AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782344018248
Éditeur : Glénat (11/10/2017)

Note moyenne : 3.43/5 (sur 22 notes)
Résumé :
L’innocence ne dure qu’un temps...

1755. Sébastien est un jeune et chétif garçon, sujet à de violentes crises d’épilepsie. Toute sa famille est préoccupée par son état de santé fragile, peu compatible avec son esprit aventureux. Alors que sa mère s’en inquiète auprès de la sublime Comtesse de Senanges, celle-ci décide de le prendre sous son aile. D’une grâce et d’une intelligence redoutable, elle devient pour le jeune garçon qui ne connaissait des fem... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
umezzu
  22 octobre 2018
Cette adaptation de l'univers de Choderlos de Laclos, en réutilise les personnages dans leur jeunesse. En commençant par Sébastien, dernier enfant de bonne famille noble, donc sans avenir garanti, affecté, de plus, de crises d'épilepsies, qui l'ont conduit à être fortement protégé par sa mère et élevé parmi ses soeurs.
Cet environnement matriarcal va exploser à l'arrivée de la comtesse de Senanges qui vient faire épouser son aîné par une des filles de la famille. Elle a de la grâce et du style, l'art du verbe et de la répartie ; elle devient incarnation de la féminité pour le jeune Sébastien.
Fasciner cet enfant presque homme ne déplaît pas à la comtesse qui va jouer avec lui. Badinage, licence et manipulation commencent.
Le dix-huitième siècle est là, avec ses règles nobiliaires, ses échanges de cour très affectés, ses mariages arrangés et ses tromperies prévisibles. Sébastien découvre la sexualité, et, à ses dépends, l'art de se faire se faire désirer. Toute une éducation dont il se servira lorsqu'il sera devenu comte De Valmont.
Le récit est dense, émaillé de bons mots, mais pour autant l'intrigue amoureuse n'entraîne pas une totale adhésion. Mais en leur temps, je n'avais pas été plus conquis par Les liaisons dangereuses, version Stephen Frears, ou le Valmont de Milos Forman.
Les dessins suivent l'histoire avec facilité (Djief multiplie des scènes lointaines où les traits des personnages sont juste esquissés). Les tons sont très orangés. La vie de cour inspire ce type de coloris semble t-il.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Ogrimoire
  21 novembre 2017
Un immense coup de coeur – et pourtant ça partait mal – !!! Je m'explique…
J'avais repéré cet album en librairie. Après avoir feuilleté quelques pages, la magie des dessins et le choix des couleurs m'a fait fléchir et on est repartis avec ! Mais grosse déception en commençant l'album : la police de caractère choisie lorsque Sébastien, le narrateur, se parle à lui-même est vraiment très très mal choisie au final ! La lecture est difficile et fait même mal aux yeux ! Mais heureusement le dessin sensuel et très coloré rattrapent un peu les choses !
Ça c'est pour l'objet-livre vous me direz… mais le fond alors ?!? Eh bien le fond est d'une qualité impressionnante ! C'est très bien fait ! L'histoire est palpitante, remplie de mensonges, d'adultère, de trahisons… Bien sûr ce qui m'a le plus plu c'est la question de fond : est-ce que l'Homme se dissimule derrière un faux visage ? Nous comportons nous véritablement comme des bêtes sans se soucier du mal que l'on peut faire autour de nous ? Bref, une histoire palpitante sans temps mort, pleine de surprises à toutes les pages !
On accompagne Sébastien, vicomte De Valmont dans son apprentissage de la vie. On le voit devenir un jeune homme fort et un brin manipulateur alors que jadis il était si chétif et si renfermé sur lui-même. On le voit briller au milieu de gens de la haute société lorsqu'il improvise quelques vers ou bien encore user du mensonge – après tout, il est formé par la meilleure en ce domaine, Madame de Senanges -. Un passage de l'âge de l'innocence et de l'ignorance qui se fait au profit de la découverte de la plus ignoble des trahisons !
J'ai beaucoup aimé cette façon de coller au roman Les liaisons dangereuses mais en s'autorisant quand même quelques divergences. Divergences qui pour une fois ne sont pas exagérées et même rondement menées !
À dévorer rapidement.
Lien : https://ogrimoire.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Noctenbule
  23 octobre 2017
Stéphane Betbeder a décidé de se lancer dans un préquelle des Liaisons Dangereuses d'après Choderlos de Laclos(1841-1803). Il va raconter l'enfance d'un simple garçon qui très vite va devenir un séducteur. En prenant ce personnage, il profite pour parler des moeurs de l'époque comme les mariages arrangés, même entre membre d'une même famille. le scénariste va révéler des tromperies courantes avec des femmes seules, mariés, mineurs et les petits garçons. Ils ont tous leur péché mignon. La possibilité de créer est assez importante alors l'exploitation des vices pourra se faire plus importante dans le tome suivant. 
Lorsqu'on évoque Choderlos de Laclos et d'initiation à la sexualité, on pourra s'attendre à des scènes explicites. Il faut dire que vous ne trouverez que des sous-entendus et un pincement de tétons.
Le dessin de Djief est très classique et ne prend pas beaucoup de risque dans la représentation. Toutefois, on retrouve des éléments du roman comme les lettres échangées avec la couleur de vieux papier. Les robes des femmes avec des décolletés pigeonnants et mouches au-dessus des lèvres renforcent le cadre historique. 
Un récit qui manque un peu de consistance pour le dévorer d'une seule traite. Peut-être que le tome 2 sera plus riche et plus innovant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
MariondeMontmorency
  26 janvier 2018
Je lis rarement de bandes-dessinées mais lorsque j'en ai l'occasion, je le fais toujours avec plaisir. Grâce à une masse critique babelio, j'ai eu la chance de découvrir le premier tome des Préliminaires des Liaisons Dangereuses. Stéphane Betbeder et Djief ont eu l'idée originale de s'inspirer du chef-d'oeuvre de Choderlos de Laclos pour en imaginer les prémices.
Ce volume est consacré à la jeunesse de Sébastien. Épileptique depuis l'enfance, celui-ci vit en retrait de la ville dans la jolie propriété de ses parents, pour éviter que sa santé fragile ne soit découverte. Son existence change soudainement lorsqu'une amie de sa mère, la belle Comtesse de Senanges, le prend sous son aile et décide de l'initier aux subtilités de la vie mondaine. C'est alors l'occasion pour le jeune héros de faire son entrée dans l'âge adulte. Sa protectrice lui apprend également que chaque personnage public se dissimule derrière un masque aimable afin de ne pas dévoiler ses faiblesses, ni ses vices. Peu à peu, Sébastien comprend que s'il veut s'affranchir de la domination de son père, il va devoir s'approprier ces nouveaux codes.
Je craignais un peu que cette création dénature l'oeuvre originale qui est l'un de mes romans préférés, mais les auteurs ont su retranscrire l'ambiance propre au XVIIIe siècle. Les dialogues sont finement écrits tout en respectant la syntaxe et le vocabulaire de l'époque, et un soin tout particulier est porté aux costumes et aux décors. J'ai ainsi apprécié ces dessins aux détails soignés. Je regrette toutefois une intrigue un peu lente. Si la lecture était plaisante, je n'ai pas réussi à me retrouver complètement immergée dans l'histoire, sans doute à cause du rythme et du peu d'événements qu'elle contient. Quoi qu'il en soit, la fin est agréable et m'a donné envie de lire la suite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Nelja
  17 décembre 2017
J'étais très intéressée par cette préquelle des Liaisons Dangereuses, il y a tant de possibilités intéressantes ! Mais j'ai finalement été déçue.
Il y a pourtant de bonnes choses dans cette bande dessinée : un beau dessin, classique, mais très adapté pour ce genre d'histoires, une métaphore continue sur les masques et les instincts animaux qui fait un bon centre au livre, un scénario pas mauvais après tout... je l'aurais apprécié si cela n'était pas censé être l'histoire De Valmont.
Parce que le personnage n'est en rien reconnaissable.
Valmont est un personnage qui est privilégié par son sexe, par sa naissance, de tous les moyens. Ici, les auteurs lui inventent une maladie chronique (qui, de façon très pratique, disparait quand il a des relations sexuelles), une faille qui l'écrase (quand tout ce que nous connaissons de la famille De Valmont est Mme de Rosemonde, qui est à la fois bonne, intelligente et aimante - j'étais très déçue de ne pas la voir).
J'était toute prête à lui accepter un passé romantique tragique, mais avec le reste ça fait beaucoup. Et le fait de blâmer Mme de Senanges pour toutes les séductions De Valmont lui fait perdre de ses motivations, et donc de son intérêt par rapport au livre.
Mais en même temps, il ne s'agit pas seulement de l'excuser, puisque les traits positifs De Valmont, que ce soit sa culture littéraire ou sa façon de considérer que les domestiques sont des êtres humains avec des motivations, sont aussi absents.
C'est globalement très dommage quand on a l'impression qu'une BD récente est plus cliché, moins lucide et moins progressiste qu'un roman du 18e siècle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (3)
BoDoi   13 novembre 2017
Préliminaires laisse donc un sentiment ambigu : si le scénario s’en sort plutôt bien, les choix graphiques ne parviennent pas à faire sortir l’album d’une érotisation maladroite, lecture biaisée des Liaisons dangereuses.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BDGest   20 octobre 2017
Malgré un manque d’épaisseur, ce premier tome (sur deux) n’en demeure pas moins bien construit et divertissant.
Lire la critique sur le site : BDGest
BDZoom   16 octobre 2017
Stéphane Betbeder et Djief imaginent avec finesse la jeunesse des deux protagonistes manipulateurs des « Liaisons dangereuses » : le roman majeur et sulfureux écrit en 1782 par Pierre Choderlos de Laclos (1841-1803).
Lire la critique sur le site : BDZoom
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
OgrimoireOgrimoire   21 novembre 2017
Si on sait regarder vraiment, en se concentrant, on peut voir la vraie personnalité derrière le visage qu’affichent les gens. Car la vérité, c’est que derrière chaque homme, derrière chaque femme, se cache un animal. Personne ne le voit parce que nous portons tous un masque d’humain.
Commenter  J’apprécie          90
umezzuumezzu   21 octobre 2018
Je voudrais pétrir vos lèvres des miennes toute une heure durant. Je voudrais que ma main brûlante pût vous parcourir lentement depuis les pieds jusqu'à la tête. Je voudrais sentir votre cœur battre au diapason de ma poitrine ardente.
Commenter  J’apprécie          60
umezzuumezzu   21 octobre 2018
Dans un siècle entièrement corrompu, mentir est une nécessité. Mais il y a les mensonges des faibles et ceux des puissants... Les vôtres manquent cruellement de caractère et ne vous font pas honneur.
Commenter  J’apprécie          10
umezzuumezzu   21 octobre 2018
A votre âge, le mot "éternellement" a du sens; au mien, il ne veut plus rien dire.
Commenter  J’apprécie          10
KatalynKatalyn   14 février 2018
Je préfère penser au pire et avoir à le gronder que de ne point m'inquiéter et d'avoir à pleurer !
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Videos de Stéphane Betbeder (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stéphane Betbeder
Inlandsis tome 1 ; deux-bras-deux-jambes - Bande Annonce
autres livres classés : mariageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox