AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Éditeur : Boréal (01/01/1900)
4.6/5   5 notes
Résumé :

Un écrivain peut adopter la fiction, l’essai ou l’autobiographie, cela le concerne ; tant que la forme et le fond s’accordent et que le monde est abordé depuis la singularité d’un style, on reste dans le domaine de l’art, c’est-à-dire de la représentation.

Le « journal » qu’on lira dans ce livre n’est pas un vrai journal : il est le moyen dont l’écrivain a usé, parmi de nombreux autres, pour exprimer le plus fidèlement possible une vérité qui... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
infosix
  03 mars 2017
C'est un bizarre de livre, absolument inclassable. de fait, c'est un récit, ou plus précisément une manière de journal qu'a tenu son auteur pendant une année complète et qui constitue une réflexion profonde sur un thème déjà largement exploité (Elena Ferrante dans sa trilogie "L'Amie prodigieuse") Comment un écrivain peut-il se nourrir et, en même temps, se distancier de la culture dont il est issue. J'utilise le mot culture au sens anthropologique du terme et non au sens où l'auteur l'utilise puisque Bergeron définit le milieu d'où il est issu de « monde sans culture ». Il fait au cours de cette année une réflexion philosophique que ses origines (ses parents surtout) et sur le monde politique qui l'entoure et dont il apprécie la vacuité. Tout y passe..
C'est un livre que j'ai dévoré même si je ne partage pas la moitié des idées qu'il soutient (souvent de façon fort cynique d'ailleurs). La critique a été partagé mais tous s'entendent pour souligner la qualité de son écriture. Les femmes en général n'aiment pas (il est un tantinet suffisant et antiféministe sur les bord). Les hommes s'y retrouvent un peu plus. Mais c'est un livre toutefois merveilleusement écrit, un peu dans un style épistolaire et qui est en décalage avec le style (ou l'absence de style) de la nouvelle jeunesse littéraire québécoise (qui n'a pas le talent de Michel Tremblay).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Kichigai
  14 septembre 2016

L'auteur de cette critique
http://www.journaldemontreal.com/2016/06/05/lepreuve-quebecoise--a-propos-de-voir-le-monde-avec-un-chapeau
est le M*** du « Voir le monde avec un chapeau » de Carl Bergeron.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
infosixinfosix   03 mars 2017
« De quel « patriarcat », de quelle « oppression » si terrible nos grands-pères et arrière-grands-pères étaient-ils les défenseurs intraitables, eux qui avaient passé leur vie dans l’analphabétisme, entassés en ville dans les ghettos à pea soups, à se faire regarder de haut par des contremaîtres étrangers qui les méprisaient?? Socialement, l’homme canadien-français était un humilié. Les seuls hommes d’autorité étaient le curé (un homme en robe), le notaire (un clerc) et le médecin (un diplômé de latin égaré dans une science sans moyens). Les autres étaient des manœuvres au service d’intérêts extérieurs. «

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
infosixinfosix   03 mars 2017
« Mon cœur – malgré la digue de mon stoïcisme – bondit à sa vue. Après les salutations de convenance, puissante bouffée de désir et de trouble, qui nous fige. Nos mots sortent de notre bouche avec difficulté, un à un, pressurisés par une passion contenue, comme autant d’artéfacts dérisoires d’une langue archaïque perdue. Bien sûr, ce n’est pas nous qui aimerions parler. Ce sont nos corps. Le plaisir n’est pas dans la tromperie (quel intérêt à faire du mal à quelqu’un??) mais dans la clandestinité. Là seul réside toute la volupté de l’adultère. La joie inavouable que celle de se cacher dans un monde qui se flatte tant d’être ouvert?! Plus la société légitime se dit transparente, plus la jouissance d’échapper à son radar est forte. C’est vrai pour la sexualité comme pour la pensée…. Je ne me rappelle pas la couleur de sa robe, mais je me souviens avec une netteté troublante de la sensation de ma main au creux de sa chute de reins. (Les premières expériences charnelles sont comme l’envers solaire d’une grave agression : elles marquent à vie et se détachent dans notre mémoire avec une fraîcheur que le temps n’entame pas. «
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
infosixinfosix   03 mars 2017
« Je suis de ces héritiers maudits, plus nombreux qu’on le croit, pour qui naître québécois, c’est faire deux fois l’expérience de la Chute, deux fois l’expérience de l’amputation. Je proviens de cette couche de la tribu qui n’était pas censée, jamais, apprendre à écrire et qui devait servir, pour l’éternité, de repoussoir pour les collabos de l’intérieur et les ennemis de l’extérieur. Mais voilà : l’improbable est arrivé et je suis là. Né de la honte, j’ai à vous parler, amis infâmes québécois, de la honte dans un langage qui n’est pas celui de la honte. «
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
infosixinfosix   03 mars 2017
« Mes larmes, je les distille dans mon sourire?; je les fais s’écouler de l’intérieur, sous l’épiderme. Elles me donnent un teint doux et rosé……. »
Commenter  J’apprécie          20
infosixinfosix   03 mars 2017
« Penser, c’est s’approprier, dévorer, transformer, créer. Et transpirer. Ceux qui, par moquerie, confinent l’activité intellectuelle dans les hauteurs éthérées de l’esprit ne comprennent pas, ou ne veulent pas comprendre, ce que l’activité de penser peut coûter au corps. De la culture, ils ne retiennent que le vernis et la poussière?; ils n’en voient pas la chair, le sang, la violence. «
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : journalVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1206 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre