AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782072939143
Gallimard (06/01/2022)
3.69/5   8 notes
Résumé :
« Elle est entrée comme une ombre. Elle a glissé et s’est fichée dans mon œil, entre mes paupières que la poussière a refermées. »

Elle, c’est Maud Gonne, la muse de l’écrivain William Butler Yeats. Enterré en France en 1939 dans le cimetière de Roquebrune-Cap-Martin pour être rendu à l’Irlande une décennie plus tard, le voilà qui revient sous les traits d’un fantôme. Il sort de sa tombe pour raconter son amour contrarié avec Maud, histoire qui se con... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
fbalestas
  13 avril 2022
Voilà un roman bien mené et bien écrit à propos d'une histoire qui n'est pas banale. Madeleine est une femme qui habite Roquebrune-Cap Martin dans l'arrière pays niçois. Elle se rend à l'enterrement de sa voisine qui lui évoque la disparition de sa grand-mère Jeanne. Ecoutant en même temps d'une oreille la radio, elle entend le nom de son village prononcé par un journaliste parisien, qui évoque les derniers jours du poète irlandais Yeats, qui a passé la dernière partie de sa vie dans le village de Madeleine.
Mais le journaliste lève le voile sur un scandale potentiel : « En 1939, Yeats est inhumé au vieux cimetière de Roquebrune-Cap-Martin en attendant de pouvoir rejoindre son pays natal. Seulement voilà, le début de la Deuxième Guerre mondiale rend le transfert impossible. Finalement, en 1948, l'Irlande demande que le corps du poète lui soit enfin restitué. Problème, il a été jeté dans la fosse commune. Impossible dès lors d'identifier ses restes mortels parmi ceux des autres défunts de la fosse. Les documents retrouvés révèlent aujourd'hui un imbroglio diplomatique de taille. On se demande bien qui est enterré en Irlande, au cimetière de Drumcliff, dans la tombe sur laquelle se penchent, chaque année, des admirateurs de poésie du monde entier. Yeats est-il resté à Roquebrune dans le cimetière marin de Saint-Pancrace ? Pour l'heure, aucune enquête n'est encore en cours …. »
C'est le début d'une quête que Madeleine va mener. Elle se sent en effet directement concernée puisque cette fosse commune est aussi celle qui a accueilli les ossements d'un membre de sa famille – et ce sera l'émergence d'un secret familial jusque là bien gardé. Et elle réussit aussi à fédérer d'autres villageois, choqués comme elle de ne pas savoir ce qui s'est passé avec les ossements du grand poète et parvient à les embarquer dans une enquête quasi policière, jusqu'en Irlande où elle trouvera une partie des réponses aux questions qui la taraudent.
J'ai consulté Wikipédia pour savoir ce qu'il en était de cette histoire. J'y ai lu la phrase suivante : « W. B. Yeats meurt à Roquebrune-Cap-Martin le 28 janvier 1939. Il est tout d'abord enterré dans le cimetière du village, avant que ses restes soient transportés en 1948 dans le cimetière de l'église protestante de Drumcliff, dans le comté de Sligo en Irlande... » Mais en est-on bien sûr ?
Maylis Besserie réussit le tour de force à nous passionner à partir d'un récit qui parle de cimetières, fantômes, thanatopracteurs, médecins légistes, autopsies et autres joyeusetés du même registre. On y apprend plein de choses !
Mais ce récit ne serait pas complet si l'autrice ne donnait pas également la parole au grand poète. On suit l'histoire amoureuse de Yeats pour Maud, une jeune héritière de vingt-trois ans qui commençait alors à se consacrer au mouvement nationaliste irlandais, objet d'une passion immodérée du poète pour sa beauté et ses manières franches, influence qui aura un effet déterminant et durable sur sa poésie et sa vie à venir. On apprendra qu'il aura tenté de lui proposer une vie commune – en vain. Mais le grand poète aura d'autres amours plus tard …dispersées, peut-être.
Elle réussit surtout à donner la parole aux muses poétiques qui parlent à l'oreille de William Butler Yeats avec des passages oniriques et poétiques très réussis – on sent que l'autrice connaît son sujet, et qu'elle a baigné dans la poésie du prix Nobel de littérature profondément vénéré en Irlande et c'est très enthousiasmant à lire.
Je n'avais pas lu le premier roman de Maylis Besserie, « le tiers temps », qui lui a valu le Goncourt du premier roman, mais elle parvient à nous intéresser à un fait divers prétexte à découvrir le poète irlandais : pour moi ce fut l'occasion de dépoussiérer un recueil de 45 poèmes traduits par Yves Bonnefoy de ma bibliothèque et ce n'est pas le moindre de ses mérites.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          399
Merik
  15 février 2022
Il aura fallu un fait réel en 2015, la découverte de papiers jaunis au fond d'une malle châtelaine, pour lancer le scandale sur la dépouille de William Butler Yeats. Et si ce n'est le déclic même pour l'écriture de ce roman, il tient lieu en tout cas de fil directeur dans la narration. le Victor Hugo d'Irlande, prix Nobel qui plus est, enterré dans un premier temps à Roquebrune-Cap-Martin en 1939 et dont la dépouille a été rapatriée à Sligo en 1948, a-t-il réellement quitté le cimetière de Roquebrune ? le doute est permis, surtout à la connaissance de la fosse commune et son pêle-mêle d'ossements divers : « impossible de restituer quoi que ce soit ayant un caractère absolu d'authenticité », déclare l'agent Cailloux.
C'est Madeleine qui sera notre instigatrice principale dans l'affaire. À peine remise d'un enterrement à ce même cimetière de Roquebrune, là voilà surprise dans les limbes du sommeil matinal de croiser le spectre de sa grand-mère, encore plus surprise de se réveiller et d'entendre parler de Roquebrune sur les ondes nationales, pour la révélation du mystère sur les restes de Yeats. Coïncidences romanesques, certes. Toujours est-il, voilà notre roman lancé et Madeleine en quête de vérité, d'autant que la fosse recueillait peut-être des ossements secrets de famille. Elle fondera l'association des Dispersés, mais surtout déploiera ses antennes du côté de l'au-delà où décidément il y a du grabuge : « Qui donc remue mes cendres ? Mes restes de poète mal ensevelis, ma poussière. Cherchent-ils ce que j'ai moi-même longtemps cherché avant que de l'atteindre ? le monde cousu de rêves, la toile brodée des cieux, dans laquelle se reflétaient mes cartes ? »
Vous l'aurez sans doute reconnu, même si vous l'avez pas lu. William Butler Yeats himself. Principal personnage spectral de ce roman, il diffusera son esprit de poète mystique dans des monologues venus d'outre-tombe, mais aussi à Sligo durant la visite de son bled irlandais par l'association des Dispersés. Il évoquera aussi sa vie d'artiste, et surtout son amour déçu de toujours : «  le désespoir qu'engendre l'amour, quand il n'existe que d'un côté. J'ai jeté mes vers dans cet amour hémiplégique. Éconduit, Maud m'a conduit jusqu'à l'ourlet de la souffrance sur lequel pousse la poésie». Maud Gonne, autre personnage d'influence (spectrale) de ce roman.
Nous voilà en présence d'un roman sur Yeats, avec une intrigue sur le mystère de ses restes presque comme.... Un prétexte. Prétexte à un hommage au grand poète irlandais, prétexte à ressusciter son esprit dans des pages contemporaines, poétiques et imagées. le tour de magie est une nouvelle fois réussi, dans un subtil mélange d'audace et de mysticisme. Après Beckett dans « Le tiers temps » – récompensé du Goncourt du premier roman, Maylis Besserie pose la deuxième marche de sa trilogie irlandaise.
« Depuis Sligo, depuis le cimetière, il lui semble que l'esprit du poète les suit autant qu'eux-mêmes le poursuivent, que la chasse s'est inversée, que sur les pistes désormais brouillées leurs pas s'entrecroisent. Marchent-ils, sans s'en rendre compte, sur les chaussures du fantôme, attendant qu'il les soulève à chacun de ses pas, qu'il les mène à leur objectif, leur trace la route ? »
Merci à Babélio ainsi qu'aux Éditions Gallimard pour l'envoi de ce roman dans le cadre de Masse critique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          335
Didjmix
  14 mars 2022
William Buttler Yeats est un poète et dramaturge irlandais, Prix Nobel de litterature1923. Il a tout prévu à sa mort : le village, le cimetière et jusqu'à son épitaphe. Mais voilà : il meurt et il est enterré dans un village français dans un premier temps ; rapatrié plus tard avec les honneurs. Les années passent, et une découverte risque de chambouler tout ça : et si le corps sorti des fosses communes où il a été enterré n'était pas le bon ! pas vraiment une biographie (J'en apprendrai davantage en fouillant sur internet, fort utilement d'ailleurs), ce livre va vous donner de nombreux détails sur les métiers de la mort, et trop de rêves, illusions, apparitions, qui m'ont fait perdre l'intérêt et l'émotion liés à cette enquête qui va voyager entre la France et l'Irlande. Tant pis.
Commenter  J’apprécie          340
mumuboc
  25 janvier 2022
William Buttler Yeats (1865-1939) je ne le connais que de nom, comme vous le savez je ne suis pas très sensible à la poésie mais c'est le sujet évoqué en quatrième de couverture qui m'a intriguée. Enterré à Roquebrune Cap Martin lors de son décès en 1939, il avait émis le voeu de retrouver ensuite sa terre natale tant aimée, l'Irlande, mais des événements mondiaux ont reporté ce dernier voyage en 1948. Un doute subsiste : à qui appartiennent les ossements dans le cercueil enfoui dans le cimetière de Drumcliff (comté de Sligo) au pied de la montagne Ben Bulben, lieu qu'il avait désigné dans un de ses derniers poèmes :
"Dans le cimetière de Drumcliff, Yeats repose(...)
Au bord de la route une antique croix
Sur son ordre on a gravé ces mots :
"Regarde d'un oeil froid
La vie, la mort.
Cavalier, passe ton chemin !"
sachant que deux ans après sa mort, son corps fut déposé dans la fosse commune avec d'autres ossements sans aucun moyen d'identification, attendant que la guerre se termine et que l'on puisse procéder à son transfert. Se pose donc une question : Qui est réellement enterré à Sligo, lieu de pèlerinage d'une des figures emblématiques du nationalisme irlandais, prix Nobel de littérature en 1923 ?
"Comment auraient-ils pu reconstituer avec certitude le bon corps ? Ont-ils pris des ossements au hasard, ceux qui leur tombaient sous la main ? Un crâne par-ci, un tibia par-là ? les bouts de défunts cohabitaient-ils dans la boîte, formait-ils une créature unique faite de dizaine de corps ? Se pouvait-il que le poète en soit totalement absent ? (p41)"
Madeleine, la cinquantaine, pour diverses raisons va se lancer dans une enquête post-mortem après avoir entendu un communiqué à la radio et rencontré Daniel Paris, petit-fils de Paul Claudel et donc neveu de Camille, qui s'est trouvé en possession de documents officiels entre la France et l'Irlande concernant le rapatriement de la dépouille du poète et dramaturge. L'affaire est grave, une association est créé, Les Dispersés, car il n'y a pas que pour Yeats que la question se pose mais également pour les familles de ceux ayant "cohabité" avec le poète et pour l'Irlande elle-même, qui ne peut envisager d'avoir un(e) autre que Yeats enterré(e) dans son sol.
C'est un roman à multiples voix : Madeleine bien sûr mais également celles des autres Dispersés et du principal intéressé, le fantôme de Yeats, revenant lui-même sur celle qui se refusa toujours à lui, Maud Gonne, autre figure emblématique d'Irlande. Tous ceux qui de près ou de loin ont approché la dépouille du poète fournissent à Madeleine tout ce qu'elle doit savoir non seulement sur l'après-mort mais le poète lui-même évoque à la fois son amour impossible, l'Irlande qu'il espère retrouver un jour, son approche des sciences occultes et son propre sentiment sur la question de son devenir après sa mort.
"Qui donc s'est permis de disperser les os, de balayer les âmes ? Qui s'est assis sur le mort et ses innocents voisins ? Qui a osé se faire parjure du poète couché ? Il n'est pire malheur que celui du mal-mort, du mal-enseveli, de celui qui, parti, jamais ne revient. Son sommeil tourne à l'insomnie éternelle, affaisse les grands yeux du fantôme sous son drap, nourrit sa soif de vérité. (p102-103)"
Enquête en France puis en Irlande pour découvrir Sligo où le souvenir de Yeats est omniprésent que ce soit sur les lieux mais également chez les habitants et demander que la vérité se fasse pour qui se trouve réellement sous la pierre tombale en terre irlandaise.
J'ai été très intéressée par la manière dont l'auteure a choisi de mener de construire son enquête inspirée de faits réels, n'hésitant pas à donner même parfois moultes détails sur ce que nous ne voulons pas savoir c'est-à-dire ce que deviennent les corps lorsque la vie s'est échappée, sur ce que l'on ne voit jamais dans les cimetières mais également en réssuscitant Yeats avec sa poésie et son phrasé pour évoquer celles qu'il n'a jamais cessé d'aimer : Maud et l'Irlande.
Maylis Besserie, grâce à un fait réel et le personnage de Madeleine, réussit à évoquer la mort, son traitement à travers une figure marquante de la littérature et d'un pays mais également les "morts anonymes et ordinaires" qui hantent cimetières et humains. Elle réussit le juste équilibre entre enquête, biographie, documentation et voyage dans le présent et l'au-delà grâce à une écriture mêlant réel, imaginaire, présent et passé adaptant son style à chacun des intervenants.
En évoquant la beauté de la nature mais également l'attachement de ses habitants à leur histoire et à ceux qui ont oeuvré pour son indépendance, elle réussit à unir intimement les deux jusque dans l'au-delà :
"Ils entrent dans le petit cimetière celtique. Ben Bulben leur saute aux yeux, elle est si proche, juste derrière le mur qui ceint les morts, qu'elle semble une frontière avec l'au-delà. La montagne est si voisine que les sépultures semblent couchées à ses pieds, lui servir de vieux orteils gris endurcis par les années. La montagne veille ses morts, veille sur ses morts, les protège du vent et des tempêtes, leur chante les histoires qu'elle connaît par coeur, qui ont traversé ses parois, troué sa peau de roc, éboulé ses entrailles. Elle est la grande gardienne devant laquelle Yeats fait se prosterner sa poésie immortelle. (p129)"
J'ai découvert à la fois un poète romantique à souhait, flirtant entre réel et paranormal, voyageant entre deux pays : la France et l'lrlande dont chacun possède peut-être une part de l'autre dans son sol mais les morts n'ont pas de frontières et grâce à la littérature ils hantent les mémoires et sont immortels.
J'ai aimé
Lecture dans le cadre de la Masse Critique organisée par Babelio que je remercie ainsi que les Editions Gallimard
Lien : https://mumudanslebocage.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
maevedefrance
  10 février 2022
C'est bien connu en Irlande, « WB », autrement dit William Butler Yeats pour les néophytes, est LE poète, le roi, le plus grand, l'éternel poète de l'Irlande parmi les poètes irlandais. Enterré à Drumcliffe, petit village du mythique comté de Sligo blotti au pied du mont Ben Bulben, tous ceux qui l'admirent, les Irlandais comme les touristes, vont lui rendre hommage par centaines chaque année. On connaît la célèbre épitaphe au-dessus de son tombeau (qui a également donné son titre à un livre de Michel Déon, Cavalier, passe ton chemin !). W. B. Yeats est le poète de l'Irlande éternelle, celle des fées, des banshee, du petit peuple caché, de la reine Maeve, des enfants du roi Lir, d'Innisfree. C'est aussi l'homme farouchement attaché à l'indépendance de l'Irlande, celui qui deviendra sénateur pour défendre la cause. C'est aussi le fondateur de l'Abbey Theatre. Voilà, Yeats, c'est l'Irlande. Il résume à lui seul, son histoire, son folklore, sa mythologie, la formidable création artistique engagée qui a accompagné la lutte pour l'indépendance.
Mais W. B. Yeats, c'est aussi un amoureux non aimé en retour. Une blessure profonde qui finalement va être le terreau de sa fertilité créative et de la beauté de ses textes. La belle Maud Gonne se bat pour la cause irlandaise. Il sera à ses côtés. Toujours. de façon un peu dingue.
Pourtant qui aurait douté du contenu de son tombeau ? Maylis Besserie se plonge dans une drôle d'histoire véridique. WB est mort en 1939 à Roquebrune-Cap-Martin, dans le sud de la France. Il avait demandé à sa femme de l'enterrer en France puis que sa dépouille soit déposée en Irlande, au pied du mont Ben Bulben, dans le comté qu'il chérissait tant. Mais la guerre a contrarié un peu les projets et c'est seulement en 1948 que Yeats est rendu à l'Irlande, dans un incroyable imbroglio diplomatique découvert plus tard. le scandale éclate en 2015 quand Daniel Paris, fils de diplomate, petit-fils de Paul Claudel (!) découvre le pot aux roses. le corps du poète aurait fini dans la fosse commune et ce sont les restes éparpillés de plusieurs personnes qui auraient fait le voyage en Irlande dans le tombeau de Yeats. A ce moment-là, Madeleine, jeune femme de Roquebrune vient d'enterrer une voisine, ce qui la renvoie à une autre personne chère à son coeur, sa propre grand-mère. Dans une demi-somnolence, elle la voit s'extirper de son cercueil et virevolter. Jeanne, la survivante à la malédiction. « Les proches sont tombés comme des mouches, à la fleur de l'âge, comme s'ils n'étaient pas faits pour durer dans ce monde. La mère de Madeleine n'a pas échappé à la malédiction, elle les a quittés peu après sa naissance, rejoignant des oncles, des tantes, des jeunes du caveau.(….) Seule sa grand-mère, l'invincible Jeanne, a tenu bon. » Pourtant Jeanne a un secret. Madeleine, est à la fois intriguée par le mystère qu'elle vient d'entendre et en colère. Comment a-t-on pu manquer autant de respect aux familles et aux morts? Elle ne connaît rien à l'Irlande, ni à Yeats. Avec d'autres habitants, elle fonde l'association Les Dispersés pour enquêter sur cette affaire. Ce qu'elle ignore, c'est qu'elle va être en quelque sorte le medium entre les monde des morts et celui des vivants. Au moment même où dans le cimetière de Saint-Pancrace naissent Les Dispersés, « un oiseau, sans doute un faucon pèlerin, fait tournoyer ses ailes mouchetées dans l'air chargé de particules fines. Il survole le mur et se pose sur une stèle érigée en souvenir du passage du poète dans le cimetière. Ses serres recouvrent une licorne ailée, saisie au beau milieu de sa foulée aérienne, sous laquelle on lit : William Butler Yeats 1886-1939. Il la frappe de son bec comme pour interrompre la course folle de la créature dans les airs et pique la pierre jusqu'à la lézarder.
Ce roman abolit la frontière entre la vie et la mort, entre le réel et le merveilleux, comme adorait le faire W. B. Yeats, adepte des sciences occultes. Maylis Besserie emporte avec beaucoup de talent le lecteur à travers un incroyable voyage entre la France et l'Irlande. L'Irlande envoûtante. Celle qui vous fait déclamer des vers au coin d'un verre de stout. Elle donne la parole à Yeats, incroyablement ressuscité sous nos yeux. On l'entend se raconter à travers des lignes d'une beauté poétique remarquable. La notion de temps est abolie, comme souvent en Irlande où le présent et le passé ne font qu'un.
« J'ai senti le parfum de son Irlande emporter mon âme au-delà de l'horizon, au-delà de la mer, la verser dans les lacs et les rivières du Sidh, au bord des îles merveilleuses battues par des vents désolés. J'étais apprenti poète, caché par le père, caché par le peintre, John, dont les toiles azur couvertes de satyres se couchaient sur mes rêves juvéniles. Quand l'auguste silhouette de six pieds de haut, la souveraine soufflée de boucles bronze, a frappé, j'ai ouvert.
Elle est entrée comme une ombre. Elle a glissé et s'est fichée dans mon oeil, entre mes paupières que la poussière a refermées. Comme l'eau dans le bois. Maud s'est insinuée,élixir divin : une goutte pour chacune de mes pensées. Lionne majestueuse, elle s'est enfoncée dans la maison, le visage fendu par la lumière froide de Londres. »
J'ai adoré suivre la petite troupe de Français des Dispersés qui mettent pour la première fois les pieds en Irlande, à Sligo et Dublin. Je les regardais faire d'un air amusé (genre : mais nan les gars, prenez le bus pour aller à Drumcliffe, pas le taxi ! 🙂 )Touchés par « la cocaÏne des tourbières » pour reprendre l'expression de Hervé Jaouen, ils font un voyage qu'ils n'auraient jamais imaginé et qu'ils n'oublieront jamais. J'ai adoré revivre l'Histoire de l'Irlande à travers Yeats, dont l'esprit est parfaitement restitué.
Mon coeur va à ce livre, qui m'a tenue éveillée tard la nuit, bercée par cette prose merveilleuse. Une histoire extrêmement bien écrite, une écriture très travaillée qui ne laisse rien au hasard. Maylis Besserie, à l'instar de W. B. Yeats, invite à jeter un autre regard sur la mort.
C'est le deuxième volume d'une trilogie irlandaise, si j'ai bien compris, dont le premier volume (chroniqué ici même), le tiers temps, est dédié à Samuel Beckett (Goncourt du Premier Roman). C'est l'un de mes coups de coeur 2021. le troisième volume sera consacré à Bacon.
Je vous invite très chaudement à lire ce roman qui donne envie de (re)plonger dans la poésie de Yeats mais aussi de découvrir ses contes (récemment traduits en français) .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (1)
LaCroix   15 janvier 2022
Un roman musical et profond, à la fois enquête et songe sur le destin du poète irlandais Yeats.
Lire la critique sur le site : LaCroix
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
fbalestasfbalestas   14 avril 2022
Notre pays n’était pas encore lui-même, c’était une pâte à pétrir, un fruit vert que nous, membres du mouvement révolutionnaire de la Jeune Irlande, espérions faire mûrir et goûter. Dans la revue The Nation était née une littérature gaélique de combat, nous mettions la Jeune Irlande au-dessus de tout, au-dessus de Dieu et des dogmes qui avaient scindé notre île, qui lui avaient coupé les bras et fait plier les genoux. Maud devint catholique, baptisée en France comme une reine. Moi j’étais protestant comme Synge, néanmoins comme lui, le dramaturge je me retrouvais chez les catholiques d’Irlande, ceux qui connaissaient les secrets de la terre, les racines vivantes et dures des bouleaux, des noisetiers et des ifs ; ceux pour qui les arbres formaient un alphabet oghamique dont jadis les druides de Silgo extrayaient des bâtonnets divinatoires. Ils les jetaient sur le sol, en tombant les bâtons effectuaient une danse prémonitoire, disait-on – par eux les sages savaient de quel bois serait fait l’avenir
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
mumubocmumuboc   25 janvier 2022
Ils entrent dans le petit cimetière celtique. Ben Bulben leur saute aux yeux, elle est si proche, juste derrière le mur qui ceint les morts, qu'elle semble une frontière avec l'au-delà. La montagne est si voisine que les sépultures semblent couchées à ses pieds, lui servir de vieux orteils gris endurcis par les années. La montagne veille ses morts, veille sur ses morts, les protège du vent et des tempêtes, leur chante les histoires qu'elle connaît par cœur, qui ont traversé ses parois, troué sa peau de roc, éboulé ses entrailles. Elle est la grande gardienne devant laquelle Yeats fait se prosterner sa poésie immortelle. (p129)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ZakuroZakuro   08 février 2022
I bury my head in books as the ostrich does in the sand.

J'enterre ma tête dans les livres comme l'autruche dans le sable.

William Butler Yeats
Commenter  J’apprécie          140
mumubocmumuboc   25 janvier 2022
Qui donc s'est permis de disperser les os, de balayer les âmes ? Qui s'est assis sur le mort et ses innocents voisins ? Qui a osé se faire parjure du poète couché ? Il n'est pire malheur que celui du mal-mort, du mal-enseveli, de celui qui, parti, jamais ne revient. Son sommeil tourne à l'insomnie éternelle, affaisse les grands yeux du fantôme sous son drap, nourrit sa soif de vérité. (p102-103)
Commenter  J’apprécie          10
mumubocmumuboc   25 janvier 2022
Comment auraient-ils pu reconstituer avec certitude le bon corps ? Ont-ils pris des ossements au hasard, ceux qui leur tombaient sous la main ? Un crâne par-ci, un tibia par-là ? les bouts de défunts cohabitaient-ils dans la boîte, formait-ils une créature unique faite de dizaine de corps ? Se pouvait-il que le poète en soit totalement absent ? (p41)
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Maylis Besserie (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maylis Besserie
Maylis Besserie vous présente son ouvrage "Les amours dispersées" aux éditions Gallimard. Rentrée littéraire janvier 2022.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2587702/maylis-besserie-les-amours-dispersees
Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
autres livres classés : mystèreVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Autres livres de Maylis Besserie (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
4512 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre