AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791092444742
Éditeur : l'Atelier contemporain (19/10/2018)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Janos Lavin est un peintre hongrois, réfugié à Londres avant la seconde guerre mondiale à la suite de son engagement communiste. En 1956, une semaine après l’ouverture de sa première exposition, et alors même qu’un succès inespéré se profile, Lavin disparaît : pourquoi ? C’est au lecteur de le comprendre. Il n’aura, pour ce faire, que le journal du peintre.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
mcd30
  07 février 2019
La couverture et sa gravure (des pinceaux, des tubes de gouache, une plante verte) m'a attirée ainsi que le titre : Un peintre de notre temps. C'est un livre soigné avec une couverture cartonnée, un bel objet.
C'est le journal d'un peintre avec ses réflexions sur la peinture, la politique, l'identité, sa vie et les difficultés des artistes. Suite à sa disparition, l'auteur John Berger le trouve, le lit et nous fait par de ses réflexions sur cet ami dont finalement il ne savait pas grand-chose.
Ce livre est un prisme contenant la vision de l'artiste, la vision de l'auteur et aussi notre propre vision de tous ces fragments de vie, c'est très subjectif.
Janos Lavin, est un peintre qui a mis sa vie entre parenthèse, a changé d'identité, de pays, s'est marié et vit en Angleterre. Malheureusement, dans ce pays, il est le hongrois, n'est pas reconnu et son passé lui revient par bribes. Il a fuit devant le choix : art, politique et peut-être liberté d'expression ? Petit à petit, rattrapé par son passé, il va repartir affronter sa destinée.
J'ai beaucoup aimé le rapport de Janos à son art, sa conception d'une oeuvre, son insatisfaction permanente et cette solitude qui l'entoure. Ainsi que quelques réflexions :
_ C'est ça. C'est la collection d'un chasseur de fauves. Toutes ces oeuvres qui sont chez vous étaient vivantes autrefois. Maintenant elles ont l'air mortes.(p. 40) qui souligne le problème de l'appartenance de l'art : au peuple, à l'état ou aux particuliers.
Un petit mot sur John Berger, l'auteur que je ne connaissais pas qui nous livre une oeuvre toute en sensibilité, presque un clair-obscur. Le peintre se sert de ses mains et de ses yeux pour s'exprimer, et l'auteur de sa compréhension pour mettre des mots sur les émotions.
Cette lecture fut très enrichissante pour l'amatrice d'art que je suis mais c'est aussi quelques années de la vie d'un homme, donc je ne peux que conseiller cette lecture.
Merci à L'Atelier Contemporain, vous m'aviez souhaité une bonne lecture, elle fut excellente et merci à Babelio.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
AHala
  15 février 2019
Je remercie L'Atelier Contemporain et Babelio de m'avoir gracieusement offert cette belle lecture et surtout de m'avoir permis de découvrir un grand écrivain John Berger.
Pourtant le commencement a été plutôt difficile et dans les premières pages j'ai eu du mal à entrer dans l'histoire. Mais en le refermant je n'ai pas pu résister à la tentation de le relire.
Ce roman à deux voix se présente sous la forme d'un journal intime, écrit entre 1952 et 1956 par un peintre hongrois exilé à Londres. La deuxième voix est celle de son ami qui a découvert le journal après la mystérieuse disparition du peintre.
A travers ce livre l'auteur nous livre une très intéressante réflexion sur la peinture, le rôle de l'artiste et la compatibilité entre l'art et de l'engagement politique. Il revient aussi sur une partie de l'histoire de l'Europe dans la première partie du XXe siècle et les grands débats idéologiques qui l'ont animé.
C'est une oeuvre d'une grande sensibilité et humanité.
Un peintre de notre tempsJohn Bergertous les livres sur Babelio.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Tortellini
  14 mars 2019
Le roman Un peintre de notre temps présente cinq années de la vie d'un peintre d'origine hongroise qui vit à Londres dans les années 50. Cet homme, nommé Janos Lavin, ne rencontre pas le succès artistique et, quand il y parvient, il disparaît.

Quelles sont les raisons qui expliquent la disparition de Janos ? C'est la raison qui pousse John, un de ses amis, à se rendre dans son atelier pour trouver des réponses, il y découvre un journal tenu par le peintre durant cinq années.

Ce journal débute lorsque Janos apprend que son ami d'enfance resté en Hongrie, Laszlo, a été exécuté. Les souvenirs du temps où habité par l'idéal révolutionnaire lorsqu'il vivait encore en Hongrie sont le point de départ de réflexions sur le rôle de l'artiste dans la société. On y découvre également le récit du quotidien de cet homme, souvent alimenté par les souvenirs de John. Les commentaires de John offrent un point de vue extérieur à certains événements racontés par Janos. Les deux voix se complètent et offrent au lecteur la possibilité d'essayer, à son tour, de reconstituer le mystère de la disparition Janos Lavin, ce peintre de son temps.

Ce texte à deux voix, bien écrit, offre une oeuvre très riche sur des questions intemporelles telles que la condition de l'artiste et sur le statut d'immigré. Merci à l'Atelier contemporain d'avoir réédité ce texte, qui plus est dans une édition soignée.
Lien : https://livrestcedelanuit.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
mcd30mcd30   30 janvier 2019
11 août 1953

...Si vous voulez un tableau d'elle, il faut le peindre vous-même. D'ailleurs, si tous les hommes peignaient leurs femmes, il y aurait davantage de belles femmes. C'est certain.
_ Si je le commençais, vous me le retoucheriez ?
Alors là, Janos a éclaté de rire et a continué à rire, ses tempes rosissant sous les touffes de cheveux.
_ Ecoutez. Peignez-la vous -même. Ou bien sortez-vous cette idée de la tête... ( p. 96 )
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
mcd30mcd30   03 février 2019
7 septembre 1954

Quelque part dans le bleu-noir d'un ciel de nuit, il y a un rouge vaincu, un vert vaincu, même un jaune vaincu. Nous devons créer cette vibration non pas séparément dans chaque couleur que nous appliquons, mais à travers le rapport entre les couleurs que nous utilisons sur chaque toile. En terme de couleur nous devons transformer la profondeur en largeur. (p. 145)
Commenter  J’apprécie          200
mcd30mcd30   30 janvier 2019
21 novembre 1952

C'est ma culpabilité que j'avoue. J'ai fait de moi doublement un émigré. Je ne suis pas rentré dans notre pays. Et j'ai choisi de consacrer ma vie à ma peinture plutôt qu'aux objectifs immédiats. Ainsi je suis un spectateur qui regarde ce à quoi il aurait pu participer. Ainsi je questionne sans fin. Ainsi je risque de réduire dans mon esprit le monde à mes propres dimensions pour découvrir une petite vérité qui est restée ignorée des autres. (p. 82)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
mcd30mcd30   26 janvier 2019
19 janvier 1952

Hier soir, après les cours, j'ai travaillé tard sur la gravure des "vagues et mouettes"...
Quand des centaines de mouettes tournoient dans le ciel et que la lumière est rasante de sorte que leur noir et leur blanc se fondent dans un argent, elles ressemblent à un banc de ces harengs dont elles se nourrissent. Alors imagine que la mer et le ciel soient interchangeables. Imagine que tu les renverses comme les globes d'un sablier. C'est ce tableau. (p. 23)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
mcd30mcd30   29 janvier 2019
26 juin 1952

Ce dont si peu de gens se rendent compte, c'est que le peintre, contrairement à l'écrivain, l'architecte ou le décorateur, est à la fois le créateur et l'exécutant de son art. Il a besoin de deux vies.[...] Dessiner, c'est savoir par la main - c'est avoir la preuve qu'exigeait Thomas. L'esprit de l'artiste, à travers la pointe d'un crayon ou d'une plume, fournit la preuve que le monde est solide, matériel. (p. 61)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Videos de John Berger (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Berger
John Berger and Susan Sontag speak about story telling and about the ethic of photography.
autres livres classés : engagement politiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Prénoms de grands peintres : trouvez leurs noms ! (3)

Je suis né à Paris en 1848. Chef de file de l'Ecole de Pont-Aven, inspirateur du mouvement nabi, j'ai vécu de nombreuses années en Polynésie où je suis décédé en 1903. Je suis Paul...

Gauguin
Cézanne
Signac

12 questions
469 lecteurs ont répondu
Thèmes : peinture , peintre , art , Peintres paysagistes , Peintres français , peinture moderne , peinture espagnole , Impressionnistes , culture générale , peinture belge , peinture romantique , peinture américaineCréer un quiz sur ce livre