AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Éditeur : France Empire (01/01/1976)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Des jours sans fin clôt la magistrale enquête que Christian Bernadac a consacrée à la Déportation. Douze ans de réflexion sur un problème oublié par de nombreuses générations, inconnu pour d'autres, incompris par la plupart. La Déportation ne se raconte pas. Les attitudes, les comportements, les sensations, les souffrances de ceux et celles qui ont traversé ces « Jours sans fin » sont des éléments difficilement transmissibles. Mais les innombrables témoignages recu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   22 août 2014
 Les corps souffraient dans cet enfer, mais les âmes vivaient. La volonté toujours tendue, luttant contre l’avilissement moral, contre le découragement, contre l’abandon fatal, le détenu, au milieu des privations, des vexations, des humiliations sans nom qui lui étaient imposées, gardait en son cœur une flamme qui le soutenait et que, malgré leurs efforts, les bourreaux ne pouvaient éteindre.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   22 août 2014
 Quand auront disparu les survivants de la déportation, les archivistes de l’avenir tiendront peut-être en main quelques papiers aujourd’hui cachés ; mais la principale source leur fera défaut : je veux dire la mémoire vivante des témoins. L’étude exhaustive du système concentrationnaire sera faite par notre génération, ou elle ne le sera jamais. 
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   22 août 2014
 Les philosophes parlent beaucoup de la liberté. Je crois que nous avons découvert la notion de liberté que chacun de nous possède ; et finalement nous concevons que les libertés soient comparables.  Celui qui estime que la liberté de mouvements, la liberté physique ou l’art de bien manger est dans son esprit la chose fondamentale, s’est aperçu rapidement, quand il n’en est pas mort, qu’en déportation ça ne tenait pas. Et finalement probablement on arrive à cette notion de liberté individuelle qui est fondée certainement d’abord sur le sens que l’on donne à la vie de l’homme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   22 août 2014
 Pour payer, il fallait fournir quelque chose. C’est pourquoi la plupart des ouvriers de la fabrique, ceux qui en étaient capables tout au moins, « perruquaient » à tour de bras. Un travail mieux soigné possédait une plus grande valeur et ce n’était que justice car l’auteur y avait consacré de longues heures, encourant de grands risques. Il y avait aussi la cession d’objets précieux que certains camarades, ayant réussi à dissimuler à travers les fouilles, vendaient pour s’assurer, quelque temps, un supplément de nourriture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   22 août 2014
Tout ce que nous avons pu voir et qui dépasse de loin les horreurs ou les souffrances de la guerre et de la déportation, montre que, ce que je crois avoir écrit un jour, c’est que consciemment ou inconsciemment, tous les hommes ont manifesté une vie spirituelle, qu’ils fussent croyants ou incroyants, c’est que l’homme ne vit pas seulement que de pain.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : nazismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2161 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre