AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253125997
Éditeur : Le Livre de Poche (18/03/2009)

Note moyenne : 4/5 (sur 42 notes)
Résumé :
Bien qu'il fût à l'origine un étranger sans naissance ni fortune, Mazarin se trouvait, à sa mort, maître de la France et arbitre de l'Europe, plus puissant que ne le fut jamais aucun ministre.

Triomphant de tous les obstacles, il dut à son intelligence et à sa ténacité une victoire sans appel. Cette victoire fut aussi celle de la France, à l'issue de la longue lutte qui l'opposait à la maison d'Autriche, et elle apporta à l'ensemble de l'Europe une pa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Arakasi
  11 octobre 2016
Nous sommes en décembre 1642 et le cardinal de Richelieu est à l'agonie. Il est au désespoir à l'idée que sa grande oeuvre – abattre l'hégémonie espagnole et réduire la noblesse française à l'obéissance – restera inachevée. Sur qui comptait pour achever le chemin parcouru ? Un roi faible et condamné à court terme ? Une reine à moitié espagnole et gagnée aux partis dévots ? Un héritier encore au berceau ? A l'un de ses proches, il aurait confié sur son lit de mort : « Je ne connais qu'un seul homme capable de me succéder. Encore est-il étranger… »
Cet homme se nomme Giulio Mazarini. Arrivé en France depuis quelques années, il a déjà fait ses preuves en diplomatie en tant qu'agent du Saint Père. Sa redoutable efficacité lui a conquis la confiance de Richelieu, sa chaleur et son humanité le coeur de Louis XIII et d'Anne d'Autriche. Ses multiples qualités ne contrebalancent pourtant pas aux yeux de l'aristocratie française ses deux grands tords : il est italien et plébéien. Quand il accède au conseil du roi à la mort de Richelieu, pas un membre de la cour n'est prêt à parier sur sa survie politique. On se frotte déjà les mains dans l'attente de la mort de Louis XIII et du chaos qui s'en suivra, chaos plein de promesses pour qui saura bien mener sa barque et arracher le maximum de charges et de richesses à la pauvre régente.

Surprise ! Loin de renvoyer Mazarin à la mort de son époux, Anne d'Autriche en fait son premier ministre. Encore une fois, on grommelle dans les rangs de la noblesse. Ce petit cardinal ne durera pas… Il sera forcément remplacé par un autre favori, un noble, un vrai, un français ! Mais Mazarin durera, malgré les grondements de la Fronde et les canons espagnols.Il durera, luttera, prospérera jusqu'à devenir l'un des plus puissants hommes d'état de son temps – plus puissant même que le terrible Richelieu ! – et finira sa vie riche à millions et à la tête d'un royaume prospère et apaisée.
Mais, me demandez-vous, si Mazarin était un si grand personnage pour quoi en entendons-nous si peu parler ? C'est que les grands hommes ont deux batailles à mener, l'une contre leurs contemporains, l'autre contre l'historiographie, et si Mazarin s'est tiré avec les honneurs de la première, il a perdu la seconde. Ecorché vif par les beaux esprits de la Fronde, ridiculisé par les mémorialistes dévots, il a laissé dans l'imaginaire collectif l'image d'un valet de comédie italienne, petit, mesquin, avare et veule. Et c'est grand dommage… Car une fois débarrassé de sa boue par la plume alerte et cultivé de Simone Bertière, le sieur Mazarini s'avère de compagnie tout à fait recommandable, celle d'un homme brillant, moderne, cultivé, loyal et plus digne de la reconnaissance du peuple français que ne le furent ses féroces détracteurs.
Simone Bertière est-elle tombée amoureuse de son sujet ? Un peu probablement et nul doute qu'elle a pris à coeur la défense de cette victime de l'Histoire, si injustement mal-aimée. Mais c'est qu'il ne manque pas de charme ce petit italien avec son intelligence si vive et son humanité si chaleureuse… Et je dois m'avouer moi aussi séduite, car j'ai toujours eu un faible pour l'extrême compétence, surtout quand elle est tempérée d'humour et d'auto-dérision. J'aime Mazarin pour les mêmes raisons que j'adorais Ulysse étant adolescente : car il est infiniment plus malin que tous les autres et qu'il a su prouver que la persévérance, le génie et la gouille valaient plus que toute la richesse, la morgue et le sang bleu du monde ! J'aimerai aussi toujours Alexandre Dumas. J'ai ri aux larmes et rirai sans doute encore aux bouffonneries du « tricheur italien » dans « Vingt ans après », mais au fond de moi, une petite partie de mon esprit ne pourra pas s'empêcher de sautiller d'indignation et se secouer le poing en hurlant « Calooooomnies ! »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
umezzu
  29 janvier 2015
Guilio Mazarini, d'origine sociale modeste, a été élevé avec les enfants de la famille Colonna à Rome, ce qui lui a permis d'accéder à la même éducation qu'eux. Son rôle, en tant que diplomate pour la délégation papale lors de la guerre de succession de Mantoue en 1627-1630 l'a fait remarquer de toutes les parties et notamment de Richelieu. C'est d'ailleurs à Richelieu que Mazarin doit son arrivée dans les cercles du pouvoir autour de Louis XIII. Cardinal en 1641, il va progressivement s'imposer comme le successeur de Richelieu après son décès et est choisi comme parrain du futur Louis XIV. C'est pendant la minorité de Louis XIV que Mazarin va montrer toute son intelligence tactique. Prenant sur lui toutes les critiques lors de la Fronde, il n'aura cesse en liaison avec Anne d'Autriche mère du jeune roi, de préserver le pouvoir royal, tout en composant avec les circonstances. Là où Richelieu usait de l'autorité royale et n'hésitait pas à faire régner l'ordre royal par des condamnations à mort ou des guerres sanglantes, Mazarin préféra toujours louvoyer et éviter le conflit. Écarté plusieurs fois, revenu à chaque fois, il a grandement contribué à instaurer dans l'esprit de Louis XIV l'idée de monarchie absolue. Certains font de ses relations avec Anne d'Autriche une liaison, il est plus vraisemblable que ces deux êtres s'appréciaient et se faisaient mutuellement confiance, ce qui explique leur grande complicité. Grand collectionneur d'art, il s'est enrichi grâce à ses revenus ecclésiastiques mais a aussi permis la présence en France de certaines oeuvres majeures.
Comme d'habitude avec Simone Bertière, cette biographie est limpide, d'une lecture des plus agréables et permet de mieux cerner l'homme au delà du personnage historique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Zippo
  25 septembre 2017
Simone Bertière nous présente ici une brillante biographie du cardinal Mazarin.
Grâce aux écrits du cardinal et aux mémoires des contemporains, l'auteure nous démontre que Mazarin fut un grand serviteur de l'Etat.
C'est d'une lecture agréable. Simone Bertière, grâce à ses solides connaissances sur Anne d'Autriche (amie de Mazarin) et du cardinal de Retz (son ennemi), nous immerge bien dans cette guerre civile que fut la Fronde.
La psychologie de Mazarin est aussi bien décryptée.
Plaisant et passionnant.
Commenter  J’apprécie          30
Huysmans165
  16 octobre 2018
Un portrait vif en couleurs d'un de nos plus grands dirigeants, ordonnateur des traités de Westphalie et digne successeur de Richelieu dont il a poursuivi avec brio le meilleur de la politique, parrain et formateur, enfin, du futur Roi-Soleil.
L'auteur s'attache, avec une admiration avouée, à nous restituer l'homme et son destin : un rejeton de la petite noblesse italienne désargentée qui se hisse au sommet du pouvoir à la force d'une intelligence inégalée. A travers ce portrait, on parcourt une époque charnière qui voit l'émergence progressive d'un état moderne et centralisé dont l'absolutisme naissant est, en grande partie, dû aux excès d'anciennes élites, noblesse d'épée ou de robes, arquée sur ces anciens privilèges et incapables de sentir l'inévitable évolution.
Commenter  J’apprécie          00
athena1
  24 décembre 2011
A qui veut en savoir plus sur son éminence sans fioritures ni lourdeurs, alors, jetez vous sur l'ouvrage que S BERTIERE consacre à Mazarin.
Même si de lourdeurs cette biographie n'en présente pas, il n'en manque pas moins qu'il me faudra très certainement la lire une nouvelle fois. La "faute", peut être, au personnage dont la vie eut comme la nature, une grande horreur du vide.
Merci à Madame Bertière de nous immiscer dans l'intimité de cet illustre personnage.

Lien : http://athena1-lire.blogspot..
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Simone Bertière (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Simone Bertière
Simone Bertière vous plonge dans la mythologie et retrace le voyage d?un de ses plus grands héros avec le livre « le roman d?Ulysse » (Fallois). L?écrivaine remet au gout du jour cette histoire mythique et fait volontairement le choix de délaisser la précision historique pour réinventer la légende du héros de la guerre de Troie.
Dans la catégorie : Louis XIV: 1643-1715Voir plus
>France : histoire>Les Bourbons: 1589-1789>Louis XIV: 1643-1715 (53)
autres livres classés : frondeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
693 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre