AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Janine Tanner (Traducteur)Serge Grünberg (Traducteur)Gérard Mordillat (Traducteur)
EAN : 9782020300988
260 pages
Seuil (02/09/1996)
4.3/5   10 notes
Résumé :
Les récits qui composent ce livre s'inspirent de l'existence des paysans de Haute-Savoie, de leurs paroles, de leur travail, de leurs rites. Ils nous parlent de la mort familière, de la part de mystère persistant au sein d'une communauté où rien ne demeure ignoré. ils témoignent surtout d'une universalité, d'une attention aux hommes et d'une puissance d'invention propres aux œuvres majeures. " La cocadrille ", petite femme disgracieuse rejetée par les siens, se déta... >Voir plus
Que lire après La cocadrilleVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Des chroniques merveilleuses sur les derniers paysans. Ces vies rudes, âpres, désespérantes parfois d'un village de Haute-Savoie, qui nous rassurent sur le confort de notre société de consommation. Mais elles nous montrent aussi que nous avons perdu beaucoup en usant notre quotidien pour des futilités, laissant de côté ce qui est essentiel à la vie: notre relation à la nature.
Commenter  J’apprécie          10
Me voilà replongée dans le monde rural de mon enfance..... toute les scènes du quotidien décrites de façon très réaliste mais très souvent ça se passait ainsi et personne ne trouvait à redire. La pénicilline du quotidien bien soulignée. Belle écriture et poésie. Une petite pepite
Commenter  J’apprécie          00




chronique d'une petite commune de Savoie
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Parfois la nuit, lorsque j'entends hurler le vent, je me souviens. Il y avait très peu d'argent au village. Pendant huit mois nous travaillions le terre afin de produire juste assez pour manger, nous habiller et nous chauffer toute l'année. Mais en hiver la nature était comme morte, et c'est alors que notre manque d'argent devenait critique. Non pas qu'il eût fallu de l'argent pour acheter ceci ou cela, mais parce que l'argent manquait pour accomplir le travail même. C'est pour cela, et pas tant à cause de la neige, du froid et de la brièveté des jours, que nous devions rester autour du poêle à bois et vivre dans une sorte de limbes.

Commenter  J’apprécie          40

Videos de John Berger (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Berger
John Berger and Susan Sontag speak about story telling and about the ethic of photography.
autres livres classés : romanVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (40) Voir plus



Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1773 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

{* *}