AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2130590217
Éditeur : Presses Universitaires de France (24/08/2011)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 3 notes)
Résumé :

Élaborer une théorie de la connaissance c'est s'attacher à démonter les mécanismes producteurs du savoir, identifier les présupposés théoriques et les implications métaphysiques qui en règlent l'exercice. C'est aussi interroger les dimensions métaphysiques et éthiques que révèle tout acte de connaître. Cet ouvrage présente les modèles épistémologiques qui renden... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
andras
  19 octobre 2016
En 125 pages, ce livre de la collection "Que sais-je ?" tente de dresser un tableau synthétique des différentes théories de la connaissance depuis Aristote et Platon jusqu'aux sciences cognitives en passant par Descartes, Hume, Kant, Leibniz, Mill, Husserl, Schopenhauer, Popper, Piaget, le Cercle de Vienne, Einstein et quelques autres. Bien sûr, du fait de la concision nécessaire de ce type d'ouvrage, certaines théories ne sont qu'à peine évoquées (le constructivisme, le structuralisme...) mais l'auteur réussit ce pari de balayer plus de 2000 ans de théories de la connaissance en situant ces théories les unes par rapport aux autres (le chapitre "Anatomie des théories" est à cet égard très éclairant), tout en restant accessible au plus grand nombre possible de lecteurs intéressés par la question. L'auteur choisit de s'attarder assez longuement (proportionnellement, s'entend) sur les nouvelles approches ayant émergées dans la 2eme partie du XXe siècle, celles de Jerry Fodor, de John von Neumann, Daniel Dennett, Changeux, Varela et Maturana, qui prennent appui pour les uns sur les modèles de la computation ou des "réseaux neuronaux" et pour les autres sur les avancées en biologie. Il fait une distinction entre réductionnisme méthodologique (qui lui semble souhaitable) et un réductionnisme ontologique (auquel il rattache la sociobiologie par exemple) qui est pour lui "le résultat du passage à la limité d'une science qui prétend que toute chose émane d'une entité ultime dont elle possède la vérité". La question du sens et de la "religiosité" n'est pas évacuée et occupe le dernier chapitre qui, s'il est moins neutre que le reste de l'ouvrage, a le mérite d'ouvrir des pistes de réflexion. Au final, c'est un petit ouvrage bien utile pour éclairer le chemin ardu et plein de pièges de la connaissance ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
DubsjpDubsjp   21 août 2019
On a longtemps affirmé que la science avait acquis ses gages de rigueur en écartant les questions relatives à la valeur et à la signification de ses objets. Attachée à décrire et à comprendre le « comment », elle n’aurait que faire du « pourquoi » auquel la philosophie cherche, en revanche, à répondre. « Comment la vie est-elle donc apparue sur terre ? », et non pas : « Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? » La connaissance serait en quelque sorte devenue scientifique du jour où elle aurait fait son deuil de ses préoccupations concernant la totalité du réel et la destination de l’homme. (page 94)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
DubsjpDubsjp   21 août 2019
Le mobile le plus immédiat qui nourrit l’enquête épistémologique résulte de la prise de conscience accrue de nos ignorances. Tout se passe comme si l’étendue de notre savoir jetait une ombre grandissante sur les objets auxquels s’appliquent nos facultés de connaître. Plus nous savons et plus nous découvrons combien nous ignorons. (page 6)
Commenter  J’apprécie          00
DubsjpDubsjp   01 septembre 2019
On accordera néanmoins à Kant quelques points : l’expérience suppose pour être déchiffrable que nous ayons des attentes à son endroit. Auguste Comte le disait à sa façon : pas d’observation sans une théorie implicite, et Gaston Bachelard aussi : pas d’expérience sans la formulation préalable d’un problème. (page 53)
Commenter  J’apprécie          00
DubsjpDubsjp   21 août 2019
… Comment la science a-t-elle pu e rendre complice de tant d’horreur ? Le XVIIIe siècle en espérait Lumières et Liberté, le XXe siècle a appris à la redouter comme l’agent des catastrophes les plus irréparables. (page 6)
Commenter  J’apprécie          00
DubsjpDubsjp   01 septembre 2019
La métaphysique ne dépasse pas réellement l’expérience, elle ne fait que nous ouvrir la véritable intelligence du monde qui s’y révèle ».
(Schopenhauer) (page 103)
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Videos de Jean-Michel Besnier (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Michel Besnier
Le transhumanisme est un mouvement technico-scientifique international qui prétend augmenter à l'infini les performances physiques et mentales de l'être humain. Aujourd'hui vous pouvez déjà faire séquencer votre ADN en une journée, pour, peut-être un jour, le réparer, tandis qu'Internet bouleverse nos modes d'apprentissage et nos relations sociales. Demain, l'intelligence artificielle aura-t-elle encore besoin de l'intelligence humaine et ferons-nous l'amour avec des robots? Laurent Alexandre, Médecin et entrepreneur, et Jean-Michel Besnier, philosophe spécialiste des nouvelles technologies, confrontent leurs arguments et vous donnent les clés pour comprendre ce qui se joue à coups de milliards dans les labos des sociétés High Tech californiennes.
+ Lire la suite
autres livres classés : epistemologieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
308 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre