AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 236760150X
Éditeur : Erick Bonnier (13/09/2018)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Bâti sur un mensonge – et quel mensonge ! –, un amour n’est-il que traîtrise, perversité, cynisme et faiblesse ?

C’est compter sans les sinuosités du coeur, l’alchimie des souterrains, la muraille trop primaire des mots.

Passée maître dans l’observation des âmes, l’auteur, armée d’une langue scintillante, décrit les méandres d’une passion nocturne et bouleversante.

Face à cet amant enfermé dans son secret et s’enferrant d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
diablotin0
  14 octobre 2018
Je suis un peu perplexe en refermant ce livre. Ai-je aimé ? Je ne peux pas trancher de façon ferme.
Ce que je peux dire avec certitude c'est que l'écriture est belle.
Tout comme ce qui se joue entre les deux amants, j'ai oscillé entre plusieurs sentiments en lisant ce livre qui est constitué de deux parties. La première est consacrée à une « lettre » que la femme écrit à son amant pour essayer de comprendre ce qui s'est passé entre eux mais aussi pour comprendre les méandres de l'amour. La seconde, beaucoup plus courte sera la réponse de l'amant.
Alors oui, bien sûr, il ment, il la manipule, on lui on veut pour cela mais en même temps, elle se laisse entraîner dans ce tourbillon de mensonges malgré ses doutes, ses soupons qui se font nombreux. Il n'empêche que c'est lui qui ment et que nous sommes porté à lui en vouloir d'autant plus qu'il justifie son mensonge. Pour ne pas rien dévoiler, je vais me contenter de dire qu'il estime avoir menti à cause d'elle !!! ben voyons, c'est de sa faute ! mais cela fait réfléchir.
Beaucoup de questionnements et une réflexion sur la complexité de l'être humain.
Le livre est petit, je le relierai donc pour mieux en comprendre les subtilités.
Je n'oublie pas bien sûr de remercier les éditions ErickBonnier et Babelio pour m'avoir fait découvrir ce livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          333
KRYSALINE555
  15 novembre 2018
Ce court roman épistolaire (124 pages) ne comporte en effet que deux lettres : l'une très longue d'une femme séduite par un homme qui va se révéler être un pervers narcissique de la dernière espèce.
Elle explique tout au long de sa lettre comment elle est « tombée amoureuse » de cet homme, Marc-Aurèle (tout un symbole) au détour d'une soirée où elle était partie « noyer » son veuvage (noter que d'entrée de jeu, elle mélange l'objet de son amour avec le sentiment d'amour lui-même).

Veuf également, il va se rapprocher subrepticement d'elle par ce truchement et s'engouffrer dans la brèche qu'elle ouvre elle-même en laissant apparaitre son désespoir d'aimer. Elle va s'impliquer petit à petit dans cette histoire et se bercer d'illusions tout en voulant malgré tout rester sur ses gardes mais finira par sombrer de plus en plus dans le piège qu'elle sent se refermer sur elle.
Victime à demie lucide aux clairvoyances fulgurantes elle se voile quand même la face jusqu'au bout tout en se perdant dans une logorrhée sans fin pour obtenir des explications qu'elle n'a que trop bien pressenties sur un comportement de perversion et de cruauté flagrante.
Elle conservera une attitude confinée au masochisme tout en admettant ne pas avoir été complètement dupe des manoeuvres dudit Marc-Aurèle. Bafouée, flouée, elle ira de déceptions en désillusions en découvrant finalement le portrait psychologique effrayant de Marc-Aurèle qui ne connait ni limites, ni remords, ni pitié, un psychopathe qui ne recule devant aucune perfidie ni manigance.
La deuxième lettre (plutôt courte mais dense) est une réponse aux allégations évoquées dans la première lettre et oh surprise ! Elle n'infirme absolument pas l'attitude reprochée. Au contraire Marc-Aurèle assume et revendique totalement son comportement, le justifie et l'argumente. Il évoque son désir de conserver son côté « secret » affirmant ainsi l'ascendant psychologique pris sur sa victime. Il pense être son ouvrage, ridiculisant l'affect, le sentiment, l'amour et rabaissant sa victime au rang de simple « objet de manipulation », un « jouet » en somme, livré aux expériences démoniaques d'un malade mental effarant.
Alors évidemment je n'ai pu m'empêcher d'effectuer un très gros rapprochement avec le roman de Choderlos de Laclos, « Les Liaisons Dangereuses ». On trouve ici, une adaptation « moderne » du célèbre roman qui se situe sous la monarchie de Louis XVI.
Dans le roman de Simone BERNARD-DUPRE, Marc-Aurèle représente à la fois la Marquise de Merteuil et le vicomte De Valmont, passés maitres en l'art du mensonge, de la manipulation, de la mauvaise foi, de la cruauté et de la perversion. La femme qui écrit la première lettre est quant à elle, à la fois Mme de Tourvel et Cécile de Volanges, victime consentante du bourreau qui la séduit puis la persécute en soufflant alternativement le chaud et le froid, l'approchant quand elle cherche à fuir, la fuyant lorsqu'elle montre son attachement.
Marc-Aurèle cependant ne parvient pas à la « sublimation » totale de ses actes puisqu'il affirme avoir été lui-même séduit et avoir succombé à l'amour de la belle tout au début de leur « histoire » au cours d'un « moment d'égarement ». Ayant ainsi « cédé » au sentiment honni, même brièvement, il se met donc en contradiction avec sa philosophie de vie décadente et sa volonté de la transformer en règles de hautes valeurs morales ou esthétiques.
Il va même jusqu' ‘à se poser en « victime » à son tour, insinuant qu'elle aurait été l'artisane de sa perte justifiant ainsi sa soi-disant faiblesse en lui reprochant d'avoir déclenché chez lui le sentiment d'amour initial puis en l'étouffant aussitôt par ses désirs "d'amours douloureuses ou tragiques", le blessant profondément. Il l'accuse de faits qu'il a lui-même perpétrés en la rendant responsable ; il retourne la situation pour justifier son comportement pervers qu'il aurait été « obligé » d'adopter face à l'attitude qu'elle aurait eu elle-même.
Ce qui lui permet de s'en tirer par une pirouette. Il légitime alors sa fuite et laisse la porte ouverte à la possibilité d'entretenir ce lien de dépendance entre eux qui pourrait éventuellement augurer d'une reprise de leur « liaison » basée sur l'inégalité des sentiments, poursuivant donc la torture en la laissant s'interroger dans l'attente de son retour et de ses intentions.
La dernière phrase clôture et résonne comme une ultime promesse (presque une menace) lourde de sous-entendus sur une histoire qui n'aurait peut-être pas de fin… s'il lui en prenait l'envie…
Cet ouvrage, de très belle facture, à l'écriture fluide, se lit avec beaucoup de plaisir (sadique ??) et de curiosité. On reste pantois devant tant de duplicité et de tromperie… mais il reflète très bien la complexité de la relation entre les êtres qui est rarement égale à fortiori lorsque l'un joue avec les sentiments de l'autre…
Je dois avouer qu'à la lecture de la première lettre, j'ai été prise à plusieurs reprises, d'un doute sur l'authenticité du récit de la femme. N'était-elle pas finalement seulement « victime » de sa propre « paranoïa » ? Etait-il réellement ce qu'elle décrivait, ou le fruit d'une imagination délirante, fabriquant de toute pièce le profil de ce pervers impitoyable et redoutable ?
Tous ces plans calculés et distribués au grès de ses envies, ne seraient-ils pas une simple « vue de l'esprit », une interprétation déformant la réalité ?
Nous restons de toutes façons aussi face à des questionnements qui nous ramène à la petite phrase du début : « continue à te poser des questions, alors tu verras qu'il n'y a pas de réponse »…
Le titre est parfait: "Mais vous êtes quoi" et non pas "qui"?.... Une chose inconcevable, un "monstre" en somme...
Voilà, j'ai été un peu "longuette" dans mes explications mais c'est à la mesure de mon enthousiasme pour cet ouvrage. En cela, je remercie la Masse critique Babélio et les éditions Erick Bonnier pour cette découverte très intéressante qui m'a fait aussi me replonger dans le roman Choderlos de Laclos afin d'en comparer les similitudes et tenter de comprendre cette fascination exercée par ce « mal » tant et tant disséqué dans la psychanalyse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
cecille
  17 octobre 2018
Une femme raconte sa rencontre avec un homme, un notable d'une ville de province. Tous les deux sont veufs et cette souffrance commune rapproche inévitablement. Seulement qui se cache derrière cet homme qui devient vite suspicieux à ses yeux à elle ? Ne serai-il pas le maître d'oeuvre d'une histoire macabre créée de toute pièce ? Ce roman nous offre en deux parties, les deux points de vue, d'abord celui de la femme qui se raconte et l'homme qui répond à son attaque...Je ne peux vous en dire davantage. C'est un roman surprenant, d'un style élégant, sur le bien et le mal, l'ombre et la lumière qui peuvent composé un même être humain ...L'auteure va loin dans ce voyage intérieure de l'esprit de chacun, à lire et relire certainement ! Merci à masse critique et les éditions Erickbonnier.
Lien : http://universelicec.com/
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
diablotin0diablotin0   14 octobre 2018
Mais le Diable et le Bon Dieu ne font -ils pas une bonne paire d'amis ? Le Diable n'est peut-être que le bouffon de Dieu. Comment Dieu et ses anges falots auraient-ils survécu à la monotonie des heures et des jours, sans le pouvoir de distraction de Satan ?
Commenter  J’apprécie          160
diablotin0diablotin0   14 octobre 2018
Peut-être aurais-je dû comprendre, dès ce premier soir, que nous ne pouvions nous rejoindre. Non pas parce que nous évoluions dans des mondes différents, mais simplement parce que déjà vous faisiez semblant.
Commenter  J’apprécie          110
diablotin0diablotin0   14 octobre 2018
Nulle contrainte ne me bridait avec vous. Nul effort. Point de simulacre. Et c'est ainsi que vous m'avez amenée sur le chemin d'une liberté insoupçonnée. Bien sûr l'indépendance m'imposait ses exigences. Comme celle de renoncer à l'impossible fusion qui jusqu'alors m'était apparue comme un diktat impérieux de l'amour.
Commenter  J’apprécie          40
cecillececille   17 octobre 2018
Pourquoi cherchez-vous toujours le secours en l'autre ?..Peut être devriez-vous tournez votre regard ailleurs. Pas bien loin. Je veux dire en vous.
Commenter  J’apprécie          40
cecillececille   17 octobre 2018
Autant d'étiquettes qui vous dispensent de penser au-delà...Moi j'ai celle de faire mal, peut être pour aider l'autre à prendre conscience, à avancer sur un chemin d'épreuves et de délivrance lumineuse.
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : mensongesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Simone Bernard-Dupré (1) Voir plus