AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2749158664
Éditeur : Le Cherche midi (11/10/2018)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 15 notes)
Résumé :
De conspirations occultes en révélations explosives : Cotton Malone défie l'histoire officielle !
2000. Officier de marine, Cotton Malone est recruté par le ministère de la Justice pour récupérer au fond des mers une pièce de collection extrêmement rare. Celle-ci doit servir de monnaie d'échange pour obtenir d'un ancien opérationnel de la CIA des dossiers secrets relatifs aux agissements occultes du FBI dans les années 1960.

Alors que se dessi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
JIEMDE
  08 novembre 2018
Qu'est-ce que l'on n'a pas encore écrit sur Edgar J. Hoover, personnage devenu quasi mythique de l'histoire US de l'entre deux guerres, qui fit du FBI un centre de pouvoir quasi-absolu ?
Rien... sauf à dérouler un peu plus le fil de ses implications dans une affaire au retentissement mondial il y a cinquante ans.
C'est l'exercice auquel se livre Steve Berry, traduit par Philippe Szczeciner, dans La conspiration Hoover, un page turner rythmé et efficace. Cotton Malone (personnage récurrent de Steve Berry) a rejoint le temps d'une mission les rangs de la CIA.
Enrôlé pour récupérer une mallette coincée dans les cales d'un bateau échoué dans les bas fonds - marins - des keys de Floride mais aussi une Double Eagle 1933, pièce d'or rarissime valant quelques dizaines de millions de dollars, il va mettre les pieds dans le règlement de comptes final d'un complot et d'un assassinat vieux de cinquante ans.
Dès les premières pages puis dans des chapitres très courts, le ton est donné : on court, on flingue, on s'échappe, on complote, on ruse, on reflingue, on explose et on recomplote. C'est efficace, rythmé à 100 à l'heure et écrit dans un style quasi cinématographique qui ne laissera que peu de boulot d'adaptation pour le porter à l'écran.
Steve Barry connaît et maîtrise tous les codes du thriller d'action donc, jusqu'aux personnages raccords avec son thème : un mafieux cubain, des vieux ripoux du FBI aux méthodes corrompues face à des plus jeunes qui font le ménage, un pasteur pas si net, une jeune flic prometteuse… Et enfin Malone, dans le rôle du naïf mais pas trop, qui met les pieds là où on ne l'attend pas et se retrouve à jouer un rôle moteur de l'histoire dont il peut changer le cours en révélant au monde ce qui a été tu depuis cinquante ans.
Efficace donc, mais avec deux bémols toutefois : celui de ce complot historique et de cette version détournée qui, d'originale et crédible, finit par devenir un peu longuette dans la dernière partie du livre. Mais surtout, celui de l'incroyable succession d'événements opportuns permettant à Berry de tirer Malone de toutes les situations défavorables : le livre est truffé de phrases démarrant par « Par chance… », « Heureusement… », « Dieu merci… », annonçant des situations favorables qui, cumulées plus de vingt fois (oui, oui), deviennent un peu too much et forment des tics d'écritures ou de traduction qui en deviennent agaçants pour le lecteur.
Mais pas au point de gâcher ce bon moment de lecture en avant première, pour lequel je remercie Le Cherche-Midi et l'exceptionnel Picabo River Book Club.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
elodiekretz
  30 novembre 2018
Découverte totale pour moi de Steve Berry et de son personnage récurrent, Cotton Malone. Une lecture très éloignée de ce que je lis habituellement mais j'aime sortir de mon univers de prédilection, ne serait-ce que pour y replonger avec encore plus de fraicheur et de délectation.
Le ton est donné dès les premières pages qui plongent notre héros, Cotton Malone, avocat travaillant pour la marine et commençant à être rongé par l'ennui, dans une mission aussi atypique que périlleuse : récupérer dans les eaux profondes des Keys la pièce la plus rare et la plus chère au monde (elle existe vraiment nous apprend l'auteur dans ses notes) : la Double Eagle 1933.
Les choses vont évidemment se compliquer car Cotton n'est pas le seul à vouloir mettre la main sur la pièce qui s'avère une monnaie d'échange - sans jeu de mot - contre des dossiers révélant de lourds secrets sur une conspiration ayant conduit à l'assassinat de Martin Luther King. L'action démarre donc sans laisser au lecteur aucun répit, avec à la clé des retournements de situation (les méchants s'avèrent souvent être gentils et réciproquement), des poursuites par des moyens de transport variés, des tirs à vue, des bagarres et des assassinats...
Beaucoup de rythme, presque trop pour moi mais comme le roman d'action n'est pas mon genre de prédilection, j'en ignore les codes.
J'ai au final beaucoup apprécié cette lecture qui m'a embarquée d'autant qu'elle est tombée au bon moment - j'avais besoin de légèreté et d'évasion après plusieurs romans noirs.
En plus, deux qualités permettent à ce livre d'être davantage qu'un énième roman d'action efficace :
- le personnage de Cotton Matone, qui ne se prend jamais au sérieux, cultive un détachement, une sorte d'humour à l'anglaise, un second degré dans toutes les épreuves qu'il traverse, qui m'a bien plu. J'imaginerais bien Benedict Cumberbatch dans le rôle. C'est un personnage que j'ai regretté de quitter et que j'ai envie de retrouver.
- le vrai travail de recherche de l'auteur sur les agissements de Hoover, sa haine de Marin Luther King et la conspiration qu'il a - vraiment - organisée à son encontre. Les notes présentes en fin d'ouvrage sont passionnantes et j'ai apprécié la clarté de l'auteur et son souci de séparer les vérités historiques (très nombreuses finalement, ce qui complète le portrait très flippant de John Edgar Hoover, quintessence de l'enfoiré absolu) de son travail de romancier.
Je lirai donc avec plaisir à nouveau Steve Berry d'autant que, curieuse comme je suis, j'aimerais bien savoir pourquoi "Cotton" Malone est surnommé ainsi et la réponse doit être dans un autre livre...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
fannyvincent
  09 novembre 2018
Si « la conspiration Hoover » s'arrêtait au chapitre 57, j'aurais qualifié ce roman de page-turner qui, sans être particulièrement original, se révèle assez efficace : une histoire solide (mêlant Hoover et « son » FBI, Martin Luther King, et une bonne dose de complot), un rythme soutenu, des scènes qui s'enchaînent avec fluidité, le récit est plutôt addictif. Tout juste aurais-je regretté l'accumulation de péripéties de moins en moins vraisemblables au fil de l'intrigue, et l'emploi abusif de la première personne dans la narration …
Mais l'histoire comporte quelques pages supplémentaires au-delà de ce chapitre 57, et je dois avouer que ces dernières offrent une interprétation étonnante d'un fait historique majeur s'étant déroulé il y a tout juste 50 ans aux Etats-Unis. Une interprétation qui retient l'attention et questionne. J'ai à ce titre apprécié les notes finales de l'auteur, lesquelles permettent de séparer faits historiques réels et éléments de fiction.
Je remercie vivement le Picabo River Book Club et le Cherche-Midi de m'avoir permis de lire cette aventure de Cotton Malone, une série que je découvre en dépit de la dizaine de romans déjà publiée jusqu'ici.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          151
QuandOpheLit
  28 novembre 2018

"Il a fallu huit présidents, près de cinquante ans et un évènement fortuit pour mettre un terme au règne de Hoover et démanteler son système infernal, poursuivit-elle. A un moment donné, plus de mille agents étaient affectés à COINTELPRO. Bon nombre d'entre eux sont restés au FBI bien après la mort de Hoover, en 1972, et ces gens-là n'ont pas changé de mentalité : ils ont seulement perfectionné leurs pratiques."
Au royaume des complotistes le FBI est roi ! Voici comment résumer en une phrase le dernier roman de Steve Berry La Conspiration Hoover.
Chronique d'un je te tiens tu me tiens par la barbichette, le premier de nous deux qui saura passera de vie à trépas !
C'est avec grand plaisir que j'ai retrouvé l'agent Cotton Malone dans ce nouvel opus de ses folles aventures.
Si dans les précédents romans nous avons pu suivre le déroulement de sa carrière au sein de la division Magellan, La conspiration Hoover nous entraîne dans la jeunesse de notre héros. Sa première affaire et son intégration dans cette branche secrète du ministère de la Justice.
2000 ; Cotton Malone est alors officier de Marine quand il est recruté par un agent du Ministère de la Justice pour aller repêcher, au fond des mers, une pièce extrêmement rare : une Double Eagle de 1933.
En croyant récupérer cette pièce, Malone se retrouve en possession de dossiers secrets du FBI relatifs à la sulfureuse opération COINTELPRO ( programme de contre-espionnage du FBI sous la direction de son directeur John Edgar Hoover qui avait pour objectif d'enquêter et de perturber les organisations politiques dissidentes aux États-Unis.)
Malheureusement pour lui, ces dossiers mettent en cause le FBI dans le cadre d'un assassinat qui a bouleversé l'histoire en 1968.
Dans ce roman particulièrement rythmé, sans pour autant être un page-turner, Steve Berry nous entraîne dans les méandres de l'histoire des Etats-Unis mais aussi et surtout, dénonce les agissements de Hoover et de ses subordonnés. Certes d'autres avant lui ont déjà exploré ce terrain et les romans ne manquent pas sur le sujet. Pour autant, il arrive à le faire de manière inédite au travers d'une intrigue particulièrement bien ficelée.Si les éléments qui se mettent en place nous permettent de deviner peu à peu ce qui s'est joué à cette époque, la fin du roman est particulièrement soignée et ce jusqu'au point final.
Comme tout bon roman d'espionnage, les manipulations sont aussi nombreuses que les morts qui pavent le chemin de Cotton Malone, les culte du secret et du mensonge sont élevés au rang de religion, et les alliances se font et se défont au rythme du ou plutôt des chefs d'orchestre.
Je dois dire que j'ai particulièrement apprécié le travail de recherche effectué par Steve Berry autour des dossiers secrets du FBI, son fonctionnement à l'époque de Hoover mais aussi la présence en filigrane, puisqu'il n'apparait jamais en tant que personnage, de cet homme qui a fait tremblé les dirigeants américains pendant de nombreuses années.
Ce roman est aussi l'occasion pour l'auteur de traiter de sujets tels que l'amitié, les choix, la rectitude, la fidélité, la ségrégation et le racisme sous un prisme original.
Comme à son habitude, Steve Berry arrive à nous faire aimer certains personnages, à en détester d'autres, mais également à avoir de la compassion.Ils sont tous aboutis et ont une présence quasi solaire pour certains d'entre eux.
Cette histoire relatant les débuts de Cotton en tant qu'agent de la division Magellan, il n'est pas indispensable de lire les précédents opus pour apprécier celui-ci dans son entièreté.
La Conspiration Hoover est un très bon roman qui ravira les amateurs de complots et autres conspirations, et qui enchantera les fans de Cotton Malone.
"Toute cause à besoin d'un héros, fût-il improbable ou involontaire" Cotton Malone.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
gromit33
  05 décembre 2018
Quand on pense de Monsieur Hoover, on peut penser à conspiration, car le patron du FBI a laissé l'image d'un homme trouble, manipulateur. J'avais découvert ce personnage avec "la malédiction d'Edgar" de Marc Dugain. personnage digne d'un roman policier ou d'espionnage. "La conspiration Hoover" est d'aileurs ces deux choses, un livre policier et un livre avec des espions. Il nous parle d'enquêtes, de personnages troubles, doubles, triples : la quête d'une pièce mythique, une malette avec des documents historiques compromettants, une fille qui aimerait que son père lui parle de son passé, un jeune espion qui souhaite faire ses preuves et comprendre cette enigmatique mission que l'on vient de lui confier. Un roman historique, d'espionnage, qui nous raconte un des épisiodes troubles de l'histoire américaine : le meurtre de Martin Luther King. Personnages réels, fictifs, l'auteur nous entraîne dans cette enquête sur l'histoire, sur des complots, des agents simples ou doubles. Un livre avec des scénes saississantes (combat d'hommes grenouilles, poursuite dans le monde féérique de Disneyland) mais aussi aborde un pan de l'histoire des droits civiques aux Etats Unis. Ce mélange de réalité et de fiction peut dérouter car qu'est ce qui peut être vrai ou pas. Vraisemblance, pure fiction complotiste. Que doit on ou peut on croire ? Ai aimé lire ce roman et ai été surprise d'être intéressée par ces courses poursuite sous marines ou sur terre mais ai un sentiment mitigé sur la vraisemblance de cette conspiration. Je me pose la question de savoir jusqu'où un auteur peut aller avec des personnages réels et des faits qui se sont passer, jusqu'où va la limite d'une interprétation ? Merci beaucoup Léa, Picabo River book et aux éditionsLe cherche midi de m'avoir permis de lire et découvrir cet auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
fannyvincentfannyvincent   03 novembre 2018
- Votre supérieur m'a dit qu'il vous mettait volontiers à ma disposition. Il semblerait qu'il n'apprécie guère votre manque d'esprit d'équipe et votre goût prononcé pour l'improvisation. Pour lui, ce sont des défauts rédhibitoires. Par chance pour vous, ce sont à mes yeux des qualités précieuses.
Commenter  J’apprécie          80
BlackKatBlackKat   16 octobre 2018
Il ne méritait pas une larme. Cependant, c'était la première fois que je supprimais une personne de sang-froid, et je mentirais en affirmant que ça me laissait de marbre. (...) Le fait de savoir qu'il était parfois nécessaire de supprimer une vie ne rendait pas la chose plus facile.
Commenter  J’apprécie          50
fannyvincentfannyvincent   07 novembre 2018
Le seul fait de parler avec le complice d'un assassinat suscitait en moi du dégoût. Que la victime ait été un grand dirigeant, un héros iconique, ne faisait qu'exacerber mon sentiment de révulsion.
Commenter  J’apprécie          60
fannyvincentfannyvincent   04 novembre 2018
Dans la catégorie merdier, celui où je m'étais fourré atteignait bien onze sur une échelle de zéro à dix.
Commenter  J’apprécie          110
JIEMDEJIEMDE   04 novembre 2018
Les sots se précipitent là où les anges n'osent pas aller.
Commenter  J’apprécie          170
Videos de Steve Berry (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Steve Berry
Vidéo de Steve Berry
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1505 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..