AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Bernard Kreiss (Traducteur)
EAN : 9782070385867
192 pages
Éditeur : Gallimard (11/02/1993)

Note moyenne : 4.24/5 (sur 79 notes)
Résumé :
Glenn Gould, Wertheimer et le narrateur se sont rencontrés, il y a vingt ans, au Mozarteum de Salzbourg, pour y suivre les cours d'Horowitz. D'emblée, Gould s'est imposé comme musicien génial, tandis que ses deux comparses, écrasés par la personnalité du pianiste, ont perdu toute illusion d'une carrière de virtuose. Le narrateur a lâchement abandonné son Steinway pour la rédaction toujours recommencée d'un ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
ladymuse
  29 novembre 2019


« Quand il était venu en Europe pour suivre les cours de Horowitz, Glenn était déjà le génie et nous, à cette même époque, nous étions déjà les naufragés. »
Publié en 1983, six ans avant la mort de Thomas Bernhard "Le naufragé" est un roman-monologue qui met en scène trois personnages : Glenn Gould, le narrateur et son ami Wertheimer. le génie de Glenn Gould s'impose d'emblée et détourne les deux autres de leur carrière de pianiste virtuose. Aucun des deux ne peut accepter l'idée qu'il ne sera jamais le meilleur. Mais si le narrateur met fin à cette carrière sans regret, donnant son Steinway à la fille du maître d'école, il n'en est pas de même pour Wertheimer qui mettra quinze ans à s'avouer vaincu et vingt ans avant de mettre fin à ses jours.
L'art de Thomas Bernhard consiste à construire son soliloque comme une fugue, telle qu'on la trouve dans les "Variations Goldberg" que jouait Glenn Gould précisément au moment de leur rencontre. Elles sont composées d'un aria, suivi de 30 variations, et de la réitération de l'aria initial).
"Après ces trente variations dans lesquelles Bach emploie tous les moyens imaginables pour partir du même point et pour revenir au même point (chaque variation correspond à une mesure de l'aria), il clôt le cycle par une réitération de l'aria, laissant suggérer que rien n'est achevé." (wikipedia, variations Goldberg)
On trouve une très belle définition de la fugue dans la nouvelle de Carson McCullers, "Celui qui passe", à propos d'un prélude de Bach.
"La première voix de la fugue se détacha d'abord, limpide, solitaire, puis se répéta, mélangée à une seconde voix, et se répéta de nouveau dans une construction savante, où le flot serein , horizontal de la musique se mit à couler avec une majesté tranquille. le thème principal s'enroulait aux deux autres, dans une richesse infinie d'invention, émergeant parfois, parfois submergé, avec la sublime élégance d'une chose qui se sait unique et ne craint pas de se fondre dans un ensemble".
Dans "Le naufragé" l'auteur fait dire à Glenn Gould :"Notre existence consiste à être continuellement contre la nature, et à procéder contre la nature, jusqu'au moment où nous baissons les bras parce que la nature est plus forte que nous qui, par outrecuidance, avons fait de nous-mêmes un produit de l'art. ..." Et puis ceci : "Il haïssait l'idée de n'être qu'un médiateur de musique entre Bach et le Steinway...un jour, c'est lui qui parle, je serai broyé entre Bach d'une part et le Steinway d'autre part...A longueur de vie, j'ai peur d'être broyé entre Bach et le Steinway...L'Idéal serait que je sois Steinway, je pourrais me passer de Glenn Gould, dit-il, en étant Steinway, je pourrais rendre Glenn Gould superflu...Glenn Steinway, Steinway Glenn, uniquement pour Bach".
C'est un peu comme si la misère de notre vie venait de notre impossibilité à coïncider avec nous-mêmes.
Après avoir donné seulement 34 concerts, Glenn Gould a choisi de se retrancher du monde pour se consacrer uniquement à son art. le même choix conduira le "sombreur", comme Glenn Gould appelle Wertheimer, à l'auto-destruction finale
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Marti94
  27 novembre 2013
C'est un livre très surprenant. En lisant, j'ai eu du mal à savoir si j'adorais ou détestais. Pourtant, j'ai été attirée comme dans un tourbillon de mots; c'est le signe que Thomas Bernhard a une écriture magnifique même si sa misanthropie est parfois dérangeante. Je ne regrette pas les conseils du Masque sur l'oeuvre de Thomas Bernhard reconnu comme un auteur culte de la littérature de langue allemande.
Thomas Bernhard relate les destins croisés de trois pianistes, anciens élèves du célèbre Horowitz. Incarnant la parole de l'un d'entre eux, le narrateur dessine le portrait du génial et écrasant Glenn Gould et raconte comment Wertheimer, l'ami malheureux et jaloux, sombre dans la folie et finit par se suicider. Trouvant refuge dans l'écriture et la philosophie, le témoin du naufrage fait figure de seul rescapé de l'échec.
Lu en août 2010
Commenter  J’apprécie          50
chartel
  13 juin 2015
Il est bien question d'un naufragé dans ce roman étonnant de Thomas Bernhard où un narrateur soliloque sur près de 200 pages? C'est justement le narrateur lui-même, le seul encore en vie, passé la cinquantaine, d'un groupe de trois hommes qui se sont rencontrés au Mozarteum de Salzbourg pour suivre les cours de piano d'un certain Horowitz (rien de moins!). le narrateur se retrouve donc seul sur la grève, abandonné par Wertheimer le suicidé et Glenn Gould (rien de moins!) mort soudainement d'une congestion cérébrale. Leur disparition l'amène à réfléchir sur sa destinée, sur son passé, sur la musique et sa place dans un monde peu avenant qui pousse au découragement. L'éditeur nous dit que le naufragé est Wertheimer, appelé ironiquement le sombreur par Glenn Gould. Mais un naufragé est pour moi un survivant. C'est celui qui a résisté (peut-être malgré lui) aux assauts d'une vie implacable. Wertheimer a coulé, tout comme Glenn Gould avait coulé avant lui, montrant que le génie ne protège pas du désespoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
JoLynRol
  17 mars 2020
Quel immonde style d'écriture : des répétitions à n'en plus finir, qui tout en étant passables alourdissent les lamentations stériles de l'auteur (sans blaguer, s'il écrivait avec fluidité et qu'il ne répétait pas constamment les événements de manière futile, les 180 pages tiendraient en 50) et font désespérer le lecteur (est-ce le but ? est-ce ce prétendu humour ? eh bien quelle que soit la réponse, c'est atroce).
Mais le pire, ce sont ces "pensais-je" à CHAQUE PUTAIN de phrase, assortis des non-moins casse-burnes "alors que j'entrais dans l'auberge", "alors que j'attendais dans l'auberge"... pensais-je qui amènent ces A-BO-MI-NA-TIONS "[blablaba le monde il est insignifiant blablabla les gens ils sont minables blablabla les socialistes ils veulent le pouvoir blablabla l'autriche et la suisse elles sont oppressantes et moches blablabla Glenn il est plus mieux bien que nous...] AVAIS-JE PENSÉ, PENSAIS-JE" (ou encore "disait-il, pensais-je").
La cosmétique c'est une chose, qu'en est-il du récit en lui-même ? Un cynisme, une misanthropie à deux sous, un caliméro élitiste, des vieux grincheux en somme, des attaques injustes, quelques bonnes idées parfois, noyées dans ce naufrage littéraire. Voilà cette critique n'en est pas une, je suis juste énervé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
sbrodj
  22 juin 2011
Si vous ne connaissez pas le grand auteur autrichien,ce petit roman est une bonne introduction à son oeuvre. Deux amis, qui se destinent à être concertistes, croisent la route d'un génie: Glenn Gould. Un style inimitable et puissant. Envoûtant!
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
brigetounbrigetoun   31 mars 2010
Beaucoup se suicident dans leur cinquante et unième année, pensai-je........ Très souvent, la cause en est la honte que, passé cinquante ans, le quinquagénaire éprouve, précisément pour avoir franchi cette limite. Car cinquante ans, c'est amplement suffisant, pensai-je. Nous tombons dans la vulgarité quand nous passons la cinquantaine et continuons néanmoins à vivre, à exister. Nous sommes assez lâches pour aller jusqu'à la limite, pensai-je...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
brigetounbrigetoun   31 mars 2010
Le fait est que si j'allais chez Wertheimer à Traich, c'était uniquement pour le détruire, pour le déranger et le détruire, et Wertheimer, inversement, n'avait aucune autre raison de venir chez moi ; en allant à Traich, je n'avais d'autre but que de me détourner de mon effroyable misère spirituelle et de déranger Wertheimer, échanger des souvenirs de jeunesse, pensai-je, devant une tasse de thé, et toujours Glenn Gould comme centre, non pas Glenn, mais Glenn Gould qui nous a détruit tous les deux, pensai-je.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
PilingPiling   23 août 2010
Au fond, nous voulons être piano, dit-il, non pas homme mais piano, nous fuyons l'homme que nous sommes pour devenir entièrement piano, et pourtant cela échoue nécessairement, et pourtant nous ne voulons pas y croire, c'est lui qui parle. L'interprète au piano (il ne disait jamais pianiste !) est celui qui veut être piano, et je me dis d'ailleurs chaque jour, au réveil, que je veux être le Steinway, non point l'homme qui joue sur le Steinway, c'est le Steinway lui-même que je veux être. Parfois nous sommes proches de cet idéal, dit-il, très proches, spécialement quand nous croyons que nous sommes d'ores et déjà fous, quasiment sur le chemin de cette démence que nous craignions plus que tout au monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
brigetounbrigetoun   31 mars 2010
Et je n'étais moi-même pas exempt de haine envers Glenn, pensai-je, je haïssais Glenn à tout moment, en même temps je l'aimais avec la plus extrême conséquence. Rien de plus effrayant, en effet, que de rencontrer un homme si grand que sa grandeur nous annihile et de devoir assister à ce processus et de devoir le subir, et aussi, finalement et au bout du compte, de devoir l'accepter alors même que nous ne croyons pas véritablement à un tel processus, toujours pas, jusqu'à ce qu'il se soit imposé à nous comme un fait incontournable, pensai-je, au moment où il est trop tard pour nous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Wertheimer05Wertheimer05   05 janvier 2014
Tous nos propos sont aberrants, peu importe ce que nous disons, c'est aberrant, et toute notre vie n'est qu'une unique aberration. Cela, je l'ai compris tôt, à peine ai-je commencé à penser que j'ai compris cela, nous ne tenons que des propos aberrants, tout ce que nous disons est aberrant, de même d'ailleurs que ce qui se dit en général, on n'a dit sur cette terre que des choses aberrantes jusqu'à présent, et on n'a effectivement et naturellement écrit que des choses aberrantes, parce que ça ne peut pas être autre chose qu'aberration, comme l'histoire le prouve.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Thomas Bernhard (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Thomas Bernhard
Le comédien André Marcon interroge le rôle du théâtre dans ce texte de Thomas Bernhard. Sur les planches du théâtre Déjazet jusqu'au 9 mars 2019, il campe Bruscon, homme de théâtre misanthrope, parti avec sa troupe familiale en Autriche jouer une pièce de théâtre dont il est l'auteur.
Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/UCd5DKToXYTKAQ6khzewww2g
Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture/
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues germaniques. Allemand>Romans, contes, nouvelles (879)
autres livres classés : salzbourgVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

auteurs allemands ou autrichiens

D'abord un des phares de la littérature européenne : Johann Wolfgang von Goethe

allemand
autrichien

12 questions
42 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature allemande , littérature autrichienneCréer un quiz sur ce livre