AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean Mohr (Illustrateur)Michel Lederer (Traducteur)
ISBN : 2879296544
Éditeur : Editions de l'Olivier (05/02/2009)

Note moyenne : 4.22/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Dans la communauté rurale où il exerce en Angleterre, John Sassall soigne les estropiés, les mourants et les solitaires. Il distribue les remèdes, récolte les confidences. Il est une mémoire vivante. Deux mois durant, Berger et Mohr l'ont suivi dans le moindre de ses déplacements. Passant de l'enquête à la réflexion, relatant quelques-unes de ses interventions avant d'explorer la nature de sa relation aux patients, un mélange complexe d'autorité, de fraternité et d'... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
mariecesttout
  04 avril 2014
Lu deux livres de John Berger successivement..
Le premier , au si joli titre: Et nos visages, mon coeur,fugaces comme des photos est une sorte d'autoportrait à travers des thèmes différents, des réflexions sur l'exil, l'art, l'amour ,le temps,l'histoire, la foi, l'écriture,en prose ou en vers ( les siens ou ceux d‘autres écrivains), mais c'est de toutes façons un texte très poétique:
"Nous sommes tous des raconteurs. Couchés sur le dos, nous levons les yeux vers le ciel étoilé. C'est là qu'ont commencé les histoires, sous l'égide de cette multitude d'astres, qui, la nuit, fauchent les certitudes, et, avec un peu de chance, vous les rendent le matin sous forme de foi...
....Ce qui nous sépare des personnages sur lesquels nous écrivons n'est pas notre savoir, qu'il soit objectif ou subjectif,mais leur expérience du temps au sein de l'histoire que nous racontons.Ce fossé nous octroie, à nous autres raconteurs,le pouvoir de connaître le tout. Mais, par la même occasion, ce fossé nous rend impuissants: une fois le récit engagé, nous ne pouvons plus contrôler nos personnages. Nous sommes contraints de les suivre à travers et en travers de ce temps qu'ils éprouvent, et que nous dominons.
Le temps et, par là,l'histoire leur appartiennent. Mais le sens de l'histoire, ce pourquoi elle vaut la peine d'être narrée, ce qui nous inspire, c'est nous, les raconteurs, qui en possédons les aboutissants, car nous nous situons du côté de l'intemporel.
C'est comme si ceux qui nous lisent ou nous écoutent voyaient tout à travers une loupe. Cette lentille- le secret de toute narration- nous l'ajustons, nous la mettons au point avec chaque nouvelle histoire.
Si je dis que nous autres raconteurs, sommes les Secrétaires de la Mort, c'est que, l'espace de nos vies fugitives, pour chacune de nos histoires, nous avons à polir ces lentilles entre le sable du temporel et la pierre de l'intemporel."
Ceci n'est qu'un tout petit extrait, c'est en tout cas un texte constamment intéressant, et toujours très fouillé, comme s'il s'appliquait à la compréhension du lecteur grâce à d'autres données, j'aime beaucoup cela.
Le deuxième, que j'avais choisi pour aborder cet auteur, c'est donc Un métier idéal., Histoire d'un médecin de campagne. Une sorte de reportage sur un médecin anglais, John Sassall, et sa vie quotidienne professionnelle .Avec de magnifiques photographies de Jean Mohr. C'est un livre qui date de 1967.

Là aussi, le portrait est très fouillé. Et bien sûr, plus que les descriptions des activités purement médicales de ce médecin de campagne qui fait pratiquement tout lui-même, ce sont les réflexions d'ordre sociologique et philosophique sur la médecine à travers ce personnage , qui interpellent.
J'ai lu les réactions d'autres lecteurs, je ne suis pas forcément d'accord avec eux.. Il vaut mieux d'ailleurs que je dise tout de suite que John Berger signale-rapidement- dans une postface, que ce médecin s'est suicidé:
"Je reconsidère avec une tendresse accrue ce qu'il a entrepris de faire et ce qu'il a offert aux autres aussi longtemps qu'il a pu le supporter."
Et ces lecteurs semblent penser que ce suicide était inévitable.. Je ne le crois pas , même si je crois effectivement que la pratique de la médecine ne peut que fragiliser , à être en permanence en contact avec sa propre finitude.
Mais il n'y a pas que cela, pour John Sassall . Il y a beaucoup plus dangereux..:
"Il est probablement plus que la majorité des médecins conscient de commettre des erreurs de diagnostic et de traitement. Non parce qu'il commet davantage d'erreurs, mais parce qu'il compte comme erreur ce que beaucoup de ses confrères- peut être à raison- qualifient de regrettables complications…
Néanmoins, le sentiment de ses insuffisances ne provient pas de cela- encore qu'il puisse parfois être provoqué par un sentiment d'échec exacerbé à propos d'un cas particulier. le sentiment de ses insuffisances ne touche pas uniquement à sa profession.
Ses patients méritent-ils la vie qu'ils ont ou bien en méritent-ils une meilleure? "
Alors là, évidemment…si on commence à se demander , de façon plus générale, si les malades "méritent" leur maladie , ou leurs difficultés de tous ordres, on est foutu.. Rien que le verbe "mériter" fait frissonner!
John Berger nous fait partager les conclusions lucides et réalistes que tire John Sassall d'années d'exercice:
"Abandonnant son ancien moi, Sassall jette un regard réaliste sur le monde dans lequel nous vivons et son indifférence ordinaire. Il est dans la nature de ce monde que les voeux pieux et les nobles protestations s'interposent rarement entre le coup et la douleur . Pour la majorité de ceux qui souffrent, il n'y a pas d'appel. Les villages vietnamiens brûlaient avec leurs habitants alors que les neuf dixièmes de la planète condamnaient le crime. Ceux qui moisissent en prison à la suite de sentences inhumaines que les juristes du monde entier déclarent injustes continuent quand même de moisir. Presque tous ceux qui crient à l'injustice crient jusqu'à ce que toutes les victimes qui en souffrent aient disparu. Lorsque le coup est dirigé contre un homme , rien ou presque ne vient l'amortir. Il existe une frontière stricte entre la morale et l'usage de la force. Une fois que l'on a été poussé de l'autre côté de la frontière, la survie dépend du hasard. Tous ceux qui n'ont jamais été ainsi poussés sont ,par définition, des hommes qui ont eu de la chance et qui contesteront la réalité de l'indifférence ordinaire du monde. Tous ceux qui ont été contraints de franchir la frontière- même s'ils survivent et parviennent à la repasser- reconnaissent différentes fonctions, différentes substances, dans la plupart des matériaux de base- dans le métal, le bois, la terre, la pierre, de même que dans l'esprit et le corps humain. Ne devenez pas trop subtil. le privilège lié à la subtilité, c'est de faire la distinction entre le chanceux et le malchanceux."
C'est tout à fait vrai, tout à fait malheureux, mais qu'y faire?
Ce sont là des réflexions d'un humaniste réaliste, est-ce que cela doit interférer dans la pratique d'un métier, qui relève tout bonnement de l'artisanat..
Et d'autre part, que dire de cette tentation d'omnipotence que j'ai ressentie chez ce personnage au demeurant admirable, bien sûr.. Peut être qu'un peu plus d'humilité aurait atténué les conséquences personnelles décrites par John Berger?
Bon, ce ne sont que quelques réflexions personnelles, peu importe,et j'ai encore une fois bien du mal à les exprimer , j'aimerais être plus claire, mais bien sûr, cette lecture ne pouvait pas me laisser indifférente.
En tout cas, si j'avais à décider des réformes des études médicales, ce livre serait , avec quelques autres, une lecture obligatoire tant il renferme de sujets sur lesquels il est préférable de réfléchir avant de se lancer dans la pratique de cette profession.
Une étude assez magistrale de la grandeur- et des dangers- d'un métier.



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
marygoodnight
  06 mars 2009
Il y a quarante ans, l'écrivain John Berger et son ami, le photographe Jean Mohr s'installèrent durant deux mois chez un médecin de campagne anglais, John Sassall. A chaque appel, de jour comme de nuit, les deux hommes suivirent le médecin dans sa tournée des familles. Ils croisèrent ainsi plusieurs jeunes femmes persuadées à l'idée (visiblement effrayante) d'être enceintes, une vieille dame asthmatique, ou un bûcheron coincé sous un arbre. Les éditions de l'Olivier ont eu la brillante idée de traduire et ressortir en France ce livre publié pour la première fois en 1967 aux éditions Penguin (il s'appelait à l'époque A fortunate man).

Lien : http://goodnightmary.blogspo..
Commenter  J’apprécie          60
jeromejeromejeje
  11 janvier 2018
Une belle évocation de la vie d'un médecin de campagne en Angleterre, son implication dans la vie locale. Avec quelques photos
Commenter  J’apprécie          00
Videos de John Berger (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Berger
John Berger and Susan Sontag speak about story telling and about the ethic of photography.
autres livres classés : vocationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Ecrivain et malade

Marcel Proust écrivit les derniers volumes de La Recherche dans une chambre obscurcie, tapissée de liège, au milieu des fumigations. Il souffrait

d'agoraphobie
de calculs dans le cosinus
d'asthme
de rhumatismes

10 questions
170 lecteurs ont répondu
Thèmes : maladie , écriture , santéCréer un quiz sur ce livre