AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Hélène Let (Autre)
EAN : 9782211320702
304 pages
L'Ecole des loisirs (08/02/2023)
4.22/5   199 notes
Résumé :
Roanne adore les romans d’horreur, d’accord, mais ce n’était pas une raison pour l’envoyer passer l’été dans un phare en ruines, chez son oncle Kierzic qu’elle ne connaît même pas ! Cet homme aussi grincheux que mystérieux vit en solitaire sur un îlot planté au large de la côte Atlantique, avec pour toute compagnie une mouette rieuse et les rumeurs de l’océan. Dès son arrivée, Roanne est déterminée à s’en aller au plus vite de ce tas de cailloux désert. D’autant plu... >Voir plus
Que lire après Là où règnent les baleinesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (85) Voir plus Ajouter une critique
4,22

sur 199 notes
5
47 avis
4
20 avis
3
5 avis
2
0 avis
1
2 avis
Roanne est une jeune adolescente qui est envoyée par sa mère chez un étrange oncle qu'elle n'a jamais rencontré pour passer les deux mois des vacances d'été. L'oncle Kierzic vit isolé dans un vieux phare, sur un minuscule îlot, et Roanne va vite se rendre compte qu'il cache bien des secrets.

Si jusque là j'avais vraiment beaucoup aimé les différents romans de l'auteur, je dois avouer que celui-ci m'a laissé un peu de marbre, et je suis d'autant plus embêté que je n'ai pas grand chose de concret à lui reprocher, à part le postulat de base qui m'a un peu gêné.

Au début du roman, Roanne (qui est donc une jeune fille d'une douzaine d'années) est envoyée seule, dans un environnement complètement coupé du monde, sans le moindre accès à la technologie, chez un homme qui fait certes partie de sa famille mais qu'elle n'a jamais connu, et que même sa mère n'a pas vu depuis de nombreuses années. Même s'il n'y a aucune ambiguïté tout au long du roman, j'avoue avoir quand même pas mal tiqué là dessus car la situation m'a paru hautement irréaliste, et même franchement irresponsable quand on y pense.

Bref, l'idée du roman est de suivre Roanne et son oncle Kierzic qui vont mutuellement apprendre à s'apprivoiser à mesure que la jeune fille va découvrir les secrets de son oncle, et qu'elle va, au passage, découvrir une race de créatures marines qui ne devrait pas exister.

Dans l'idée, tout ce qui tourne autour des nelphides, ces genres de sirènes qui vivent en société très bien organisée, était plutôt original. N'étant pas tellement sensible à tout ce qui peut se passer en milieu marin, je n'ai pas été particulièrement sensible à tout cet environnement ni aux différentes aventures autour des nelphides mais je reconnais qu'il y avait de l'idée.

Mais dans le fond, j'ai été plutôt déçu par le roman dans son ensemble, pour des raisons de ressenti essentiellement (rappelons quand même que c'est un roman destiné aux ados et que je n'étais donc pas du tout le public cible).

D'abord, je n'ai pas accroché aux personnages. Roanne est une adolescente sympathique qui cache pas mal de failles derrière une apparente jovialité. Kierzic est un homme profondément bienveillant mais torturé par des problèmes identitaires. Sur le papier, les personnages sont intéressants et ils permettent d'ailleurs d'aborder des sujets très importants (la grossophobie, le harcèlement scolaire, la solitude, ou encore la différence). Mais dans les faits, je n'ai pas réussi à m'attacher à ces personnages, sans que je ne me l'explique vraiment.

Mon autre déception est liée à la thématique principale qui semble être l'écologie, ou du moins une sensibilisation à l'écologie, que je n'ai pas trouvée suffisamment présente. La façon d'aborder le sujet était peut-être un peu trop subtile pour la tranche d'âge, en tout cas je me suis vraiment posé la question de savoir si un ado (selon l'âge et la maturité évidemment) percevrait vraiment les implications du texte.

Encore une fois, je n'étais pas spécialement le lecteur cible, et mes reproches sont majoritairement liés à du ressenti, mais je suis vraiment déçu d'avoir été déçu tant j'avais aimé les romans précédents de l'auteur. Je vous invite quand même à lire d'autres avis sur le roman parce qu'ils sont généralement très positifs. Qui sait, j'ai peut-être juste mal choisi mon moment pour lire ce roman ?
Commenter  J’apprécie          140
Quelle belle plongée. C'est intéressant, immersif, mystérieux, fascinant, et idéal pour le printemps / été.
Jolan Bertrand a une très belle écriture qui nous prend dans ses filets. J'avais déjà été conquise par Les soeurs hiver (parfait pour l'hiver).
Ces multiples références m'ont arraché plus d'un sourire. Il y a également eu quelques rires et le plein d'émotions. En un one-shot, non seulement l'histoire se tient fort bien, mais en plus elle devient toujours plus riche, plus intéressante et meilleure. Elle distille de très belles pensées qui nous touchent en plein coeur. C'est si agréable d'aller dans la mer, l'ambiance est assurée, mais le sel viendra également d'autres parts, car quelques larmes perlent nos yeux.

Roanne a 13 ans, elle a été envoyé sur une île par sa mère. C'est une nageuse hors pair, elle aime cela, et fait de la natation synchronisée. Elle va passer ces vacances chez son oncle. Oui, mais elle ne voulait pas y aller, Kora l'y a obligé, c'est sa mère. Elle ne connaît pas cet oncle et déchante de plus en plus.
Déjà l'île est petite, il n'y a pas grandement d'activité mais son cher oncle Kiersic, un des frères de Kora, l'emmènera dans un coin encore plus reculé, un phare, un petit morceau d'île, et comble de tout, il n'a pas internet.
Nous voguons entre le réel et le fantastique avec 1001 questions qui nous viennent à l'esprit. Tout est possible dans ce lieu isolé. Il y a des mystères, c'est certain, mais que nous révèleront-ils ? Kiersic est comme un loup solitaire qui ne veut pas être dérangé, il n'a pratiquement aucune relation humaine.

Roanne et Kiersic vont apprendre à se connaître bon gré mal gré, à s'apprivoiser, à voir tout ce qui les unit et tout ce qui les sépare. Pour Roanne, c'est un gros électrochoc.
Mais cette petite est rusée, n'hésite pas à chercher, voire même à se mettre en danger.
Leurs histoires à tous les deux nous seront révélées. Je dois bien avouer qu'un spin-off sur Kiersic ne serait pas de refus pour voir sa jeunesse, comment sa vie a changé etc.

Prêt à plonger vous aussi ?

====================================

L'essentiel est là, j'invite les plus curieux d'entre vous, ceux qui en ont besoin et ceux qui l'ont lu à me suivre encore un peu. Pour les autres n'hésitez pas à revenir si un jour vous plongez dedans et pour le moment passé à la partie suivante (partie séparée avec ====).

Quand Roanne rentre dans la vie de Kiersic rien n'est plus pareil, mais c'est aussi la chance pour lui de retrouver sa brassée de terre, et de renouer avec les humains.
L'ambiance de l'île, surtout ce petit morceau de caillou, la façon bizarre d'être de Kiersic ne sont pas pour rassurer Roanne, l'ambiance se ressent jusque dans nos tripes.
Cette façon de jouer sur plein d'éléments fait son effet.
Roanne soupçonne son oncle d'être un vampire … Cela finira par le faire bien rire.
En fait, il y a une touche d'ailleurs, mais il ne s'agit ni de vampire, et non ni de sirène, mais de nélphide. C'est une belle et originale dimension qui est ajoutée là.
Toute une culture, tout un peuple, une grande ouverture et tolérance à la différence. Si Kiersic communique en français, il a aussi d'autres moyens de le faire, et il a dû s'adapter.
Il a sa brassée de la mer. Les nélphides ne peuvent vivre seules. Elles seront très curieuses à l'arrivée de Roanne.
Et Roanne le sera aussi, allant vers elles. Son oncle la mettra en garde sur certains éléments.

Mais toute cette richesse ouverture, va également s'étendre à tout ce qui va se passer après, l'histoire prend de plus en plus de force. Il y a tant de mystères à résoudre, quelques situations tendues, du danger.
L'autrice va également au bout de tout, en nous faisant toujours plonger plus loin.

D'ailleurs Roanne nage tellement bien sur la couverture, vous y avez fait attention vous ? A sa forme ?
Non, cela ne détermine pas tout.

===================================

Kiersic et Roanne ont tous les deux des casseroles, des évènements difficiles dont ils ont du mal à parler.
Nous abordons beaucoup de thèmes forts et d'autres en toile de fond : la solitude, le rejet d'une personne différente, le tourisme, l'isolement, la façon qu'on peut avoir de se protéger, la famille de coeur, la famille génétique, les relations humaines et leur complexité à la fois et nécessité, le corps etc.
Les messages sont positifs, c'est une grande aventure maritime pleine de tumultes et de dangers, et en même temps cela met du baume au coeur.

Mention spéciale au très bel objet livre qui participe à l'immersion 🙂
Lien : https://lesvoyagesdely.wordp..
Commenter  J’apprécie          100
Dans "Là où règnent les baleines", l'auteur nous entraîne dans les fonds marins. On y suit Roanne, 13 ans, passionnée de natation synchronisée, au bord du désespoir car elle doit s'exiler tout l'été chez un oncle qu'elle ne connaît pas et qui ne semble pas super content non plus de la voir débarquer sur son île.

Dès le départ le ton est drôle et piquant. le contexte intrigant. Sans en dire trop, on est sur un roman fantastique qui aborde l'écologie, la différence, la famille et la grossophobie. Tout sonne juste, tout est réaliste, sombre et doux à la fois.

J'ai adoré cette lecture. Et le travail de mise en page est vraiment joli. Hélène Let, qui illustre le journal de bord de l'oncle Kierzic, a beaucoup de talent. J'aurais adoré voir davantage de ses illustrations.

J'ai découvert Jolan C. Bertrand avec "Les soeurs Hiver", roman jeunesse très agréable. Cette nouvelle lecture confirme son talent d'écriture.
Commenter  J’apprécie          170
En voyant passer ce roman sur les réseaux, je suis aussitôt tombée amoureuse de cette magnifique couverture. Lisant des avis positifs sur le contenu du livre, il ne m'en a pas fallu plus pour me convaincre. Je me le suis directement procuré et je me suis lancée très vite dans cette lecture tellement le résumé m'appelait. Il me tardait de découvrir le style d'écriture de Jolan C Bertrand que je ne connaissais pas.

Transmettant de bonnes vibes de vacances, ce roman est vraiment parfait à lire l'été. Je me suis laissée transporter par le récit que j'ai trouvé mystérieux et rafraichissant. le début instaure une ambiance troublante et estivale. On ne sait pas trop ce qu'est réellement Kiersic. Enfermée dans un huit clos sans électricité avec pour seule vue la mer à perte d'horizon, Roanne se fait plein de suppositions. J'ai aimé cet instant de doute qui dégage une atmosphère surnaturelle dans un décor qui fait rêver et en même temps, frissonner. Je me suis laissée complètement imprégner par cette ambiance.

Lorsque la vérité nous est dévoilée, nous découvrons tout un univers maritime bien construit. L'auteur reprend la figure mythologique de la sirène à travers un récit jeunesse, empli de bons sentiments. Par ce double registre, l'idée du livre est très originale. J'ai été séduite par le concept de l'histoire, me donnant envie de poursuivre ma lecture. Entraînée dans un rythme effréné, je n'ai pas lu, j'ai dévoré ce roman. Ca fait très longtemps que je n'ai pas lu un livre aussi vite. C'est pour dire à tel point que l'intrigue est addictive. On se laisse littéralement porter par les vagues de la mer. Je m'y croyais totalement !

Si tous les ingrédients étaient là pour me conquérir, je n'ai pas été convaincue par le dénouement. de nombreux éléments ne m'ont pas parus crédibles, ni même plausibles rendant l'histoire assez bancale. J'y ai décelé des facilités de scénarios ce qui a rendu ma lecture trop simple à mon goût. Je ne saurai comment l'expliquer exactement mais il y a ce quelque chose qui m'a freiné dans mon élan.

Déjà, le style d'écriture ne m'a pas du tout séduite. J'ai relevé plusieurs coquilles qui ont gâché quelque peu le plaisir de la lecture. Il y a des mots oubliés et des erreurs de syntaxes ce qui rend les tournures de phrases très maladroites et peu travaillées. Ainsi, il m'a manquée cruellement de subtilités. Ce qui me plait particulièrement dans la littérature jeunesse, c'est la plume poétique, mélancolique et lumineuse des auteurs riche en vocabulaire. Dans ce roman, il n'y a rien de beau dans le processus artistique de l'auteur. J'ai trouvé son écriture trop lisse, sans personnalité. Bref, elle ne m'a pas fait vibrer comme celles de Mickaël Brun-Arnaud, Marie-Aude Murail et Sophie Andersen.

Avec cet élément en moins, je n'ai pas été transportée autant que je l'aurai voulu. Pourtant, les personnages ont une personnalité bien à eux. J'ai pris du plaisir à suivre les péripéties de Roanne qui ne manque pas d'imagination pour soutenir son oncle dans sa quête d'identité. Je me suis laissée parfois agréablement surprendre par la suite des événements, voulant savoir ce qui adviendrait de nos protagonistes. Néanmoins, j'ai trouvé que ces derniers manquaient de reliefs et de prestances. Je me suis attachée mais je ne me suis pas laissée attendrir par leurs sorts. Je ne me sentais pas totalement impliquée par leurs quêtes sans que je puisse réellement le justifier. Peut-être est-ce dû au fait que je ne suis pas le public ciblé ? En tout cas, je suis restée sur ma faim. Je m'attendais à plus. Je m'attendais à mieux. C'est dommage.

C'est effectivement dommage car l'univers et le rythme de l'histoire sont bien présents pour rendre la lecture tout de même agréable. L'instant livresque reste divertissant mais c'est sûr qu'il ne m'a pas laissée une trace marquante. Je pense que les messages véhiculés parleront mieux aux plus jeunes car derrière la fiction, se cachent des thématiques actuelles sur l'écologie et la protection des animaux marins. J'ai trouvé les sujets bien amenés mais trop moralisateurs à cause de ce manque de subtilités justement.

A conseiller pour des lecteurs.rices de 11-12 ans !
Commenter  J’apprécie          50
Roanne a 13 ans. Elle est débrouillarde et indépendante, mais quand même : que sa mère l'oblige à passer les deux mois d'été sur une île de l'Atlantique (elle qui déteste la mer!) chez un oncle qu'elle n'a encore jamais vu, c'est juste l'horreur ! Les vacances de la lose et de la disgrâce, on vous le dit.
Et tout va de mal en pis : l'île de tonton Kierzic n'est en fait qu'un tas de cailloux grand comme un mouchoir de poche. Il n'y a RIEN ni personne d'autre que le phare qui sert d'habitation et l'oncle de Roanne. Pire que tout, il n'y a pas d'électricité et pas de réseau.
Oui c'est vrai, Roanne aime lire et elle aime nager, elle fait même partie d'un club de natation synchronisée.
Mais :
- problème numéro un, sa mère l'a forcée à emmener les livres mis au programme de l'école, qui ne l'intéressent pas. Et puis juste lire pendant deux mois, voilà quoi !
- problème numéro deux : Roanne aime peut-être nager, mais en piscine. Pas dans la mer ! Elle déteste le sel, elle déteste l'eau dont on ne voit pas le fond et elle en est sûre, ça grouille de requins et de monstres aquatiques, là-dessous !
Enfin, problème numéro 3 : l'oncle Kierzic est très, très bizarre. Misanthrope, il ne revient à terre que tous les trois mois pour faire quelques courses indispensables. Il n'a donc pas grand-chose à la maison et de toute façon, il ne sait cuisiner que le poisson.
Et si ce n'était que ça ! Pourquoi un homme qui vit dans un phare isolée et passe presque tout son temps dehors a-t-il la peau si pâle ? Pourquoi ses ongles sont-ils des griffes, noires et pointues ? Pourquoi ne quitte-t-il jamais cet affreux foulard vert noué si serré autour de son cou que c'est à se demander comment il respire ?
Et pourquoi son phare n'a-t-il pas de lentille ?! En revanche, il est muni de bras articulés et de miroirs qui captent la lumière de la lune et la renvoient vers l'océan…
Pour Roanne, nourrie de ses livres et films préférés, la réponse est : «  Kierzic est quelque chose comme un vampire-loup-garou-naufrageur ».
Une idée qui n'a rien de réconfortant.
Et qui n'explique certes pas comment, sur ce minuscule îlot désert, Tonton peut disparaître comme ça durant des heures alors que son bateau est toujours amarré au ponton. Et encore moins d'où viennent ces appels lancés par une voix d'enfant, couvrant le bruit incessant du ressac.

Bien entendu, l'amoureuse de la mer que je suis ne pouvais passer à côté de ce livre. le titre est attirant à souhait et la couverture magnifique.
Ce fut une très bonne lecture et si je ne mets pas la note maximum, c'est que je l'aurais souhaitée encore plus prenante. C'était chouette, mais trop léger à mon goût.
L'écriture est agréable, les personnages attachants (très attachants, même), les thématiques abordées, comme la préservation des mers, l'anti pollution, le respect des formes de vie peu connues ou encore l'alarme sur la technologie à outrance sont autant de choses qui me parlent, me parlent très bien.
Quitte à me faire détester, j'ajoute qu'au début de ma lecture je n'ai pu m'empêche de me dire que rien ne ferait plus de bien à la majorité des ados d'aujourd'hui d'être coupés de toute technologie pendant un mois ou deux, temps à passer dans un endroit paumé. Cela leur permettrait de se reconnecter avec le vrai monde et ce ne pourrait être que bénéfique. Même si dans le roman on apprend vers la fin pourquoi Kora, la mère de Roanne, a tenu à éloigner sa fille de l'univers virtuel et de certaines de ses connaissances pendant un temps. Mais c'est un tout, Kora fait ce qu'elle doit faire et l'on comprend pourquoi Roanne est débrouillarde et solide à la fois : elle a eu l'éducation pour.

Bref, malgré quelques déceptions minimes, une belle lecture et une belle découverte.
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (2)
CNLJ
04 juillet 2023
On passe du mystère à l'aventure, ce qui n'empêche pas une touche d'humour et une belle démonstration de la nécessité d'avoir une famille, au sens large du terme, et de s'entraider. Une lecture captivante et profonde.
Lire la critique sur le site : CNLJ
LaCroix
20 février 2023
L’ouvrage de Jolan C. Bertrand, Là où règnent les baleines, est une envoûtante fable autour de la rencontre entre une adolescente et son oncle qui vit en ermite dans un phare.
Lire la critique sur le site : LaCroix
Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
"Sous leurs ventres et leurs caudales s'étendaient les ruines d'une métropole dévastée. Dans une vibration mélancolique, la brassée de Kierzic la lui désigne en l'appelant Sanctuaire."
(chap 21 p 206)
Commenter  J’apprécie          00
-Je t'ai demandé ce que tu faisais, insista-t-il en carrant les épaules et en prenant son air le plus menaçant. Ce qui, chez une personne aussi pâle et maigrichonne que lui se résumait à fusiller son interlocuteur du regard.
-Je cherche du réseau, répondit la gamine sans détourner les yeux de son écran. On capte rien ici.
Ah, c'était ça? Punaise, il avait une mauvaise nouvelle à lui annoncer.
-Euh... Roanne?
Elle daigna enfin lui jeter un coup d'oeil et fronça les sourcils en constatant qu'il portait une vieille salopette pleine de trous et de taches, ainsi que la même écharpe verdâtre qu'il n'avait pas quittée depuis leur arrivée. L'air désapprobateur de sa nièce et la façon dont son nez se plissait lui rappelait fortement Kora s'apprêtant à critiquer sa tenue vestimentaire, alors il se sentit un peu moins coupable au moment de lui asséner:
-Y a pas de réseau ici.
Commenter  J’apprécie          41
Les humains tournaient des films sur l'océan et les appelaient Le Monde du silence ou Le Grand Bleu, et cela démontrait leurs limitations lorsqu'il s'agissait de percevoir cet univers voisin du leur. Pour Kierzic, il n'avait jamais été ni silencieux ni bleu.
Sauf en cet instant.
Commenter  J’apprécie          40
Là, dans l'eau, il y avait un visage. Un visage plat, à la peau lisse. Deux fentes noires à la place des yeux. Une ligne luisante de petits crocs pointus en guise de bouche. Des écailles rose pailleté sur un crane rond et chauve.
Commenter  J’apprécie          40
Pas de poissons ni de mollusques, pas de vie, pas de bruit. Rien. Personne.
L'océan tout entier criait dans un parfait silence : "Il s"est passé quelque chose d'affreux."
Commenter  J’apprécie          40

Video de Jolan Bertrand (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jolan Bertrand
📻 Nouvel horaire pour l’émission "Le coup de coeur des libraires" sur les Ondes de Sud Radio. Valérie Expert et Gérard Collard vous donne rendez-vous chaque dimanche à 13h30 pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • 📚 Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! ❤ 👉🏻 • • 📚 Pour que chantent les montagnes de Mai Nguyễn Phan Quế et Sarah Tardy aux éditions Charleston 👉🏻 • 📚 À prendre ou à laisser de Lionel Shriver et Catherine Gibert aux éditions Belfond 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/a-prend... • 📚 Le Frérisme et ses réseaux de Florence Bergeaud-Blackler aux éditions Odile Jacob 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/le-frer... • 📚 Des lendemains qui chantent de Alexia Stresi aux éditions Flammarion 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/des-len... • 📚 Looping de Alexia Stresi aux éditions Livre de Poche 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/looping... • 📚 Gazoline de Emmanuel Flesch aux éditions Calmann-Lévy 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/gazolin... • 📚 Un vrai dépaysement de Clément Bénech aux éditions Flammarion 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/un-vrai... • 📚 Snap Killer de Sylvie Allouche aux éditions Pocket Jeunesse 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/snap-ki... • 📚 Hadès et Perséphone - Tome 01: A touch of darkness de Scarlett St. Clair et Robyn Stella Bligh aux éditions Hugo Roman 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/hades-e... • 📚 Hadès et Perséphone - Tome 02: A touch of ruin de Scarlett St. Clair et Robyn Stella Bligh aux éditions Hugo Roman 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/hades-e... • 📚 Hadès et Perséphone - Tome 03: A touch of malice de Scarlett ST. Clair et Robyn Stella Bligh aux éditions Hugo Roman 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/hades-e... • 📚 Là où règnent les baleines de Jolan C. Bertrand et Hélène Let aux éditions Ecole des loisirs 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/la-ou-r... • • • 🐝 Chinez & découvrez nos livres coups d’coeur dans notre librairie en ligne ❤ 👉🏻 lagriffenoire.com • 📺 Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • 👀 Notre Newsletter 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/?fond=n... • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel • •
+ Lire la suite
autres livres classés : sirènesVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus

Autres livres de Jolan Bertrand (1) Voir plus

Lecteurs (542) Voir plus



Quiz Voir plus

Là où règnent les baleines

Comment s'appelle la mère du personnage principal ?

Mora
Fréderique
Kora

10 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : Là où règnent les baleines de Créer un quiz sur ce livre

{* *} .._..