AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean Ehrard (Préfacier, etc.)
ISBN : 2070316246
Éditeur : Gallimard (28/05/2004)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.24/5 (sur 759 notes)
Résumé :
Tout l'équipage se précipitait en foule à la mer, sur des vergues, des planches, des cages à poules, des tables, et des tonneaux. On vit alors un objet digne d'une éternelle pitié : une jeune demoiselle parut dans la galerie de la poupe du Saint-Géran. C'était Virginie. Tous les matelots s'étaient jetés à la mer. Il n'en restait plus qu'un sur le pont, qui était tout nu et nerveux comme Hercule. Il s'approcha de Virginie avec respect : nous le vîmes se jeter à ses g... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (64) Voir plus Ajouter une critique
peloignon
  01 février 2013
Après m'être passablement ennuyé à suivre la description d'une vie de famille idyllique évoluant au sein de splendides paysages exotiques, je me suis laissé entraîner par le récit de cette belle histoire d'amour tragique et j'en suis bien vite arrivé à la fin, car le livre est très court.
Comme il s'agit d'un roman et que le but d'un roman consiste, il me semble à être captivant, j'ai été déçu. Si le récit est incontestablement joli, il tire en longueurs, de sorte qu'il provoque un bel ennui.
Par contre, je crois que l'on peut dispenser au récit la nécessité d'être captivant lorsqu'on comprend qu'il s'agit moins d'une histoire romantique que d'une présentation d'une vie morale utopique. Cette utopie que présente le livre est celle de la moralité bourgeoise idéale, telle que la préconisait Rousseau. Cette moralité trouve son τόπος dans l'intériorité d'une individualité qui oeuvre en écoutant la voix de la divinité à travers sa création plutôt que les lois sociales humaines.
L'environnement luxuriant dans lequel prend place l'éducation de Paul et Virginie est particulièrement propice à faire entendre la voix de la nature morale et tous les malheurs ne surgissent que lorsque les lois de la société viennent s'entremettre entre les enfants et la nature. La perfection du bonheur où s'épanouissent tous les membres du petit clan disparaîtra complètement aussitôt que certains d'entre eux se laisseront convaincre que les passions de la société ne sont pas que de creuses illusions. L'histoire d'amour elle-même, que Saint-Pierre nous donne comme historiquement authentique, constitue ainsi l'occasion idéale pour exposer le maléfice que constitue la société et que la nature seule peut procurer la félicité véritable.
Le passage où le prêtre vient dire à Virginie que c'est la volonté de Dieu qu'elle aille en France chercher l'assurance de l'argent est particulièrement révélateur sur ce point : le prêtre, symbolisant les institutions humaines, présente la recherche de la sécurité comme étant la volonté de la religion institutionnalisée, au lieu de laisser la petite Virginie continuer à se confier en la providence divine, qui lui procurait déjà tout ce dont elle avait besoin là où elle était. (p.138)
Bref, vu comme réquisitoire utopique, ce petit livre a vraiment de quoi faire rêver tout homme de bonne volonté, mais il faut se souvenir qu'il s'agit d'une idéalisation qui se fonde sur une conception de l'amour extraordinairement naïve et romantique.
C'est ainsi que Flaubert, en faisant lire Paul et Virginie à la petite Emma, dans l'optique de la faire rêver à « ...la maisonnette de bambous, au nègre Domingo, au chien Fidèle, mais surtout à l'amitié douce de quelque bon petit frère, qui va chercher pour vous des fruits rouges dans des grands arbres plus hauts que des clochers, ou qui court pieds nus sur le sable, vous apportant un nid d'oiseau » (Madame Bovary, 1e partie, VI, p.46), ne pouvait trouver mieux pour la rendre parfaitement inepte au mariage bourgeois prosaïque que sera le sien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          600
TheWind
  07 mai 2017
J'ai envie de dire d'emblée qu'avec Paul et Virginie, on nage en plein romantisme mais ce serait à tort. En effet, si cette oeuvre classique de la fin du XVIII e siècle annonce le romantisme, nous n'en sommes encore qu'aux prémisses.
Et pourtant, tous les ingrédients sont là : Exotisme, évasion, mélancolie et goût du morbide...
Tel Rousseau et ses Rêveries du promeneur solitaire, Bernardin de Saint-Pierre aime à décrire la nature bienveillante. Et pour cela, il a choisi un cadre idéal qui n'est autre que l'Île de France (future île Maurice). de par sa végétation luxuriante, cette île nous apparaît comme le paradis, un havre de paix où rien n'a d'importance hormis l'amour de la nature.
Tels deux enfants "sauvages", Paul et Virginie y sont nés et y ont grandi ensemble, élevés en frères de lait, par deux mères très affectueuses qui n'avaient d'autre ambition que le bonheur de leur progéniture. Un cadre idyllique pour un amour idyllique.
Il est vrai que cet amour peut paraître de nos jours très "gnan gnan" mais il faut, bien entendu, la replacer dans son contexte et sans nul doute, cette oeuvre très courte apporte un éclairage sur la littérature du Siècle des Lumières et sur les précurseurs du mouvement romantique.
L'amour y est rêvé, idéal, absolu et ...malheureux.
En outre, on retrouve dans ce roman, tout le désenchantement qu'apporte la société des hommes, celle qui est symbolisée par le royaume de France enlisé dans ses vieux principes monarchiques, décadent, cupide et hypocrite. Bernardin de Saint-Pierre s'insurge contre cette civilisation qui corrompt et annihile toute bonne volonté, toute vertueuse soit elle et prône un retour à la nature et à la vie simple, guidée par l'amour de son prochain et la vertu. Il y a un côté très moralisateur dans ce roman qui vise bien sûr les contemporains de l'auteur mais pourtant, il ne me paraît pas si désuet. Qu'auraient pensé Rousseau et Bernardin de Saint-Pierre en voyant notre monde industrialisé qui néglige bien trop son environnement ? J'aime à croire qu'ils y verraient là un monde bien indécent qui ressemble bien plus à l'Enfer qu'au Paradis !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5111
Darkcook
  23 janvier 2019
Cela faisait de nombreuses années que ce roman était sur ma liste de priorités... Un de mes directeurs de recherche, très porté sur les récits insulaires et les romans à portée philosophique, en avait parlé en cours et suscité mon intérêt... Huit ou neuf ans après, je suis déçu. Paul et Virginie est en effet promu comme un équivalent de Roméo et Juliette (rien de moins) et comme une oeuvre pré-romantique. Je veux bien croire ce dernier point quant à son influence ensuite, mais je n'ai pas l'impression de lire ni Shakespeare, ni Goethe, ni Victor Hugo. Cela reste quand même un roman du XVIIIe siècle très marqué par les modes de cette époque : Torrents de larmes, enchaînements de micro-épisodes et discussions métaphysiques, comme on trouverait chez Marivaux et Sade, mais transbahuté sous les tropiques! Marivaux et Sade m'ont chacun subjugué lorsque je les ai découverts, par l'écriture extraordinaire et le contenu. Je n'ai pas vraiment ressenti cela ici non plus, d'autant que Bernardin de Saint-Pierre, grand botaniste, s'attarde beaucoup trop sur les propriétés végétales de telle ou telle plante, et son récit, bien que court, rame...
Son propos est simple : L'Homme, coupé de ses semblables, redevient pur, comme il pouvait l'être dans ce cher paradis perdu d'avant la Chute. Grâce à la vie en autarcie, permise par l'île et l'absence (ou presque) de contact avec ses semblables, il vit et prospère épargné par les tentations, les veuleries, les vices, le mal, et surtout, en harmonie avec la nature. Les mères de Paul et de Virginie ont chacune été rejetées par leurs familles et ont atterri sur l'île de France (île Maurice). Cette seconde vie tropicale leur permet ainsi de goûter des plaisirs bien plus simples, au contact quotidien des merveilles de la Création, à l'abri des vicissitudes, des besoins matériels (ou du moins ils les contentent de leurs mains). Naissent Paul et Virginie dans cette culture, cet état d'esprit de virginité (le nom de Virginie est transparent) absolue, ce cocon où la civilisation et sa violence ne rentrent pas. Enfin... Il est tout de même intéressant de voir qu'ils créent leur cosmos refermé sur lui-même, avec la géographie précise de l'île, les noms qu'ils donnent aux lieux... Ils font société, même si celle-ci est enclavée et plus ou moins fermée de la nôtre. Il y a au moins quelques domestiques nègres pour satisfaire l'aristocrate que je voudrais être!
Paul et Virginie grandiront d'abord frère et soeur, puis comme futurs mariés devant assurer leur lignée et prospérité, toujours sur l'île au sein de la société qui leur est propre. le destin les rattrape malheureusement lorsque l'extérieur vient les contaminer, et plus précisément, de façon symbolique, la proposition d'une tante fortunée voulant éduquer et enrichir financièrement Virginie, ce qui doit ramener celle-ci à la France et donc la civilisation. La vie de Paul, Virginie et leurs mères demeure en effet trop précaire, absolument dépendante des bienfaits de la nature, et ne saurait refuser une telle opportunité d'aide. La tragédie se chargera alors du reste.
Un récit aussi prometteur pour l'asocial misanthrope notoire que je suis n'a pas trouvé tout l'écho émotionnel que j'en attendais... Reste quelques passages agréables et mémorables entre les jeunes futurs amoureux, le merveilleux de ce ménage à quatre dans une pastorale tropicale, ou la discussion entre Paul et le narrateur double de Bernardin de Saint-Pierre, qui lui permet d'expliquer ses vues sur la nature, l'humanité, et de chanter les vertus de la vie solitaire. Même si ce vieillard a un côté prétentieux assez désagréable, on retrouve l'esprit des Lumières et le talent pour la discussion philosophique... Bernardin était un ami de Rousseau, et cela se sent dans le contenu, moins dans le style, encore une fois, même si Jean-Jacques est a contrario souvent trop difficile d'accès.
Les années et les occupations me rendent de plus en plus difficile... Je trouve de moins en moins de nouveaux textes qui me subjuguent et j'enseigne toujours les mêmes qui m'ont transporté par le passé... Je vais explorer d'autres pistes...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          251
PiertyM
  10 janvier 2019
Un vieux classique qui vénère dans un langage mielleux, peut-être un peu trop mielleux, le romantisme d'une pureté naïve. Le début du roman m'a fait glissée comme autour des pétales d'une rose, humant son odeur, je me suis laissée enivrer par le récit du vieux narrateur, témoin de la vie paysanne, bien que démunie mais heureuse de Paul et Virginie, de l'amitié aussi probe de leur deux mamans, de leur crise d'adolescence qui va se solder par un amour candide, angélique, de la tragédie qui va briser ce petit monde...mais c'est trop de flatterie, trop de pureté, j'ai eu du mal à me retrouver là-dedans vue mon époque. Mais la deuxième partie, Ouhhh la la la!!!! Ca m'a remué, plus le malheur frappait ce monde chaste, moi, lecteur, je savourais cette partie avec beaucoup d'entrain!
Commenter  J’apprécie          320
dancingbrave
  17 novembre 2013
Bien sûr Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre vivait au XVIII ° Siècle et la langue qu'il maniait avec grande élégance ne pouvait être que belle et agréable à lire. Mais les idées qu'il défend dans cette oeuvre me paraissent très modernes.
D'abord, il y a un romantisme exacerbé et précurseur qui est l'idée maîtresse du roman. Il est certain qu'il faut aimer le romantisme et tout ce qu'il a d'extravagant, de passionnel et d'irréfléchi pour apprécier ce roman ; il faut aimer trembler devant la « brutalité » de l'âme.
Ensuite, outre la beauté de la langue, il y a les descriptions de la nature luxuriante de l'île Maurice et l'éloge de la vie simple et pauvre au « milieu du sauvage »; un thème rousseauiste avant l'heure.
Enfin Bernardin de Saint-Pierre nous conte encore ce que la vie en France pouvait avoir d'injuste et de discriminatoire, de détestable. Sans être spécialiste, il me semble qu'affirmer ces idées sociales devait aussi être assez novateur.

Reste le fond religieux que l'on pourrait penser être traité de façon conventionnelle face à la piété des deux familles. Mais là encore il me semble n'en être rien, car c'est au nom de Dieu et sous les conseils du prêtre que Virginie va aller contre son penchant naturel en quittant ses parents et son amour ce qui déclenchera la tragédie.
Finalement Bernardin de Saint-Pierre ne me semble céder au conventionnel qu'à travers ses descriptions de ce qu'était la vie des frais colons débarquant dans ces nouvelles possessions françaises de ce que pouvait être la vie des esclaves, le tout soumis à la personnalité de tel ou tel gouverneur.
C'est donc un roman fait d'opposition que « Paul et Virginie » ; un roman éloge de la passion impulsive tel que l'on peut définir le romantisme dans son essence, mais aussi un roman d'analyse de ce que sont les vraies valeurs de la vie dans la nature, dans la bonté et dans l'amour, loin des turpitudes des intrigues de la cour.
Un roman, à mon sens résolument moderne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          212
Citations et extraits (92) Voir plus Ajouter une citation
ThesauruskatiniteThesauruskatinite   13 septembre 2019
Oui, je vous le dis avec franchise, les journalistes sont des pirates qui infestent toute la littérature, ainsi que les contrefacteurs. Ceux-ci, moins coupables, n'en veulent qu'à l'argent ; les autres, soudoyés par divers partis, attaquent les réputations de ceux qui ne tiennent à aucun. Ils se coalisent entre eux, quoique sous divers pavillons ; ils font la guerre aux morts et aux vivants.
Commenter  J’apprécie          00
mamzelle-chachaillemamzelle-chachaille   03 janvier 2013
"Lorsque je suis fatigué ta vue me délasse. Quand du haut de la montagne je t'aperçois au fond de ce vallon, tu me parais au milieu de nos vergers comme un bouton de rose. Si tu marches vers la maison de nos mères, la perdrix qui court vers ses petits a un corsage moins beau et une démarche moins légère. Quoique je te perde de vue à travers les arbres, je n'ai pas besoin de te voir pour te retrouver; quelque chose de toi que je ne puis dire reste pour moi dans l'air où tu passes, sur l'herbe où tu t'assieds. Lorsque je t'approche, tu ravis tous mes sens. L'azur du ciel est moins beau que le bleu de tes yeux; le chant des bengalis, moins doux que le son de ta voix. Si je te touche seulement du bout du doigt, tout mon corps frémit de plaisir. Souviens-toi du jour où nous passâmes à travers les cailloux roulants de la rivière des Trois-Mamelles. En arrivant sur ses bords j'étais déjà bien fatigué; mais quand je t'eus prise sur mon dos il me semblait que j'avais des ailes comme un oiseau. Dis-moi par quel charme tu as pu m'enchanter. Est-ce par ton esprit? mais nos mères en ont plus que nous deux. Est-ce par tes caresses? mais elles m'embrassent plus souvent que toi. Je crois que c'est par ta bonté. Je n'oublierai jamais que tu as marché nu-pieds jusqu'à la Rivière Noire pour demander la grâce d'une pauvre esclave fugitive. Tiens, ma bien-aimée, prends cette branche fleurie de citronnier que j'ai cueillie dans la forêt; tu la mettras la nuit près de ton lit. Mange ce rayon de miel; je l'ai pris pour toi au haut d'un rocher. Mais auparavant repose-toi sur mon sein, et je serai délassé."

Virginie lui répondait: "O mon frère! les rayons du soleil au matin, au haut de ces rochers, me donnent moins de joie que ta présence. J'aime bien ma mère, j'aime bien la tienne; mais quand elles t'appellent mon fils je les aime encore davantage. Les caresses qu'elles te font me sont plus sensibles que celles que j'en reçois. Tu me demandes pourquoi tu m'aimes; mais tout ce qui a été élevé ensemble s'aime. Vois nos oiseaux; élevés dans les mêmes nids, ils s'aiment comme nous; ils sont toujours ensemble comme nous. Ecoute comme ils s'appellent et se répondent d'un arbre à l'autre: de même quand l'écho me fait entendre les airs que tu joues sur ta flûte, au haut de la montagne, j'en répète les paroles au fond de ce vallon. Tu m'es cher, surtout depuis le jour où tu voulais te battre pour moi contre le maître de l'esclave. Depuis ce temps-là, je me suis dit bien des fois: Ah! mon frère a un bon coeur; sans lui je serais morte d'effroi. Je prie Dieu tous les jours pour ma mère, pour la tienne, pour toi, pour nos pauvres serviteurs; mais quand je prononce ton nom il me semble que ma dévotion augmente. Je demande si instamment à Dieu qu'il ne t'arrive aucun mal! Pourquoi vas-tu si loin et si haut me chercher des fruits et des fleurs? n'en avons-nous pas assez dans le jardin? Comme te voilà fatigué! tu es tout en nage." Et avec son petit mouchoir blanc elle lui essuyait le front et les joues, et elle lui donnait plusieurs baisers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
mamzelle-chachaillemamzelle-chachaille   15 novembre 2012
Rien en effet n'était comparable à l'attachement qu'ils se témoignaient déjà. Si Paul venait à se plaindre, on lui montrait Virginie; à sa vue il souriait et s'apaisait. Si Virginie souffrait, on en était averti par les cris de Paul; mais cette aimable fille dissimulait aussitôt son mal pour qu'il ne souffrît pas de sa douleur. Je n'arrivais point de fois ici que je ne les visse tous deux nus, suivant la coutume du pays, pouvant à peine marcher, se tenant ensemble par les mains et sous les bras, comme on représente la constellation des Gémeaux. La nuit même ne pouvait les séparer; elle les surprenait souvent couchés dans le même berceau, joue contre joue, poitrine contre poitrine, les mains passées mutuellement autour de leurs cous, et endormis dans les bras l'un de l'autre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
ceanothusceanothus   03 juin 2016
Si Virginie m'avait paru charmante en toile bleue du Bengale, avec un mouchoir rouge autour de sa tête, ce fut encore tout autre chose quand je la vis parée à la manière des dames de ce pays. Elle était vêtue de mousseline blanche doublée de taffetas rose. Sa taille légère et élevée se dessinait parfaitement sous son corset, et ses cheveux blonds, tressés à double tresse, accompagnaient admirablement sa tête virginale. Ses beaux yeux bleus étaient remplis de mélancolie; et son cœur agité par une passion combattue donnait à son teint une couleur animée, et à sa voix des sons pleins d'émotion. Le contraste même de sa parure élégante qu'elle semblait porter malgré elle, rendait sa langueur encore plus touchante. Personne ne pouvait la voir ni l'entendre sans se sentir ému. La tristesse de Paul en augmenta. Marguerite, affligée de la situation de son fils, lui dit en particulier : (...) "Mademoiselle de La Tour appartient, par sa mère, à une parente riche et de grande condition : pour toi, tu n'es que le fils d'une pauvre paysanne, et, qui pis est, tu es bâtard.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
GleskerGlesker   24 mai 2013
Vous autres Européens, dont l’esprit se remplit dès l’enfance de tant de préjugés contraires au bonheur, vous ne pouvez concevoir que la nature puisse donner tant de lumières et de plaisirs. Votre âme, circonscrite dans une petite sphère de connaissances humaines, atteint bientôt le terme de ses jouissances artificielles : mais la nature et le cœur sont inépuisables.
Commenter  J’apprécie          170
Videos de Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre
BERNARDIN DE SAINT PIERRE – La Mort de Socrate
autres livres classés : île mauriceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Auteurs proches de Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre
Quiz Voir plus

Les Chefs-d'oeuvre de la littérature

Quel écrivain est l'auteur de Madame Bovary ?

Honoré de Balzac
Stendhal
Gustave Flaubert
Guy de Maupassant

8 questions
7870 lecteurs ont répondu
Thèmes : chef d'oeuvre intemporels , classiqueCréer un quiz sur ce livre
.. ..