AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2755615265
Éditeur : Hugo Document (03/04/2014)

Note moyenne : 4.75/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Daniel Bergner a enquêté auprès de nombreux chercheurs qui travaillent à la compréhension de cette énigme et le résultat de son enquête est RÉVOLUTIONNAIRE et balaie toutes nos certitudes en matière de sexualité féminine. Le désir est chez la femme un moteur puissant, polymorphe, sous-évalué et refoulé dans de nombreuses sociétés aujourd'hui. Ce désir ne peut se satisfaire de l'intimité du couple.
Il a la brutalité d'un torrent qui, si l'on tente de le dompt... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Bouvy
  26 mars 2016
Dès mon enfance, observant le monde adulte qui m'entourait, fin des années soixante et début soixante-dix, je trouvais que la société était inégalitaire. Petits garçons, le vendredi après-midi, nous étions séparés des filles (dans les petits villages de la campagne belge, l'enseignement en était aux balbutiements de la mixité) pour faire du bricolage tandis que ces dernières était cantonnées à la couture. Deuxième d'une nombreuse fratrie (7 garçons et une fille, heureusement pour elle, la septième) je trouvais injuste cette séparation des genres et ce destin forcé que déjà on nous imposait. Peut-être pour échapper au trop plein de masculinité familiale, c'était toujours en compagnie des filles que je passais mon temps. L'adolescence m'apporta d'autres émois et découvertes et c'est vers les jeunes femmes libres et indépendantes que j'étais attiré. Le jour où j'ai rencontré mon épouse, assez tard (31 ans), je n'avais pratiquement pas d'amis masculins mais presqu'uniquement des amies féminines. J'avoue qu'au début de ma vie de couple, ce n'était pas simple à gérer, ni pour mon épouse ni pour moi. Bizarrement, c'est un métier d'apparence viril que j'ai choisi d'exercer, la ferronnerie d'art, la forge. Mais sous son apparence rude et physique, ce métier est un métier d'art dans lequel, derrière le geste qui semble viril, c'est la part de féminité qui sommeille en vous qu'il faut laisser s'exprimer pour s'épanouir dans cette profession que je commence avec bonheur à voir se féminiser. J'eu la chance de faire des rencontres heureuses. Je crois que depuis ma plus tendre enfance je suis dans un état amoureux perpétuel. Que se soit un simple baiser ou une nuit torride, j'ai toujours éprouvé beaucoup de sentiment pour toutes ces femmes qui ont enrichi ma vie, qui m'ont appris à être à l'écoute du corps de l'autre, à être attentif à leur plaisir, à goûter le suave et partager le côté ludique de l'amour. De toute ces belles personnes que j'ai rencontré et de mon épouse en particulier, je reste amoureux, ce qui fait sans doute de moi un polygame fidèle. J'ai tenté d'éduquer mes filles (je n'ai pas eu de garçon et j'en suis fort aise) pour qu'elles soient libres, indépendantes, qu'elles soient rebelles au patriarcat, pour que ce soit elles qui décident de leur plaisir et que surtout, elles n'aient jamais de compte à rendre à personne. Je me rappelle les débats passionnés avec mon père, qui, nourri de préjugés judéo-chrétiens, de préjugés sur la supériorité des « mecs » sur les « nanas », tentait de m'expliquer qu'avec les idées que je défendais sur la liberté des femmes et de ce qu'elle peuvent ou veulent faire de leur corps, que j'était trop (je cite) con pour refaire le monde. Je tentais de lui expliquer le ridicule d'une société patriarcale et patronyme, je prenais la défense des mères célibataires, des femmes forgerons ou militaires. Il me présentait Eve, créée à partir de la côte d'Adam et coupable d'avoir perverti son homme à croquer le fruit défendu et je lui opposais le mythe de Lilith, qui au-delà de sa réputation de succube est la femme créée dans la même glaise qu'Adam donc l'égale de l'homme. La femme qui revendiquait le droit d'être aussi au-dessus de l'homme et pas forcément en-dessous, la femme qui revendiquait le droit de choisir quand et où elle voulait bien. La femme qui a tenu tête à Dieu et qui de son propre chef, pour sauvegarder son indépendance quitta l'Eden. (Évidemment, ce n'est qu'une légende, vive la laïcité). Enfin, la femme dans toute sa splendeur, épanouie, combattante, expurgée de tous les préjugés d'une société qui même laïque, est fondée sur les scories des religions monothéistes et condamne le plaisir de la chair, surtout celui de la femme, qu'elle juge anecdotique, voir inutile surtout pour la reproduction.
A quoi donc peut bien servir toutes ces confidences, me direz-vous ? Alors, tu la balances ta critique ! Mais oui, depuis le début de ce texte. Ce livre est formidable. Enfin, nous nous intéressons au plaisir féminin. Qu'il soit solitaire, hétéro ou lesbien, oui, il est essentiel pour l'épanouissement de toute la société. Les dernières découvertes concernant le désir féminin risque de remettre en cause bon nombre de théories sur l'évolution. Elles pourraient aussi remettre en cause la structure actuelle de nos sociétés occidentales, basée sur la monogamie, la fidélité absolue, la famille, le sens de la propriété. J'adore la perspective d'imaginer une nouvelle société bâtie sur le plaisir de toutes et tous, de la liberté sexuelle des femmes. J'ai envie de crier vive la révolution du clitoris. Il est sans doute trop tard pour notre génération de la vivre ou même simplement la fomenter mais grâce à des ouvrages comme celui-ci, qui balaient les préjugés, qui ouvrent les portes du pouvoir du plaisir féminin, qui révèlent l'importance sociale de celui-ci, nous pouvons simplement préparer le terrain pour les générations à venir. Grâce à la connaissance du corps, l'apprentissage du plaisir, peut-être qu'enfin, nous verrons la création d'une société véritablement libre, égalitaire et fraternelle.
Voilà donc un ouvrage formidable, qui devrait être présent dans toutes les bibliothèques scolaires. Éduquons les garçons à être moins cons et les filles à être libre de leur corps pour qu'enfin, le monde ne soit que bonheur et épanouissement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          112
ClaudeDarde
  18 septembre 2016
Apprendre encore et encore au sujet des femmes. Apprendre sur leur intimité et la respecter. Choisir cette direction là, et en être détaché également : insaisissable, inattrapable. Car vous savez aussi bien être exceptionnellement merveilleuse tout comme vous savez être exceptionnellement fallacieuse...
Un livre à lire et à étudier pour celui qui éprouve une passion pour les thèmes de la sexualité et des femmes. Des riches et parfois très étonnantes découvertes à assimiler.
Bravo à Daniel Bergner pour cet ouvrage qui fait avancer les réflexions.
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (49) Voir plus Ajouter une citation
ClaudeDardeClaudeDarde   13 septembre 2016
... Tandis qu'elles visionnaient les clips érotiques, les sujets de Meredith Chivers n'étaient pas simplement assujetties au pléthysmographe, elles disposaient également d'une tablette numérique sur laquelle elles évaluaient leur propre réaction d'excitation. Si bien que Meredith disposait à la fois des réactions physiologiques et sensorielles : et de données objectives et subjectives, chez ses expérimentateurs. Elles ne s'accordaient pas le moins du monde. Tout était contradictoire. Mais cette dissonance recoupait étrangement les découvertes des autres chercheurs.
Quelle que fût l'image sur l'écran - femmes entre elles, hommes entre eux, hommes seuls ou femmes se caressant -, les chiffres objectifs de Meredith, chargés de traduire ce que l'on appelle dans le jargon l'amplitude du pouls vaginal, atteignaient un pic à chaque nouvelle suggestion, quoi que les acteurs aient pu faire entre eux ou sur eux-mêmes. Les réactions étaient les mêmes : catalyse de la libido, afflux de sang dans les muqueuses vaginales, palpitation des capillaires. La chercheuse notait cependant quelques différences quant à l'amplitude des pulsations, des variations de degré, avec une constante étonnante: le clip de l'accouplement des bonobos suscitait un afflux sanguin moindre que les clips porno impliquant des humains, mais il y avait une exception. Chez l'ensemble des femmes, hétéros ou lesbiennes, le bel athlète qui parcourt la plage, un véritable Adonis pourtant, suscitait moins d'excitation que les singes en rut. Que faire de cette bizarrerie ?
Les lesbiennes faisaient preuve de plus de discrimination. Au cours des séries de tests effectués par Meredith pour authentifier ses résultats, elles se montrent plus sélectives: l'amplitude s'accroît devant les images où évoluent des femmes. A noter que l'afflux sanguin chez les lesbiennes est également important devant les scènes d'hommes entre eux. Lorsque Chivers s'applique à analyser les résultats, transmis des muqueuses vaginales vers les capteurs puis entrés dans son logiciel, lorsqu'elle les transcrit en graphes de barres verticales, la libido féminine affiche des tendances omnivores.
La tablette numérique contredisait le pléthysmographe, presque systématiquement. L'esprit refuse d'admettre le corps. Les rapports individuels annonçaient une réaction d'indifférence devant les bonobos. Mais la suite est tout aussi intéressante. Devant les clips de femmes se caressant seules ou entre elles, les hétéros s'affirmaient bien moins excitées que ne l'affichaient leur muqueuses. Devant les caresses des hommes entre eux, les femmes hétéros se déclaraient moins intéressées - malgré la réaction excitée de leur sexe. Chivers était également confrontée à une variation des réponses objectives et subjectives dans les donnée fournies par les lesbiennes : un intérêt modéré enregistré sur les tablettes lorsqu'elles visionnaient des hommes entre eux ou en train de se masturber.
Meredith s'est ensuite tournée vers des sujets masculins, homos ou hétéros, pour les soumettre aux mêmes expériences. Une fois le pléthysmographe adapté à leur morphologie bien en place, leurs sexes ont parlé, mais d'une façon toute différente des sexes des sujets féminins ; ils ont réagi selon des modèles prévisibles qu'elle a dénommés des "spécifités par catégories". Les hétéros ont éprouvé une faible érection devant des clips d'hommes en train de se masturber, un peu plus prononcée devant des hommes ensemble, mais sans comparaison avec leur degré d'excitation devant les clips de femmes se caressant, de femmes avec des hommes, et plus encore de femmes caressant des femmes. Des catégories spécifiques sont apparues encore plus nettement chez les homosexuels. Réaction immédiate devant des hommes en train de se masturber, pic devant des hommes ensemble et excitation modérée devant les couples hommes-femmes. Dans tous les cas, peu ou pas d'excitation devant des scènes de lesbianisme à l'écran.
Quant à nos bonobos, le mythe d'une pulsion primitive dans la sexualité masculine s'effondre: aucune réaction notable. Les sexes des homos et des hétéros restent au repos devant les primates tout comme devant les panoramiques de montagnes et de plateaux. Pourtant, chez les sujets masculins, les données objectives correspondent exactement aux données subjectives enregistrées par les tablettes. Le corps et les esprits fonctionnent en harmonie.
Comment expliquer le conflit entre ce qu'affirment les femmes et les réactions de leurs muqueuses vaginales ? Pour Meredith, on peut suggérer plusieurs raisons. Selon la chercheuse, l'anatomie pourrait jouer un rôle. Le pénis est un organe à taille variable, qui frotte contre les vêtements. Il entre érection et subit la détumescence. Les petits garçons grandissent avec la conscience constante de cet organe, et le cerveau masculin est habitué à recevoir des informations de leur sexe. Un circuit fermé s'établit entre le corps et la conscience de la sensation, l'un affectant l'autre, les réponses aux stimulis sont rapides et désinhibées. La morphologie féminine, où l'organe sexuel est architecturé vers l'intérieur, rend peut-être les messages moins clairs, moins aisés à décoder.

Mon ressenti : Salut Sara,
Je sais que le ton "scientifique" de ce livre peut être barbant à lire, et peut-être que tu n'accroches pas à mes extraits mais je suis obligé de te les relayer si tu souhaites découvrir en ma compagnie sur ce thème. Je dois te fournir des vérités : une petite + une petite + une petite + etc.... feront que tu auras une expérience sur le thème de la sexualité. Je pense que c'est important et il ne dois pas y avoir de malaise à en discuter ensemble.
Avec ce nouvel extrait, je reviens sur l'expérience effectuée sur des femmes avec le pléthysmographe, ce capteur qui est inséré dans le vagin pour calculer la réaction d'excitation physique de la femme. Mais de plus, la scientifique a fourni à chaque femme une tablette numérique afin que ces dernières auto-évaluent leur degré d'excitation. Les résultats sont très intéressants : Alors que le pléthysmographe note clairement la réaction d'excitation physique des femmes, celles-ci, généralement, ne reconnaîtrons pas l'excitation qui se produit dans leur appareil sexuel... C'est étonnant, n'est-ce pas ? L'excitation physique est clairement prouvée mais les femmes en général se cacheront cela, à nous comme à elles.
La même expérience a été faite avec des hommes. Et ces résultats mettent en lumière que généralement, nous, les hommes, nous savons reconnaître notre excitation sexuelle et que nous l'assumons.
C'est quand même une différence qui en dit beaucoup sur le comportement des hommes et des femmes. Nous, les hommes, nous sommes davantage plus démonstratif et certain de notre désir sexuel tandis que vous les femmes, vous savez dissimuler votre désir sexuel...

Une hypothèse possible dit que cela est dû à l'anatomie de l'organe sexuel de l'homme et de la femme. L'homme, depuis jeune garçon, à son organe sexuel en contact avec ses vêtements.Les petits garçons grandissent avec la conscience constante de cet organe, et le cerveau masculin est habitué à recevoir des informations de leur sexe. Il entre érection et subit la détumescence. Donc, pour nous les hommes, notre désir sexuel est clairement repérable. L'organe sexuel de la femme est construit vers l'intérieur de son corps. Ses réactions sont certainement plus difficiles à détecter et à comprendre.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ClaudeDardeClaudeDarde   12 septembre 2016
Chapitre 1 : Animale (extraits)

... Le pléthysmographe, un petit appareil muni d'une ampoule et d'un capteur de lumière miniatures que l'on insère dans la vagin.
C'est ce qu'avaient fait ses sujets d'études en s'asseyant dans le petit fauteuil inclinable de cuir fauve installé dans son laboratoire pauvrement éclairé de Toronto, où elle m'avait parlé pour la première fois de ses expériences. A demi renversée sur le fauteuil de cuir, chacune des jeunes femmes était soumise à une série de films pornographiques sur l'écran d'un vieil ordinateur de bureau. La fine ampoule transparente de cinq centimètres du pléthysmographe émettait une impulsion lumineuse contre les parois vaginales et évaluait son intensité en retour, permettant ainsi de mesurer l'afflux sanguin dans le vagin. Un afflux sanguin déclenche ce que l'on nomme une transsudation vaginale, la sécrétion d'un lubrifiant par les pores de la muqueuse vaginale. Indirectement donc, le pléthysmographe mesure l'intensité de ces sécrétions. De cette manière, les barrières mentales sont contournées, les régions cérébrales supérieures n'exercent plus aucune répression et l'on cerne de plus près ce qui, au niveau primaire, excite les femmes.
En s'engageant pour cette expérience, les sujets de Meredith Chivers devaient spécifier si elles étaient lesbiennes ou hétérosexuelles. Les films leur soumettaient les scènes suivantes :
Une femme aux formes superbes est allongée sur une couverture verte de l'armée, dans les bois, tandis que son amant lui fait l'amour. Les cheveux de l'homme sont coupés très courts, ses épaules musclées saillent. Il s'appuie sur ses bras tendus et pénètre sa partenaire. Elle a levé les jambes pour enserrer sa taille. Lorsqu'il accélère son va-et-vient en elle, on voit les muscles de ses fesses se crisper, tandis que la femme étend les mains pour agripper les bras de son partenaire.
A l'issue de chaque petit films de 90 secondes, les sujets étaient soumis à une vidéo neutre afin de ramener les mesures du pléthysmographe au niveau minimum. En l'occurence, il s'agissait d'un panoramique sur des sommets montagneux finissant sur un plateau désolé.
Ensuite, un homme marche sur une plage, il est nu. Il a le dos musclé, les dorsaux en V, des abdominaux en tablettes de chocolat, les cuisses puissantes. Il lance un galet dans les vagues. Pas l'ombre d'un coussinet de graisse sur son torse sculptural, ses fesses lisses. Il longe à grands pas l'arête d'un précipice. Son sexe au repos se balance d'une cuisse à l'autre. Il lance un second galet, faisant saillir ses dorsaux.
Une femme élancée au visage ovale et serein, les cheveux bouclés, est assise au bord d'une grande baignoire. Ses aréoles brunes se détachent sur sa peau bronzée. Une seconde femme émerge de la baignoire, ses cheveux blonds et mouillés encadrent son visage. Elle enfouit son visage entre les cuisses de la femme brune et la lèche voluptueusement.
Un homme à la barbe de trois jours s'agenouille devant un autre homme au bas-ventre musclé et luisant, et enfonce son pénis en érection dans sa bouche.
Une femme aux longs cheveux bruns se penche au-dessus du bras d'un canapé, les fesses lisses et offertes. Puis elle étend son corps bruni et satiné sur le cuir blanc. Elle a de longues jambes, la poitrine haute et généreuse. Elle se lèche les doigts avant de se caresser le clitoris. Genoux relevés, elle écarte largement les cuisses, caressant sa poitrine. Ses reins commencent à frémir, à se soulever.
Un homme en sodomise un autre, qui laisse échapper des gémissements de plaisir ; une femme nue fait des ciseaux avec ses jambes au cours de gym ; un athlète à lunettes, nu, allongé sur le dos, se masturbe ; un homme caresse la cuisse d'une femme avec une sandale noire et l'entreprend avec la langue ; une femme en chevauche une autre, munie d'un godemiché fixé par un harnais.
Ensuite, un couple de bonobos - un singe originaire d'Afrique - traverse une prairie. Le mâle arbore un pénis noueux, rose, en érection. Subitement, la femelle s'allonge sur le dos, les jambes en l'air, et le mêle la pénètre, adoptant immédiatement un rythme furieux. La femelle rejette les bras derrière la tête, succombant apparemment à un plaisir érotique sans entraves.
Allongées sur le fauteuil inclinable, les sujets de Meredith, lesbiennes comme hétéros, se sont toutes senties excitées instantanément par l'ensembles des films, dont celui sur la copulation des bonobos. Les données recueillies par le pléthysmographe étaient sans appel : l'excitation sexuelle était totalement anarchique...

-------

Mon ressenti : Cette première expérience scientifique décrite est certainement choquante pour une personne qui n'a pas une curiosité avivée sur ce thème, mais moi personnellement, je ne suis pas choqué. Je suis très étonné du constat de cette expérience, ça oui. Car cet outil, le pléthysmographe, se fit essentiellement à la réaction physique de l'appareil génital de chacune des femmes, et elles ne peuvent pas lui mentir !!!
De cette expérience, il ne faut pas retenir que les femmes sont excitées sexuellement par les diverses scènes vidéos visionnés, de la plus "normale" à la plus déséquilibrée, non !!! Il ne faut pas conclure stupidement à ça !! Cela voudrait dire qu'on est tous dingue ... Non !
Moi, ce que j'y vois, c'est qu'une réaction physique animale est en chacun de nous, elle existe, elle est bien là, en nous, homme comme femme. Une réaction physique, naturelle... C'est ça qui compte pour moi quand je lis cet extrait du chapitre 1. A partir de ce point essentiel, il est permis de mieux s'ouvrir à la compréhension de la sexualité et d'aussi, de mieux comprendre les femmes.
Ensuite, le rapport d'équilibre et du respect donné à la sexualité et à la femme rencontrée dépend de chaque individu.

Bisous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ClaudeDardeClaudeDarde   18 septembre 2016
... Chez des femmes paraplégiques (paralysées des membres inférieurs), Beverly Whipple et Barry Komisaruk (deux scientifiques) ont pu établir que quatre chemins nerveux différents transmettent des signaux de la zone génitale jusqu'au cerveau. Deux de ces nerfs transitent le long de la colonne vertébrale. Mais un troisième, le tractus hypogastrique, fait une boucle ; il ne rejoint la colonne vertébrale que bien au-dessus du bassin, à peu près au niveau du nombril. Le quatrième, le nerf vague ou pneumogastrique, trace son chemin jusqu'au cerveau sans jamais rejoindre la moelle épinière.
Beverly Whipple et Barry Komisaruk ont souligné l'importance sur l'orgasme de cette innervation multiple en travaillant avec des patientes souffrant de graves lésions de la moelle épinière, des femmes qui théoriquement ne devraient ressentir aucune sensation en dessous de la taille. Leur zone génitale ne devrait donc enregistrer aucune réaction sensible. Examiné dans les conditions du laboratoire, le gland du clitoris de ces femmes ne donne effectivement aucun signe de sensibilité. Cependant, l'intérieur de la paroi antérieure du vagin et le col de l'utérus continuent de répondre aux stimulations. Au cours des séances de masturbation sur cette paroi et le col de l'utérus, les patientes atteignent un orgasme. Les chercheurs ont prouvé ces affirmations en mesurant leur réaction à la douleur, en prenant le pouls et en observant la dilatation des pupilles. Ce sont ces indicateurs que les sexologues utilisent comme marqueurs de l'orgasme : la douleur s'évanouit, le pouls s'accélère et les pupilles se dilatent. (...)
Beverly Whipple et Barry Komisaruk ont publiés plusieurs articles soutenant que le nerf vague, et dans certains cas le nerf hypogastrique, font transiter les messages de plaisir en provenance du vagin vers le point de lésion de la moelle épinière, tandis que les signaux du clitoris externe, par contraste, dépendent de la partie inférieure de la colonne vertébrale et ne sont donc pas relayés. C'est la preuve, selon les deux chercheurs, que les orgasmes vaginaux existent et sont distincts des orgasmes clitoridiens, qu'ils ne résultent pas de la poussée ou du frottement du clitoris externe. Les deux circuits employés, précisent-ils, l'hypogastrique et le vague, expliquent pourquoi les femmes en bonne santé faisaient la différence entre les deux orgasmes, le clitoridien étant ressenti comme "plus profond", "palpitant", "plus fort". Les circuits nerveux, moins linéaires, plus sinueux et enfouis, étaient à l'origine de cette différence...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ClaudeDardeClaudeDarde   18 septembre 2016
... Meredith Chivers (femme scientifique) s'est donc elle aussi retrouvée confrontée un jour à l'écueil du viol. Elle connaissait les résultats récents de tests effectués par un collègue chercheur : l'afflux sanguin dans le vagin atteint un pic d'intensité lorsque les femmes écoutent des scènes de viol en laboratoire. Une de ses propres expériences démontrait d'ailleurs que des situations de peur ou d'extrême hilarité ne déclenchaient aucun afflux sanguin si elles n'étaient pas associées au sexe. Dans le cas précis où on leur présentait la vidéo d'une femme poursuivie dans un escalier par un violeur ou par un chien enragé, l'afflux sanguin ne se produisait qu'avec le violeur.
Meredith Chivers a passé de longues journées à examiner des témoignages de victimes qui évoquaient non seulement une excitation sexuelle mais parfois des orgasmes pendant l'agression sexuelle. Et elle s'est souvenue de sa période de thèse à Toronto pendant laquelle elle avait traité des victimes traumatisées par des viols. Celles-ci avaient avoué qu'elles avaient ressenti de l'excitation sexuelle, parfois des orgasmes.
Comment comprendre ces témoignages ? Comment nier ces preuves difficiles à interpréter ? Quelle part de l'inné est ici en jeu ?
Une fois de plus, Meredith Chivers reprend ces données et propose une théorie qu'elle veut rassurante : les femmes de la préhistoire étaient constamment confrontées à des agressions sexuelles, et la capacité de leurs muqueuses à se lubrifier automatiquement lors d'une tentative de séduction avait évolué génétiquement, de manière à assurer une protection contre les déchirures et traumatismes vaginaux, contre les infections, l'infertilité ou la mort éventuelle des suites de l'agression. La lubrification des muqueuses pourrait bien n'être pas seulement un signe de désir mais un système purement réflexe, neutre sur le plan érotique, certes relié nerveusement mais séparé des réseaux de la libido féminine. Les exemples d'orgasme résulteraient de la simple friction.
Néanmoins, cette théorie des systèmes séparés, quoique élaborée, reste précaire. Elle contredit certaines idées reçues : mouiller signifie que l'on est excitée seulement, la notion d'une neutralité de la lubrification pose problème, comme si l'on affirmait que bander n'est pas un signe d'excitation chez l'homme. Peu à peu, Meredith en vient à constater ce qui lui semblait évident depuis le début : il est possible que l'on soit excitée par toutes sortes de choses qu'en fait on ne désire pas. Par des scènes d'activité sexuelle chez les bonobos, par des scènes d'agression sexuelle.
" A vrai dire, je suis consciente de marcher sur le fil du rasoir, politiquement, personnellement, lorsqu'on soulève le problème du viol, confie Meredith Chivers. Jamais, jamais je ne veux laisser quiconque penser qu'il a le droit de confisquer l'autorité d'une femme sur son propre corps. Excitation n'est absolument pas synonyme de consentement. "...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ClaudeDardeClaudeDarde   18 septembre 2016
... Les traits de Marta Meana s'animent, sa bouche se tort de temps en temps, imperceptiblement, dans un sourire qui rappelle une grimace. C'est parce qu'elle évoque les trop nombreux conseillers conjugaux qui tiennent pour acquise l'idée que pour les femmes une plus grande intimité du couple favorisera les rapports sexuels.
L'empathie, la proximité - voilà pour eux la clé du bonheur. Pour Marta, ces chemins peuvent conduire à de beaux endroits. Mais en tout cas pas au désir sexuel.
" La libido féminine, précise-t-elle, ne dépend pas de facteurs relationnels qui, selon le bon sens populaire, gouvernent la sexualité des femmes à l'opposé de celles des hommes. " Elle s'apprête à publier une étude reposant sur de longues conversations avec des femmes dont la vie de couple était dénuée de toute sexualité. Il est peut-être plus logique de penser, m'avoue-t-elle, qu'une mauvaise entente peut tuer le désir, mais cela ne veut pas dire qu'une bonne entente le favorisera. " On s'embrasse, on s'étreint. Je ne sais pas ce qui se passe, lui ai-je dit un jour, témoigne une de ses interlocutrices, nous formons un couple parfait. Il n'y a qu'un seul truc..." Leurs rapports intimes.
Selon Marta Meana, il est essentiel de faire la distinction entre ce à quoi nous attachons un certain prix dans la vie et ce qui est susceptible de nous apporter le plus de plaisir. Certaines femmes peuvent accorder un grand prix à des idéaux de partage, de compréhension, de constance, de permanence, mais " on aurait tort de penser que parce qu'une femme choisit la vie de couple, celui-ci devient la source principale de son désir sexuel. " De nouveau, elle évoque le narcissisme, le besoin d'être l'objet de tous les désirs.
Atteindre ce Graal nécessite non pas une trop grande proximité dans le couple mais plutôt une certaine distance. Un objet de désir est par définition éloigné. Elle met en garde contre l'espoir nourri par de nombreuses femmes de réaliser un rêve romantique ou de vivre un conte de fées : le rêve du fusionner avec son partenaire, d'arriver à lui dire : "Avec toi, je suis entière, comblée ", c'est une idée fausse de l'amour. Ce genre de lien, rêver d'une telle fusion, risque d'étouffer l'éros. Se fondre dans l'autre signifie qu'il n'existe plus de séparation à franchir, que l'amant n'a plus assez de distance pour que la pulsion prenne son élan, plus de but plus ou moins éloigné, pour que cette pulsion ait le temps de prendre la vigueur nécessaire avant d'exploser dans le plaisir...

Mon ressenti : Dans cet extrait, il est mis en avant que l'amour dans le couple, la très bonne entente n'est pas forcément la source d'un grand épanouissement sexuel. Certes, la douceur, l'attention et le respect échangés permettent de mieux vivre cette sexualité mais il y cette mise en garde : attention à la perte du désir !
Le désir, c'est le désir ! Le désir, ce n'est pas l'amitié dans le couple, ce n'est pas la complicité dans le couple, etc... Le désir est l'élan, l'envie, la pulsion que l'homme déclenche pour entamer un rapport avec la femme. Idem pour la femme envers l'homme. C'est grâce à une certaine distance au sein du couple que le désir se forme. Quand je parle de distance, je ne parle pas de l'indifférence, non ! Je parle d'une certaine "liberté" et "indépendance" que l'homme et la femme doivent avoir chacun de leur côté, en étant bien sûr fidèle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
autres livres classés : sexualitéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

L'érotisme en littérature

Lequel de ces romans de Diderot, publié anonymement, est un roman libertin ?

Le Neveu de Rameau
Les Bijoux indiscrets
Le Rêve de D'Alembert
La Religieuse

6 questions
284 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature libertine , érotisme , érotiqueCréer un quiz sur ce livre