AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782020253789
305 pages
Seuil (01/01/1997)
3.57/5   161 notes
Résumé :
En 1936, la guerre civile éclate en Espagne. Elle fera plus de six cent mille morts.

Bernanos, d'abord séduit par le franquisme, est très vite révolté par la violence de la répression anti-républicaine. De cette révolte naîtront Les Grands Cimetières sous la lune.

Sous la plume de l'auteur du journal d'un curé de campagne, la tragédie du monde. D'un écrit de circonstance, son génie a fait oeuvre universelle.

source : a... >Voir plus
Que lire après Les grands cimetières sous la luneVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (33) Voir plus Ajouter une critique
3,57

sur 161 notes
5
6 avis
4
6 avis
3
7 avis
2
4 avis
1
4 avis
Sur les étals des libraires fleurissent « les grands cimetières sous la lune ». A l'ombre de l'excellent « pas pleurer » de Lydie Salvayre, prix Goncourt 2014, l'orange de la couverture de cette réédition attire l'oeil. Cette mise en avant du récit de Bernanos écrit en janvier 1937 à Palma de Majorque parait comme la dénonciation des actes barbares commis par les troupes phalangistes. C'est du moins ce qu'il reste de ces 330 pages préfacées par Michel del Castillo. Mais, à aucun moment, cet avant propos ne fait état des relents nauséabonds antisémites et homophobes que ne peut s'empêcher de retenir l'auteur. Car il faut le dire, « les grands cimetières sous la lune » ce n'est pas seulement la dénonciation d'un crime civil mais aussi l'acte de foi politique réaffirmé d'un homme qui condamne la Démocratie et la République. Certes, il n'est pas question de nier l'accusation que porte Bernanos sur ces assassins du peuple. Mais, rappeler que son indignation comporte trois motifs : 1. Une violence commise sous le couvert de l'église catholique, ce que réprouve l'auteur. 2. L'inacceptable ingérence de militaires étrangers en Espagne, lors de cette guerre. 3. La mort, sans causes, de pauvres ouvriers et paysans attirés de ce fait par la cause communiste. Il n'y a rien de plus aux motifs de cette condamnation. Dans son introduction, Michel del Castillo considère de manière outrancière le récit de Bernanos comme « un premier acte de résistance avant guerre ». Il n'en est rien. Ce n'est pas la redondance puérile du « Cher Monsieur Hitler » lors des dix dernières pages qui feront de l'écrivain polémiste un combattant avant l'heure du nazisme. Nulle question dans ce livre des milles barbaries commises par le régime nazis, des camps de concentration en action depuis quatre années. Certes, l'auteur ne sera pas de Vichy, comme il n'était plus d'Action Française. Certes, l'auteur n'aimait pas son leader, Maurras l'athée. Oui mais, cette détestation sera aussi l'occasion pour Georges Bernanos de réaffirmer sa foi et sa fidélité au père de la ligue antisémitique de France Edouard Drumont. C'est ainsi que dans « les grands cimetières sous la lune » Bernanos réaffirme que l'auteur de « la France Juive » et de « la tyrannie maçonnique » reste son maître à penser. Opposer à la Démocratie et Royaliste Légitimiste il renvoi dos à dos les hommes politiques de droite comme de gauche. Ces faveurs vont à l'ancien monarque Henri IV. Favorable à une monarchie Bernanos l'est à n'en pas douter. A une monarchie constitutionnelle ? Certainement pas, il n'a aucun gout pour ce qui exclu le droit divin. Après la rédaction de ce livre et les accords de Munich signés, conforté dans sa détestation des hommes politiques de la IIIème République, Bernanos s'exilera au Brésil. Il choisira de s'installer au sein d'une dictature. En effet, depuis novembre 1937 le Brésil est dirigé par Gétulio Vargas au pouvoir depuis un coup d'état. Pour plusieurs années le dictateur instaurera l'estano novo (état nouveau) terme repris de Salazar. Bernanos restera installé dans ce pays de censures jusqu'en 1945, année de la destitution du dictateur Vargas. C'est pourquoi, il ne faut pas faire des « grands cimetières sous la lune » le récit de ce qu'il n'est pas : une ode à la liberté. Non, ce livre n'est que l'amertume manifeste d'un catholique monarchiste attaché à l'autoritarisme d'état, face à l'horreur d'une guerre civile commise par ceux qu'il considère de son camp. « Les grands cimetières sous la lune » c'est aussi la réaffirmation de la pensée profonde de l'écrivain quant à ses convictions politiques et morales. Cette réédition à pour but de véhiculer une pensée. Elle doit se lire de manière critique avec notre vision du monde présent et non seulement à l'aune des événements de 1937. En ce cas, que devons nous penser en lisant la phrase suivante : « Que peuvent avoir de commun les paysans de Manuel Fal Conde avec ces aristocrates mâtinés de juif, qui tiennent de leur double origine les formes les plus exquises de la lèpre ou de l'épilepsie, et dont l'absurde égoïsme a perdu la Royauté ? » Que penserions nous d'un écrivain si pour se justifier il écrivait cela : « de plus, les juifs sont puissants dans le monde et valent d'être ménagés…Mais nous les ménageons pour qu'ils nous ménagent à leur tour, c'est-à-dire qu'ils ménagent l'église. Et peux être même qu'ils dispensent un jour quelque part de leur superflu aux misérables échappés des massacres ». Quels seraient nos réactions si en 2015 sous la plume d'un écrivain reconnu nous découvrions la phrase suivante : « C'est au nom de l'ordre européen menacé par les communistes que les nazis ont pris possession de l'héritage des Habsbourg. Mais ne l'avions nous pas déjà sacrifié, en 1917, cet héritage à l'Italie ? L'Empereur Charles offrait la paix. Nous avons prolongé d'un an la guerre, pour une espèce d'entité géographique, une nation paradoxale, une nation sans tradition nationale, la plus pure création au dix neuvième siècle, de la maçonnerie universelle ». Et s'il n'était que cela ! Bernanos nous livre ses sentiments délétères concernant les invertis qu'il abhorre. Un livre ou tous ces éléments se rassemblent, un auteur qui compare ceux qu'il n'aime pas à des nègres blancs similaires à « ces sauvages ». C'est aussi cela « les grands cimetières sous la lune ». Non ce livre ne devrait pas figurer au premier rang des étals de nos librairies. A quoi bon combattre les totalitarismes et les extrémismes fleurissant si nos nombreux passeurs de paix et de fraternité donnent à penser comme eux. Nous ne pouvons chanter la liberté et vitupérer contre le racisme et l'antisémitisme galopant tout en laissant sans critique de tels récits, fusse-t-ils anciens. Alors, si la curiosité vous pousse à découvrir Bernanos ne vous tournez pas vers « les grands cimetières sous la lune ». Vous n'y trouverez rien de réjouissant. Il n'y a rien à retenir de ce récit, pas même la lecture des atrocités d'une guerre
Commenter  J’apprécie          345
A lire d'une traite , c'est, un peu (un peu plus même ! ) Indigeste. Mais petit à petit, en faisant des pauses qui permettent de respirer, de s'aérer avec d'autres lectures, c'est faisable ... et je me suis surprise à prendre de plus en plus d' intérêt dans cette lecture que j'avais envisagé, un moment, d'abandonner.

Ce livre publié en 1938, avant que la guerre d'Espagne ne prenne fin est d'abord un violent pamphlet contre le franquisme qui est en passe de vaincre avec la complicité, je dirai même la duplicité, du clergé espagnol et du Vatican. Mais Bernanos a compris que cette guerre civile n'était qu'un prologue à “la tragédie universelle à venir”, celle de la seconde guerre mondiale et les exemples qu'il rapporte sont autant d'arguments qui confortent ses prédictions.
Bien sûr Bernanos n'est pas tout blanc et au fil des pages bien des propos peuvent égratigner, choquer.
Alors je préfère me référer au texte écrit par Albert Camus dans Alger Républicain, le 4 juillet 1939, lui , avec son intelligence , son coeur, son humanisme, avait, une fois de plus tout compris :
« Georges Bernanos est un écrivain deux fois trahi. Si les hommes de droite le répudient pour avoir écrit que les assassinats de Franco lui soulevaient le coeur, les partis de gauche l'acclament quand il ne veut point l'être par eux. Car Bernanos est monarchiste. Il l'est comme Péguy le fut et comme peu d'hommes savent l'être. Il garde à la fois l'amour vrai du peuple et le dégoût des formes démocratiques. Il faut croire que cela peut se concilier. Et dans tous les cas, cet écrivain de race mérite le respect et la gratitude de tous les hommes libres. Respecter un homme, c'est le respecter tout entier. Et la première marque de révérence qu'on puisse montrer à Bernanos consiste à ne point l'annexer et à savoir reconnaître son droit à être monarchiste. Je pense qu'il était nécessaire d'écrire cela dans un journal de gauche ».
Commenter  J’apprécie          322
Objectivement, le XXème siècle débute en 1914, de même la seconde guerre mondiale n'a pas commencé à Dantzig en 1939 mais en Espagne au cours de l'été 1936.
Cette oeuvre est par conséquent bien plus qu'un simple livre fut-il écrit par une grande plume. Il s'agit d'un témoignage direct sur cette épouvantable tragédie. Il ne s'agit pas d'une retranscription des événements politiques et militaires ou d'un récit de combattant mais de réflexions appelées par le vécu des événements.
Par un concours de circonstances Georges Bernanos se trouvait en résidence en Espagne au moment des évènements. L'auteur était un homme de droite, proche même de l'ultra droite particulièrement active et violente en ces années là en France. Dans ce livre, Bernanos se livre à une sorte d'examen de conscience et s'adresse à sa famille politique pour lui dire qu'elle fait fausse route. Les croisés présumés défendre la civilsation contre les hordes communistes commettent aussi d'abominables forfaits et ne sauraient servir de modèles à importer en France. Il ne voit aucune supériorité spirituelle dans ces massacres.
Le moins que l'on puisse dire est qu'il ne fut pas entendu en France.
Une oeuvre courageuse et poignante qui prend toute sa place aux côtés des récits de Malraux (L'espoir) et d'Hemingway (Pour qui sonne le glas)
Commenter  J’apprécie          283
Ma lecture récente de "Sous le soleil de Satan" m'a amené à m'interroger sur les nombreuses contradictions soulevées par Bernanos en ce qui concerne la lucidité et la clairvoyance d'une pensée telle que la sienne d'une part et son attachement à l'église catholique et à ses textes canoniques d'autre part. En effet, comment pouvait-on être aussi historiquement avisé sur la construction des dogmes religieux et en même temps se cramponner à une vérité donnée, présentée comme indiscutable et souveraine ?
Une partie du paradoxe se dévoile dans "Sous le soleil de Satan", à travers les doutes sur la foi du jeune prêtre, personnage central de ce roman. le mystère s'éclaircit encore plus à la lecture de "Les grands cimetières sous la lune", essai composé à Majorque sous les feux de la guerre civile espagnole en 1938. Bernanos n'y traite pas seulement de l'énigme de la Foi, mais surtout de son absence de plus en plus criante et dramatique. Si le soleil est peut-être la marque de la divinité, qu'elle soit bienfaisante ou, comme dans le célèbre roman de Bernanos, malfaisante, la lune serait alors la marque des êtres humains, inconstants et versatiles. Cette lune couvre de ses rayons étouffés les carnages et la folie des hommes, massacrant à tout va au nom de Dieu. Sous la forme de l'interpellation, Bernanos fustige les ecclésiastiques, les hommes de Dieu, les professionnels de la religion chrétienne, les moralistes, mais aussi les bourreaux droitistes, les assoiffés de sang qui n'hésitent pas à se couvrir du blanc-seing de l'Eglise pour justifier leur désir de mort. Cet écrivain conservateur et monarchiste s'oppose alors ouvertement à Franco, aux fascistes et à leurs fervents défenseurs en France, annonçant, avec intuition, le chaos vers lequel l'Europe se jette insensément et rageusement. Pour Bernanos, la fin de Dieu, annoncée par Nietzsche, se double d'une abdication et d'un dévoiement de ses représentants sur Terre. L'Eglise catholique a affirmé et confirmé par son soutien à Franco que Dieu n'existait plus pour les hommes.
Commenter  J’apprécie          230
Il est des livres que je reprends de temps à autre. Les grands cimetières sous la lune sont de ceux-là et je ne me l'explique pas. Personne ne m'est plus étranger que Bernanos, catholique, royaliste, ancien combattant de 14, père d'une ribambelle enfants… rien et pourtant j'aime ce livre ainsi que d'autres livres de lui, Journal d'un curé de campagne, Un crime, et dans un coup de folie, La grande peur des bien pensants, livre incompréhensible, dont les repères historiques m'échappent, époque où le magister de Maurras s'exerce encore, où Bernanos prend à parti le sourdingue marseillais car traitre à Drumont, ou je ne sais.
Rien ne me rattache à Georges Bernanos, ni sa foi catholique, ni son idéal monarchiste. Camelot du Roi, antidreyfusard, maurrassien… il est difficile de suivre les méandres de ses combats, à moins d'une agrégation ès « droites françaises ». Politiquement introuvable, antidémocrate certainement. Bernanos, est à peine un contemporain, un personnage convexe, comme son buste de Port Royal, un personnage impossible, père de onze enfants, ayant épousé une descendante de Jeanne d'Arc (on croirait une blague), assureur, écrivain, installé en 1934, à Palma de Majorque : « parce que le prix du boeuf et des pommes de terre y est encore abordable ». Il ne savait pas qu'il allait trouver la guerre civile.
Témoin de hasard de la guerre civile, il n'en montre que les abords, car la guerre civile est essentiellement invisible, diffuse, habituée du petit jour et du crépuscule. La guerre civile est un état d'incertitude et les seules réalités sont les têtes ou les cadavres que l'on retrouve au matin et devant lesquelles les questionnements se posent encore. Parce qu'on ne sait rien, les gens meurt et tout devient conjecture. « La guerre civile ne m'a fait vraiment peur que le jour où je me suis aperçu que j'en respirais, presque à mon insu, sans haut-le-coeur, l'air fade et sanglant. »
Il n'y a rien de spectaculaire dans Bernanos. Nous sommes loin du journalisme, de Malraux, d'Hemingway et Bernanos retrace cette atmosphère de guerre civile qu'il a vécue à Palma de Majorque, qui a été le point d'appui de la Légion espagnole et des règulares, qui ont formé le fer de lance des troupes franquistes de Yaguë. Il ne voit pas grand chose, peut-être ces camions pleins de paysans, les mains encore pleines de travail, qui vont être exécutés dans le soir. il entend, il entend à la radio la charla de Queippo de LLano (que l'on peut découvrir sur You Tube), il parle sans doute dans son castillan approximatif à ses voisins ; à ses nombreux enfants, dont au moins un (Ifi) est phalangiste et qui lui rapportent ce qu'ils voient ou entendent, car les enfants en savent plus que les parents dans ces temps incertains.
En France nous connaissons peu la guerre civile espagnole, on en reste à l'histoire des vaincus, à la geste des brigadistes, des républicains, à Malraux. Nous avons une vision manichéenne. Bernanos est sans illusion. Sa dénonciation du franquisme ne signifie en rien son adhésion aux idées de la République espagnole. Ici il faudrait rappeler quelques éléments d'histoire de l'Espagne, de la seconde République après l'épisode Primo de rivera, la radicalisation des gauches, l'éphémère République socialiste asturienne…
Bernanos m'intéresse car il écrit bien, son humour cruel, sa description des soldats de 14 anxieux à l'idée de rater le train pour l'Enfer, comme s'ils se rendaient à Viroflay, l'effet comique à répétition de l'oubli du nom de Salazar, sa totale indépendance d'esprit, le personnage est facile à comprendre au final, c'est un croyant hors de l'Eglise officielle, hors de tout, seul.
Alors oui, ce livre vaut pour son regard dont la force marque l'esprit comme des blessures.

Lien : http://jsander.blogs.nouvelo..
Commenter  J’apprécie          210


critiques presse (1)
Telerama
30 octobre 2023
Un pamphlet contre une épuration commise au nom du Christ, et qui refuse l’embrigadement simplement politique.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (73) Voir plus Ajouter une citation
En juillet 1937 , parut la lettre collective de l'épiscopat espagnol en soutien au franquisme . Cette lettre était signée par la quasi totalité des évêques et archevêques qui exprimaient leur approbation plébiscitaire à la dictature franquiste et leur volonté d'engager les forces de dieu pour lutter contre les forces du mal ( le camp républicain ) par tous les moyens possibles .
Les signataires étaient :
- Isidoro , cardinal Goma y Tomas ................archevêque de Tolède .
- Eustaquio , cardinal Iliundain y Esteban .... " " de Séville .
- Prudencio , ..................................................... " " de Valence .
- Manuel , ......................................................... " " de Burgos .
- Rigoberto , ...................................................... " " de Saragosse
- Tomas , ........................................................... " " de Santiago
- Agustin , .......................................................... " " de Grenade ,
Alméria , guadix et Jaen .
- José , ................................................................ " " de Majorque
- Adolfo , ......................................................Évêque de Cordoue et Ciudad Real
- Antonio , .................................................... " " d' Astorga
- Léopoldo , .................................................. " " de Madrid et Alcala
- Manuel , ..................................................... " " de Palencia
- Enrique , .................................................... " " de Salamanca
- Justino , ...................................................... " " d'Urgel
- Miguel de los Santos , .............................. " " de Carthagène
- Fidel , .......................................................... " " de Calahorra
- Florencio , .................................................. " " d'Orense
- Rafael , ...................................................... " " de Lugo
- Félix , .......................................................... " " de Tortosa
- Albino , ....................................................... " " de Ténériffe
- Juan , .......................................................... " " de Jaca
- Juan , .......................................................... " " de Vich
- Nicanor , .................................................... " " de Tarazona et Tudela
- José , ........................................................... " " de Santander
- Feliciano , ................................................... " " de Plasencia
- Antonio de Chersonèse , .......................... " " de Crète et d'Ivice
- Luciano , ..................................................... " " de Ségovie
- Manuel , ...................................................... " " de Zamora
- Manuel , ...................................................... " " de Curio et de Ciudad-
Rodrigo
- Lino , ............................................................ " " de Huesca
- Antonio , ...................................................... " " de Tuy
- José Maria , ................................................. " " de Badajoz
- José , ............................................................ " " de Gérone
- Justo , ........................................................... " " d'Oviedo
- Francisco , ................................................... " " de Coria
- Benjamin , ................................................... " " de Mondoñedo
- Tomas , ........................................................ " " d'Osma
- Anselmo , .................................................... " " de Teruel- Albarracin
- Santos , ....................................................... " " d'Avila
- Balbino , ...................................................... " " de Malaga
- Marcelino , .................................................. " " de Pampelune
- Antonio , ..................................................... " " des Canaries
- Ylario Yaben , vicaire de Siguenza
- Eugenio Domaica , vicaire de Cadix
- Emilio F Garcia , vicaire de Ceuta
- Fernando Alvarez , vicaire de Leon
- José Zurita , vicaire de Valladolid
- Tous les prêtres d'Espagne , pour la plupart modestes , pour la plupart éloignés du pouvoir et pour la plupart proches du peuple , se plièrent de gré ou de force aux principes promus par cette lettre de soutien inconditionnel au général Franco et durent mettre leur soutane par-dessus leur conscience . Nombreux furent ceux qui le payèrent de leur mort .
Commenter  J’apprécie          110
Ça vous embête de m’écouter parler si longtemps des imbéciles ? Eh bien, il m’en coûte, à moi, d’en parler ! Mais il faut d’abord que je vous persuade d’une chose : c’est que vous n’aurez pas raison des imbéciles par le fer ou par le feu. Car je répète qu’ils n’ont inventé ni le fer, ni le feu, ni les gaz mais ils utilisent parfaitement tout ce qui les dispensent de penser par eux-mêmes. Ils aimeront mieux tuer que penser, voilà le malheur ! Et justement vous les fournissez de mécaniques ! La mécanique est faite pour eux. En attendant la machine à penser qu’ils attendent, qu’ils exigent, qui va venir, ils se contenteront très bien de la machine à tuer, elle leur va comme un gant. Nous avons industrialisé la guerre pour la mettre à leur portée. Elle est à leur portée, en effet. p 19 (Points seuil)
Commenter  J’apprécie          310
C'est une folle imprudence d'avoir déraciné les imbéciles, vérité qu'entrevoyait M. Maurice Barrès. Telle colonie d'imbéciles solidement fixée à son terroir natal, ainsi qu'un banc de moules au rocher, peut passer pour inoffensive et même fournir à l’État, à l'industrie un matériel précieux. L'imbécile est d'abord un être d'habitude du parti pris. Arraché à son milieu il garde, entre ses deux valves étroitement closes, l'eau du lagon qui l'a nourri. Mais la vie moderne ne transporte pas seulement des imbéciles d'un lieu à l'autre, elle les brasse avec une sorte de fureur. La gigantesque machine, tournant à pleine puissance, les engouffre par milliers, les sème à travers le monde, au gré de ses énormes caprices. Aucune autre société que la nôtre n'a fait une si prodigieuse consommation de ces malheureux. Ainsi que Napoléon les "Marie-Louise" de la campagne de France, elle les dévore alors que leur coquille est encore molle, elle ne les laisse même pas mûrir. Elle sait parfaitement que, avec l'âge et le degré d'expérience dont il est capable, l'imbécile se fait une sagesse imbécile qui le rendrait coriace.

Page 16
Commenter  J’apprécie          100
Exécutions
J’ai vu là-bas, à Majorque, passer sur la Rambla des camions chargés d’hommes. Ils roulaient avec un bruit de tonnerre, au ras des terrasses multicolores, lavées de frais, toutes ruisselantes, avec leur gai murmure de fête foraine. Les camions étaient gris de la poussière des routes, gris aussi les hommes assis quatre par quatre, les casquettes grises posées de travers et leurs mains allongées sur les pantalons de coutil, bien sagement. On les raflait chaque soir dans les hameaux perdus, à l’heure où ils reviennent des champs ; ils partaient pour le dernier voyage, la chemise collée aux épaules par la sueur, les bras encore pleins du travail de la journée, laissant la soupe servie sur la table et une femme qui arrive trop tard au seuil du jardin, tout essoufflée, avec le petit balluchon serré dans la serviette neuve : « Adios ! recuerdos ! » (adieu ! Je pense à toi!)
Commenter  J’apprécie          80
(...) la réforme des institutions vient trop tard lorsque la déception des peuples est devenue irréparable, lorsque le coeur des peuples est brisé.
Commenter  J’apprécie          384

Videos de Georges Bernanos (43) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Georges Bernanos
« Rien ne me réconcilie, je suis vivant dans votre nuit abominable, je lève mes mains dans le désespoir, je lève les mains dans la transe et le transport de l'espérance sauvage et sourde ! » (Paul Claudel, Cinq Grandes Odes)
« Singulière figure que celle de Georges Bernanos (1888-1948) […]. Sorte de Protée des haines et de l'amour, il semble ne jamais offrir deux fois le même visage. Il y aurait plusieurs Bernanos : un Bernanos de droite, à cause des Camelots du Roi, un Bernanos de gauche à cause des Grands Cimetières sous la lune ; un Bernanos romancier des abîmes de la condition humaine, ou un Bernanos pamphlétaire névropathe ; un Bernanos anticlérical, un Bernanos pieux catholique ; un Bernanos antisémite, un Bernanos réactionnaire, un Bernanos prophète, un Bernanos énergumène, un Bernanos enthousiaste... L'inventaire est sans fin […]. Romancier, essayiste, journaliste, Bernanos est l'homme d'une oeuvre vaste mais unifiée, tout entière contenue dans cette tâche qu'il découvrit être la sienne : rendre témoignage à la vérité, en manifestant de toutes les manières possibles ce qui est pour lui la finalité de toute condition humaine. […] Bernanos ne se faisait aucune illusion quant à l'efficace immédiate de ses écrits sur la marche du monde. C'est, toujours et seulement, de la révolte de l'esprit, la seule qui vaille, qu'il est question chez lui. […] » (Romain Debluë)
« […] C'est sans doute ma vocation d'écrire, ce n'est ni mon goût ni mon plaisir, je ne puis m'empêcher d'en courir le risque, voilà tout. Et ce risque me paraît chaque fois plus grand, parce que l'expérience de la vie nous décourage de plaire, et qu'il est moins facile encore de convaincre. J'ai commencé d'écrire trop tard, beaucoup trop tard, à un âge où on ne peut plus être fier des quelques vérités qu'on possède, parce qu'on ne s'imagine plus les avoir conquises, on sait parfaitement qu'elles sont venues à vous, au moment favorable, alors que nous ne les attendions pas, que parfois même nous leur tournions le dos. Comment espérer imposer aux autres ce qui vous a été donné par hasard, ou par grâce ? […] Il faut vraiment n'avoir pas dépassé la quarantaine, pour croire que dix pages, cent pages, mille pages d'affirmations massives sont capables de forcer une conscience : c'est vouloir ouvrir la délicate serrure d'un coffre-fort avec une clef de porte cochère. L'âge aidant, il me paraît maintenant presque aussi ridicule et aussi vain de dire au public : « Crois-moi ! » qu'à une femme : « Aime-moi ! » et le résultat est le même, soit qu'on ordonne ou qu'on supplie. Rien n'est plus facile que de prêcher la vérité. le miracle, c'est de la faire aimer. […] » (Georges Bernanos, Comprendre, c'est aimer, paru dans La Prensa, à Buenos Aires, le 19 janvier 1941.)
0:04 - Réponse à une enquête 11:30 - Générique
Référence bibliographique : Georges Bernanos, Scandale de la vérité, essais, pamphlets, articles et témoignages, Éditions Robert Laffont, 2019
Image d'illustration : https://www.france-libre.net/bernanos-appel/
Bande sonore originale : Carlos Viola - The Four Witnesses (Piano Version)
Site : https://thegamekitchen.bandcamp.com/track/the-four-witnesses
#GeorgesBernanos #scandaledelavérité #LittératureFrançaise
+ Lire la suite
Dans la catégorie : République 1931-1939Voir plus
>Espagne : histoire>Espagne : fin du XIXe et XXe siècle>République 1931-1939 (13)
autres livres classés : guerre civile espagnoleVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (625) Voir plus



Quiz Voir plus

Le journal d'un curé de campagne de Georges Bernanos

En quelle année ce roman a-t-il été publié ?

1930
1933
1934
1936

12 questions
17 lecteurs ont répondu
Thème : Georges BernanosCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..