AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782359736182
224 pages
Éditeur : Ravet-Anceau (10/04/2017)

Note moyenne : 4/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Alors que la neige paralyse la région dunkerquoise, une affaire étonnante monopolise le capitaine Desrozeux et le lieutenant Cyran : un corps momifié découvert dans le sous-sol d’une villa malouine, sans doute là depuis une dizaine d’années. Ce sont les locataires des étages supérieurs qui, alertés par une odeur de gaz, ont prévenu les pompiers. Le « Desséché », comme le surnomme la police, semble être Louis Verbrugghe, le propriétaire. Autre fait surprenant, le tuy... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
UnKaPart
  18 avril 2017
Or donc une maison. Dans la maison, une fuite de gaz pas si accidentelle qu'elle en a l'air. Dans le gaz, un type. Mort. Depuis si longtemps qu'il s'est momifié. Mort naturelle ? suicide ? autre chose ? Va savoir…
D'emblée, les enquêteurs et le lecteur se retrouvent avec une palanquée de questions sur les bras. Qu'on se rassure, pas besoin de culminer à 260 de QI pour suivre. Les faits comme les interrogations sont présentés avec clarté, personne ne sera largué sur le bord de la route entre Dunkerque et Lille.
Poser des questions, c'est bien, y répondre, c'est mieux. de ce côté, pareil, l'auteur prend soin d'apporter les éléments adéquats au moment opportun. Aussi bien en cours de bouquin pour maintenir l'intérêt du lecteur et faire avancer son intrigue qu'à la fin pour résoudre son bousin. Voilà du polar mené avec intelligence et bien ficelé.
Au casting, pas de super/anti-héros caricatural mais des personnages campés avec ce qu'il faut de background, une façon de s'exprimer bien à eux, une personnalité. Bref, des personnages qui parviennent à être normaux sans avoir l'air communs. J'ai adoré la trouvaille de la “médication” de Desrozeux qui permet de caser un flic qui picole sans tomber dans le cliché basique du flic qui picole. Très bien vu niveau jeu sur les codes du polar.
J'avais eu peur un instant en voyant Bertin s'embarquer dans une scène hors enquête. Il sera question ici et là de la vie sentimentale de Desrozeux, idem son compère Cyran. Tu es prévenus. Là, tu te dis que ça pue le blabla barbant de remplissage, le bric-à-brac narratif où l'auteur se livre à sa propre thérapie de couple. Tu te trompes. Alors oui, si tu raisonnes avec les séries télé françaises en tête, je comprends tes craintes. Combien de looooooooongues minutes consacrées aux engueulades du commissaire Tsointsoin avec sa femme ?… L'intrigue n'y gagne rien, la construction du personnage pas davantage, le spectateur, lui, perd son temps et sa patience. Pas de ça, Lisette ! Oublie les péripéties conjugales superflues, ces développements ont ici un intérêt essentiel et pas que pour étoffer les personnages. Ils servent l'intrigue pour de vrai, participent à former un tout qui tienne debout. Ils font sens.
Rien à redire sur le cadre qui propose de vadrouiller à Dunkerque, à Lille et en Belgique. Je connais pas mal de coins mis en scène dans le jour de ma mort, Bertin respecte le contrat. Assez d'éléments empruntés à la vraie vie de l'IRL pour bâtir un décor réaliste et crédible, assez de fiction injectée dans son jeu de construction pour ne pas donner dans le guide Michelin bis. de la couleur locale mais pas trop, de quoi ravir ceux qui se promènent en terra cognita comme ceux qui découvrent ch'Nord. L'ensemble sonne authentique, pour reprendre un adjectif pas du tout galvaudé (mais pour le coup approprié).
En fait, je pourrais copier/coller le paragraphe qui précède en changeant le thème. Brique après brique, Bertin édifie un récit solide avec toute la rigueur d'un maître architecte. Chaque élément s'imbrique (oui, ça fait beaucoup de briques) au millimètre. Rien qui dépasse.
Le jour de ma mort se caractérise par son sens de la mesure. de l'action mais rien de chucknorrissien (Dunkerque est encore debout à la fin du roman), des péripéties mais sans noyer le lecteur sous des tonnes de poursuites, fusillades, explosions, enlèvements en mode 24 heures chrono (Jack Bauer > Colissimo), de la réflexion mais sans baisse de rythme, des coups de théâtre mais rien d'extravagant pour le sens commun.
Bertin, en bon dealer d'histoires, sait te refiler la bonne dose de la bonne came au bon moment. Une chance qu'il ait choisi de meubler son temps libre comme romancier plutôt que baron de la drogue.
Lien : https://unkapart.fr/le-jour-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
danikalichttrager
  07 novembre 2019
Coucou les Lieblings 🖤
Retour de lecture sur" le jour de ma mort" de Ludovic Bertin.
J' ai rencontré l' auteur au salon de Templemars. Son livre m'a attiré car l' intrigue se déroule dans le Nord. J' étais curieuse de découvrir le secret qu'abrite Dunkerque, une ville où je me rend assez souvent.
Les thèmes abordés sont la mort, l' addiction, l' amour, la solitude.
L' auteur a agrémenté son écrit de quelques citations et de références artistiques et musicales. Celles-ci apportent de la chaleur au texte, l'action se déroulant dans une atmosphère froide que ce soit par le climat, ou par l'aspect sordide de l' enquête. Un beau contraste.
Le style d' écriture de Ludovic Bertin est soutenu. le vocabulaire est riche et plein de finesse.
Je déplore quelques répétitions mais elles ne gênent toutefois pas la lecture qui est agréable.
Les personnages sont en souffrance. Ils recherchent tous quelquechose. On ressent la détresse exprimée de différentes facons et présente en permanence.
L' intrigue est bien menée, les rebondissements sont bien chorégraphiés. le climat est en adéquation avec l' atmosphère du livre. L' enquête est prenante et réserve beaucoup de surprises.
Le livre se termine pour ma part sur deux fin, la fin de l' enquête et la fin de l' immersion du lecteur dans la vie privée des personnages.
Merci à Ludovic Bertin pour ce bon moment de lecture.
🔪🔪🕶💋❄/5
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
bergson
  10 mai 2020
Un policier dans le nord, attirant non ?
Une fuite de gaz dans un immeuble, permet au pompiers puis aux policiers de découvrir un macchabée qui attend depuis 10 ans sur le canapé.
Un capitaine Dezoreux et son lieutenant Cyran sont chargés de l'enquête bientôt rejoint par une journaliste black avec une poitrine xxl qui ne fait pas que dans les articles .
C'est pied nickelés (un qui boit pour être toujours à 0.2 gr le lieutenant qui va jouer des béquille suite à un accident soutenue par la journaliste )
et le remplacement du lieutenant vont mener une enquête forte en rebondissement. Jusqu'au final où bien entendu le mauvais perdra à la dernière minute.
Quelques invraisemblances mineures n'altèrent pas une lecture captivante
Commenter  J’apprécie          30
maigret47
  11 janvier 2019
Intrigue bien construite et un déroulement machiavélique
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
UnKaPartUnKaPart   10 avril 2017
Ce qu'il y a de plus sordide, avec la mort, c'est l'encombrement qu'elle génère. Car si le défunt peut laisser un vide, il laisse d'abord un plein. Un corps immobile et froid, dont la présence importune tant qu'on s'empresse de l'enlever.
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : dunkerqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1974 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre