AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2258101255
Éditeur : Les Presses De La Cite (07/05/2013)

Note moyenne : 3.23/5 (sur 66 notes)
Résumé :
1931, Chicago. Traqué par la police, Harper Curtis, un marginal violent, se réfugie dans une maison abandonnée. A l'intérieur, il a une vision: des visages de femmes, auréolés de lumière. Il comprend qu'il doit les trouver... et les tuer. Dans sa transe, Harper découvre que grâce à cette demeure il peut voyager dans le temps. Débute alors sa croisade meurtrière à travers le XXème siècle : années 1950, 1970, 1990... D'une décennie à l'autre, il sème la mort sur son p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (32) Voir plus Ajouter une critique
gruz
  09 juillet 2013
Ce roman est un hybride. L'histoire de base se réfère à l'univers du thriller, mais la trame de fond s'inscrit dans les récits de la SF.
Pour mettre en avant cette histoire de tueur en série voyageant dans le temps, Lauren Beukes a eu l'intelligence de déstructurer son récit, circulant d'une époque à l'autre à travers ses chapitres dont les époques se mélangent. La construction est maitrisée, suffisamment complexe pour attiser la curiosité, suffisamment cohérente pour ne pas perdre le lecteur qui ne serait pas habitué à ce genre de lecture.
Cela donne un récit un peu étrange, assez commun de par son histoire de tueur, assez audacieux de par son élaboration. Une manière de proposer au lecteur tous les codes du (des) genre(s), mais explosés façon puzzle.
Le tout étant plutôt bien écrit, on se prend vite au jeu. Il y manque cependant un petit « je ne sais quoi » indéfinissable, pour faire passer ce roman de bon moment de lecture à une lecture plus marquante.
En tant qu'amateur des deux genres littéraires, deux notions me semblent être importantes : le « comment » et le « pourquoi ».
L'auteure s'est affranchie du « comment », ce qui n'est absolument pas un souci vu le sujet, à mon sens. Pas de grandes explications pseudo-scientifiques, donc, sur ce voyage à travers les périodes. Place à l'imaginaire du lecteur, et c'est une bonne chose.
Plus gênant, à mon avis, est le peu de développement concernant le « pourquoi ». Sans entrer dans le détail afin de ne rien déflorer de l'histoire, je suis resté totalement sur ma faim à ce niveau, tant l'auteure élude les choses. Je suis resté sur ma faim pour la fin également, trop prévisible.
Au final, une lecture qui mérite qu'on s'y attarde, mais qui ne va pas au bout de son ambition. Manque certains prolongements et la petite étincelle pour faire exploser le tout.
A noter, la couverture absolument superbe.
Lien : http://gruznamur.wordpress.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
PinkCatReading
  18 février 2018
Si vous pouviez voyager dans le temps en ouvrant simplement la porte de votre maison, où iriez-vous, que feriez-vous? En ce qui me concerne, j'essayerai de jeter un oeil à des époques lointaines par curiosité ou de rectifier des injustices quitte à mettre le bazar dans le continuum espace temps...Mais Harper Curtis, lui, décide de tuer les femmes dont le visage apparaît, auréolé de lumière, sur les murs de la maison. Et ouais.
Si vous aimez les serial killer, les meurtres sanglants, les enquêtes, les survivants qui veulent la justice et les voyages dans le temps voilà un roman présenté comme un thriller mais qui nage dans la science fiction. Je n'ai cependant pas été totalement emportée car il m'a manqué un petit quelque chose mais je ne saurais pas dire quoi.
Le récit est déstabilisant car il nous fait voyager dans le temps en mélangeant les époques selon les méandres du cerveau malade de Curtis. Le point de vue (tueur, victime, autres personnages) change selon les chapitres, assez courts. Cette construction complexe a fini par m'embrouiller et il y a bien trop de zones de flous pour moi, trop de questions sans réponse : pourquoi?! Certains romans tergiversent ou n'en finissent plus de disséquer le pourquoi du comment, ici : voyage dans le temps, ok check, psychopathe sans motivation à part sa psychopathie, ok check et voi-là! Et puis la fin est un peu tirée par les cheveux.
En ce qui concerne les personnages principaux, j'ai trouvé en Curtis un “bon” psychopathe cliché, un peu caricatural sur les bords. Kirby, la “victime-qui-a-survécu-grâce-à-son chien” et qui a décidé, que non, sa vie n'est pas fichue et qu'elle va retrouver celui qui a essayé de la vider comme une dinde pour Thanksgiving, patauge tellement dans la semoule qu'on a vraiment envie de l'aider. Les autres Lumineuses sont quant à elles très intéressantes. Et le terme même utilisé par Curtis pour les désigner souligne à merveille cet antagonisme Bien/Mal car elles semblent toutes être déjà des femmes fortes et bienveillantes ou destinées à le devenir.
Etre témoin malgré moi des meurtres perpétrés par Curtis m'a permis de me ballader à Chicago entre 1929 et 1993, de voir les évolutions de la ville et des moeurs, de découvrir de nouvelles inventions et modes de vie, en même temps qu'un Curtis déstabilisé par ces plongées fulgurantes dans la modernité (il est déjà secoué du bocal, ça n'arrange pas du coup).
En conclusion : le chien est le meilleur ami de l'homme CQFD! J'ai “Zoo city” de Lauren Beukes à découvrir sur mes étagères, ...à voir!

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
BlackWolf
  17 avril 2014
En Résumé : J'ai passé un bon moment de lecture avec ce roman, mélange des genre entre Science-fiction et Thriller, qui nous propose une histoire, certes classique, mais donc la narration, déconstruite dans le temps se révèle terriblement efficace, originale et entrainante. L'utilisation de chapitres courts permet une lecture tendue, sans temps morts et agréable. le point fort vient aussi de la fresque américaine que l'auteur dépeint en fond allant de 1929 à 1993 et loin de paillettes et du strass habituelle. Les personnages se révèlent efficaces et entrainants, même si j'ai trouvé l'histoire d'amour un peu téléphonée, mais c'est surtout le portrait de ses femmes, victimes du tueur en série, qui se révèle saisissant et intéressant mettant en avant une condition de la femme pas toujours facile. L'aspect voyage dans le temps peut en surprendre et en bloquer plus d'un mais, moi, ce que je trouve dommage, c'est cette conclusion totalement ouverte, sans véritable réponses où le lecteur se fait ses propres explications. J'aime pourtant ce genre de fin, mais là je me suis senti tout de même un peu frustré. La plume de l'auteur se révèle vraiment visuelle et entrainante et nous plonge facilement dans son récit. Je lirai en tout cas sans soucis d'autres écrits de l'auteur.
Retrouvez ma chronique complète sur mon blog.
Lien : http://www.blog-o-livre.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
araucaria
  07 juin 2014
Je remercie Babelio et les Presses de la Cité pour l'envoi de cet ouvrage. Cependant je ne suis pas conquise. C'est un livre pénible à lire, brouillon, confus. Je me serais contentée d'un classique polar, mais là il s'agit d'un thriller de science fiction. Trop d'époques et de personnages se télescopent, ce qui rend la lecture fatigante. Il y a trop de retours en arrière, dans le passé, sans grand souci de chronologie. Je m'y perds. le plaisir de lire est émoussé. 379 pages de cette veine, c'est long, bien trop long. Un livre au final que je n'aurai pas trop apprécié, que j'ai lu parce qu'il m'avait été envoyé pour que j'en rédige une critique. Un texte qui sera vite oublié. Un auteur que je ne chercherai pas à relire.
Lien : http://araucaria20six.fr/
Commenter  J’apprécie          281
Ptitgateau
  09 juin 2014
Je me sens très déçue par ce roman à l'intrigue prometteuse : pensez – vous, un serial killer qui commet ses crimes grâce à une mystérieuse maison qui lui fournit l'opportunité de voyager dans le temps ! le crime parfait n'est pas loin, et Kirby, l'une de ses victimes, sauvagement découpée et laissée pour morte, le recherche , pas très activement, au cours d'un stage dans le milieu journalistique, avec des interlocuteurs fades, bref, une action quasi nulle tout au long de ce livre qui n'est pas parvenu à me captiver parce que longuet, confus, avec un tueur sans mobile et sans relief, ce qui n'aide pas le lecteur à comprendre ses motivations (il tue, point c'est tout !), et une héroïne qui patauge et qui arrive tout de même dans cette maison, on ne sait pas comment… Dommage, vraiment dommage ! le thème du voyage dans le temps aurait pu être exploité de façon plus captivante, mais à part sauter de décennie en décennie pour se faire une victime, rien d'autre…
Ce thème de voyage dans le temps aurait pu faire de ce roman … the thriller bien original.
Je remercie Babelio et les éditions des presses de la Cité pour ce partenariat.

Lien : http://1001ptitgateau.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220

critiques presse (2)
LeSoir   08 juillet 2013
Voilà que Lauren Beukes récidive. Ses Lumineuses (The Shining Girls en anglais) est un thriller absolument fantastique.
Lire la critique sur le site : LeSoir
Elbakin.net   25 avril 2013
Laurent Beukes nous entraîne dans les rues de Chicago en passant d’une époque à l’autre, dressant des portraits souvent saisissants en quelques paragraphes ou redonnant vie à un quartier entier le temps d’un chapitre. On sent de sa part un véritable travail de recherche...
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
araucariaaraucaria   04 juin 2014
Pose-moi toutes les questions que tu veux sur les tueurs en série : la plupart passent à l'acte pour la première fois entre vingt-quatre et trente ans. Ils continuent à tuer aussi longtemps qu'ils en ont la possibilité. En général ce sont des hommes de race blanche, souffrant d'une absence d'empathie qui peut se manifester par un comportement asocial ou un charme égocentrique poussé à l'extrême. Beaucoup ont eu une enfance malheureuse. Leurs antécédents font état de violences, vols par effraction, actes de torture sur des animaux, complexes de nature sexuelle. Ce n'est pas pour autant qu'ils ne sont pas insérés dans la société. Certains étaient connus pour être des citoyens responsables, époux modèles et bons pères de famille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
araucariaaraucaria   05 juin 2014
- J'ai le pouvoir de condenser un nuage de silence autour de moi. C'est magique! Dès que j'entre quelque part, la conversation s'arrête net pour reprendre à la seconde où je sors, un ton plus bas.
- C'est juste un ramassis de jeunes cons. Tôt ou tard, leur curiosité malsaine se reportera sur un autre objet...
- Tu ne comprends pas : je suis un monstre! Jamais je n'aurais dû survivre. Ou alors, je devrais être comme ces héroïnes tragiques que peint ma conne de mère...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
araucariaaraucaria   02 juin 2014
Ce n'est pas un flic : trop mal sapé, pantalon trop large et veste de sport démodée. Il s'appuie sur une béquille -il devait être sacrément défoncé pour s'amocher comme ça -, un vieux truc mastoc qui l'encombre. A peine sorti de l'hôpital, il a dû refiler celle qu'on lui avait donnée là-bas à un prêteur sur gages. A moins qu'il ne soit pas allé à l'hosto parce qu'il avait des trucs à cacher. Il a vraiment l'air chelou... Chelou, mais intéressant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Myriam3Myriam3   02 juin 2014
D'abord ébloui par la lumière, Harper voit d'épais nuages envahir la fenêtre. Des traits de pluie argentés strient les vitres, puis le crépuscule embrase le ciel, comme dans un zootrope. Mais ici, au lieu d'un cheval au galop ou d'une fille qui enlève ses bas avec des gestes lascifs, ce sont les saisons qui défilent à toute allure. Pris de vertige, il s'approche de la fenêtre afin de tirer les rideaux et jette malgré lui un regard vers la rue.
Les maisons à l'extérieur se transforment. Les façades changent de couleur, se brouillent à travers un voile de neige, de soleil, de feuilles mortes mêlées à des détritus.Les fenêtres aux vitres cassées s'effacent derrière des planches clouées pour réapparaître, remises à neuf et égayées par des vases dont les fleurs flétrissent avant de perdre leurs pétales.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
araucariaaraucaria   08 juin 2014
Ce soir-là, il lui a expliqué qu'elle brillait d'un éclat plus vif que les fusées qui explosaient dans le ciel et se reflétaient dans les façades vitrées des tours. Elle brillait si fort qu'il l'avait repérée de très loin... Pour cette raison, il allait la tuer. Pas tout de suite, plus tard. Quand elle serait grande.
Commenter  J’apprécie          110
Videos de Lauren Beukes (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lauren Beukes
Lauren Beukes nous parle des recherches qu'elle a menées dans la ville de Detroit pour écrire son roman "Les Monstres", en librairie aux éditions Presses de la Cité. En savoir plus sur ce titre: http://bit.ly/1HuS6En
autres livres classés : voyage dans le tempsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1629 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre