AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de meeva


meeva
  24 mars 2019
Ce livre expose d'abord un constat : les jeunes de la France périphérique ne disposent pas des mêmes chances que ceux des grandes villes.
La France périphérique, c'est le rural et le périurbain profond, occupés par les classes modestes, par opposition aux banlieues où vivent les immigrés « récent » et aux grandes métropoles mondialisées et gentrifiées, lieux de résidence des classes dirigeantes et des bobos. C'est ce que m'explique « Wikipédia » sur la France périphérique, s'appuyant sur l'essai de Christophe Guilluy, La France périphérique : Comment on a sacrifié les classes populaires, géographe à l'origine du concept. Il ne me semble pas que le livre de Salomé Berlioux donne d'explication claire à ce sujet, c'est dommage.

Les jeunes de la France périphériques manquent d'activités culturelles, ils manquent d'occasions de faire du bénévolat par exemple, ils manquent d'ambition, ils manquent d'établissements scolaires à la hauteur, ils manquent d'information, ils manquent de moyens de transport…

Bon, tout le temps où le livre constate, en long, en large, et en travers (peut-être ai-je trouvé le début un peu longuet, en effet…), j'étais plutôt d'accord.
Mais d'une part, il n'est pas nécessaire de rabâcher autant, on a compris le propos sans qu'il ait besoin d'être illustré de tant de manières, surtout que les exemples donnés restent assez désincarnés, d'autre part, il y a une sorte d'exagération qui me met mal à l'aise, sans que j'arrive bien à savoir pourquoi.

Ensuite viennent les solutions.
Il faut donc que le jeune se bouge. Pour mieux revenir, dit-on.
Jouer dans un jardin, c'est bien, mais aller au cinéma, au musée, faire de la musique, faire un sport, c'est mieux.
Les grandes écoles sont trop éloignées des petites villes de provinces et des campagnes.
Il faut que le jeune soit mieux informé, il faut ambitionner la vie du jeune et il faut que le jeune se bouge. En marche, le jeune !

Les auteurs parlent beaucoup d'une association, Chemins d'avenirs, dont Salomé Berlioux est la fondatrice et la présidente. Il s'agit d'un système de parrainage qui semble formidable. le jeune est enfin poussé par des gens qui représentent une réussite. Ils sont d'ailleurs souvent eux-mêmes issus de la France périphérique. Ils n'y sont en général pas retournés dans la France périphérique, dommage pour la France périphérique, donc…

Je suis allée voir le site internet de l'association Chemins d'avenirs, pour savoir un peu à qui j'avais affaire. Un des bénévoles, un des parrains donc, explique : « A la campagne, je voulais passer un CAP mécanicien, en banlieue un BTS, et à Paris une école d'ingénieur comme mes copains. »

Je trouve que cela résume bien l'affaire : il faut de l'ambition ! Mais pas n'importe laquelle. L'ambition d'être artisan n'est même pas évoquée, on ne parle là que de grandes écoles, de classes prépa…
Et c'est bien là ce que je reproche à ce livre. Il présente une certaine idée de la réussite. Une réussite qui est principalement intellectuelle, le reste ne me semble pas évoqué… Une réussite qui tourne de Paris et de quelques autres grandes métropoles éventuellement.

Bref, au final, ce n'est pas le jeune de la France périphérique qui m'a semblé borné dans son ambition, mais c'est leur idée du monde et de l'avenir que j'ai trouvé étriquée.

Je n'exposerai pas davantage mes opinions sur le sujet parce qu'il s'agit d'une critique de livre, pas d'un espace de réflexion pour moi (c'est pour cela que j'ai un blog). Par contre, c'est aussi un peu le reproche que je fais à ce livre, il est finalement assez politique, j'imaginais quelque chose de plus neutre, ce n'est pas le cas.

Merci à Babelio d'organiser masse critique et aux éditions Robert Laffont d'y participer.

Tiens, un petit air, parce que ça faisait longtemps :
"[...] Il m'a fait bouge de là
Alors j'ai bougé, j'ai dû m'en aller, partir, bifurquer
J'ai dû m'évader, j'ai dû m'enfuir, j'ai dû partir,
J'ai dû m'éclipser, j'ai dû me camoufler
J'ai dû disparaître, pour réapparaître."
Extrait de "Bouge de là", de Mc Solaar :
https://www.youtube.com/watch?v=v4iZ_eQiSTY

Lien : https://chargedame.wordpress..
Commenter  J’apprécie          135



Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Ont apprécié cette critique (13)voir plus