Laurent , fragile, abîmé dans l'alcool , la drogue puis la maladie .
Dans ces lettres Pierre Bergé se souvient et essaye de laisser la trace de son compagnon qui a connu la gloire ce "deuil éclatant du bonheur" comme le dit Madame de Staël et comme le rappelle ici Pierre Bergé dans une phrase qui, pour moi, fait écho a André Labarrére qui la citait souvent.
Dans une cérémonie ,un an , après sa mort fut lu ce poème du grand poète Walt Whitman:

"Si tu ne me trouves pas du premier coup,
Garde courage,
Si je t'échappe à un endroit
Cherche ailleurs.
Je suis arrêté quelque part
Et n'attends que toi."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Lune
  28 janvier 2015
L'amour plus fort que la mort.
L'amour éprouvé, vécu, malmené, transcendé.
Malmené par la vie et le mal de vivre.
Transcendé après le départ pour qu'il renaisse des cendres et continue à rythmer le souffle du survivant.
Le choix épistolaire de Pierre Bergé maintient la vie au-delà de ce qui fut.
Dans une langue tour à tour simple, poétique, rêveuse, il parle à l'autre, l'unique aimé vers lequel, malgré les nombreuses vicissitudes de l'existence, malgré l'alcool, la drogue, la dépression, malgré d'autres amours, il revient encore et toujours.
Il partage avec nous dans ces lettres empreintes de noblesse et d'émotion tout ce qu'il a partagé avec Yves Saint Laurent, créateur dont la sensibilité extrême et les doutes malmenaient.
Tout est amour : les lieux, les collections, les oeuvres d'art, la musique, la Beauté, l'Autre.
Amour et douleurs vont de pair.
La passion n'enlève rien à la lucidité de l'auteur qui, certes, nous livre avec pudeur les démons de leur couple mais nous transmet aussi l'unicité qui les rend si attachants.
L'amour plus fort que la mort...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
oran
  30 mai 2016
95 pages, 56 lettres, certaines très courtes, écrites entre le 5 juin 2008 et le 14 août 2009 – au lendemain du décès de son compagnon et pour la dernière, quelque temps après la messe célébrée commémorant le premier anniversaire de sa mort.

Pierre Bergé dévoile ici ses 50 ans d'amour pour Yves. Il raconte sans fioriture ce que fut sa vie avec cet être génial, tourmenté, malade, accro aux drogues. Un demi-siècle à veiller sur lui, à aimer « Kikou », malgré la douleur engendrée par les infidélités, sa maladie.
Un récit sans compromission, écrit avec générosité.
Une écriture intelligente, (nombreuses références littéraires, musicales, picturales qui témoignent de sa grande culture éclectique) des descriptions généreuses, somptueuses telles les couleurs flamboyantes du Maroc qui ont inspiré avec tant de force, de volupté, de générosité, les collections du grand couturier :

« A Marrakech comment ne pas penser à toi ? Ton souvenir s'accroche partout, ne veut pas quitter la ville qui eut tant d'importance sur ta vie et sur ton métier. C'est là, disais-tu, que tu as découvert la couleur, ton chromatisme. Tu étais ébloui par la tenue des femmes dans la rue, par les caftans verts qui laissaient apparaître des doublures safran, par les foulards bordés de franges de jais mais aussi par les jacarandas (Le Jacaranda est un genre d'arbres, les jacarandas, de la famille des Bignoniaceae, originaire du Paraguay, Uruguay, sud du Brésil et de l'Argentine. L'espèce la plus commune est le flamboyant bleu (Jacaranda mimosifolia). Il fleurit en début d'été puis en début d'automne en formant des fleurs bleues violacé. Sa taille peut atteindre 15 mètres). et les mélias (Melia est un genre d'arbres de la famille des Meliaceae.

« Tes idiosyncrasies t'ont empêché d'être heureux. (…) Tu avais construit un système où chacun exerçait un rôle, tu tenais celui du martyr (…) Pourtant derrière ce personnage que tu jouais, il y en avait un autre que j'ai connu et qui en aurait surpris plus d'un. Les proches des dernières années qui ont de toi l'image d'un râleur, d'un bougon qui se plaignait de tout, ceux-là, je veux qu'ils sachent que tu n'as pas été toujours ainsi. Tu l'es devenu après que l'alcool et la drogue t'ont terrassé, après les cures de désintoxication d'où tu n'es jamais revenu. (…)
Au fond, ces lettres n'avaient qu'un but : faire un bilan, celui de notre vie. Dire à ceux qui les liront qui tu étais, qui nous étions. Mettre à jour mes souvenirs, te dire combien, au bout du compte, j'ai été heureux avec toi, grâce à toi, montrer, et j'espère l'avoir fait, ton talent, ton goût, ton intelligence, ta gentillesse, ta tendresse, ta force, ton courage, ta naïveté, ta beauté, ton regard, ton intégrité, ton honnêteté, ton intransigeance, ton exigence. Ces « ailes de géant » qui t'ont empêché de marcher. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
frandj
  17 février 2015
Je savais vaguement que Pierre Bergé et Yves Saint-Laurent avaient constitué un couple homosexuel célèbre pendant une cinquantaine d'années, mais pas grand-chose de plus. Je ne suis pas connaisseur dans l'art de la mode. Et je n'ai pas d'intérêt particulier pour l'homosexualité. J'ai lu ce livre par l'effet d'une curiosité élémentaire.
Juste après la mort de Saint-Laurent, P. Bergé a écrit ces lettres pendant environ une année. Dans cette collection de textes élégiaques, il revient sur leur vie de couple, sur leurs goûts communs, sur les nombreuses relations qui ont marqué leur existence... L'auteur ne cherche absolument pas à faire un tableau complet et un historique exhaustif de leur vie commune. Il se contente de s'exprimer d'une manière souvent allusive, laissant un peu sur sa faim le lecteur vraiment intéressé. P. Bergé révèle surtout ce qu'a été la personnalité du grand couturier: compliqué, hypersensible, infidèle, timide et tenté par le repli sur soi… et la seconde partie de sa vie aura été une vraie catastrophe: addiction à l'alcool et à la drogue, puis boulimie pathologique ! Ainsi, le propos de P. Bergé m'apparait comme ambigu: certes, il insiste sur la profondeur de l'amour qui les a liés et sur le génie de l'artiste, mais il projette sur son ancien amant une lueur crépusculaire qui met mal à l'aise.
C'est un livre court et assez bizarre. Pour ma part, je ne me suis pas senti en empathie avec l'un ou l'autre des protagonistes. de toutes façons, j'ai été quelque peu surpris par la nature même de ces "lettres" à une personne décédée (!) mais qui, en fait sont destinées à être publiées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Isambour
  07 décembre 2017
J'ai été très déçue. Peut-être bien sûr que mon ressenti est faux, mais j'ai eu l'impression que dès le départ, Pierre Bergé écrivait pour être lu du public. Certaines choses ne sonnent pas juste. Comme le PS qui n'a pas lieu d'être puisque si on suit le raisonnement, Yves l'avait déjà "entendu".

Je n'ai ressenti aucune émotion, et pourtant, à la mort de quelqu'un d'aimé... J'ai lu de bien plus belles lettres.

Ce qui ressort à la lecture, c'est un personnage déplaisant, je parle de Pierre Bergé pas d'Yves Saint-Laurent qui, au contraire, est paré de la beauté romantique et tragique des artistes tourmentés.

Et puis, quand on enlève les blancs et les citations d'autres auteurs (s'il en cite facilement, en revanche, de lui, de ce bouquin, on n'en retiendra aucune), il ne reste rien. Ça fait cher la page, et pour aucun frisson.
Lien : http://le-jardin-litteraire-..
Commenter  J’apprécie          00
johnny2770
  14 février 2014
Ce livre est un hommage , pour ma part je n'ais pas trop aimer ce livre. Peut etre faut il admiré pierre Bergé ou Yves saint laurent pour apprécié pleinement ce livre.
Commenter  J’apprécie          00
yannlerazer
  16 mars 2013
Je ne connaissais pas l'existence de ces Lettres à Yves avant de lire un article du Magazine du Monde (01 février 2013), consacré à Philippe Villin, homosexuel, homme d'affaires et de sensibilité politique de droite: "il offre à ses proches les Lettres à Yves (Gallimard) qui l'ont bouleversé."

Par curiosité, j'ai donc ouvert cette porte que me désignait l'article, et me suis plongé dans les lettres que Pierre Bergé a écrites à Yves Saint-Laurent, à titre posthume, du 5 juin 2008 au 14 août 2009. A plusieurs reprises, durant la lecture, j'ai dit, à haute voix: "mais, qu'est-ce qu'il balance!". Car oui, J'ai eu l'impression que Pierre Bergé réglait ses comptes, que leur amour, qui avait duré très longtemps avec des passages à vide, avait dû être intense (c'est ce qui est écrit, mais ce n'est pas ce que j'y ai ressenti), mais vachard à la fois. Etait-ce là une revanche contre Saint Laurent, ses écarts amoureux, la drogue, le gâchis de ses dons ? On peut comprendre, et pourtant… Pierre Bergé s'y livre, à nu, et expose certains travers de son caractère à la critique publique, mais le fait de les assumer ne les rend pas admirables.

Malgré toutes les projections que j'ai faites à travers ce livre et ses protagonistes, je n'ai pas réussi à admettre que c'était un livre d'amour. La peine était-elle trop vive et trop fraîche pour son auteur? En 2013, comment écrirait-il la suite de ses lettres? Si je l'offrais à quelqu'un, comme Villin le fait, je m'en voudrais. Si mon amant survivant m'écrivait de telles lettres, je mourrais une deuxième fois.

Si je choisis de déterrer en 2015 cette critique seulement publiée sur Babélio en 2013, c'est que la sortie récente de Pierre Bergé contre le travail objectif des journalistes du Monde laisse pantois. le parallèle établi entre « les journalistes qui lancent en pâture certains noms » et les Lettres à Yves qui ne sont pas toujours dignes de la mémoire due à un être aimé disparu (de mortuis aut bonum, aut nihil dicendum est) est évident. « Toutes nos joies sont saupoudrées d'amertume » écrivait Marguerite Yourcenar. L'inverse est insoutenable.
Lien : http://tmblr.co/Z4Dxcn1dChK8l
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3581 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre