AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266156322
Éditeur : Pocket (01/02/2006)

Note moyenne : 2.64/5 (sur 14 notes)
Résumé :

Psychose au collège Aubin-Corbier, sur la côte normande : Robert, stagiaire mal aimé, est retrouvé mort dans les toilettes, les veines tailladées. Quelques jours plus tard, c'est au tour du mari de Louise Latour, conseillère pédagogique frustrée et conspuée, de chuter du haut d'une falaise. Dans les deux cas, trois possibilités : suicide, accident ou meurtre prémédité. Ne reste plus à C... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
domisylzen
  28 septembre 2015
Un tueur en série au fin fond de la Haute-Normandie, fichtre il va falloir que je me méfie. On y parle du bld des Belges, j'y ai résidé 3 ans. Brrrrrrrr ! Ça se rapproche.
Alors le bouquin je le coupe en trois :
le premier tiers, j'ai bien accroché avec cette alternance, narration / journal intime du tueur.
le deuxième, j'ai bien décroché, à l'ouest rien de nouveau. Regard fréquent sur le n° des pages.
pour le dernier, l'action se met en place et l'auteure nous aiguille tout à tour vers différents assassins, enfin un peu de suspense et quelques rebondissements.
Dans l'ensemble un bon bouquin mais que j'oublierai très vite. P'tét pas en fait car il se passe dans la plus belle région du monde … que dis-je de l'univers ! J'ai pas encore exploré le multivers … ça ne serait tarder. J'vous dirais.
Commenter  J’apprécie          120
fermeledimanche
  07 janvier 2012
Marville. Petite ville tranquille sur la côte normande. Tranquille ? Pas si tranquille que ça! En ce joli mois de mai les cadavres se ramassent à la pelle : Robert, prof stagiaire au collège Aubin-Corbier, est retrouvé dans les toilettes dudit collège les veines tailladées (suicide ?), Georges Latour, époux infirme de Louise Latour, prof de français, dégringole de la falaise et se tue (accident ?), un nain à la trottinette termine ses jours sous les roues d'un 4x4 (accident ?), une autre prof est retrouvée assassinée sur son lit, et comment cette vieille femme alcoolique est-elle tombée raide morte dans le trou qu'elle creusait pour enterrer son vieux chien ? Beaucoup trop de morts pour Marville et pour Carole Riou, commandant de police judiciaire au SRPJ de Rouen…
Dans ce Coin tranquille pour mourir, le récit du narrateur se mêle à un journal tenu par un serial killer, heu… un tueur en série, heu… pardon, j'en perds mon latin, un tueur multirécidiviste, comme on dit chez nous, qui signe allègrement les trépas marvillois.
Ce Coin tranquille est un roman fort agréable à lire et, pourquoi pas, à offrir à un prof si vous en connaissez. Il y reconnaîtra la salle des profs, les réunions pédagogiques ou syndicales, la cantine, les élèves tous plus charmants les uns que les autres qui hurlent dans les couloirs en se bousculant, les copies à corriger… L'auteur, enseignante elle-même, nous propose une typologie assez exhaustive des professeurs : le stagiaire au bout du rouleau, la prof hystérique, le principal détesté et détestable, la prof de lettres écrivain raté… un microcosme bien brossé. On peut reprocher à notre auteur un brin de démagogie et un chouia de simplifications : les profs sont formidables ou dépressifs… les gens de gauche sont intelligents et ceux de droite corrompus et, naturellement, le milieu policier est machiste.
Cela dit, le personnage principal, Carole Riou, est attachant. On suit avec plaisir son enquête, on adopte son point de vue, on l'accompagne dans son cheminement, on partage ses doutes, on comprend ses colères…Et puis, ô délice du lecteur de romans policiers, on se laisse abuser, comme elle, par les indices que sème ça et là Yvonne Besson pour mieux nous entortiller. L'histoire tient la route, l'intrigue est solide, consistante, cohérente. On aurait juste souhaité une fin plus surprenante mais bon, on a apprécié le déroulement de l'enquête… le quotidien des profs est bien rendu. Et le texte est émaillé, pour notre plus grand plaisir, de références à la littérature tout court et à la littérature policière. Enfin pour moi la littérature policière est de la littérature tout court.
Carole Riou est l'héroïne récurrente d'Yvonne Besson - puisque voici le quatrième volet de ses aventures après Meurtre à l'antique, La Nuit des autres et Doubles dames contre la mort. A quand le cinquième ?
En conclusion, je ne résiste pas à citer Carole Riou elle-même, clin d'oeil de la romancière à ses lecteurs : “Comment le saurais-je ?... Tu oublies que je suis un personnage de roman !”
C'est peut-être ça la magie d'un roman : oublier qu'on est lecteur et être dans le roman.
Merci madame Besson
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Alwenn
  05 décembre 2008
Démarrage sur les chapeaux de roue : dès les premières lignes, on se retrouve plongé dans le journal intime cru et violent d'un tueur en série, ou « tueur multirécidiviste » comme on dit en France… Les premières pages laissent des frissons dans le dos tant l'abject est décrit avec le tranchant de la plume.
Puis, changement de décor : une salle de profs… Là, l'auteur s'amuse, à la manière d'Agatha Christie, à nous présenter tous les personnages qui vont nous accompagner au fil de l'histoire, tous les personnages, leur personnalité, leur nom etc. Tous les personnages avec les relations qu'ils entretiennent les uns par rapport aux autres et parmi lesquels il y a celui ou ceux qui tiendront le rôle principal à la fin de l'intrigue.
Ma première réaction, épidermique, a été de trouver ces profs un peu caricaturaux. Pourtant, je savais que l'auteur connaissait elle-même très bien ce milieu enseignant. Et puis, petit à petit, je me suis décillée : ce que je trouvais caricatural n'était rien de moins q'une vision réaliste du monde des profs, vu sous le kaléïdoscope de l'ironie et de la littérature… Hum… Ca peut faire peur parfois, mais c'est vrai qu'on est un peu comme ça…
Les personnages sonnent « vrais », chacun possède une personnalité bien définie. Là où, en revanche, on pourrait reprocher à Yvonne Besson un excès de zèle, c'est dans la généalogie des personnages et dans leur histoire familiale. J'ai parfois cru me trouver face à du Zola sauce XXème siècle qui tentait d'expliquer les névroses professorales. Bon là, quand même, faut pas pousser mémé dans les escaliers, les profs n'ont heureusement pas tous l'arbre généalogique des Rougon-Macquart et nous n'avons pas tous des secrets d'alcôve familiaux que nous essayons à tout prix de dissimuler !
L'intrigue ? Bien ficelée. On se laisse prendre très facilement dans les pièges que nous tend l'auteur. On tâtonne dans la recherche de la vérité. Et quand on commence à l'entrevoir, on jubile : pas de pirouette littéraire ni de deus ex machina, tous les éléments de l'intrigue s'enchaînent avec logique et réalisme.
Un regret : le dénouement qui ne « claque » pas. Il s'étire alors que le lecteur sent que tout est joué. On s'attend justement à un dernier rebondissement, on est tendu… Mais non. L'histoire s'achève avec beaucoup moins de brio qu'elle n'avait commencé. Eh oui, c'est ça aussi la vie : rien de très glorieux une fois la couche de vernis ôtée.
Enfin, on notera des réflexions très pertinentes à la fin du livre sur le rapport des profs de français à la littérature, ou plutôt à ce qu'il considère (ou pas) comme de la littérature. Dire que le polar par exemple est de la « prose alimentaire » révèle en effet l'état d'esprit élitiste des certains enseignants de lettres vis-à-vis de la lecture –ou de l'écriture-. Dieu merci, pour ma part, j'ai balayé cela depuis longtemps et c'est sans vergogne que je me nourris de cette prose, et je me suis délectée de celle d'Yvonne Besson. Une bonne découverte.
Terminé le 20 avril 2006.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
mougloud
  14 décembre 2010
Marville est une petite provinciale de la côte normande. Mais depuis peu un enchaînement de différents faits divers laissent supposer l'existence d'un « serialkiller » dans la bourgade. le premier meurtre est celui d'une paysanne « inutile » égarée dans le bocage normand à laquelle personne ne prête pas attention. le meurtre passe dans les « canards locaux » comme un fait divers. Mais le lecteur est entraîné par l'auteur, Yvonne Besson, dans le pathos de son tueur...
Lien : http://cb28.free.fr/blog/?p=..
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
fermeledimanchefermeledimanche   07 janvier 2012
Le mieux était d'attendre la nuit, de transporter les deux cadavres vers le trou, de déposer celui du chien dedans et celui de sa maîtresse au bord, en plaçant une pierre juste sous sa tête. On croirait qu'elle était tombée en enterrant l'animal et s'était fracturé le crâne. Ce que je fis. Sous la flotte, et avec l'envie de pisser. Je me demande pourquoi j'ai commencé en racontant cet épisode somme toute désagréable. Un vieux réflexe de culpabilité ? Il sera le dernier. J'ai aussi récupéré 1a bouteille pour la ramener chez moi. Solides les litrons de gros rouge ! Elle n'était même pas cassée, mais le verre retenait peut-être quelques gouttes de sang, un cheveu gras... des bouts de vieille cervelle. Les mots s'alignent. Je suis bien. J'ai déjà reproduit la scène mille fois par la pensée, mais le plaisir que j en tirais commençait à s'estomper. Je n'avais pas encore passé le cap de l'écriture. Voilà, l'écriture nourrit l exaltation. Tout renaît, la bicoque pourrie, l'odeur de pinard, l'abjection... et l'acte sublime qui transfigure tout. Je vais jeter à la poubelle les manuscrits entassés dans le secrétaire. Les manuscrits tous refusés par les éditeurs. Nul n en a rien su, heureusement. Mes livres bien écrits, pleins de bons sentiments, d'humanité, qui ne seront jamais lus. Mes petites intrigues peaufinées. Je me voulais Flaubert, ou au moins Simenon. Une langue classique, jamais vulgaire, de beaux imparfaits du subjonctif. Je m'aperçois que je me relâche. Forcément, j'ai vécu le texte avant de l'écrire et j'écris comme je vis désormais. En violence et en désordre. C'est drôle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
domisylzendomisylzen   21 septembre 2015
Il était entré en elle aussitôt après l'avoir déshabillée, s'était échiné en grognant, quelques va-et-vient rapides et terminés. Le problème, c'est que les fois suivantes avaient ressemblé à la première. Très vite Georges avait accusé sa femme d'être frigide et les séances s'étaient espacées. Louise se disait que tout était de sa faute, qu'elle n'était pas une bonne épouse.
Commenter  J’apprécie          70
fermeledimanchefermeledimanche   07 janvier 2012
Il avait les pieds dans la boue et ses chaussures prenaient l'eau. Putain de printemps. Il était seul, de nuit, dans le jardin d'une bicoque construite en rase campagne, loin de toute lumière, de toute autre vie, et il essayait de traîner jusqu'au trou le corps de la vieille bique. La garce, qu'est-ce qu'elle était lourde ! On n'aurait pas cru, à la voir ! Sèche comme un tronc de pommier, dans son tablier bleu qu'elle nouait à la taille. Serré, serré. Comme son cul, comme ses lèvres qu'elle semblait toujours sur le point d'avaler. En plus elle était crade. Elle n'avait pas besoin de laque pour hérisser sur son crâne un toupet de cheveux gris. La crasse suffisait.
Il jura, cracha par terre. Il avait envie de pisser. Et elle, elle s'était pissé dessus. Dégueulasse...
Mais pourquoi est-ce que j'écris ça à la troisième personne (...) ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : Normandie (France)Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1211 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre