AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266167731
Éditeur : Pocket (15/11/2012)

Note moyenne : 3.81/5 (sur 189 notes)
Résumé :
Mars 1917 : Nicolas II, tsar de toutes les Russies, abdique devant la révolution avant d'être arrêté par les bolcheviks, puis maintenu de longs mois en captivité.
Dans la nuit du 16 au 17 juillet 1918, il est conduit avec sa famille et ses proches dans les caves de la villa Ipatiev à Ekaterinbourg, dans l'Oural. Un peloton armé les attend et les exécute. Les 11 corps sont enterrés en toute hâte dans la forêt avoisinante.

Moscou, de nos jours.... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (44) Voir plus Ajouter une critique
belette2911
  29 septembre 2012
Une fois n'est pas coutume, dans ce roman, point de Cotton Malone, le personnage récurent de Berry, mais un avocat nommé Miles Lord.
Si, au départ, j'ai fait la grimace de ne pas retrouver l'ami Cotton, je me suis vite sentie en terrain connu avec Miles, que j'ai apprécié.
Nous sommes en Russie et une nouvelle ère peut commencer pour elle, avec l'arrivée au pouvoir d'un descendant des Romanov (rien à voir avec l'humoriste, Anne Roumanoff).
Ici, pas de Templiers ou de Cathares, ni de Franc-Maçons, mais un autre "truc" qui m'attire fortement : la Russie des Tsars, dont Nicolas II.
La Russie exerce, depuis toujours, sur moi ce que je nommerai une sorte "d'attirance/répulsion".
Il y a un moi un attrait et une irrésistible envie de la sillonner, de la découvrir car elle me fascine. Mon plaisir est de lire, un vendredi sur deux, dans le journal "Le Monde", les "lettres de Russie", écrites par la journaliste Marie Jego. Un plaisir sans cesse renouvelé de découvrir ce grand pays par la plume de cette dame et de pénétrer dans une partie de ses sombres arcanes du pouvoir.
Mais, a contrario, la Russie me donne des frissons. Surtout son pouvoir en place, ses dirigeants, la mentalité de certains habitants, racistes de chez racistes (Miles Lord, Noir Américain, en fera les frais) et toute cette corruption qui a gangrené le système.
Malgré tout, à défaut de la visiter, j'aime la lire et ce roman de "fiction-historique" ma passionné plus que tout.
Découvrir l'Histoire de la Russie au travers de la recherche d'un descendant, en ligne directe, du Tsar Nicolas II, alors qu'une certaine organisation veut placer un descendant du côté de son frère, était une pure merveille de lecture.
Les esprits chagrins pourraient nous dire, en découvrant Miles Lors aidé par Akilina, jeune femme russe travaillant dans un cirque, que : "Un homme aidé d'une femme (chabadabada, chabadabada), à la poursuite d'une Quête, poursuivis par des tueurs, ça fait très Dan Brown et son Da Vinci Code".
Ne mélangeons pas ce livre avec les autres, voulez-vous ! Sinon, dès qu'un mec et une nana vont courir avec des tueurs aux fesses, directement, ce sera du Dan Brown ! Il y en a eu avant lui et il y en aura après lui. Miles Lord n'est pas le professeur Langdon, même s'il a quelques intuitions pour l'aider à trouver le fin mot de l'énigme.
Je sais aussi que ça peut faire tiquer que la jeune fille, qui ne le connaît pas, l'aide ainsi dans le train, mais, quand on n'aime pas le pouvoir en place, on lui met des bâtons dans les roues.
Tout à son enquête, Miles s'est engagé sur des chemins qu'il n'aurait pas dû prendre, la corruption faisant que le futur Tsar choisi soit un pantin et que tout le système soit plus pourri qu'une pomme oubliée dans un cartable, durant six mois.
Remontant la piste, tueurs aux trousses et une jeune femme russe pour l'aider, Miles va rencontrer des descendants des témoins de l'époque, dont un qui... héhé, je n'en dis pas plus.
C'est au travers de son récit que nous découvrirons ce qui s'est passé, le jour où l'on exécuta toute la famille royale.
Bien que je connaisse L Histoire, j'ai espéré que le Tsar et sa famille s'en tire (mauvais jeu de mot, sans même le vouloir, lorsqu'on parle d'exécution au fusil).
Certes, Nicolas II n'était pas le meilleur, mais une mise à mort pareille, c'est barbare et inhumain (même le pire des dictateurs ne mérite pas ça, sinon, c'est se rabaisser à son niveau et nous valons plus que ça, non ?).
Ce passage là fut le plus prenant du livre.
Au final, bien que le héros soit Miles Lord, je peux vous dire que l'ombre des Romanov planait sur le livre et que c'était eux les véritables personnages clés du roman.
Ce roman m'a fait vibrer, savant mélange entre la Russie du dernier Tsar et celle de maintenant. Un sacré voyage bien dépaysant et instructif.
Sans compter que l'adrénaline monte dans les dernières pages.
En tout cas, j'ai passé un bon moment de lecture et j'ai eu du mal à le lâcher.
Lien : http://the-cannibal-lecteur...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
fee-tish
  02 décembre 2011
Un thriller historique qui met en scène la fin des Romanov, c'est assez peu commun. Il n'en fallait pas plus pour susciter mon intérêt. D'autant que récemment, j'ai lu La nuit blanche de Saint-Pétersbourg de Michel de Grèce, qui traite également de la Russie tsariste et qui m'avait beaucoup intéressé.
Lorsque Steve Berry sort ce livre, en 2004, le mystère des Romanov est toujours d'actualité. En 1991, des corps sont autopsiés et l'ADN prouve qu'il s'agit du tsar Nicolas II et de sa famille. Sauf qu'il manque deux corps : celui de la plus jeune fille du couple, Anastasia, ainsi que celui du tsarévitch Alexis. Steve Berry choisit donc de s'engrouffrer dans la faille et d'imaginer que les deux adolescents aient survécu.
Le lecteur suit Miles Lord, un avocat américain noir passionné de l'histoire russe et parfaitement bilingue. Il fait partie de la Commission tsariste, occupée de rétablir l'autocratie russe. le prétendant au trône est Stefan Baklanov , soutenu pour être une marionnette entre les mains d'une organisation plus ou moins mafieuse.
Miles Lord va être habilité à fouiller dans les archives secrètes du gouvernement pour démontrer que Baklanov ne souffrira aucune concurrence. Mais il va découvrir qu'il existe peut-être des survivants plus directs de Nicolas II. Suite à cela, une course poursuite commence entre le groupe d'opportunistes avides de pouvoir et le couple Miles et Akilina qui vont se lancer à la recherche des descendants potentiels D Alexis ou Anastasia.
Voilà pour la trame du roman.
Le livre est construit sur un modèle très basique pour un thriller historique. En comparaison, je dirais qu'il ressemble énormément au Da Vinci Code. C'est-à-dire que nous avons un couple féminin-masculin qui va trouver des indices codés tout au long de leur parcours et qui vont les faire avancer. C'est très simple, mais relativement bien fait.
Le plus intéressant a été pour moi le contexte historique. Il est atypique et change des thrillers ésotériques. D'autant que le roman traite à la fois des Romanov, mais aussi du contexte russe contemporain. En effet, il met en avant les corruptions au sein des organismes telles que la polices, ainsi que les problèmes liés à la mafia. Je ne sais pas si la thèse d'une volonté du peuple de retrouver le tsarisme et l'autocratie est réelle mais elle tout à fait vraisemblable. J'imagine assez l'intérêt d'un tsar, qui fait partie de l'histoire et de la tradition russe ; et qui leur est vraiment propre. Donc, un contexte fouillé et qui éveillera les curiosités.
Concernant les personnages, j'ai plus de réserves. Miles Lord est un homme intéressant, mais j'ai trouvé quelques facilités, notamment dans ses nombreuses "intuitions" correctes qui l'empêchent de faire confiance à certains individus. Pour moi, l'intuition, cela marche une fois, mais pas plus.
Akilina, la jeune femme qui va être amenée à suivre Miles dans sa quête, est sympathique même si elle n'est pas d'une grande envergure. Ce qui m'a posé problème avec elle, c'est une autre facilité de l'auteur : elle suit Miles sans poser de questions, alors qu'elle ne le connaît pas, qu'elle a un emploi, etc. L'histoire n'est pas très vraisemblable de ce côté.
Malgré ces petites réticences, c'est un livre plutôt bien fait, mais dont l'originalité tient plus de son sujet de fond que de l'enquête menée et des personnages créés. Maintenant, il n'est pas nécessaire d'être original pour être agréable à lire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
soleil23
  27 août 2017
Un thriller sur toile de fond Moscou, l'histoire comme l'indique le titre "Le complot Romanov" revient sur la dernière lignée impériale russe et pour ceux qui ne connaissent pas, les derniers Romanov étaient : Nicolas II le Tsar de Russie et son épouse Alexandra, le tsarévitch Alexis et les quatre duchesses Olga, Maria, Tatiana et Anastasia.
Dans ce roman, la résurrection d'un héritier des Romanov et son couronnement nouveau Tsar de Russie est une affaire d'État et les hommes de "l'ombre" tirent les ficelles et façonnent les destins des gens à leur guise.
Ainsi s'exerce le pouvoir dans le monde entier et j'avoue que les clichés répétitifs sur les Russes faussent et instaurent un certain malaise. L'auteur Steve Berry a choisi la Russie mais le lecteur imagine aisément ce scénario arriver ailleurs.
La chute semble cousue de fils blancs mais reste un bon moment de lecture. Je remercie l'auteur pour la note, à la fin du roman, qui explique certains détails et événements passés.
Commenter  J’apprécie          140
mariech
  09 décembre 2011
Nous sommes en Russie en 1917 , Nicolas II est obligé d'abdiquer ; nuit su 16 au 17 juillet 1917 , l'ex tsar , sa femme , ses quatre filles et son fils Alexis , sont sauvagement assassinés . Ici peut commencer , le mystère Romanov , les survivants éventuels comme les fausses Anastasia défraient la chronique .
Moscou , dans les années 90 , la Russie , vient d'en finir avec le communisme , nous retrouvons une société gangrenée par la Mafia , des nostalgiques du communisme et des nostalgiques de l'autocratie ...
L'auteur alterne les différentes époques et imagine un complot pour le rétablissement d'un descendant des Romanov pour gouverner la Russie .
Au départ de découvertes sur le massacre d' Ekaterinbourg , l'auteur nous entraîne dans une aventure palpitante .
Mais si tout commençait bien , j'ai été déçue par la longueur du livre , la course poursuite des 100 dernières pages auraient pu être raccourcie, le style n'est pas toujours à la hauteur et l'auteur utilise des ficelles un peu trop grosses . Malgré tout , un moment de lecture délassant .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
PrunellaLit
  12 septembre 2013
Il s'agit du premier roman de Steve Berry que je lis. Je l'ai beaucoup apprécié et j'avais du mal à le lâcher.
Passionnée par la Russie, je ne pouvais passer à côté de ce roman. D'autant plus qu'il s'intéresse au dernier tsar de Russie ainsi que sa famille, sujet d'Histoire qui m'intéresse énormément. Cela fait plusieurs fois que je lis de la fiction par rapport à eux, à leur massacre à Ekaterinbourg, et à chaque cela m'attriste. J'espère toujours que L Histoire va être changée, qu'ils vont s'en sortir... Dans la fiction, c'est parfois le cas et j'arrive à y croire, comme dans ce roman.
Le point de vue américain apporte un plus à ce roman. En effet, je me suis un peu reconnue en Miles Lord, le héros, car, comme moi, il est passionné par la Russie et son histoire. Il prend, avec Akilina, une moscovite, beaucoup de risques pour rechercher un éventuelle héritier des Romanov et, même s'ils risquent de se faire tuer à plusieurs reprises, j'ai beaucoup apprécié leur dévouement pour la Russie et la lignée des Romanov.
L'idée de remettre un tsar à la tête de la Russie semble folle. Néanmoins, l'auteur le défend bien. Effectivement, une bonne partie du peuple russe vit encore dans le passé, nostalgique des Romanov, alors pourquoi pas ? L'idée est intéressante et m'intrigue beaucoup.
En résumé, un roman que je pouvais difficilement laisser de côté et qui, une nouvelle fois, me laisse rêveuse d'une Russie qui n'a pas laissé massacrer une famille impériale entière...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
belette2911belette2911   17 septembre 2012
Winston Churchill avait eu bien raison de dire, en parlant de ce pays : La Russie est un rébus enveloppé d'un mystère à l'intérieur d'une énigme.

Commenter  J’apprécie          320
PrunellaLitPrunellaLit   04 septembre 2013
- La nostalgie est facile à comprendre. Il n'y a pas plus de dix ans que la véritable histoire de Nicolas II et de sa famille a été contée. Au fond de l'âme russe, rôde le sentiment que le massacre de Nicolas II et des siens, en 1918, a été une ignominie qui pèse lourdement sur la conscience collective du peuple. Avec la certitude que l'idéologie soviétique, en faisant du tsar l'incarnation de tous les maux, a été une immense duperie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
belette2911belette2911   17 septembre 2012
- Vous enseignez toujours ?

- Plus de trente ans de carrière. Je les ai tous vus. Staline, Khrouchtchev, Brejnev. Chacun d'eux a cause ses propres dommages. Je déplore tout ce qui s'est passé. Mais même aujourd'hui, on arrive pas à s'en sortir.Les gens persistent à faire la queue pour visiter le mausolée Lénine.

Puis, un ton plus bas :
- Rien de plus qu'un boucher. Mais révéré comme un saint. Vous avez remarqué les fleurs autour de sa statue ? Écœurant, non ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
hlmrsbernardhlmrsbernard   09 décembre 2012
Et Lord, lui aussi, se sentit gonflé d'enthousiasme, bouleversé par le voeu qui, depuis des siècles, était le cri de ralliement d'une Russie toujours en quête d'un empereur. Quatre petits mots qui se déversaient incessamment d'innombrables haut-parleurs.
A les prononcer lui'm^me, au côté d'Akilina, il sentit ses prunelles se brouiller.
Longue vie au Tsar.
Commenter  J’apprécie          40
belette2911belette2911   17 septembre 2012
- Mais ça ne va pas si mal, répliqua Lord vivement. Et ça pourrait être pire ! Une blague populaire affirme qu'Eltsine et les gouvernements qui l'ont suivi ont réalisé, en deux décennies, ce que même les Soviets n'avaient pu concrétiser en soixante-quinze ans de gestion aberrante : faire regretter les communistes.
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Steve Berry (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Steve Berry
2000. Officier de marine, Cotton Malone est recruté par le ministère de la Justice pour récupérer au fond des mers une pièce de collection extrêmement rare. Celle-ci doit servir de monnaie d?échange pour obtenir d?un ancien opérationnel de la CIA des dossiers secrets relatifs aux agissements occultes du FBI dans les années 1960.
Alors que se dessine l?implication d?une branche clandestine du FBI dans un assassinat qui, en 1968, a bouleversé l?histoire, Malone est engagé dans une quête périlleuse, semée d?intrigues et de complots. Au centre de la toile, la figure d?Edgar J. Hoover, dont les secrets sont aussi nombreux qu?inavouables. Dans cette douzième aventure, Cotton Malone se remémore la création de la division Magellan, branche secrète du ministère de la Justice, et sa première enquête au sein de celle-ci. Les nombreux fans de Steve Berry ne seront pas déçus !
En savoir plus : https://bit.ly/2CGPHgc
Où nous trouver ? Facebook : https://www.facebook.com/lecherchemidi.editeur Twitter : https://twitter.com/lecherchemidi Instagram : https://instagram.com/cherche_midi_editeur_ Pinterest : https://fr.pinterest.com/lecherchemidi
+ Lire la suite
autres livres classés : Russie (Maison des Romanov)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1644 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..