AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2710376075
Éditeur : La Table ronde (08/01/2015)

Note moyenne : 3.77/5 (sur 50 notes)
Résumé :
« Quand Ravel leva la tête, il aperçut, à distance, debout dans l’entrée et sur les marches de l’escalier, une assistance muette. Elle ne bougeait ni n'applaudissait, dans l’espoir peut-être que le concert impromptu se prolongeât. Ils étaient ainsi quelques médecins, infirmiers et convalescents, que la musique, traversant portes et cloisons, avait un à un silencieusement rassemblés. Le pianiste joua encore la Mazurka en ré majeur, puis une pièce délicate et lente qu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
Annette55
  22 mai 2016
Dans cet ouvrage lu d'une traite, Michel Bernard conte le tournant de la vie de Maurice Ravel, le talentueux compositeur.
En mars 1916, peu après avoir achevé son Trio en la majeur, il rejoint Bar le Duc puis Verdun.
Mince et léger, célibataire et sans enfant, très attaché à sa mére, à 41 ans, il réussit enfin à s'enrôler dans l'armée.
Il a été réformé pour sa taille de jockey , 1m61, et sa fragilité.
Engagé volontaire, il rêvait de l'aviation........
Il conduira les poids lourds, récupérant les blessés jusqu'aux hôpitaux de campagne, des hommes
Abîmés, usés, broyés par l'offensive allemande et le matériel cassé..
Michel Bernard, habité par son sujet, nous montre un Maurice Ravel fort, qui s'agite, ne se confie pas, ne parle pas sauf aux forêts .......qu'il arpente dès qu'il le peut..
Cette histoire suscite des instants de grâce contés avec un amour immodéré et salvateur de
soleil et de ciel, des choses de la terre , de l'humus et des bois, des hauts fûts de chênes et des hêtres , des tâches de lumiére colorée, des bancs d'oiseaux, des vols de grue, des fours à chaud meusiens qui poudrent de blanc les alentours.
Michel Bernard joue avec les mots comme Ravel joue du piano, pour nous entraîner sur des chemins mystérieux , parfois opaques.
Le célèbre compositeur désire participer à l'effort de guerre.il accourt, se dépense sans compter pour transporter les arrivants vers les salles d'opération ou de repos, ce petit homme frêle n'hésite pas à présumer de ses forces.....
Mais il se retrouve parfois au clavier d'un piano oublié , un Erard demi- - queue , dans son habit de chêne clair et luisant, oublié dans un hôpital de campagne.
Alors il joue spontanément du Chopin, puis la Mazurka en ré majeur ...miraculeusement, les malades, les infirmiers, les médecins s'approchent soudain, silencieusement, muets , comme en arrêt , pour l'écouter...
Le style est imagé , poétique, musical.L'écriture est délicate, rare , d'une extrême sensibilité , elle nous porte et nous parle, les phrases ciselées :" les trous noirs des maisons bombardées ", "sous les bois violets, " sa paupière d'ardoise ", la confiture de groseilles tremblante dans son pot de verre ", "la lumière du matin plus sinueuse depuis l'entrée en guerre ....."
Les chemins ombragés qui longent le fleuve La Meuse jusqu'à Verdun sont rendus avec une justesse sans égale , la description de la beauté des quartiers anciens de la ville de Bar Le Duc enchanteresse .........
Un ouvrage à l'écriture magique; magnifique et précieux !
Je connais l'auteur pour avoir assisté à une conférence à Bar le Duc , à propos de deux de ses livres "Pour Genevoix " paru en 2011 et "La grande guerre vue du ciel paru en 2013" qui figurent dans ma bibliothèque.
Grand merci à Marilyn mon amie de la médiathèque.





+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          534
TerrainsVagues
  20 février 2019
Depuis que Michel Bernard m'avait fait rencontrer Monet et ses « Deux remords », je m'étais juré d'aller à un nouveau rendez vous d'artiste si l'occasion se présentait.
Les forêts de Ravel, nature et zik, banco que j'me suis dit même si le Bolero c'est pas toute la musique que j'aime. Sait on jamais, peut être a-t-on découvert un concerto joué en blouse (pardon j'le ferai pu).
Ravel, sa vie, son oeuvre, ben… non. La page wikipedia sur le bonhomme en apprend plus sur le musicien que ce livre.
Il est question ici des vingt dernières années de sa vie. On arrive directement en 1916 où vingt et un ans après avoir été réformé, Ravel fait le forcing pour s'engager, pour faire la guerre. Jeté plusieurs fois, à force d'aller de ville en ville (sans son et vent couvert, pardon bis mais j'adore la Véro 70 80. Non c'est pas hors sujet c'est de la zik aussi) donc à force d'aller de ville en ville pour s'engager, il va avoir les recruteurs à l'usure et finir chauffeur de camion (genre ravitaillement) et d'ambulance, avant d'être démobilisé quelques mois plus tard because « arrêt maladie » et tout le tralala.
Fin de la partie du bouquin qui si elle ne m'a pas tenue en haleine, m'aura au moins tenu éveillé.
Par contre après… quel ennui. L'écriture est belle, il n'y a rien à dire mais je n'ai pas accroché du tout. le contemplatif j'aime quand il est fait avec une âme, quand on ressent dans les mots les pulsations d'un arbre, qu'une couleur parfume la page, que ce qui semble inerte est plein de vie, comme chez René Frégny par exemple. Là c'est du chirurgical, de l'aseptisé où rien ne dépasse. Les herbes folles n'ont pas droit de citer. C'est juste très bien écrit et figé, froid.
Mon ressenti est peut être un peu vérolé par le souvenir toujours présent du merveilleux « Deux remords de Claude Monet » du même auteur. Un bouquin qui quand on le referme laisse le sentiment d'avoir toujours connu le peintre, voir d'avoir été proche. Là je serais plus ascendant Poucet qui s'est bien fait larguer dans la forêt à force d'avoir été baladé.
Grosse déception qui ne m'empêchera pas d'aller à un prochain rencard avec Michel Bernard.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          335
Krout
  01 août 2019
Projections fantasmées dans les traces de Maurice Ravel sursaturées de volubilis.

En contrepoint ceci.

De la mesure avant toute chose.
Alors seulement
Alors peut-être
Apparaîtra
Au détour d'une phrase
Lors d'une respiration
Une petite musique
Intérieure
Jusqu'au sens du frisson
La guerre n'est guère
Terreau de poésie
Ni appeau aux ballades forestières
Loin de moi toute envie
De cirage de bottes
Pour la guerre
A la charge du Clairon
Aux canons des Trompettes
Répandons
Des Cors
Des Cors
Et encore
Des Cors
Et non des Violons
Moins que tout
La Lyre et son isme
Que la phrase
Stoppe brutale
Hymne au chevet
Des soldats inconnus
Commenter  J’apprécie          288
thisou08
  02 mars 2019
Ravel éprouve le besoin brûlant de participer à la guerre. Il désire de toutes ses forces ressentir aux tréfonds de son être l'agitation du front. Or l'armée ne veut pas de lui à cause de sa faible constitution et de sa petite taille.
Il se démènera et fera jouer ses relations jusqu'à obtenir ce qu'il veut.
Après avoir été réformé et après une période difficile de "réinsertion", il choisit un mode de vie simple et créatif à Montfort-l'Amaury. Il est fasciné par la forêt que ce soit celles de Verdun ou de Rambouillet. Il y passe de longs moments qui nourrissent son inspiration. Il y écoute le chant des oiseaux.
L'auteur a su me rendre très proche de Ravel. Il restitue avec talent sa vie, que ce soit à la guerre ou à Montfort-l'Amaury. On sent sa très grande admiration et sa grande compréhension du processus de création de ses oeuvres.
Un livre court mais dense que j'ai beaucoup aimé.
Commenter  J’apprécie          210
zazy
  17 février 2015
Dès les premières phrases, les mots de Michel Bernard m'ont enveloppée. Son écriture classique et délicate fait revivre Ravel lors de la première guerre mondiale.
D'aucun aurait tout fait pour ne pas être mobilisé, Ravel, au contraire, malgré ses 48 kilos a fait des pieds et des mains pour partir. « Il voulait autant faire la guerre que fuir l'arrière » car « il lui répugnait de poursuivre son existence comme avant alors que des millions d'autres hommes, riches ou humbles, humbles surtout, avaient été mobilisés pour défendre le pays ». le voici donc à Bar-le-Duc, au volant d'un gros camion Ariès « Maurice Ravel tenait et tournait à force de bras le grand volant d'un poids lourd de l'armée française » Dur à imaginer ce frêle jeune homme au volant d'un tel véhicule.
Jean Echenoz avait proposé un Ravel superbe sur les dernières années de la vie du compositeur. Michel Bernard enveloppe Ravel dans son époque ; un Ravel, comme tous ses congénères, à jamais marqué par la guerre. le compositeur trouve un peu de sérénité dans les forêts, à écouter les chants d'oiseaux. J'ai partagé avec les spectateurs unmoment de grâce dans ce beau livre lorsque Ravel déniche, dans un hôpital de fortune,un piano. Là, le « petit soldat pianiste » enchantera les soirées. Ce sera un moment de magie pour soignants et soignés. "Une musique délicieuse, apparemment très simple et incroyablement raffinée. Joyeuse et douloureuse à la fois, sans qu'il soit possible de dire laquelle dans ces harmonies était joyeuse, laquelle était douloureuse, elle ne ressemblait à rien de connu.»
Ce que fait dire Michel Bernard à Ravel sur ce qu'écrivent les journalistes, je l'ai ressenti dans « L'enfer de Verdun » de Félicien Champsaur.
Un livre superbe. J'ai aimé l'écriture de Michel Bernard puissante, classique, délicate. Beaucoup d'images dans ses phrases comme celles concernant « la voie sacrée » toujours en réparation (p.48).
Livre lu dans le cadre Opération Masse Critique organisée par Babelio que je remercie sincèrement pour cette belle lecture.

Lien : http://zazymut.over-blog.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172

critiques presse (2)
Lexpress   07 avril 2015
L'oeuvre de cet homme timide dissimule à peine des trésors de sensibilité et d'hédonisme, et nul n'est besoin de chercher pour y lire en filigrane les confessions d'un masque.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Telerama   11 février 2015
Sur les bonheurs et tragédies intimes du musicien, on ne saura rien. Et pourtant, on pénètre peu à peu comme chez soi dans sa demeure solitaire de Montfort-l'Amaury. Pas besoin de psychologie, de dialogues pour se sentir proche. Le style infiniment rare et musical de l'écriture fait ici le lien. Magique.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (34) Voir plus Ajouter une citation
PiatkaPiatka   27 janvier 2017
Le sentiment d'un manque, un manque devenu si grand, si impérieux, que la rêverie n'arrivait plus à distraire, indiquait que le temps était venu d'écrire. Ravel le savait d'expérience, pourtant il n'était jamais parvenu à apprivoiser cette phase ingrate de la composition. Il travaillait dur, avec l'application butée des anciens cancres et des faux paresseux, jusqu'à ce que sa volonté et sa science soient soulevées par une autre force, douce et puissante. La mystérieuse inconnue n'avait jamais fait défaut. Le moment venu, elle l'enlèverait, comme la vague le nageur, et, soudain délivré de la pesanteur, l'emporterait et le déposerait, dans la surprise et le ravissement, là où il avait toujours voulu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
PiatkaPiatka   26 janvier 2017
Comme la veille, il jouait par cœur.
[..] C'était une musique délicieuse, apparemment très simple et incroyablement raffinée. Joyeuse et douloureuse à la fois, sans qu'il soit possible de dire laquelle dans ces harmonies était joyeuse, laquelle était douloureuse, elle ne ressemblait à rien de connu. La même note éveillait en même temps les deux sentiments dans la petite assemblée. Ils l'empoignaient doucement et lui faisaient boire l'émotion infinie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
PiatkaPiatka   31 janvier 2017
Les connaissances ornithologiques de Ravel émerveillaient ses compagnons. Feignant la modestie, alors qu'il en était plus fier que de sa science musicale, il invitait à en remercier la guerre et la vie dans les bois où elle l'avait jeté. Il leur raconta que l'une des choses qui l'avaient le plus impressionné sur le front, c'est que, tant qu'il restait quelques arbres debout, les oiseaux y continuaient de chanter, même sous les bombardements les plus intenses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
TerrainsVaguesTerrainsVagues   17 février 2019
La proximité du front avait progressivement augmenté l’étendue de son agglomération de baraquements et parcs de matériel. Dans ces dépôts et ces remous d’hommes en bleu, se trouvaient des combattants qui avaient vu tous les secteurs du front et des embusqués qui n’en connaissaient que la rumeur. Les uns, résignés, attendaient d’y retourner, les autres travaillaient à les y renvoyer.
Commenter  J’apprécie          210
Annette55Annette55   21 mai 2016
"Il s'était habitué à charbonner dans sa clairière.
Il avait senti se resserrer un lien ancien, un lien de naissance avec la forêt ..
Elle s'était comme épanouie en lui.
Il l'aimait pour sa beauté fixe et changeante, sa puissance et sa vie secrète.

Elle était l'enfance et le refuge, la mére des contes et des songes.
Elle était comme l'océan, elle était l'océan sur la terre........."
Commenter  J’apprécie          140
Videos de Michel Bernard (III) (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Bernard (III)
15.03.18 - INTEGRALE - B. Pivot, C. Pivot, J. Dicker, P. Claudel...
autres livres classés : ravelVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Pentaquiz : on recherche le cinquième terme

Afrique, Amérique, Asie, Europe, ...

Basson
le chien Dagobert
Le Deutéronome
Jean Valjean
New York
Océanie
Rimski-Korsakov
Russie

16 questions
416 lecteurs ont répondu
Thèmes : anatomie , bande dessinée , géographie , géopolitique , littérature , musique , société , sport , zoologieCréer un quiz sur ce livre
.. ..