AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782709668361
200 pages
Éditeur : J.-C. Lattès (07/04/2021)
3.62/5   8 notes
Résumé :
Lise a grandi entre des parents incapables d’amour, muets de chagrin. La petite fille ne peut que deviner la tragédie qui a précédé sa naissance. Pourquoi sa mère pleure-t-elle tous les 19 novembre ? Pourquoi a-t-on si peur quand elle s’approche de l’océan ? A qui appartient le petit manteau rouge qu’elle a trouvé au fond d’un placard ? Aujourd’hui Lise n’est plus une enfant. Elle s’est mariée, a une petite fille et fait tout pour repousser ses angoisses, ce sentim... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Calimero29
  06 mai 2021
Comme toujours, j'aborde un prImo-roman, l'oeil neuf, le coeur ouvert, vierge de tout préjugé positif ou négatif. Je pars totalement à l'aventure avec l'envie d'être surprise. Cette fois, la magie n'a pas totalement opéré.
Ce roman met en scène Lise de son enfance à l'âge adulte (39 ans), mariée et mère d'une petite fille. Un terrible non-dit, des parents dévastés par un drame, incapable de donner de l'amour à leur fille même si celle-ci ne manque de rien matériellement, divorcés alors qu'elle avait dix ans, ont enfermé Lise dans une prison de larmes qui ne coulent pas, qui l'étouffent. Toute son enfance, elle devinera, elle sentira mais jamais ses parents ne la libèreront par la vérité. C'est sa grand-mère qui la lui apprendra alors qu'elle a 25 ans.
Le sujet traité dans "Les beaux jours", celui des secrets qui empoisonnent, qui détruisent l'a souvent été en littérature tant française qu'étrangère. Emilie Besse l'aborde avec brio, son écriture est sensible et sait rendre réaliste le calvaire psychologique que vit son héroïne mais n'apporte pas de souffle neuf. J'ai ressenti peu d'émotion et d'empathie, peu-être justement parce que j'ai souvent rencontré ce thème au cours de mes lectures sauf à la toute fin à l'évocation du drame poignant et à la libération de Lise par les larmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Little_stranger
  01 mai 2021
C'est quoi "les beaux jours" ? C'est avant Lise, Lise Durville petite fille de 9 ans aux parents figés dans leur détresse, incapable de s'exprimer, des parents aussi dissemblables que possible : papa est un homme rond dont l'enfance a été très aisée, maman est une liane dont la maman était concierge . Nous sommes le 19 novembre 1988. Lise est dispensée de piscine et rentre plus tôt à la maison : elle y entend les cris de désespoir de sa mère, qu'elle ne comprend pas alors elle retrouve dans sa chambre, sa belle poupée Marie Noëlle, qu'elle appelle sa petite soeur.
Nous sommes en 2018, un autre 19 novembre un week-end chez des amis : Lise a maintenant une petite fille, Justine et un conjoint, Stéphane, médecin. Ses parents ont divorcé lorsque Lise avait 10 ans. Plus de maman verrouillée, morte d'une crise cardiaque 5 ans après son mari, mort d'un cancer alors que Lise avait 20 ans. Pas de larmes, un corps gelé (j'ai pensé à Annie Ernaux dans un autre style d'écriture), un corps long et fin comme celui des danseuses et la découverte de l'existence d'une autre en regardant les photos de sa grand-mère maternelle, victime d'un AVC et sombrant dans Alzheimer et la compréhension de paroles de son père, des années auparavant.
Le livre se termine à la fois sur la délivrance psychique dans les larmes (enfin venues) de Lise, maman attentionnée et tendre de Justine et la scène du drame vécu par ses parents le 19 novembre 1979.
Des non-dits, des silences, l'incapacité de parler et une souffrance qui prend d'autant plus de place qu'elle n'est pas dite. Un roman touchant avec le regard de Lise, petite fille, jeune adulte, femme, mère face au silence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Nathalit22
  17 avril 2021
[ Les Beaux Jours ]
de #emiliebesse
Editions J.C.Lattès.
..::
Les silences pesants, lourds .
La mélancolie, lancinante .
Une solitude dévorante .
Toute la peine à raccommoder.
La force qui manque
::..
Un premier roman poignant , bouleversant , percutant .
Une lecture « vague a l'âme »
L'histoire d'une vie douloureuse .
Les drames dont on hérite sans le savoir et les secrets à percer pour grandir et pourvoir aimer.
Une vie comme une mise à l'épreuve .
Avec des souvenirs qui ont la peau dure .
..::
Commenter  J’apprécie          30
Isabelleleontine
  26 avril 2021
Souvent le silence tue. Ne pas dire étouffe. Et cela étouffe les autres aussi. Ils vivent, étouffent et ne comprennent pas pourquoi.
Lise étouffe...porte en elle quelque chose. Ça l'aspire. Ça l'empêche. Pourquoi ?
J'ai vite compris mais ce n'est pas important. Ce qui important c'est ce que Lise vit à cause de ça. Et comment vivre avec ça ? J'ai eu mal pour elle. Pour eux. Ses parents. Sa famille. Et puis...
Et puis il vous faudra lire ce roman pour savoir ! Je ne vais rien vous dire de plus. Si ce n'est que j'ai avalé ce livre. Légèrement en apnée...et j'ai beaucoup aimé.
Les beaux jours...un premier roman sensible à lire absolument !
Commenter  J’apprécie          10
Lili0000
  18 avril 2021
Depuis son enfance, Lise porte en elle le poids du chagrin de la disparition de sa soeur, quelques mois avant sa naissance.
Lors d'un week-end entre amis à la date anniversaire de ce décès, elle se remémore son enfance et le chemin parcouru depuis.
Un très beau roman sur les blessures qu'on porte en soi.
A lire en un week-end à la campagne.
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
LeMonde   17 mai 2021
Un premier roman sensible sur le thème d’un traumatisme familial et de son héritage.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   31 mai 2021
Arracher les pages si l’exercice n’est pas bien réalisé. Elle arrime le majeur à l’index comme elle agripperait une canne pour avancer avec moins de peine. Elle s’applique. Ses phalanges s’allongent et se replient à mesure qu’elle trace les courbes des chiffres puis les resserre. Elle n’insiste pas sur le trait du 1, ni sur l’arrondi du 9. Elle affine le 8, le transforme en une superposition de deux petits ovales allongés. Elle contient autant qu’elle le peut l’amplitude des lettres, quand, arrivée à quelques millimètres du trait rose, il lui reste uniquement un point à inscrire. Elle le dépose en apnée : 19 novembre 1988. La date ne dépasse pas de la marge.
Elle s’appelle Lise Durville, aura 9 ans dans deux mois. Quand un adulte se penche à sa hauteur et prononce cette phrase qu’elle redoute, assorti de ce sourire qu’elle redoute, assorti de ce sourire qu’elle déteste, mielleux, faussement concerné, « Comment tu t’appelles ? », deux sentiments la traversent. Deux vagues presque concomitantes, et pourtant, bien distinctes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   31 mai 2021
Elle tourne en rond dans sa mémoire, et le répète : elle entend les pleurs depuis toujours, sans pouvoir expliquer ce que ça représente, toujours. Est-ce toujours depuis qu’elle est née ? Ou toujours depuis qu’elle s’en souvient ? Toujours avant même son arrivée au monde, ou bien toujours depuis qu’elle a les mots pour comprendre, depuis que ces mots-là on les lui a donnés pour qu’elle se fraye un chemin entre les ronces, une route qu’elle espérait débarrassée des pleurs, alors qu’elle sait aujourd’hui, après avoir fait le tour de la question, le tour des médecins, des psys, le tour de tous ceux à qui elle s’est autorisée à parler, elle sait que les pleurs résistent à tout, même aux mots, quelle que soit l’énergie qu’on mette à les trouver pour qu’ils soient les plus justes possible, les plus proches de la vérité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   31 mai 2021
Dans deux ans, elle aura onze ans. Que fera-t-elle de plus ou de moins qu’aujourd’hui ? Qu’aura-t-elle appris ? Quelle règle de grammaire encore inconnue viendra s’ajouter à d’autres qu’elle ne maîtrise pas ? Quelle leçon d’histoire ? Dans son manuel page 12, leçon 1, elle lit qu’il est difficile de dater précisément depuis quand l’homme vit sur la Terre, mais qu’il y a trois millions d’années, en Afrique, un être vivant est apparu, capable de se tenir debout, parler, fabriquer des outils. Il nous ressemblait donc déjà beaucoup.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   31 mai 2021
Sans être analphabète, sa grand-mère rencontre de grandes difficultés pour lire et écrire. Elle ne se plaint pas. Elle a fait sa vie, comme elle se vante. « J’ai été responsable d’un immeuble de quatre-vingts locataires. » Sa grand-mère était concierge mais ne prononce jamais ce mot. Elle sourit : « J’ai connu du beau linge (encore une expression que Lise adore) : la sœur de Juliette Gréco, un PDG du CAC 40, le grand écrivain du 3e étage. C’est lui d’ailleurs qui m’a indiqué le magasin où j’ai acheté ta poupée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   31 mai 2021
« Il ne faut surtout pas lui dire qu’elle est belle ». Lise ne saisit pas le second degré de cette phrase. Elle ignore qu’à trop parler aux petites filles de leur beauté, on en fait des pimbêches. Elle comprend seulement qu’être belle est un problème pour sa mère. Alors, pour lui plaire, pour apaiser sa maman qui, jamais douce, jamais tendre, n’est pas sa maman mais sa mère, elle s’abîme.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : PersonnelVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
1205 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre