AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 229015072X
Éditeur : Editions 84 (14/03/2018)

Note moyenne : 3.74/5 (sur 86 notes)
Résumé :
La dernière fois que Jaspucine a mis un pied dans le monde des hommes, elle en a littéralement perdu la tête : la Révolution française n’a pas été une période très profitable pour les créatures féeriques. Sauf pour Zhellébore, l’enfoirée qui l’a envoyée à l’échafaud. La vengeance étant un plat qui se mange froid, Jaspucine est bien décidée à retrouver la traîtresse. Même si pour cela elle doit s’attacher les services d’un détective. Mais à force de remuer ciel et te... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (38) Voir plus Ajouter une critique
Stelphique
  20 mai 2016
Les personnages:
Jaspucine, déjà je suis fan du prénom, mais encore plus de la personnalité de cette fée! J'en ai tout adoré d'elle, de son apparence d'un violine à toute épreuve en passant par sa haute éloquence désopilante! Coup de coeur pour ce personnage si réussi, une fée qui ne manque pas de charme assurément! Tour à tour charmeuse et véhémente, on se surprend à adorer ses douces crises de nerfs…
« Jaspucine tourne en rond, retrouvant ses humeurs massacrantes et ses envies de baffer l'humanité toute entière. »
Marc-Aurèle, un détective féru d'aventures et allant au devant des yeux doux des damoiselles, avant même de se poser la question de l'argent… Mais quel homme! (Ca n'existe que dans les livres, c'est ça?!!!!Dommage….).
Premier de la Classe ajoute avec ses interventions, d'excellents moments de dialogue!
« L'étrangeté n'existe que par son incapacité à s'inscrire dans un schéma logique. Il suffit de trouver la clef qui la fait entrer dans la rationalité, et elle en perd toute sa particularité. »
Ce que j'ai ressenti:…Une drôle d'enquête féerique!
Déjanté!
C'est le mot qui me vient à l'esprit immédiatement pour vous parler de ce livre! le style, l'écriture, le moment: totalement déjanté! Sur les 100 premières pages, j'étais déjà addict! C'est vrai que le mélange Polar à la sauce féérique avait de grandes chances de me plaire, mais ce premier tiers de livre, il avait une botte secrète: l'humour. Et comment vous dire, quand on y est sensible, (et ce n'est pas forcément une évidence, surtout chez moi…), la magie opère! Jeux de mots, réparties cinglantes, situations cocasses, tout y mené d'une main de maitre pour passer un super moment de lecture! Je ne crois pas avoir jamais autant ri à la lecture d'un livre, et ça c'est assez rare pour le souligner! Ce qui m'a le plus plu, c'est le coté irrévérencieux des fées, elles sont ignoblement marrantes, à s'envoyer des noms d'oiseaux à la figure, à chambouler les pauvres humains qui leur vienne en aide, à user de tous les subterfuges pour arriver à leurs fins.
« Abjecte saloperie, infâme nuisible, souillure immonde! Je te le promets, un jour nous lui mettrons le compteur de ses prétentions à zéro, nous lui sculpterons les bas-reliefs du tympan de Notre-Dame à coups de genoux dans sa dentition de larve ambulante. Nous l'écorcherons vif devant les membres débiles de son clan, nous l'étriperons, nous en ferons de la charpie, de la bouillie, que ses petits camarades comprennent qu'il existe des choses sacrées, et que les fées en font parties. Notre vengeance sera aussi belle qu'était notre amitié! Parole de fée! «
Ce livre a un petit coté Polar à l'ancienne doublé d'une Fantasy ultra contemporaine! L'auteur a le chic de non seulement nous donner le sourire à quasiment toutes les pages, mais de nous offrir une histoire pleine de fraicheur, ou actions et féérie se marie à merveille. Il y a une bonne dose de totale folie imaginaire dans une intrigue maitrisée, un polar réinventé qui nous souffle de la bonne humeur. On s'aperçoit que baguette magique et chapeau pointu font bon ménage avec imper' et borsalino!
Parce que c'est totalement fun avec ses Fées pour le moins « barrées complet », parce que c'est un brin perché surtout avec cette utilisation de la Weed, et parce qu'il y a cette originalité de remettre au goût du jour la Révolution française et de revoir la Guillotine, sombre instrument de torture de notre pays, on peut dire que l'auteur ne manque pas d'imagination, et surtout de talent d'écriture pour nous donner un moment de détente, où zygomatiques et traits d'esprits sont un cocktail de bonheur!

Lien : https://fairystelphique.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          402
boudicca
  10 juin 2014
Fées, weed et guillotines... Avec un titre pareil, inutile de préciser que Karim Berrouka entend à nouveau jouer la carte de l'humour comme il avait déjà pu le faire avec son recueil de nouvelles à l'appellation toute aussi déjantée (« Les ballons dirigeables rêvent-ils de poupées gonflables »). Et de ce point de vue là nous sommes parfaitement servi, l'auteur nous proposant un mélange de féerie, d'histoire et de polar, le tout dans une ambiance complètement timbrée. Jugez plutôt : le récit nous amène à faire la connaissance d'une certaine Jaspucine, fée en mission dans le monde des hommes pour le compte de sa Reine qui lui a confié l'ardue mission de retrouver l'un de ses marmots. Et comme la dite fée a déjà sacrement merdé lors de sa précédente enquête jusqu'à finir décapitée sous le nom de Charlotte Corday en 1793, autant dire qu'elle a plutôt intérêt à ne pas foirer sur ce coup-ci. Pour l'aider, une équipe de choc constituée d'un détective privé à l'esprit plutôt vif, d'un agent d'un service de police spécialisée dans les crimes bizarroïdes, d'une brute épaisse, et (le meilleur pour la fin) d'un intello n'ayant aucune expérience du terrain mais particulièrement efficace dès qu'il est question de faire usage de son cerveau. Pas de quoi s'ennuyer, pensez-vous, malheureusement une fois la surprise des cent premières pages passées c'est pourtant bien ce qui guette le lecteur.
Malgré toute la bonne humeur et l'enthousiasme de l'auteur, j'avoue ainsi être ressortie très mitigée de cette lecture qui, sans être dénuée de quelques qualités, souffre cela dit d'un certain nombre de défauts dont il est difficile de faire abstraction. Parmi les points positifs : les personnages (barrés à souhaits), les dialogues (mordants et plein d'humour), et les passages consacrés à la Révolution française qui, bien que ne donnant pas beaucoup de détails, constituent une étape intéressante du roman sur laquelle j'aurais apprécié que l'auteur s'attarde davantage. Car au-delà des qualités évoquées, ce qui pêche avant tout dans ce récit, c'est l'intrigue. Ça part dans tous les sens, les rebondissements se révèlent souvent chaotiques, les révélations tombent parfois à plat, bref, si le cadre et les personnages mis en scène par l'auteur ne manquent pas de charme, le récit, lui, peine à captiver. C'est d'ailleurs d'autant plus dommage que Karim Berrouka avait déjà mis en scène les personnages du roman dans une autre nouvelle publiée récemment dans une anthologie consacrée à la légende arthurienne (« Lancelot ») qui, elle, s'était révélée très réussie. Un mot, pour finir, concernant la plume de l'auteur qui, bien que faisant souvent mouche, en arrive parfois à devenir un peu lassante, la faute à des métaphores ou des parallèles hasardeux et surtout beaucoup trop répétitifs.
Avec « Fées, weed et guillotines », Karim Berrouka signe un roman déjanté, à mi chemin entre le polar et le conte de fée qui, malgré d'indéniables qualités, ne sera pas parvenu à me séduire. Dommage, car certaines des idées de l'auteur ne manquent pas d'attraits, ni ses personnages d'intérêts.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
ange77
  07 décembre 2018
« Pas facile la vie d'une petite fée... »
Ce livre au titre aguicheur particulièrement intrigant a atterri dans ma PAL suite à l'alléchante chronique de Stelphique, vile tentatrice que je remercie infiniment =)
Cette dernière (ma PAL, pas Stelphique) ayant une légère tendance à grossir de manière exponentielle - doux euphémisme ^^ - , « Fées, weed et guillotines » s'est rapidement retrouvé sous un tas d'autres bouquins et a fini par sortir totalement de mon esprit...
Jusqu'à ce jour béni où je suis retombée dessus, suite à un am-stram-gram-pic-et-pic-et-colégram ayant pour but de trouver ma prochaine lecture dans ces moments d'égarements où je ne sais que lire. Mais qu'avais-je donc attendu si longtemps ? (une question que je me pose décidément bien souvent ces temps-ci...)
Dès les toutes premières minutes de lecture, je savais que j'allais adorer !

Kesako ?
Jaspucine, sorte de fée-espionne, toute attifée de violet de la tête aux pieds, pétulante et mirobolante créature au caractère plus que bien trempé, débarque de nos jours à Paris avec la ferme intention de retrouver Zhellébore, à qui elle voue une haine viscérale (cf résumé).
À cette fin, notre jolie petite fée s'offre donc, rubis sur l'ongle (c'est le moins qu'on puisse dire...) les services de Marc-Aurèle Abdaloff ; détective, curieux et intègre, n'ayant peut-être comme seul défaut celui d'être humain...
Commence alors une aventure pétillante et vivifiante, hors des sentiers battus, qui en fera voir de toutes les couleurs à nos héros.
« Malgré son envie constante de distribuer des claques aux humains, elle a toujours éprouvé une certaine attirance pour la richesse anarchique des concepts et des croyances auxquels ils peuvent donner naissance. »
Allitérations, litotes et métaphores drôlatiques à gogo se crêpent joyeusement le chignon sous une plume argotique, ornant les arabesques littéraires d'un récit féerique plein de verve. Quelques expressions, par trop itératives, viennent parfois saouler légèrement, mais jamais au point de gâcher le plaisir.
C'est jubilatoire, déjanté, baroque... et définitivement original.
« Ça a du bon parfois d'avoir une fée dans son carnet d'adresses. »

Bonne nouvelle pour les fans du livre :
J'étais déjà tristounette à l'idée de quitter cette charmante petite tribu - bien que décidée à lire rapidement d'autres ouvrages de Karim Berrouka - mais je ne saurais exprimer ma joie en découvrant la nouvelle issue du même univers et sobrement intitulée " Pourquoi dans les grands bois, aimé-je à m'égarer ". On y retrouve Marc-Aurèle Abdaloff et Premier de la Classe - mais ô déception ; zéro fée ! - sur une nouvelle affaire : « envoyés dans les monts d'Arrée, ils doivent enquêter sur de curieux meurtres perpétrés à l'épée par un homme accompagné d'une armée d'écureuils sanguinaires ».
Voilà qui donne envie, non ?
Et d'apprendre la gratuité de cette nouvelle-ci en format numérique... la cerise sur le (space)cake ! Je l'ai dévoré dans la foulée (pas le cake, la nouvelle).
Féerique lecture à tout le monde !
Pour info :
> Prix Elbakin.net 2014 du meilleur roman de fantasy français.
> Karim Berrouka n'est autre que le chanteur et parolier du groupe de rock punk alternatif des années 80-90, Ludwig von 88 (...que les moins de 20, heu 30, enfin 40 ans, ne peuvent pas connaître ^^ )
...rien de surprenant donc =)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          304
bran_601
  26 mai 2015
Je ne crois pas pouvoir mieux comparer le roman de Karim Berrouka à un film de álex de la Iglesia, tant ce qui caractérise ce récit c'est son caractère complètement déjanté et assumé par l'auteur.
Si le roman commence comme un simple polar avec un détective privé acceptant une banale affaire d'une nana au look excessivement rétro, au langage relativement fleuri toutefois, très rapidement les enjeux de l'enquête ne vont pas se limiter à retrouver la trace d'une femme ayant manifestement la capacité de traverser les siècles sans prendre une ride. Toujours est-il que notre héroïne Jaspucine (celle qui rit quand on l'a ...guillotine, les lecteurs comprendront) lui en veut à mort et semble prête à tout pour la retrouver, quitte à se délester d'une bonne grosse poignée de diamants qu'elle semble disposer à foison...
Vraiment le livre est à prendre au second degré, voire troisième même; avec ses personnages plutôt bien campés aux répliques toujours mordantes ou tordantes.
L'histoire en elle-même est assurément du grand n'importe quoi avec cette histoire de complot, un trio de fées renégates projetant de renverser la reine des fées, aidé en cela par une horde de diablotins (nommés nuitons dans le roman) accros à la marijuana. Personnellement au bout d'un moment je ne comprenais plus grand-chose de l'intrigue mais je me délectais toujours autant des savoureux dialogues toujours bien pensés et de cette montée graduelle dans le grand n'importe quoi.
Le livre est peut-être un poil trop long, il y a un gros passage à vide au milieu du roman avec une intrigue générale qui perd de son charme alors qu'on découvre petit à petit les tenants et aboutissants de l'intrigue, les personnages semblent d'ailleurs s'essouffler dans le registre ou l'auteur les tiens en laisse.
Le final, avec cette opération commando mené par Jaspucine et ses acolytes complètement barrés, contre les fées renégates, offre des scènes hallucinantes (au sens propre comme au figuré), Karim Berrouka lâche les chiens fous dans la mêlée et il en ressort un joyeux bordel et une bonne grosse déconnade.
Fées, weed et guillotines est un ovni comme peut l'être l'essentiel de la filmo d'Alex de la Iglésia (Le Jour de la bête, Les Sorcières de Zugarramurdi ...), ce n'est certainement pas le roman Fantasy de l'année 2014 ( hein Elbakin), çà n'en est pas moins une lecture rafraichissante qui sort des sentiers battus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          232
BlackWolf
  29 octobre 2014
En Résumé : J'ai passé un bon moment de lecture avec ce roman qui nous propose une intrigue très polar noir mélangé à de la Fantasy et le tout complètement barré. le démarrage nous happe dès les premières pages et on se retrouve entrainer avec plaisir dans les aventures de ces héros complètement truculents et aux dialogues percutants. Alors c'est vrai, j'ai ressenti un léger essoufflement vers le milieu du récit, l'enquête devenant calme s'offrant aussi quelques facilités et l'humour se révèle moins mordant. Mais une fois dans les 100 dernières pages on se retrouve de nouveau emporté pour aboutir à une conclusion efficace et réussie qui laisse la porte ouverte à des suites. L'univers de Fantasy Urbaine qui est développé au fil des pages est solide et offres des aspects originaux. La plume de l'auteur s'avère soignée jouant sur les mots et les expressions, même si parfois un peu trop familier. Au final un roman qui se lit facilement, qui m'a fait sourire et qui m'a envie de lire les suites si jamais l'auteur y revient un jour.

Retrouvez ma chronique complète sur mon blog.
Lien : http://www.blog-o-livre.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230

critiques presse (1)
Elbakin.net   23 mai 2014
A mettre entre toutes les mains pour un bon moment de détente… mais sans prétendre le réduire à cela ! Car Fées, weed et guillotines pourrait bien vous entraîner un pas plus loin que vous ne l’auriez imaginé. C’est aussi ça la magie.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
StelphiqueStelphique   20 mai 2016
Abjecte saloperie, infâme nuisible, souillure immonde! Je te le promets, un jour nous lui mettrons le compteur de ses prétentions à zéro, nous lui sculpterons les bas-reliefs du tympan de Notre-Dame à coups de genoux dans sa dentition de larve ambulante. Nous l’écorcherons vif devant les membres débiles de son clan, nous l’étriperons, nous en ferons de la charpie, de la bouillie, que ses petits camarades comprennent qu’il existe des choses sacrées, et que les fées en font parties. Notre vengeance sera aussi belle qu’était notre amitié! Parole de fée!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
ange77ange77   24 novembre 2018
(...)
« Asseyez-vous, vous semblez essoufflée.
- Je vous semble ? Douze étages... Faut avoir un grain pour construire des édifices aussi hauts... Ça tient de la démence.
- Ne me dites pas que vous êtes montée à pied...
- Bien sûr que je suis montée à pied. Vous avez une meilleure solution ?
- L’ascenseur...
- Connaît pas. »
C’est original, se dit le détective pendant que sa cliente s’assoit. Elle vient de s’échapper d’une secte de quakers coupée du monde depuis l’appareillage du Mayflower ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
ange77ange77   02 décembre 2018
Chacun des membres du trio a marqué un temps d’arrêt. Le silence s’arroge quelques secondes, laissant aux sourcils le soin d’exprimer d’une danse fébrile leur étonnement. Puis, les langues finissent par se délier. Et les mots sont simples. La grandeur de la scène appelle à la sobriété.
Étienne : « Le château de Barbie ! »
Premier de la classe : « Disneyland ! »
Myosotelle : « Le Grand Krak Réginal de Zongalonia ! »
À chacun ses références culturelles...
Et Myosotelle d’enchaîner, parée d’une expression de mépris : « Elles manquent pas d’air, ces trois putes ! Reproduire à l’identique le château de la Reine... Dans ce monde pouilleux. Quel foutre affront ! »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
ange77ange77   27 novembre 2018
Abjecte saloperie, infâme nuisible, souillure immonde ! Je te le promets, un jour nous lui mettrons le compteur de ses prétentions à zéro, nous lui sculpterons les bas-reliefs du tympan de Notre-Dame à coup de genoux dans sa dentition de larve ambulante. Nous l’écorcherons vif devant les membres débiles de son clan, nous l’étriperons, nous en ferons de la charpie, de la bouillie, que ses petits camarades comprennent qu’il existe des choses sacrées, et que les fées en font partie. Notre vengeance sera aussi belle qu’était notre amitié ! Parole de fée !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          112
boudiccaboudicca   05 juin 2014
Un monde qui a bien changé. Elle s'y attendait, certes, mais pas à ce point. Tout semble être guidé par un souci d'urgence. Ça cavale dans tous les coins, et quand ça ne cavale plus, ça communique – une façon de conserver la dynamique d'urgence. 
Commenter  J’apprécie          200
Videos de Karim Berrouka (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Karim Berrouka
Avec Robert J. Bennett, Kij Johnson et Karim Berrouka
autres livres classés : humourVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1284 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre
.. ..