AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782764814192
184 pages
Éditeur : Editions Libre Expression (19/10/2020)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 1 notes)
Résumé :
« Comment toi, le meilleur, le plus doux, le plus tendre, le plus respectueux des hommes, as-tu pu agresser ta blonde ? Je ne comprends pas. »

Un viol ordinaire est l'histoire de Laurent, un homme normal, qui un soir oblige Léa, sa blonde, à faire quelque chose qu'elle ne veut pas. Ce geste, ce viol ordinaire, ébranle la vie de la famille. Julie, la mère, a besoin de comprendre pourquoi son fils chéri a dépassé les limites. Paul, le père, bien ancré d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

critiques presse (2)
LaPresse   19 octobre 2020
Ce serait bien mal la connaître. Malgré son âge vénérable, Janette Bertrand en a encore long à dire. Elle a même une urgence de se faire entendre. La revoilà donc qui persiste et signe un énième livre sur l'un des sujets les plus actuels de l'heure : le consentement. Et pas n'importe comment, mais avec un roman.
Lire la critique sur le site : LaPresse
LeJournaldeQuebec   12 octobre 2020
Un viol ordinaire, roman-choc, est écrit dans la foulée du mouvement #MeToo et de la vague de dénonciations qui a déferlé sur le Québec récemment.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Citations et extraits (74) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   23 octobre 2020
Pendant que tu regardais, je t’observais et tu étais excité. Ça ne m’excitait pas parce que ce n’est pas moi qui déclenchais ton désir, mais la vue de personnes inconnues qui font l’amour, un acte où la femme dit toujours oui, où elle accepte tout, tout, tout. Je dis «personnes», mais la porno est faite de gros plans d’organes génitaux qui m’écœurent au lieu de m’exciter. Moi, je ne me reconnais pas dans la fille de la porno. Elle n’a jamais mal à la tête, elle est partante pour tous les caprices de l’homme. C’est juste si elle ne remercie pas le mâle qui éjacule sur son visage. Il ne lui demande jamais la permission de quoi que ce soit. Il se sert de la femme comme d’une poubelle. Souviens-toi, je n’ai pas pu faire l’amour avec toi après avoir visionné le film. Oui, mes sens ont été chatouillés, je ne le nie pas, mais dans faire l’amour, il y a le mot «amour», et pour moi, la porno, ce n’est pas faire l’amour, mais le sexe. Et j’étais vexée, humiliée qu’on représente ma génitalité comme des trous à remplir. Je ne suis pas que trois trous! Puis je regardais l’énorme pénis du monsieur, et je regardais le… Ça ne te donne pas de complexes?
Pour moi, Paul, la sexualité, c’est un des moyens d’exprimer l’amour que j’ai pour toi. J’ai des compagnes de travail qui aiment le sexe pour le sexe, elles ne sont pas amoureuses comme je le suis de toi, et c’est correct. La porno, un marché de plusieurs milliards de dollars, est faite pour faire fantasmer les hommes quand ils se masturbent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   23 octobre 2020
Ma mère était de la génération des femmes soumises. Elle qui était une femme intelligente n’avait aucun pouvoir en dehors de la maison. Jusqu’en 1964, elle n’avait pas le droit d’ouvrir un compte de banque, d’acheter une maison. Avant ça, si elle travaillait, elle ne pouvait pas garder son salaire. Sa mère à elle n’avait pas le droit de vote, donc elle n’avait de pouvoir que sur sa maisonnée. Elle n’avait même pas le contrôle de sa fertilité. L’Église lui commandait autant de bébés que son corps pouvait lui en donner. Certaines femmes abusaient des petits pouvoirs et menaient la famille et le mari à la baguette, je te le concède, d’où cette idée qu’au Québec on vivait dans une société matriarcale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   23 octobre 2020
On montre aux petites filles dès le bas âge à écouter, à obéir avec le sourire. Dire non est considéré comme agressif. Les colères des filles sont vite réprimées, trop laid. Une fille qui pleure, c’est une braillarde. Un garçon qui pleure quand on ne lui donne pas ce qu’il veut, c’est normal qu’il soit en colère. À peine nés, les enfants sont étiquetés selon leur sexe. Les filles, des princesses, et les gars, des conquérants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   23 octobre 2020
Ce que Laurent a pas aimé, c’est que je lui refuse ce qu’il voulait. Il était vexé, comme humilié, en perte de contrôle, quoi. J’héberge en ce moment ma cousine, qui est travailleuse sociale, et elle dit que c’est pas l’excès de testostérone qui fait les agresseurs. D’après elle, la majorité des violeurs sont des gars ordinaires qui, devant le succès des femmes et l’importance qu’elles prennent dans la société, sentent le besoin de les remettre à leur place. Laurent, ça le flattait que je sois une femme forte qui réussit. Il a fait ma conquête, puis il m’a violée pour me montrer lequel de nous deux était le boss. C’est inconscient, je le sais, mais c’est là pareil. Je sais pas où il a fait son éducation sexuelle, mais il croyait que, s’il me donnait un orgasme, je lui serais reconnaissante à vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   23 octobre 2020
Pourquoi les hommes mènent-ils le monde? Parce qu’ils se réunissent entre eux dans des boys clubs copiés sur le plus important de tous les boys clubs, celui du Vatican. Les boys clubs religieux mènent le monde. D’ailleurs, vous trouverez tout ce que je dis dans le livre de Suzanne Zaccour, La Fabrique de viol, que ma mère m’a prêté.
Avouez que l’égalité entre les femmes et les hommes est loin d’être accomplie. Je réfléchis de plus en plus à ma condition de femme. Mais oui, il y a des progrès, puis, oui, les femmes agressées sexuellement dénoncent enfin et elles sont écoutées depuis #MeToo, mais le changement de comportement des hommes n’arrive pas vite. Et pourquoi les hommes changeraient-ils alors qu’ils ont la meilleure part?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Janette Bertrand (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Janette Bertrand
Steph Rivard reçoit Geneviève Pettersen, Mikella Nicol et Catherine Mavrikakis.
Les libraires en coulisses, une initiative de l?Association des libraires du Québec (ALQ) et de la coopérative des Librairies indépendantes du Québec (LIQ), ont présenté des rencontres passionnantes lors du Salon du livre de Montréal 2014 avec des écrivains, notamment Janette Bertrand, Michel Tremblay, Katherine Pancol, Gabriel Nadeau-Dubois et Emmanuel Carrère.
Réalisation et montage : Jessica Gélinas
autres livres classés : violVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Et s'il faut commencer par les coups de pied au cul

Dans un film de Jim Jarmush, un tout jeune couple d'adolescents se demande : Y a-t-il encore des anarchistes à -------- à part nous ? Peu de chances. Où çà exactement ?

Paterson
Livingston
Harrison
New York

10 questions
16 lecteurs ont répondu
Thèmes : anarchie , éducation , cinéma americain , histoireCréer un quiz sur ce livre