AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Albert Kohn (Traducteur)
EAN : 9782070783847
168 pages
Éditeur : Gallimard (07/06/2007)
4.2/5   73 notes
Résumé :
Salzbourg, c'est la beauté, l'art, la culture. C'est aussi une ville au climat pourri, peuplée de bourgeois bornés, mesquins, matérialistes, hypocrites, une ville haïe de l'auteur qui y est né, qui ne peut jamais y retourner sans se sentir de nouveau accablé par l'atmosphère qui s'en dégage, où tout être sensible se sent condamné à tous les abandons et parfois au suicide. C'est l'idée du suicide qui obsédait le collégien lorsque, dans le cagibi à chaussures de l'int... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
ay_guadalquivir
  23 janvier 2012
L'origine constitue le premier volet de l'oeuvre autobiographique de Thoams Bernhard. Une façon de planter le décor de ce qui constituera la matière de ses textes : comme si tout s'était formé dans cet internat, dans cette ville, auprès de ces gens, au contact de cette atmosphère pour laquelle Bernhard n'a pas de mots assez durs. de la fin de la guerre, sous les bombardements, Bernhard dit peu de choses. Son propos n'est pas de resituer un contexte qui expliquerait ce que sont les gens de Salzbourg. Il s'attache, par son procédé habituel de répétition, à circonscrire la nature profonde de Salzbourg. Terre propice au national-socialisme, aussitôt retombée dans l'idolâtrie catholique à peine la guerre finie. le symbole de cette ville, c'est son internat, qui d'internat national-socialiste devient établissement catholique : seul le directeur a changé, et sous le crucifix nouvellement accroché, la trace du portrait d'Hiltler est encore présente sur le mur. Certains passages du livre sont humainement violents. Comment il pratique le violon - son art de la répétition me fait penser aux variations musicales - pour convoquer ses envies de suicide et les apprivoiser. Les mots forment une longue plainte, sans concession, une longue plainte de l'Autriche désespérément perdue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
5Arabella
  18 juillet 2016
Il s'agit de cinq écrits autobiographiques, des écrits courts, chacun faisant environ 100 pages. le premier, L'origine raconte les années d'internat de l'auteur, entre 1943 et 1946. D'abord soumis à l'idéologie nationale socialiste, sous la coupe d'un maître d'études sadique, il revient ensuite sous la tutelle catholique, avec le même genre de pratiques, et la même souffrance chez l'adolescent qui raconte ces années terribles.
Le deuxième récit La cave, narre la façon qu'a trouver le jeune homme d'échapper à cet enfer, en effectuant un apprentissage dans un magasin alimentaire dans un quartier misérable, travail pénible, fatiguant, mais paradoxalement c'est à cette période de son enfance et adolescence qu'il semble avoir été le plus heureux, ou le moins malheureux.
Mais cette époque s'achève par l'entrée dans la maladie, d'abord une grave pleurésie, suite au travail dans le froid et à un défaut de soin, puis contaminé il devient tuberculeux, placé dans une institution spécialisée, ce qu'il raconte dans le souffle et le froid. Soumis à des médecins incompétents et presque sadiques, il vit là des années terribles, entouré par la mort.
Dans Un enfant nous retournons dans la petite enfance, chronologiquement nous sommes avant que ne débute L'origine.
J'avais déjà lu deux livres de Thomas Bernhard et assisté à deux pièces de théâtre, je connaissais donc déjà son écriture, et un peu son univers. Mais ce cycle de cinq récits a été une véritable révélation. C'est très sombre, désespéré, noir, mais en même temps le grand talent, l'écriture incroyable, circulaire, en volutes, de l'auteur m'a fait passé de merveilleux moments, avec un plaisir infini. le plaisir d'être en contact avec une oeuvre essentielle, écrite tout simplement parce qu'elle ne pouvait pas ne pas l'être, chaque mot, chaque phrase procèdent d'une nécessité, coulent l'une de l'autre. de la véritable littérature écrite par un homme infiniment blessé, confronté à des expériences terribles qui les transmute en mots, qui en fait quelque chose de magnifique, et qui ne peut que toucher et faire réagir le lecteur. Sincère et construit, spontané et pensé, son art est vraiment singulier, difficile d'en trouver un équivalent.
Un très très grand moment de lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          67
Dirlandaise
  04 octobre 2012
Thomas Bernhard raconte ses années d'internat à Salzbourg. Il décrit cette période de sa vie comme un véritable enfer et se juge persécuté par ses professeurs et ses camarades de lycée. Il y va d'une charge virulente envers les établissements scolaires et les institutions religieuses. Sa ville constitue pour lui un milieu de vie destructeur et il endure mille souffrances morales et physiques. Il est hanté par l'idée du suicide sans jamais passer à l'acte. Comme toujours, son grand-père constitue la seule référence acceptable et son admiration pour le vieil homme le sauve du désespoir et de la folie. Il raconte aussi les dégâts engendrés par les bombardements américains sur la ville et la terreur des habitants réfugiés dans les abris antiaériens souvent mortels en raison du manque d'air pur et de salubrité. L'adolescent se familiarise avec la mort et la souffrance des autres. Il décrit aussi les années d'après-guerre alors que la population meurt littéralement de faim dans les rues de la ville.
Un livre très dur écrit par un être aigri, habité d'une immense rancune envers ses géniteurs qui l'ont mis au monde dans cet enfer qu'est pour lui la communauté autrichienne et surtout salzbourgeoise.
Comme d'habitude, Thomas Bernhard écrit sans aucun paragraphe ni chapitre. C'est une longue plainte, un cri de souffrance qui révèle au lecteur l'âme d'un enfant sensible marqué par la bassesse humaine, la folie nationale-socialiste et la violence de la guerre.
Bon livre mais assez déprimant à la longue. J'étais un peu lassée de son apitoiement sur lui-même. Je poursuis la lecture de cet auteur cependant car je le trouve fascinant malgré tout.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Racines
  07 avril 2013
(...)
L'Origine est du pur Bernhard. Il y creuse en profondeur ses thèmes, à coup de phrases lancinantes, circulaires. Telle une toile d'araignée, ses mots s'enroulent dans les méandres du cerveau du lecteur pour y injecter une part du poison qui lui a été administré par ses objets de dégout. Et des objets de dégout il n'en manque pas. Bernhard s'en prend avec méthode et virulence à la ville de Salzbourg. Trop belle, et trop montagnarde, l'écrivain explique qu'elle est le ferment même du mal, et que d'une telle ville ne peut germer rien de bon. le sport comme opium du peuple, les gouvernements dont la survie passe par l'abrutissement des masses, les parents en goules destructeurs d'enfance, le nazisme et le catholicisme bien sûr, sont les sujets de prédilection de L'origine, et l'immense talent de Bernhard permet avec sa langue admirable de pénétrer les arcanes de sa pensée contestataire. Les critiques sont extrêmement virulentes, provocatrices, mais sincères, et Bernhard apparaît comme un survivant de toute cette violence physique et morale infligée pendant des années.
L'Origine est un livre dur, honnête, déserté par l'humour grinçant habituel de l'auteur, et qui dévoile, par le côté intime les conséquences de l'Histoire sur l'Homme en train de se construire. Ravageur.
Lire la critique complète sur mon site :
Lien : http://chroniques.annev-blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
Erik35Erik35   30 avril 2020
Des heures entières, complètement soumis à la fascination de ce qu'on appelle la guerre totale, qui tout à coup s'était acclimaté dans cette ville [NB : Salzbourg], avec mon cartable j'ai parcouru la ville en tous sens assis n'importe où, sur un tas de gravats ou sur le rebord d'un mur d'où je pouvais jeter un large coup d'œil sur les destructions et sur les gens qui n'arrivaient plus à venir à bout de ces destructions, un coup d'œil plongeant directement dans le désespoir des hommes, l'abaissement, l'anéantissement des hommes. Pour toute ma vie, en observant en ce temps-là la détresse humaine qui fut, dans cette ville aussi, effrayante et pitoyable au suprême degré, ce que personne ne sait plus ou ne veut plus savoir, j'ai appris et aperçu par l'expérience comme j'ai faite comme la vie et l'existence en général sont terribles, comme elles ont peu de valeur et, d'une façon générale, comme elles n'en ont aucune dans la guerre. La monstruosité de la guerre, comme crime élémentaire, est entrée dans ma conscience.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Erik35Erik35   04 mai 2020
En tout temps, la plus grande importance a été attribuée au sport à bon droit et avant tout par tous les gouvernements : il amuse les masses, leur brouille l'esprit et les abêtit. Les dictateurs avant tout savent bien pourquoi ils sont toujours et dans tous les cas en faveur du sport. Qui est pour le sport a les masses de son côté, qui est pour la culture les a contre elles, disait mon grand-père, c'est pourquoi tous les gouvernements sont toujours pour le sport et contre la culture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
ay_guadalquiviray_guadalquivir   17 janvier 2012
"C'est précisément ici, sur ce sol mortel qui m'a été donné à ma naissance que je suis chez moi et je suis plus chez moi dans cette ville (mortelle) et dans cette région (mortelle) que dans d'autres. Aujourd'hui, quand je parcours cette ville et que je crois que cette ville n'a rien de commun avec moi parce que depuis longtemps je ne veux avoir plus rien de commun avec elle, tout de moi (intérieurement et extérieurement) vient d'elle. Cette ville et moi nous formons une relation de toute la vie, une relation inséparable bien que terrible."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
azoryamaazoryama   29 décembre 2014
Là où il y a trois êtres humains, il y en a déjà un qui est toujours l'objet de sarcasmes et de moqueries et une communauté plus importante en tant que société ne saurait absolument exister sans une pareille victime ou plusieurs d'entre elles. La société en tant que communauté ne tire jamais son amusement que des infirmités d'un ou de quelques individus pris au milieu d'elle, on peut l'observer durant toute une vie et les victimes sont exploitées jusqu'à ce qu'elles aient touché le fond de la ruine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
PiertyMPiertyM   02 novembre 2014
La société ne songe nullement à éclairer et, dans toutes les conditions, dans tout pays et dans toute forme d’État, les gouvernements sont intéressés à faire en sorte que la société qu'ils gouvernent ne soit pas éclairée car s'ils éclairaient la société qu'ils gouvernent, il ne faudrait pas beaucoup de temps avant qu'ils ne soient anéantis par cette société qu'ils auraient éclairée.
Commenter  J’apprécie          41

Videos de Thomas Bernhard (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Thomas Bernhard
En librairie le 18 août 2021.
Allongée dans le cabinet du Dr Seligman, jambes écartées, une jeune femme se lance dans un monologue absolument délirant. Elle s'adresse au médecin qui s'affaire entre ses cuisses et lui raconte ses fantasmes, ses obsessions, son histoire familiale – elle est née en Allemagne mais a fui sa culture et sa langue maternelles pour s'installer à Londres. Exilée dans ce pays autant que dans son propre corps, ses compagnons de route se nomment désormais M. Shimada (créateur japonais de sex-toys), Jason (son psy, qui doit sagement écouter ses obsessions hitlériennes) et K (un homme marié rencontré dans des toilettes publiques). Entre la découverte d'écureuils comestibles et l'art du sexe oral, entre une mère envahissante et le pyjama du Führer, la jeune femme se débarrasse des conventions pour caresser son rêve le plus fou : retrouver sa liberté – et s'offrir un sexe circoncis. Déjà culte dans de nombreux pays, "Jewish cock" est un roman explosif qui a été applaudi par toute la critique à sa sortie. Dans les pas de Thomas Bernhard, Katharina Volckmer explore la culpabilité allemande, la question du genre, l'asservissement de nos corps et le danger des tabous érigés en barrières morales. Un texte puissant qui annonce la naissance d'une écrivaine majeure.
+ Lire la suite
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Biographie générale et généalogie>Biographie des écrivains (238)
autres livres classés : littérature autrichienneVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1206 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre