AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 978B08VJMFCJ5
427 pages
EDITIONS DRUIDE (17/03/2021)
3.58/5   6 notes
Résumé :
Veuve après quarante-cinq années de bonheur, Fabiola Sutherland prépare son déménagement en compagnie de sa petite-fille Gladys. Dans un missel, l’adolescente découvre le certificat d’un premier mariage, vieux de cinquante-sept ans. Sa grand-mère le lui arrache des mains avant qu’elle ait pu lire le nom de ce premier amour, gardé secret. Gladys réalise alors que jamais son aïeule n’a parlé de sa jeunesse, comme si son existence avait commencé le jour où elle avait é... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique

Romantique et tragique, un bon moment de lecture.

Récit de la vie d'une adolescente issue d'une famille aisée financièrement jusqu'à ses quatre vingts ans dans un village isolé du Témiscamingue et la ville d'Ottawa entre le 19e et le 20e siècle.

J'ai aimé le point de vue féminin de cette époque sur fonds de Courage, romance, argent, pouvoir, trahison et vengeance.

Les personnages, le climat de l'ouest du Québec, les quelques références historiques et l'atmosphère où se mélange amour et suspicion sont crédibles et bien définis. Ils m'ont rendu la lecture agréable.

Il y a plusieurs événements marquants et problématiques dans sa vie et celle de son entourage. Ça m'a laissé perplexe et m'a paru un peu trop, tout en m'encourageant à lire la suite sans m'arrêter.

Une auteure qui m'était inconnue et qui m'a donné envie d'explorer davantage son univers.

Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (1)
LeJournaldeQuebec
29 juin 2021
Avec intelligence et délicatesse, elle dépeint les mœurs de l’époque à travers le personnage d’une femme qui se retrouve bien jeune à la tête d’une entreprise familiale, au cœur d’une population en pleine transformation.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation

Son mari n’ignorait rien de son passé, car, avant d’accepter de devenir sa femme, elle le lui avait révélé, sans rien omettre. Si ses jeunes années avaient connu des jours heureux, elles avaient également été pavées de grands drames et de tromperies. Égide était un homme authentique et généreux, elle avait voulu qu’il n’y ait aucun secret entre eux. Leur bonheur devait être construit sur des bases solides, libre de l’entrave des souvenirs douloureux. Grâce à la profondeur de leur amour, dès le début de leur vie commune, les tourments d’hier s’étaient estompés dans les brumes de l’oubli, et davantage après la naissance de Raymond, un merveilleux cadeau du ciel, venu sceller leur union.

Commenter  J’apprécie          10

Quelques mois auparavant, il avait décidé que le moment était venu de rompre avec sa maîtresse. Il ne voulait plus mettre en péril son bonheur pour une aventure qui durait depuis trop longtemps. Bien sûr, la rupture n’avait pas été facile, mais il s’était montré ferme, et la dame avait fini par comprendre. Elle avait promis de conserver leur secret, de ne rien tenter pour nuire à sa réputation et risquer de détruire sa famille.

Commenter  J’apprécie          00

Le succès des Alliés, quoiqu’important, l’était moins pour elle que d’apprendre que son garçon était vivant. Elle était bien consciente que, pour éviter de l’alarmer, Raymond faisait de son récit de guerre une joute épique presque irréelle ; Fabiola savait que le désert égyptien, avec sa chaleur insoutenable, était source d’insolation et de maladies infectieuses qui provoquaient également des ravages au sein des troupes.

Commenter  J’apprécie          00

Ce drame qu’il venait de vivre était effarant, inconcevable, le pire qui pût se produire : une famille décimée en une fraction de seconde. Quelques minutes auparavant, lorsqu’il avait abordé le chaland, ils paraissaient tous si heureux. Mademoiselle Fabiola, alors superbe dans la lumière ambrée d’une délicieuse fin de journée, semblait pour le moment être l’unique survivante.

Commenter  J’apprécie          00

Au grand bonheur de sa mère, qui n’avait que lui d’enfant, Aymeric était donc resté. Il s’était construit une coquette maison à Sutherland City, sur un cap rocheux qui surplombait le lac, à distance de marche du moulin. Depuis cinq ans, il n’avait jamais regretté son choix. Les Sutherland étaient affables avec lui, le traitant plus en ami qu’en employé.

Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : secretsVoir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
3129 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre