AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2890515001
Éditeur : Editions Pierre Tisseyre (30/11/-1)

Note moyenne : 3.4/5 (sur 67 notes)
Résumé :
Le personnage principal du Libraire est une espèce de Meursault, la candeur en moins, le sarcasme en plus, mais tout aussi indifférent à ce qui l’entoure. Il s’appelle Hervé Jodoin, il a perdu son emploi de répétiteur au collège Saint-Étienne, à Montréal, et il est prêt à accepter n’importe quel boulot, du moment qu’il y ait peu à faire et qu’on le laisse tranquille. Quand, au bureau de chômage, on lui propose un travail de commis dans la librairie d’un petit villag... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
Moan
  07 août 2014
Hervé , au chômage depuis deux mois, avec 50 dollars en poche, décide de chercher du travail ( Oui, mais pas trop!) et se pointe au Bureau de Placement gouvernemental où il ne trouve rien de bien tentant. Il y rencontre Martin Nault un ancien camarade qui l'invite dans son bureau et lui propose une place de libraire à Saint-Joachin.
Dans cette librairie , où il essaie d'en faire le moins possible ( "Je serais assez satisfait de mon entourage diurne s'il n'y avait pas de clients.), son patron Léon Chicoine, lui propose quelque chose de particulier.
du 10 mars au 10 mai, Hervé tient un journal et raconte son expérience dans cette librairie.
Sympa à lire, roman original, le Libraire a reçu le Prix du Grand Jury des lettres.
Je ne souhaite toutefois pas rencontrer un libraire comme celui-là!! A lire!
Commenter  J’apprécie          250
LittleMary226
  15 février 2015
Ça fait toujours plaisir de tomber sur un bon roman, lorsque - à la base - on est forcé de lire un livre pour l'école. Ce petit ouvrage se dévore en moins de temps qu'il ne faut pour le dire. J'ai d'ailleurs passé beaucoup plus de temps à réfléchir à la portée du texte, par la suite. On ne peut qu'imaginer le message que l'auteur a souhaité faire passer. On ne sait pas vraiment si on a sous les yeux un exemple du triomphe de la liberté (d'expression, mais pas seulement), ou au contraire une lourde défaite face à la censure. Est-il question d'indépendance d'esprit ou, au contraire, de simple désintérêt? Ce roman amène à réfléchir sur l'impact qu'a longtemps eu l'Église sur la société québécoise et sur les conséquences de cette mainmise sur qui nous sommes aujourd'hui en tant que peuple.
Commenter  J’apprécie          80
LauraLi
  06 juillet 2018
Petit journal racontant les journées d'un libraire au coeur d'un village où l'Église exerce un contrôle sur le choix des lectures des habitants. Style semblable à Camus. C'est-à-dire un narrateur nonchalant qui a une personnalité assez particulière.
Commenter  J’apprécie          110
exarkun1979
  21 août 2012
J'ai bien aimé ce roman sur un anti-conformiste du Québec des années 1950. C'est l'histoire d'un homme qui se trouve un emploi dans une librairie et qui se met à vendre des livres interdits par la censure du clergé. Ce livre démontre bien quelle oppression devaient subir les Québécois avant la fameuse révolution tranquille. C'est un livre court mais qui va droit au but.
Commenter  J’apprécie          90
Errant
  04 septembre 2016
Un chômeur devient pour quelques temps commis libraire dans une petite localité éloignée des grands centres, ce qui donne lieu à un court roman intemporel mettant en scène un personnage, volontairement paumé, d'un cynisme consommé, presque asocial mais d'une ironie subtile, ce qui en fait un être captivant malgré tout! Présenté sous la forme d'un journal, (écrit le dimanche parce que les tavernes sont fermées!), on partage donc la vision du narrateur pour constater son je-m'en-foutisme total, sa paresse extrême, son désintéressement universel. L'histoire, relativement mince, à propos des livres « à l'index » sert finalement de prétexte à nous présenter cet être blasé mais dont on devine l'intelligence vive qui se pointe parfois le bout du nez, bien accidentellement ,lorsque cet amibe est ulcéré ou vexé. Autrement la loi du moindre effort prévaut, autant vis-à-vis lui -même que face aux autres. J'en sors avec l'impression d'avoir pu, l'espace d'un instant, contempler une bibite rare; captivante expérience!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (1)
LaPresse   08 juillet 2013
Le libraire n'est pas tant un roman engagé dans une cause quelconque qu'une féroce critique des moeurs de l'époque, sans pitié pour personne. [...] En un sens, Jodoin est un vrai moderne, blasé peut-être, mais libre dans un monde rétrograde et absurde.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
CielvariableCielvariable   10 mai 2018
10 mars

Ma première démarche en arrivant à Saint-Joachim, ç'a été de me chercher une chambre. Il ne me restait qu'une cinquantaine de dollars et je ne voulais pas coucher à l'hôtel. Une fois installé là, je me connais, j'y serais resté indéfiniment.
En descendant de l'autobus, j'étais très fatigué. Je suis entré dans le petit restaurant qui sert de terminus pour m'acheter des cigares. Comme la vendeuse me rendait ma monnaie, j'ai aperçu, sur une étagère, l'hebdomadaire local, le Courrier de Saint-Joachim. Je l'ai pris. Il datait de trois jours. Ça n'avait pas d'importance.
Je suis allé m'asseoir sur un des bancs de bois dans le coin du restaurant et j'ai ouvert la feuille à la section des petites annonces.
(...)
J'ai noté les adresses dans un calepin, puis j'ai demandé à la serveuse le plan de la ville. Elle a paru surprise puis, après s'être gratté le front, elle a fouillé dans un tiroir rempli de paperasses, dont elle a finalement extrait une carte jaunie. Elle a cru nécessaire de m'avertir qu'elle datait de plusieurs années. Elle a précisé que je pourrais m'en procurer une récente à la Librairie Léon. C'était l'établissement où je devais me présenter le lendemain en qualité de commis. Je ne tenais pas m'y rendre à l'avance. J'ai assuré la serveuse que le vieux plan ferait très bien l'affaire.
Je suis retourné m'installer dans un box à table de formica où j'ai étalé la carte de Saint-Joachim. Ce n'est pas une ville à topographie compliquée. Dans une direction nord-sud, parallèlement…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
LauraLiLauraLi   11 juillet 2018
- Monsieur Chicoine, je travaille chez vous depuis six semaines et vous n'avez jamais essayé de restreindre ma liberté. Le soir, tous les soirs, vous le savez j'en suis sûr, je vais à la taverne et je bois jusqu'à la fermeture. Vous n'avez jamais fait de remarques à ce sujet. D'autres auraient pu s'en plaindre. C'est une liberté que j'apprécie à sa juste valeur. Maintenant vous me montrez une collection de livres qui sont officiellement tabous ici. Vous voulez peut-être que je les vendes? Je les vendrai... Et vous pouvez compter sur ma discrétion...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
anne_le_bruit_des_vaguesanne_le_bruit_des_vagues   22 juin 2014
"Il est étonnant comme le temps passe vite quand on ne fait rien. Pourvu qu'on ne soit pas libre. Je veux dire pourvu qu'un "devoir" vous force à rester en place. Autrement, ça ne tient plus. Ainsi moi, si je n'étais pas obligé de travailler à la librairie Léon pour gagner ma vie et qu'on me demandât de passer des heures d'affilée perché sur un tabouret, j'en serais complètement incapable."
Commenter  J’apprécie          40
anne_le_bruit_des_vaguesanne_le_bruit_des_vagues   25 juin 2014
"Selon moi, un lecteur sérieux, c'est celui qui lit consciencieusement les livres qu'il achète, moins pour passer le temps ou pour y découvrir des obscénités que pour y chercher des idées, des théories, des critiques, peut-être contraires à ses propres conceptions, mais susceptibles de le faire penser."
Commenter  J’apprécie          50
CielvariableCielvariable   10 mai 2018
Au bout d'un certain temps, M. le Curé est descendu et m'a demandé de la même voix confidentielle si nous n'avions pas en stock “ certains livres dangereux ”. Je l'ai regardé l'air perplexe en relevant les sourcils et l'ai prié de m'éclairer sur ce qu'il entendait par “ livres dangereux ”. Un soupçon d'impatience a percé dans sa voix : “Vous savez bien ce que je veux dire, voyons! Des livres qu'il ne faut pas mettre entre toutes les mains.” Je lui ai répondu que je n'en savais rien, attendu que je ne lisais pas moi-même et que, même si j'avais lu, je n'aurais pas osé porter de jugement là-dessus. Il m'a fixé quelques instants sans bouger. Il se demandait sans doute si j'étais aussi stupide que j'en avais l'air.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : librairieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Littérature québécoise

Quel est le titre du premier roman canadien-français?

Les anciens canadiens
La terre paternelle
Les rapaillages
L'influence d'un livre
Maria Chapdelaine

18 questions
137 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature québécoise , québec , québécoisCréer un quiz sur ce livre
.. ..