AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de El_Gabier


El_Gabier
  10 octobre 2017
Images éthérées, pâle reflet jaillissant d'un sfumato de la Renaissance, cette Italie erratique paraît si proche et si lointaine, voire inaccessible. Dans un spleen émotionnel, les absences se font cruelles, amères, "dans ces rues vierges de toute trace de toi (…) tu ressurgis avec le plus de force". Les souvenirs, les rencontres se font charnelles, les traces plus vivaces, plus mélancoliques. Les pierres, les lettres portent les voix de la nostalgie." Il y a une certaine mélancolie lorsque je relis les voix des lettres et des cartes italiennes qui récitent le regret du Sud, le regret de la terre natale, et je ne connais pas ce sentiment de l'exil, ce besoin de l'enracinement, l'absence d'un pays".La traversée de cette Italie devient quête, trace d'un grand-père méconnu engagé sur le front de la Grande Guerre, fragrance d'un amour étiolé. On se perd dans ce spleen movie, effeuillant ces instants, comme un corps à l'abandon, lentement enveloppé par ce flou de mots. On dérive "autour de la gare, mes pas endormis foulent des parcs déjà enfeuillés, esquivent les tours d'immeubles aux milliers d'antennes jusqu'aux voies ferrées du motel Nord-Ouest, jusqu'à ces routes qui chassent la mémoire d'Italie et déploient les images de Cracovie ou des boulevards de Berlin, des images d'automne". Submergé par un flot de portraits digne d'Hamilton, l'amour présent se conjugue avec la mémoire des lieux et les souvenirs familiaux. Sébastien Berlendis nous berce avec ses mots, esquissant par petites touches la douleur, le vide.Un petit livre à égrener, à picorer au gré des humeurs.
Commenter  J’apprécie          172



Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Ont apprécié cette critique (15)voir plus