AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Anne-Sophie Thévenon (Traducteur)
ISBN : 2723451208
Éditeur : Glénat (16/03/2005)

Note moyenne : 3.76/5 (sur 17 notes)
Résumé :
Le Japonais en manga est un manuel d'apprentissage linguistique unique et différent. C'est l'ouvrage idéal pour se familiariser avec les fondamentaux de la langue et de la culture du pays du soleil levant.


Les textes, extraits de manga, nous serviront de base pour connaître les rudiments du japonais écrit et moral.
Que vous aimiez ou non le manga, vous pourrez tout de même apprendre la langue nippone de façon claire, concise et agréab... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Sphilaptere
  12 septembre 2018
Peut-on utiliser cette méthode toute seule ? je ne sais pas, je trouve le japonais tellement difficile que j'en fais plusieurs à la fois, mais celle-ci est la plus sympathique.
Le Minna no Nihongo, la méthode académique, géniale par ailleurs, vous apprend un niveau de langage qui permet de ne pas passer pour un grossier personnage, si vous allez là-bas, et ne risque pas d'effrayer Tanada san de la compta, ni de vexer Yamamoto le prof de statistiques (et puis aborde des thèmes pas vraiment passionnants... mais qui peut bien avoir envie de savoir dire « agrafeuse » en japonais ?).
Le japonais a des niveaux de langage différents grammaticalement. Je n'ai pas encore regardé, mais je suis à peu près sûr que Luffy de One Piece ne s'exprime pas comme Tanada de la compta, du moins quand elle est au boulot. Et je ne crois pas que le Minna prépare à la lecture des mangas.
Voici cinq caractéristiques intéressantes du Japonais en Mangas :
1 – C'est complet et très sérieux, pour autant que je puisse m'en rendre compte, mais l'ordre des leçons est totalement inhabituel. On ne parle pas avant la moitié du manuel des choses par lesquels les autres méthodes commencent (watashiwa « sufiraputeru » desu). Avant ça on a appris à compter, à dire la date, le temps qu'il fait, où est le nord, comment on dit une pastèque ou un singe, et on connaît plein de kanjis. Et ceux-là, en plus de déchirer leur langue, je crois que plus on les apprend tôt, mieux c'est.
2 – La grammaire familière est donnée en même temps que la grammaire formelle, et quand des formes grossières, voire insultantes, existent en plus des formes familières et formelles, elles sont données aussi.
3 – Il y a décortiqués à chaque chapitre deux pages de très courts extraits de mangas. Des mangas avec de vraies phrases qui préparent à la vie, comme « elle est par où la gare ? », pas « veuillez m'excuser monsieur, pourriez-vous m'indiquer le chemin de la gare ? »
4 – Il y a un chapitre entier sur les insultes, des mots, convenez-en, infiniment plus utiles que « agrapheuse ». En dehors du « baka » passe-partout, en voici quelques unes pour diverses circonstances de la vie : ブス、タコ、間抜け、糞銀行員 (la dernière à sortir à mon banquier, je n'aime pas les banquiers).
5 - Il y a un chapitre, et cinq pages d'annexes, sur les onomatopées. Parce que même en sachant lire les onomatopées (les adaptations laissent souvent les onomatopées en v.o. dans les cases) on s'aperçoit vite qu'il faut apprendre leur sens comme le reste du vocabulaire.
Par contre il n'y a pas d'exercice. Peut-être que la deuxième édition, qui vient de sortir comble cette lacune.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          232
Myrinna
  16 mai 2010
Dans ce manuel, vous allez retrouvez l'histoire des syllabaires mais aussi de la grammaire, des excercices avec beaucoup d'illustrations...Des exemples de la vie quotidiennes expliquant pourquoi telle image a telle fonction, ou pourquoi on utilise telle expression...
Naturellement, bien qu'il est bien conçu, cela reste toujours difficile d'apprendre une langue ayant un alphabet différent du nôtre ...Donc à conseiller à des personnes motivées pour le Japonais.
Commenter  J’apprécie          50
Softymel
  12 juillet 2012
Cette méthode est très agréable et très motivante, avec ses exercices et explications en images! Seul point négatif : les leçons contiennent trop de nouveau vocabulaire et de kanji, il est donc difficile de tout assimiler au fur et à mesure.
A part ça, les leçons de grammaire sont claires, les textes, sous forme de manga, sont sympa, et les exercices intéressants et complets. de plus, il existe un cahier d'exercices qu'il est possible d'acquérir en plus, et qui permet donc de s'entraîner plus encore, toujours en manga!
Commenter  J’apprécie          40
garra
  19 juin 2013
tres bon livre
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
SphilaptereSphilaptere   02 août 2018
Les onomatopées gitaigo (擬態語) sont des mots qui imitent un état.
Exemples :
iraira (イライラ) : être nerveux, irrité
jitto (ジット) : regarder fixement
bisshori (ビッショリ) : être mouillé
pikapika (ピカピカ) : briller, reluire, rayonner

La première réaction des étudiants en voyant ces mots faisant si peu « sérieux » est de penser qu’ils sont peu usuels, et font partie seulement du langage des enfants ou, comme beaucoup, du manga. Grossière erreur. Tous les Japonais, adultes et enfants, utilisent tous les jours les giongo et gitaigo, à l’oral comme à l’écrit.

(et il y a dans les 250 onomatopées listées dans l' annexe 3...)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
SphilaptereSphilaptere   04 août 2018
Il existe un grand nombre de pronoms personnels pour la première comme pour la deuxième personne. Voici quelques exemples simples de quel pronom utiliser et à quelle occasion [pour dire « je »] :
a) Un employé d’une entreprise importante d’environ 40 ans et né à Osaka.
1- S’il parle avec son chef, watashi (私) | S’il parle à sa femme : washi (わし)
b) Une fille de 20 ans.
1- Si elle parle à son copain, atashi (あたし) | 2- Si elle parle à son professeur, watashi (私)
c) Un étudiant de 25 ans.
1 – S’il parle à un autre étudiant : ore (俺) | S’il parle au père d’un ami : boku (僕)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          125
MyrinnaMyrinna   16 mai 2010
L'écriture est à la base de l'apprentissage correct du japonais, car les manuels de romaji (c'est-à-dire) en alphabet occidental) sont utiles mais à la longue insuffisants.Connaître seulement le japonais parlé revient à être analphabète
Commenter  J’apprécie          50
Dans la catégorie : JaponaisVoir plus
>Autres langues>Langues de l'Asie de l'Est et du Sud-Est. Langues sino-tibétaines>Japonais (23)
autres livres classés : Japonais (langue)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
815 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre