AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
>

Critique de Roupille


Aaaaaaah l'apocalypse zombie…

Le zomblard, c'est toute une histoire. Mythe de la culture populaire, on le voit régulièrement bouffer du white-trash dans la cambrousse du Midwest américain ou démembrer du yankee dans d'obscurs centres commerciaux de banlieue, son habitat naturel. On a aussi pu le voir au cinéma dépeupler Londres en mode énervé, et à chaque fois, c'était plutôt cool.

Mais ce qu'on voit moins souvent, c'est le zombie de la Fashion Week, le zombie branchouille, le zombie romantique. Bref, le zombie parisien. Ce qui nous amène à LA question : que se passerait-il en cas d'invasion zombie à Paris ?

Plein de questions, en fait… Comment nos bobo-écolo-citadins de la capitale se débrouilleraient-ils face aux hordes de marcheurs putréfiés ? Comment nos dirigeants parviendraient-ils à organiser la résistance ? Comment les salad' bars du Daily Monop' seraient-ils approvisionnés ? La disparition du smoothie mangue-coco-letchi-concombre à 15 balles marquerait-elle l'effondrement de la civilisation ? La fin du système permettrait-elle l'émergence d'un nouveau monde de paix et d'unité ?

Ils sont sept (et trois chiens) : Koprotkine l'anarcho-punk inspiré, Mange-Poubelle le freegan expert en films de zombies, Eva la militante vegan féministe, Deuspi et Fonsdé les punks destroy, Glandouille et Pustule les punks à chiens… et leurs trois chiens, donc.

Sept punks qui auront la sauvegarde de l'humanité (ou ce qu'il en reste) entre leurs pognes face à la fin du monde moderne. C'est le Club des Punks contre l'Apocalypse Zombie, et c'est l'auteur punk Karim Berrouka qui nous raconte ça.

Forcément, quand des visions surnaturelles décident de confier l'avenir de Paris à une bande de keupons, il faut bien s'attendre à ce que la notion de logique devienne toute relative, et à ce que les modèles de pensée "conventionnels" soient régulièrement défiée.

Exit le brave type qui se réveille après un coma de 28 jours et qui décide de traverser Paris pour alerter les secours, trouver des survivants et organiser la résistance. Pas de ça avec le survivant punk ! le punk se réveille d'un trip sous LSD, croit à une hallu ou à une fuite nucléaire, décide qu'il aura le temps de voir plus tard, se met à jouer du Ludwig sur le toit de son squat avant d'organiser (mais librement et sans contrainte parce que fuck l'ordre) une expédition de la dernière chance assez inattendue.

Entre expéditions sous acide, Pentagone, pièges contre la BAC, tentatives de coups d'éclats symboliques, prise d'otage au MEDEF, Christine Boutin et un tabouret, tentative de construction d'un nouveau modèle de société anar, un Bogdanov (l'histoire ne dit pas lequel), Mickey, une fanfare d'outre-tombe et du pogo à toutes les pages, nous suivons cette bande d'allumés qui vivent l'apocalypse dans leur monde à part, organisant la lutte à travers leur échelle de valeurs forcément en décalage avec l'état du monde et réglant leurs problèmes à coup de rangeot.

Dans le club des punks contre l'apocalypse zombie, on sent tout l'amour de Karim Berrouka pour sa bande d'inadaptés. Et c'est avec un humour communicatif qu'il dessine ces keupons attachants, et croque une société qui part à vau-l'eau, et dont le salut passe par une bande de sympathiques idiots. Pour autant, la caricature reste étonnamment fine, intelligente, et rarement je me suis autant marré à la lecture d'un livre.

Allez, une reubi, et on s'y remet !

Le club des punks contre l'apocalypse zombie est fait pour toi si… tu aimes le pogo, les inadaptés sociaux, te marrer et niquer le capitalisme !

J'ai aimé :

- Cette bande de joyeux débiles

- Des situations toutes plus improbables les unes que les autres

- Une bonne humeur communicative

J'ai moins aimé :

- Pas assez de Christine Boutin

Commenter  J’apprécie          33



Ont apprécié cette critique (2)voir plus