AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782372270526
368 pages
Mots et Legendes (14/12/2017)
4.21/5   7 notes
Résumé :
Que ressent le maudit face à son destin cruel ? Face à cette ombre qui le pourchasse et ruine inlassablement ses espoirs ? Au cours de son errance, inspire-t-il pitié ou dégout aux passants ? Sait-il lui-même qu'une force surnaturelle est à l'oeuvre pour anéantir son bonheur ? Des steppes aux confins des forêts, d'un passé oublié à un présent bien tangible en passant par un futur cauchemardesque, les légendes s'écrivent, les mythes s'effritent et sont frappés du sce... >Voir plus
Que lire après MalédictionVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Malédiction est une anthologie dirigée par Kevin Kiffer et auteur de la préface. Dans celle-ci, l'auteur nous apporte des précisions sur leurs naissances et leurs raisons d'être. Ces explications approfondies sont instructives et m'ont permis d'aborder certaines nouvelles sous un autre angle.

Avant même de me plonger dans le livre, je me questionnais si un ou une auteure allait détourner la malédiction et l'exploiter tel un véritable atout pour ses personnages et non un handicap. Parce qu'être maudit, c'est aussi avoir des capacités hors norme (bon qui pourrissent un peu la vie.. ou la mort) mais qu'ils peuvent exploiter de bien des façons et faire d'eux des super-héros (méchants ou pas).
Et oui, certains l'ont fait.

Si de prime abord, les premières nouvelles restent dans un registre classique, peu à peu celles-ci s'en émancipent et vont nous entraîner sur des chemins de plus en plus étranges et surprenants. Encore une fois, cette petite maison d'édition offre un recueil aux textes diversifiés et d'une grande qualité qui donne envie d'aller explorer quelques bibliographies.

J'ai tenté de faire un petit retour pour chaque nouvelle mais l'exercice s'avère difficile, j'ai l'impression de me répéter et je m'en excuse par avance.

Lorsque se consume la lune de l'ourse de Manon Bousquet : Un très beau texte empreint de violence, de tristesse et de cris déchirants qui prend aux tripes et ne peut laisser indifférent. Il y a des nouvelles dont on aurait aimé lire le roman et celle-ci en fait indéniablement partie tant je l'ai aimé, un gros coup de coeur.

L'appel du sang d'Akram : Là également, les événements ne peuvent laisser insensible, la cruauté et l'injustice font partie intégrante du récit. Ces dernières paroles glissées dans un dernier souffle ont titillé ma curiosité et m'ont accompagné tout au long de ma lecture. J'ai beaucoup aimé le contraste entre le texte narratif travaillé avec un soupçon de poésie pour refléter au mieux à l'époque moyenâgeuse à laquelle se déroule la nouvelle et le ton direct, au langage parlé des personnages. L'effet est réussi et apporte beaucoup de vie au texte.

La complainte d'Emerata de David Chauvin : L'auteur revisite, ici, le mythe de la sirène. Il nous en dresse son portrait élégant, plein de grâce et de féminité jusqu'au moment où tout bascule et où l'injustice devient synonyme de la bêtise des hommes. Une très belle rencontre.

Coa et Coacs de Philippe Goaz : Lecteurs et lectrices de fantasy humoristique, cet auteur est pour vous. Je suis fervente du genre et je peine à trouver de quoi me mettre sous les mirettes. Je suis, donc, heureuse et curieuse de découvrir ses romans, maintenant que j'ai gouté sa plume. Un texte drôle, truffé de jeux de mots qui font mouche à chaque fois et où s'opposent des personnages truculents.

Eilwen corbeau blanc de Macha Tanguy : Cette nouvelle est plus longue que les précédentes et pourtant, j'ai eu plus de mal à rentrer dedans, peut-être à cause de l'âge des protagonistes mais de très chouettes idées et un dénouement dont j'ai apprécié la mise en place de chaque pièce.

Les dangers de Samarilla de Guillaume Sibold : Après avoir eu un coup de coeur pour ses nouvelles Sale temps pour un mutant et L'amour au temps des radiations, mon niveau d'attente était un tantinet élevé (autant dire que je l'attendais au tournant avec ma rapière), L'auteur met en scène Conrad Stregoicavar, mélange de Conan et de The Witcher, lors de l'une de ses aventures dans un univers qui fleure bon avec les quêtes secondaires de Skyrim, Mordue, je suis, je vous dis et pas du tout objective.

Radi de Morgane Leproust : Ils s'appelaient Jos et Elmire et Radi était leur salut. Une histoire d'amitié que l'on voit évoluer au fil des pages. Des personnages attachants et une fin très émouvante, Un très beau texte.

Les vases de Soissons d'Olivier Boile : L'auteur mêle Histoire à son histoire en basant sa nouvelle sur Les vases de Soissons. Court récit mais efficace et parfois drôle. Une très bonne surprise.

Epithate de Jean- Pol Bertolo : Dans la courte présentation de l'auteur qui se trouve à la suite de chaque nouvelle, j'ai retenu une phrase de Mr Bertolo : « Il confie que son plaisir est de s'imaginer le lecteur s'approprier l'histoire et y trouver des pistes de réflexion. » Elle reflète, tant et si bien, le récit que je ne trouve pas l'utilité d'en dire plus. D'ailleurs, nombreuses nouvelles de ce recueil offrent de nouvelles perspectives sur le mot "malédiction" et pourraient être à l'origine de débats intéressants.

Le vrai visage de Céline Ceron Gomez : Tout allait pourtant si bien mais après une simple chute anodine, Didier voit sa vie chamboulée... pour le pire. de mon point de vue, il n'est pas question, ici, de malédiction, car le narrateur se voit octroyer un don. Là encore, un bon texte.

Les oniriphages de Siana : Rapidement, j'ai eu beaucoup d'empathie pour le narrateur qui élève sa petite fille, seul. Il a bien peu d'estime pour lui-même et semble au bout du rouleau. Puis j'ai grincé un peu les dents sur certains propos qu'il tient sur sa pitchoune mais il va se rattraper. Une marque, une seule, passée inaperçue et le cauchemar commence. Un texte original.

Les chasses mythes de Amria Jeanneret : Ambiance vénitienne dans laquelle l'autrice revisite le mythe de la dame blanche. de bonnes idées, mais je n'ai, malheureusement, pas accroché à la plume.

La montre de Nathael Hansen : L'auteur s'est inspiré de ses années étudiantes pour cette nouvelle. Un peu plus longue que les autres, plus descriptive, fourmillant de détails de la vie quotidienne. Thomas s'embourbe, perd la notion du temps, qui, lui ne s'arrête pas et ça se ressent bien dans le texte. Idée intéressante.

Mamui Ata de Gregory Covin : Un texte dont les événements se déroulent en mer et ça fait du bien, ce petit vent de noirceur où s'immisce la magie vaudoue. Une ambiance où suinte la peur et où son humidité colle à la peau. Chouette lecture.

L'horloge indique minuit de Florent Leinhart : S'il n'est pas, à proprement parlé, question de malédiction au sens classique, elle y est pourtant bien présente, L'homme n'est-il pas une malédiction pour lui-même, s'infligeant les pires horreurs où chacun de nos actes nous pousse vers un avenir de plus en plus sombre, Un gros coup de coeur.
Commenter  J’apprécie          51
Concernant la couverture, je ne suis pas très fan, mais je dois avouer que l'association des couleurs rouge et noir accroche bien le regard et colle très bien au thème de la malédiction. Sans oublier le regard de l'homme qui ne met pas franchement à l'aise et qui laisse percevoir l'ambiance générale de l'ouvrage.

L'anthologie commence par une préface de de Kévin Kiffer qui nous en apprend plus sur le terme de malédiction : sa signification, à quoi cela correspond, les époques, les différents pays, sa place dans la littérature, celle des animaux, les lanceurs de malédiction... Bref ! Une préface vraiment très intéressante, grâce à laquelle j'ai appris plein de choses et qui m'a mise en appétit pour la suite de ma lecture.

Ce qui est vraiment sympa aussi c'est, qu'après chaque nouvelle, il y a un petit texte de présentation de l'auteur. C'est toujours agréable de savoir à qui appartient la plume du texte que l'on vient de lire, ainsi que, parfois, ce qui a pu pousser à l'écrire.

Toutes les nouvelles sont différentes, tant par la narration tantôt en à la première personne, tantôt à la troisième, que par les époques (Moyen-Âge ou époque actuelle), le contexte (fantasy ou fantastique, sombre ou plus léger) ou la nature même de la malédiction. Chaque auteur traite le sujet à sa façon et, même s'il y a parfois des similitudes, ce sont ces différentes interprétations qui donnent autant de richesse à cet ouvrage.

Les nouvelles ne sont peut-être pas toutes égales à mes yeux (on a toujours ses petites préférences), mais l'écart n'est pas non plus si important, ce qui fait que cette anthologie est très équilibrée quant à la qualité de ses textes. Que ça soit au niveau des histoires ou des différentes plumes.

Je vais maintenant vous dire quelques mots sur chaque nouvelle, sans spoiler. Si vous ne désirez pas les lire, je vous invite à directement passer à la conclusion de cette chronique. ^^

Lorsque se consume la Lune de l'Ourse - Marion Bousquet
Une nouvelle très bien écrite, entre sang et tristesse. Par contre, je me suis demandée où l'auteure voulait en venir et, pour un texte sur les malédictions, je trouve que la place qu'elle occupe ici est vraiment minime, voire qu'on aurait carrément pu s'en passer...
J'ai aimé le texte, l'histoire, mais j'ai trouvé la malédiction trop peu présente. Ou alors, je n'ai pas compris le message que l'auteure voulait faire passer.

L'appel du sang - Akram
La plume est jolie, agréable, avec un vocabulaire d'époque et recherché. Si vous n'êtes pas habitués au contexte moyenâgeux, vous aurez certainement besoin d'un dico (ou de Google, selon les préférences). La malédiction est sans conteste au coeur du récit avec un personnage principal qu'on ne peut aimer ni complètement haïr. J'ai beaucoup, aimé cette nouvelle.

La complainte d'Emerta - David Chauvin
Une jolie plume, agréable. Une malédiction non évoquée textuellement, mais dont on sent très bien la présence et le poids. Je suis ressortie de cette nouvelle avec une sorte de triste compassion pour les personnages.

Coa et Couacs - Philippe Goaz
Nous passons ici à un texte qui change un peu des précédents, plutôt sombres, car nous partons sur un registre de fantasy humoristique avec de jolis jeux de mots et des sorts cocasses (enfin sauf pour la personne qui les reçoit, bien entendu). La plume est jolie et savoureuse. Quant aux malédictions, on peut dire qu'elles sont légions ! J'ai bien aimé.

Eilwen Corbeau Blanc - Macha Tanguy
Encore une nouvelle à la jolie plume et au contexte médiéval que j'ai beaucoup aimé. C'est ma préférée d'ailleurs.
La malédiction est bien présente dans l'histoire.
Llwyn et Eilwen sont des personnages auxquels j'ai aimé m'attacher. Si jamais l'auteure devait réécrire à leur sujet, elle pourrait sans souci me compter parmi ses lecteurs. ^^

Les dangers de Samarilla - Guillaume Sibold
Une nouvelle dans laquelle j'ai eu un peu de mal à rentrer avec un début un peu long, mais qui a finalement éveillé mon intérêt tant pour son histoire de malédiction que pour le personnage principal.
Une plume assez agréable, bien qu'avec des termes à connotation russe pas toujours facile à prononcer.
J'ai passé un agréable moment.

Radi - Morgane Leproust
Une autre nouvelle que j'ai vraiment apprécié lire. Une histoire de malédiction sur fond de vérité, de libération et d'amitié. Avec de l'humour. J'ai aimé passer du temps avec les personnages et voir évoluer leur relation. C'est la première nouvelle de l'auteure et c'est une réussite. ^^

Les vases de Soissons - Olivier Boile
Une nouvelle historique, dont vous vous douterez du thème en lisant le titre, assez agréable à lire. J'ai moins accroché néanmoins, mais par goût personnel parce que tout ce qui touche à l'historique ne m'attire pas des masses, ce qui ne l'empêche pas d'être bien écrite. de plus, mes cours d'histoire sur cette période remontent à bien bien longtemps. lol



Épitaphe - Jean-Pol Bertollo
Nouvelle et plume sympas. Il y a une jolie "morale", mais qui reste néanmoins assez floue car il y a peu/pas de réponses. C'est un peu frustrant pour le coup...
La malédiction est bien présente, même si floue elle aussi car, au final, on n'en connait rien.

Le vrai visage - Céline Ceron Gomez
Une nouvelle qui exploite de façon différente la malédiction, en un sens plus large.
Avec la mise en page, je me suis tout de suite doutée où l'auteure voulait en venir, mais cela n'a en rien entaché mon plaisir de lire.
D'humoristique, elle devient triste et montre que ce qui pourrait être un bénédiction pour certains peut être complètement l'inverse pour d'autres.
J'y ai trouvé une bonne analyse de la nature humaine. La chute m'a à la fois surprise et attristée.

Les oniriphages - Siana
J'ai beaucoup aimé cette nouvelle qui retrace le combat d'un homme, mais sur deux fronts différents : celui mental qu'il se livre à lui-même sur une "erreur" de jeunesse et celui, cauchemardesque, qui lui arrive sans qu'il comprenne pourquoi ni comment. Pourtant, les deux font finir par intimement se lier.
Ce jeune homme, il m'a parfois énervé à sembler vouloir rejeter la faute sur Estelle, mais finalement, je me suis attachée à lui.
Par contre, même s'il y a lieu de penser à une malédiction, je pense que ce n'est pas tout à fait ça non plus. Pour moi, c'est plus une sorte de contamination, voire de damnation... Enfin après c'est un point de vue et tout ça se ressemble beaucoup quand même.

Les Chasse-Mythes : l'Ombre de la Rose - Amria Jeanneret
Une autre nouvelle très agréable à lire et dont je ne serais pas contre retrouver les aventures de ces personnages un jour. Je n'avais pas complètement vu la "petite surprise", mais je m'étais doutée qu'il y aurait quelque chose à ce niveau. J'ai été ravie ! ^^
La plume est très agréable, même si relativement descriptive.
Par contre, je reste assez dubitative sur la malédiction en elle-même qui n'en ressemble pas à une. Plus à une promesse... quoi que vu la tournure qu'elle prend, je comprends qu'on puisse la considérer comme telle.

La montre - Nathael Hansen
Quelques répétitions, mais une plume pas désagréable dans l'ensemble. L'auteur semble avoir pris une partie de sa vie pour la transposer en histoire avec un petit côté fantastique. Je dois vous avouer que ça n'a pas vraiment matché pour moi. Déjà parce qu'il ne se passe pas grand chose, à part la "descente aux enfers" du personnage. Ensuite, j'ai juste envie de demander "Pourquoi ?"... Parce qu'on ne sait pas pourquoi lui, ni même pourquoi tout court. Qui est le vendeur ? A quoi sert la montre ? le diable qui veut une nouvelle âme ? Peut-on vraiment parler de malédiction ici ? Sûrement, mais cette histoire ne restera pas parmi mes favorites...

Mamui Ata - Grégory Covin
Une nouvelle bien écrite mais dans laquelle je ne suis pas arrivée à entrer, peut-être parce que je suivais Top Chef en même temps... (En plus mon second chouchou de l'émission vient juste de partir, une semaine après mon autre chouchou... Je suis dépitée ! :'( ) du coup, j'ai eu plus de mal à me concentrer. Ce n'est pas très malin, je sais...
Pour autant - ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit ! - cette nouvelle n'est pas du tout mal écrite et je ne m'attendais pas du tout à la chute. Elle suinte l'angoisse, la peur et... le vaudou !

L'Horloge indique Minuit - Florent Lenhardt
Une nouvelle qui apporte une autre façon de percevoir la malédiction, sans pour autant être hors sujet. Cependant, cette nouvelle joue avec les portes de la folie que le personnage principal à laissé s'entrouvrir, tout en clôturant celles de sa maison. J'avoue que j'ai été moins sensible à celle-ci, même si elle est intéressante.

Pour un petit classement vite fait, j'ai préféré les nouvelles :
- Eilwen Corbeau Blanc
- Radi
- Les Chasse-Mythes : l'Ombre de la Rose
- Les dangers de Samarilla
Et j'ai moins accroché à celles-ci :
- L'Horloge indique Minuit
- Les vases de Soissons
- La montre

En résumé, cette petite anthologie sur le thème de la malédiction est un ouvrage assez hétéroclite (dans le bon sens du terme), tant sur le choix de la narration, de l'époque, de l'ambiance ou de la nature même du mal qui ronge les personnages, ce qui fait que l'on ne s'ennuie jamais d'un texte à l'autre. On essaye même parfois de deviner ce que contiendra la prochaine nouvelle. On ne peut enlever à ce livre la qualité des différentes plumes et histoires que l'on y trouve.
Je vous recommande sans souci cet ouvrage, si vous aimez les ambiances un peu lourdes, un peu étouffantes, et les histoires qui se terminent bien... ou pas !
Lien : http://booksfeedmemore.eklab..
Commenter  J’apprécie          30
La couverture est bien, mais sans plus. Je m'attendais plutôt à un univers plus sombre et plus généraliste. Ici, nous sommes en présence d'un homme à l'allure certes étrange, mais qui ne m'inspire pas trop pour le thème. La typographie me semble adaptée à ce genre.

Le résumé m'intrigue. Nul doute. C'est lui, plus que la couverture décrite ci-dessus, qui m'interpelle. Il met le lecteur face à des questionnements. Je m'attends à trouver des récits sombres à l'atmosphère lourde. Après tout, une malédiction n'est jamais à prendre à la légère. Comment réagirions-nous si nous en étions victimes ?

Une anthologie d'une quinzaine d'auteurs qui nous offrent des pépites sur le thème de la malédiction.
D'ailleurs, qu'est-ce qu'une malédiction ? Un sort ? Une menace ? Une vengeance divine ?
Le prologue nous offre une vision large de cette définition. Point n'est besoin d'en parler ici, je vous laisse le découvrir.

Une anthologie qui regroupe quinze nouvelles n'est pas chose aisée à chroniquer. D'autant que ces récits ont tous leur place au sein de ce recueil. La malédiction est à l'origine de toutes ces histoires, vous vous en doutez bien. Néanmoins, j'ai été curieuse de découvrir de quelle manière les auteurs allaient traiter ce thème vaste et précis à la fois.

Pari réussi !
A la lecture de cette anthologie, je me suis dis que j'allais tomber sur des poncifs. Eh bien non ! Chaque auteur traite du sujet avec sa propre sensibilité et une interprétation tout à fait étonnante. Et c'est ce qui en fait la force. L'origine de la malédiction (qu'elle soit divine ou pas) est ici abordée sous des angles intéressants et j'ai adoré me trouver emportée dans un univers différent à chaque nouvelle. Abordée sur un ton sombre, pesant ou parfois plus léger, la malédiction nous emporte avec elle. On y croise des héros et des antihéros torturés. On attend le moment fatidique où la malédiction sera jetée. Puis, sous quelle forme apparaîtra-t-elle ? Comment se matérialisera-t-elle ? Quelle sera la réaction des personnages principaux et de leur entourage ? Des questionnements qui ont fait que le temps a perdu de sa consistance tant je me suis retrouvée plongée dans ma lecture.

Des plumes envoutantes...
Les auteurs qui ont participé à cette anthologie maîtrisent aisément leur sujet. On sent, sous les mots, jaillir la force des émotions. La plongée dans la folie qu'entraînent les actes des uns et des autres ; le renoncement et la lassitude voire parfois l'étonnement. J'ai apprécié cette écriture fine et précise qui apporte, selon moi, beaucoup de profondeur aux récits. Impossible de ne pas se sentir immergée dans l'époque décrite grâce aux descriptions (courtes, mais maîtrisées) que requiert cet exercice de composition. J'ai pris plaisir à découvrir des auteurs que je ne connaissais pas et qui méritent d'être lus.

Si vous souhaitez passer un agréable moment sur un thème intéressant, je vous conseille vivement cette lecture. Mais à vos risques et périls...
Après tout, cette anthologie est peut-être elle aussi une espèce de sortilège qui vous emportera ?
Qui sait !
En tous les cas, moi, j'en redemande !
Lien : https://chroniquesdesmondes...
Commenter  J’apprécie          50
Un thème peu banal que celui de la "Malédiction". Un mot aussi vaste ne peut donner naissance qu'à un recueil de nouvelles gonflé de créativité et de visions toutes plus éloignées les unes des autres. de la Fantasy, du Fantastique, une nouvelle dystopique (on regrettera justement le manque de SF dans le recueil), il y en a pour pratiquement tous les goûts. Des fins heureuses, ou parfois pas, un peu d'humour, de l'horreur, du suspens, des enquêtes, vous trouverez de tout. Que cela soit pour maudire votre belle-mère, votre voisin ou votre facteur, il y a de quoi vous donner quelques idées. Un long travail que de chroniquer cette oeuvre comme blogueur, mais les lecteurs seront ravis d'avoir autant de choix de textes, avec la diversité et l'imagination qui vont avec, dans un seul bouquin sur un thème qui devrait en intéresser plus d'un. Ne lisez cependant pas tout d'un coup, vous risqueriez de ne plus faire de distinction entre la réalité et la malédiction qui hantent vos lectures ;-)
Avis complet par ici -->
Lien : https://evasionimaginaire.wo..
Commenter  J’apprécie          110
Quand je pense « malédiction », je pense à « La peau sur les os » de Stephen King. Une histoire contemporaine dans laquelle le personnage se fait maudire par le père d'une femme qu'il a tuée dans un accident de la route. Il fera alors ce qu'il pourra pour lever la malédiction, car jour après jour, nuit après nuit, il maigrit et son sort ne peut être que funeste.
Dans l'anthologie de Mots & Légendes, certains personnages seront tentés de lever le sort, d'autres ne pourront que le subir, d'autres sont eux-mêmes l'élément qui sert à répandre le mal. Ils sont humains, animaux ou spectres, coincés dans une autre dimension, ou victimes d'une épreuve sans cesse renouvelée…
Beaucoup de textes riches et surprenants composent cette anthologie. Ils ont tous une particularité que je vous conseille de découvrir pour passer des moments étonnants, spéciaux, parfois dérangeants. C'est réducteur de n'en nommer que deux, mais en toute honnêteté, j'ai adhéré davantage à la nouvelle Épitaphe de Jean Pol Bertollo : qui n'a pas espéré qu'un jour son ennemi disparaisse ? le deuxième titre que je mets en avant, lui, amène une belle touche d'humour à l'ensemble, il s'agit de Coa et Couacs de Philippe Goaz.
Avec une préface de Kevin Kiffer et un travail éditorial à toute épreuve, il n'y a vraiment rien à redire sur les qualités de cet ouvrage.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
Non contente de faire disparaître de la surface du globe des races entières du monde animal, l’espèce humaine dans son infinie bêtise s’est lancée à corps perdu dans la recherche de l’autodestruction. L’Homme est ainsi fait : il fait la guerre, croit quelques années au repentir, puis cède à nouveau à ses pulsions primaires et indélébiles. Et à chaque fois, il monte une marche de plus dans l’échelle de la dévastation.

L'Horloge indique Minuit - Florent Lenhardt
Commenter  J’apprécie          20
Au chapitre Problèmes et Solutions, il venait de trouver à la rubrique La Malédiction n’a eu aucun effet :
- Le mage lanceur du sort a oublié de prononcer la formule. C’est ballot mais ça arrive ;
- Le mage lanceur du sort a un important défaut de prononciation (chuintement, zézaiement...). Des cours de diction peuvent résoudre la situation ;
- Le mage a mélangé deux formules. Les conséquences d’un tel incident peuvent être très graves ;
- La personne visée est déjà morte. On n’y pense pas mais... ;
- La personne visée est protégée par une Prophétie.

Coa et Couacs - Philippe Goaz
Commenter  J’apprécie          10
"...mais depuis que la magie est magie, une seule contrainte est de mise : on ne peut donner la mort directement. Les malheureux mages qui ont oublié ou transgressé cette règle ont vu leur Punissage se retourner contre eux et ont rencontré la Camarade plus tôt que prévu."
Commenter  J’apprécie          30
Un voile rouge obscurcissait la vision naturellement faible de Llwyn. Chacune de ses inspirations ébranlait sa puissante carcasse. Un filet de bave gouttait de ses babines à demi retroussées sur ses dents à la blancheur d’ivoire. Du sang d’un vermeil très vif coulait sur son épaisse et soyeuse fourrure brune. L’ours qu’il était luttait toujours pour sa survie, soutenu par un instinct immémorial, tandis qu’en son for intérieur l’humain avait renoncé depuis des heures.

Eilwen Corbeau Blanc - Macha Tanguy
Commenter  J’apprécie          10
Ludger, une moue désolée, plongea son regard dans celui de sa victime dont les lèvres frémissaient. Priait-elle les divinités ou lui dictait-elle ses dernières volontés ? Il n’aurait su le dire. Fiel et mélancolie se disputaient ses yeux d’encre, insondables, pour leur conférer un éclat surnaturel.

L'appel du sang - Akram
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : fantasyVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus

Lecteurs (11) Voir plus



Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
2582 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre

{* *}