AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782020087209
314 pages
Éditeur : Seuil (01/04/1985)
3.44/5   35 notes
Résumé :
Lancé par le succès considérable de son tout premier roman, Sous le soleil de Satan paru en 1926, Georges Bernanos se jeta immédiatement dans l’écriture fiévreuse de L’Imposture, son deuxième roman. Avec sa suite La Joie, L’Imposture devait à l’origine ne former qu’un seul livre intitulé Les Ténèbres, qui eût donné toute la mesure du génie romanesque de Bernanos.

Séparé de son versant lumineux, L’Imposture déroute puisque tout y semble pure noirceur ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Unhomosapiens
  15 novembre 2020
Je viens d'arrêter ma lecture à la deuxième partie. Je n'ai pas adhéré à l'intrigue, ou plutôt à la crise existentielle de ce prêtre, qui m'agace un peu. Ce chanoine intellectuellement très brillant, écrivain, reconnu par ses pairs est dans le doute, l'acédie. Il a perdu la foi et le suicide semble la seule alternative. C'est magnifiquement écrit, avec un vocabulaire minutieusement recherché pour rendre compte des affres de la douleur intérieure dans lesquelles est plongé l'Abbé Cénabre. Ce roman, écrit dans les années 20 me semble inscrit dans le contexte de l'époque. le doute existentiel des prêtres pouvait encore justifier un roman. de nos jours, je n'en suis pas si sûr. En tous cas, pas de cette façon. Depuis avoir vu le film de Pialat « Sous le soleil de Satan » avec Depardieu et Sandrine Bonnaire, j'ai toujours voulu lire Bernanos. Voilà qui est fait. J'aurai essayé.
Commenter  J’apprécie          253
NMTB
  23 septembre 2017
Il parait qu'à l'origine « L'Imposture » ne devait former qu'un seul et même roman avec « La Joie », mais comme Georges Bernanos n'arrivait pas à élaguer son sujet il a finalement publié son livre en deux volets. A mon avis, il aurait mieux fait de revoir la deuxième partie de « L'Imposture », trop longue, moins personnelle, et qui semble à part. L'influence de Bloy se fait trop sentir, c'est comme si Bernanos avait voulu se payer le petit milieu politico-journalistique catholique, avec en sujet de fond la crise de la modernité. le ton est très acide, tous les personnages qui sont mis en scène ne sont définis que par leurs vices : orgueil, hypocrisie, avarice, lâcheté, luxure, gourmandise, il n'y en a pas un pour sauver l'autre. C'est trop terre-à-terre et loin des magnifiques analyses d'âmes et de comportements dont est capable Bernanos.
Les trois autres parties sont par contre du pur Bernanos, l'illustration du combat entre le bien et mal, la sainteté et le satanique. La première partie, qui s'attarde sur l'abbé Cénabre, est une plongée en apnée dans l'esprit du Mal. Elle raconte la nuit où l'abbé Cénabre a pris conscience que sa vie était une duperie, qu'il avait non seulement menti aux autres mais qu'il s'était menti à lui-même ; pour tout dire, il se rend compte qu'il n'a jamais cru en Dieu. Après toute une nuit passée à tergiverser, à désespérer, il prend finalement la décision de ne rien changer à son comportement et à sa vie. Un imposteur donc, qui frôle la démence lors de cette nuit, quelque chose se brise, l'isole définitivement du monde, des autres et de lui-même, ou alors, pour le dire autrement, peut-être se laisse-t-il posséder par Satan, lui-vend-il son âme ? Bernanos cherche à démontrer l'utilité de la confession sincère qui aurait permis à l'abbé Cénabre d'éviter cette prise de conscience tardive et dévastatrice, ainsi que l'installation du mensonge.
En face de lui se dresse la figure pitoyable de l'abbé Chevance, pauvre curé trop humble. Il détonne beaucoup par rapport à la majorité des personnages qui sont tous orgueilleux d'une manière ou d'une autre. Bernanos fait intervenir le surnaturel dans ce roman avec plus de discrétion que dans « Sous le Soleil de Satan », on ne peut pas qualifier l'abbé Chevance de saint, pourtant il est assez proche de l'abbé Donissan, il possède lui aussi l'art de lire dans les âmes et de détecter le Mal, en tout cas il est très perspicace de ce côté-là. Il a d'ailleurs été écarté de sa paroisse suite à une affaire d'exorcisme. Et comme dans « le Journal d'un Curé de Campagne », il doit lutter contre le mal dans son propre corps.
Vers la fin du roman apparait Chantal de Clergerie, une jeune fille de bonne famille à la personnalité également surnaturelle, caractérisée par une simplicité hors norme et une acceptation joyeuse de la vie dans son ensemble, parfaitement soumise à Dieu. Elle est en quelque sorte l'élève de l'abbé Chevance et le dernier paragraphe laisse penser que c'est elle qui sera le personnage central de « La Joie » et qui se trouvera confrontée à l'imposteur. On en frémit d'avance pour elle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
JunoR
  23 août 2019
[Roman audio, lu par André Rannou, pour le site litteratureaudio.com]
Je reste pantoise à lecture de ce roman, tout en étant persuadée de n'avoir pas la maturité suffisante pour en saisir complètement l'ampleur.
C'est superbement écrit. Vingt fois, j'ai arrêté ma lecture en me disant qu'il faudrait que je me rappelle ces mots si percutants de justesse. Les personnages sont nuancés, complexes, passionnants et tellement touchants.
Mais comme je l'ai dit, je manque de maturité pour complètement tout bien appréhender. Voici un livre que je devrai relire plus tard, mais grasse auquel je découvre Bernanos avec ravissement.
Commenter  J’apprécie          91
lebelier
  29 octobre 2021
le roman est construit autour de trois personnages qui vivent chacun une rupture.
Pour l'abbé Cénabre, brillant intellectuel et théologien qui a publié des oeuvres reconnues et admirées, c'est tout simplement la perte de la foi qu'il confie au milieu de la nuit au vieil abbé Chevance en une scène mémorable où Cénabre dans son délire, frappe Chevanche déjà un peu moribond.
Suit une deuxième partie où Pernichon, journaliste d'un journal catholique se voit perdre la confiance des hommes car il avoue ne plus vouloir revoir Cénabre avec qui il a eu un débat de sourds au premier chapitre. L'assemblée d'éminents personnages est choqué et lui retire peu à peu sa confiance. Pernichon est donc désespéré.
La dernière partie remet en scène l'abbé Chevance en ses derniers moments de vie pendant lesquels, une jeune fille, Chantal de Clergerie, s'occupe de lui. Tous ceux qui ont approché Cénabre semblent voués à la mort, la perte de foi étant assimilable à une perte de vie pour son entourage pour qui il était un réconfort spirituel. D'où l'imposture. Il y a aussi beaucoup d'ironie rentrée dans ce roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
bivol3000
  09 mai 2021
J'ai aimé lire ce livre. C'est le genre de livre que j'aime vraiment lire. Au début, c'était excitant parce que ça commence par un meurtre. La femme a tué son mari, Charles Legrandin (qui avait été choisi pour être un futur directeur dans un ministère) et a forcé le meurtre au nom d'un témoin qui prend le rôle de Charles plus tard dans le livre. En lisant ce livre, je trouve que l'on apprend non seulement de nouveaux mots, mais aussi la réalité du gouvernement. L'histoire nous apprend à quel point les syndicats, les chefs d'entreprise, ... peut l'être corrompu. Je pense que la couverture correspond bien au livre et la lecture n'était pas toujours facile car il fallait chercher la traduction de certains mots avant de pouvoir continuer à lire.
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
LeMonde   14 janvier 2019
Avec son deuxième roman, L’Imposture (1927), Georges Bernanos sonde « les eaux dormantes et pourries de l’âme » et décrit magistralement la vie intérieure du médiocre, la perversion de sa volonté, son atroce sérénité, son orgueilleux cynisme, sa haine patiente…
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
NMTBNMTB   18 septembre 2017
L’examen de conscience est un exercice favorable, même aux professeurs d’amoralisme. Il définit nos remords, les nomme, et par ainsi les retient dans l’âme, comme en vase clos, sous la lumière de l’esprit. À les refouler sans cesse, craignez de leur donner une consistance et un poids charnel. On préfère telle souffrance obscure à la nécessité de rougir de soi, mais vous avez introduit le péché dans l’épaisseur de votre chair, et le monstre n’y meurt pas, car sa nature est double. Il s’engraissera merveilleusement de votre sang, profitera comme un cancer, tenace, assidu, vous laissant vivre à votre guise, aller et venir, aussi sain en apparence, inquiet seulement. Vous irez ainsi de plus en plus secrètement séparé des autres et de vous-même, l’âme et le corps désunis par un divorce essentiel, dans cette demi-torpeur que dissipera soudain le coup de tonnerre de l’angoisse, l’angoisse, forme hideuse et corporelle du remords. Vous vous réveillerez dans le désespoir qu’aucun repentir ne rédime, car à cet instant même expire votre âme. C’est alors qu’un malheureux écrase d’une balle un cerveau qui ne lui sert plus qu’à souffrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82
UnhomosapiensUnhomosapiens   12 novembre 2020
Il se retrouva dans la rue, presque suffoqué par la fraîcheur du matin. L'humide haleine de la ville encore ténébreuse se dissipait lentement, baissait comme une eau morte jusqu'au sol d'où l'air neuf la repoussait mystérieusement, sans doute jusqu'au fond des caves de fer et de ciment que n'échauffe jamais la générosité d'aucun vin.
Commenter  J’apprécie          120
UnhomosapiensUnhomosapiens   11 novembre 2020
L'homme peut bien se contredire, il ne peut entièrement se renier. L'examen de conscience est un exercice favorable, même aux professeurs d'amoralisme. Il définit nos remords, les nomme, et par ainsi, les retient dans l'âme en vase clos, sous la lumière de l'esprit
Commenter  J’apprécie          150
JAsensioJAsensio   05 juillet 2010
Extrait de la préface :

C’est par un brutal coup de dague que nous pénétrons dans le deuxième roman de Georges Bernanos, L’Imposture, qui tout entier ressemble à une horrible blessure que l’écrivain semble ne point vouloir refermer. Violence bien réelle puisque, pour le romancier, les batailles de l’âme sont sans doute bien plus brutales que celles que les corps se livrent entre eux. Violence fascinante dont André Malraux, qui admirait Bernanos, se souviendra peut-être en y ajoutant les sucs vite éventés de l’érotisme, lorsqu’il fera s’interroger Tchen devant la fameuse moustiquaire qui lui cache l’homme qu’il faut assassiner, «moins visible qu’une ombre» sous le «tas de mousseline blanche» tombant du plafond. Il s’agit en tout cas de détruire, ici en lardant d’implacable ironie l’esprit d’un pauvre type, Pernichon, qui se joue la comédie et finira par se suicider, là en enfonçant une lame bien réelle dans une chair endormie, avec l’unique volonté de s’en débarrasser de la façon la plus rapide et, si possible, sans bagarre ni bruits, sans faire le plus petit scandale. Un éclair en somme, trouant les ténèbres qui auront vite fait de happer de nouveau les personnages qu’elles ont laissé s’échapper le temps d’une scène mémorable. Bernanos fouaillant la conscience d’un publiciste, puis plaçant sur le chemin nocturne de Cénabre un mendiant qui sera son double misérable; Malraux contractant dans La Condition humaine les muscles de Tchen autant que sa volonté : les grands romanciers semblent être ceux capables de fixer sur le papier des scènes fulgurantes, quitte à tenter ensuite de transformer en véritable orage ces explosions de chaleur sourdes et éphémères.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Gribouille_idfGribouille_idf   21 septembre 2018
Chacun porte un jugement sur sa propre personne, mais il y entre peu de sincérité, qu’on le veuille ou non : c’est une image retouchée cent fois, un compromis. Car observer est une opération double ou triple de l’esprit, au lieu que voir est un acte simple. Je vous demande d’ouvrir les yeux avec ingénuité, de vous saisir du regard entre les hommes, de vous surprendre tel que vous êtes dans l’accomplissement de la vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Georges Bernanos (39) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Georges Bernanos
Dans le cadre des Rencontres de Chaminadour 2021.
Bernanos auteur pour le XXIe siècle ; c'est aussi un enjeu de ce projet qui associe Lydie Salvayre dont le roman Pas Pleurer peut faire office de témoin entre les mondes d'hier et d'aujourd'hui. Avec Lydie Salvayre et Francesca Isidori.
autres livres classés : imposturesVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Le journal d'un curé de campagne de Georges Bernanos

En quelle année ce roman a-t-il été publié ?

1930
1933
1934
1936

12 questions
10 lecteurs ont répondu
Thème : Georges BernanosCréer un quiz sur ce livre