AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782749308456
192 pages
Éditeur : Vents d'Ouest (27/09/2017)
3.61/5   28 notes
Résumé :
Suite à une tragédie amoureuse, Sam part s’installer à New York. Il profite de ce changement d’air pour réaliser un reportage photo commandé par son rédacteur en chef. Replié sur lui-même, focalisé sur son travail d’observation, Sam n’adresse la parole à personne et se perd progressivement dans l’anonymat des grandes villes. Il n’a même jamais été aussi seul qu’au milieu de cette foule. Mais peut-être est-ce justement ce qu’il recherchait ?
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,61

sur 28 notes
5
2 avis
4
6 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

marina53
  03 novembre 2017
15 novembre, quartier de Manhattan. le soleil irradie sa chambre. À la sonnerie de son portable, Sam, 29 ans, photographe de profession, à la tête d'un quotidien online, se prépare pour une nouvelle journée. La propriétaire de l'appartement qu'il loue glisse une enveloppe sous la porte. le jeune homme y met quelques billets et voit, par le judas, le sourire de la vieille dame. Son appareil photo autour du cou, son casque sur les oreilles, il arpente les rues de Manhattan, ne prêtant guère attention aux personnes qui l'entourent et évitant tout contact. le seul avec qui il correspond depuis un mois est Jorge, son éditeur. Il faut dire que Sam s'est donné une bien étrange mission : ne jamais parler à un autre être humain, pendant deux mois, dans le quartier grouillant de Manhattan. Une mission qui viendra nourrir les papiers de son journal et tentera de lui faire oublier une rupture amoureuse...

Peut-on réellement passer deux mois, dans une ville aussi vivante que New-York, avec pour seul moyen de communication un petit papier ? En tout cas, c'est ce que Sam, de retour dans sa ville natale, se donne pour mission. Une mission difficile, il en est conscient, surtout lorsque le destin semble vouloir s'en mêler, notamment avec la présence de cette jeune femme qui apparaît en couleur sur ses photos en noir et blanc. Malgré le thème de ce récit, cet album n'est pas sans parole puisque l'on écoute les pensées de Sam et cette voix-off si envoûtante et mystérieuse. Au coeur de ce Manhattan gigantesque, Giacomo Bevilacqua nous livre un récit introspectif et profondément intime. Un album émouvant et sensible, un personnage principal très attachant dont les contours, peu à peu, se dessinent, et surtout une ambiance un brin mélancolique. L'auteur aborde avec sensibilité les notions de solitude, de deuil amoureux, de relations humaines, du regard porté à autrui et de reconstruction. Graphiquement, les pleines pages de New-York, le trait tout en finesse, les couleurs, à la fois douces et vivantes, magnifient cet album intense.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          710
LePamplemousse
  23 décembre 2017

Parce qu'il souffre, Sam, un photographe décide de se retirer temporairement de la vie, il en devient un simple spectateur, il refuse pour un temps de parler et il se réfugie derrière l'objectif de son appareil photo pour se protéger de toute forme de sentiment.
Pas si simple quand on explore New-York à pied du matin au soir.
J'ai bien aimé cette bande dessinée assez poétique, même si j'ai du la feuilleter une seconde fois pour percevoir certains détails que je n'avais pas vu lors de ma première lecture.
Le thème de la souffrance amoureuse n'est pas original, mais la façon de traiter cette histoire était jolie, bien qu'assez fleur bleue.
La ville de New-York est magnifiquement dessinée et on sent que le dessinateur s'est fait plaisir dans chaque rue, chaque détail.
Commenter  J’apprécie          231
LillyMaya
  08 juillet 2019
Je l'avais lu une première fois, il y a quelques mois, et en le refermant, je me suis dit que j'allais devoir le relire pour être certaine d'avoir tout compris. Et les mois sont passés, et je l'ai juste relu hier.
C'est un récit étrange, mystérieux et déroutant. Les graphismes sont agréables, on découvre Manhattan à travers les yeux de Sam. Il est photographe, et il s'est lancé un défi. Pendant un mois, il doit réaliser un reportage, mais sans interaction verbale ! Tout va bien, jusqu'au jour où en récupérant ses tirages photos, il constate la présence d'une jeune femme en couleur sur ses clichés en noir et blanc !
La fin m'a déstabilisée, d'où le besoin de relecture pour appréhender le mystère.
Commenter  J’apprécie          180
zazimuth
  24 janvier 2019
J'ai vraiment beaucoup aimé cette bande dessinée empruntée à la médiathèque.
L'histoire d'un homme qui, suite à une rupture amoureuse, se lance le défi de vivre 2 mois à New-York - Manhattan - sans adresser la parole à aucun être humain.
Il a pour mission professionnelle de photographier la ville pendant ce temps afin de fournir à son journal un article sur son expérience.
Sa routine bascule lorsqu'il récupère ses 400 photos en noir & blanc au tirage et découvre une dizaine de clichés sur lesquels apparaît une jeune femme en couleur.
J'ai adoré ce petit côté fantastique, comme si un fantôme venait le sortir de sa torpeur dépressive.
C'est aussi un magnifique hommage à la photographie.
Commenter  J’apprécie          100
Des_livres_et_moi
  28 décembre 2019
Cette BD / roman graphique de Giacomo Bevilacqua m'a littéralement happé. Peut-être aussi parce que c'est la bonne période pour la lire puisqu'elle se déroule sur le mois de novembre-décembre.
Le début est assez surprenant car les premières planches de ce roman graphique sont dénuées de texte, puis viennent quelques mots "un, deux, trois, quatre...". Et l'on se retrouve plongé dans le taudis new-yorkais de Sam, un photographe, qui a fait le pari avec son ami journaliste de longue date, de passer deux mois à New-York, sa ville natale, sans parler à personne. Enfermé dans son mutisme, il possède toutes sortes de moyens pour ne pas "penser" et se rassurer. Il a notamment un casque vissé sur les oreilles, et ne cesse de compter.
Grâce à un petit calendrier, dessiné au début de chaque journée passée, on peut suivre l'histoire et se repérer dans le temps.
Lorsque la BD commence, nous sommes le 15 novembre. Et cela fait un mois que Sam est à Manhattan, et qu'il essaye de saisir des instants de vie pour en faire un article. Sauf que lorsqu'il récupère les photographies qu'il a fait développer en noir et blanc, il en reste ahuri : sur les 400 tirages effectués, une silhouette à la chevelure rousse apparaît en couleur sur une dizaine de photos. Comment est-ce possible ?
Sam va mener sa propre enquête, en dépit des conseils de son ami, et va rechercher la fille de la photo...

J'ai tout aimé, le graphisme, l'histoire à plusieurs voix avec les bulles de couleurs, l'idée qu'une personne puisse apparaître en couleur sur du noir et blanc, les cassures avec les pages sur fond noir, les petites manies de Sam, les couleurs sobres et lumineuses sans jamais être trop vives, les métaphores que l'on peut y trouver, ...
Bref, un véritable coup de coeur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (3)
Auracan   17 janvier 2018
Avec un dessin plutôt stylisé mais particulièrement fouillé, c'est un Manhattan haut en couleurs que le lecteur va découvrir à travers les pérégrinations de notre personnage.
Lire la critique sur le site : Auracan
BoDoi   27 novembre 2017
Malgré un petit passage peu convaincant et quelques facilités narratives, Manhattan murmures prend tout son sens à la fin. Intime, doux et émouvant, le livre fait mouche : ce récit introspectif vit encore en nous une fois la dernière page tournée et le silence bourdonne dans nos oreilles.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BDGest   10 octobre 2017
Une bande dessinée pleine de promesses et de points d’interrogation. Peut-être eut-il mieux valu ne pas donner les réponses et préserver une aura de mystère.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
marina53marina53   03 novembre 2017
Dans cette ville, les instants peuvent durer une éternité. Comme la mélancolie dans laquelle est destiné à vivre celui qui s'obstine à regarder ailleurs. Ou le bruit sourd des défenses qui s'écroulent. Comme la douleur que nous essayons de laisser derrière nous. Ou le plus précieux souvenir qui vit en nous. Comme les notes d'une seule chanson qui se répète à l'infini. Ou le bruit, rythmé et constant, d'un énorme rouage sous nos pieds.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
marina53marina53   04 novembre 2017
Il existe des gens qui cherchent et évaluent leur compagnon idéal suivant des signes astrologiques, des schémas astraux, l'alignement ou l'influence des planètes.
Je ne peux prouver que ce ne sont que des bêtises : personnellement, je suis plutôt de ceux pour qui « voir, c'est croire ».
(…) Je crois que la seule étoile valable en amour est celle que nous voyons tous et qui, à mon avis, divise le monde en deux grandes catégories :
ceux qui aiment la voir surgir à l'aube.
Ceux qui préfèrent la voir partir se coucher au crépuscule.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
marina53marina53   03 novembre 2017
Chacun la sienne, de mélancolie. La mienne est une oasis d'eau sale... agréablement chaude. Je me trouve pile en son centre. Et je flotte en faisant le mort. Le bruit du monde est étouffé par l'eau dans mes oreilles. Mais mes yeux sont ouverts. Occupés à regarder un ciel limpide. Glacial. Et pourtant si beau.
Commenter  J’apprécie          290
marina53marina53   03 novembre 2017
Que reste-t-il de ce qui fut...Chaque fois que quelque chose de neuf , de grand, de plus beau... le remplace ?
Commenter  J’apprécie          330
marina53marina53   04 novembre 2017
Ça ferait un bon titre de chanson. Une chanson dont les basses surpasseraient la mélodie. A écouter à fond, baffles dirigées vers le plancher. Pour en ignorer la musicalité, la mélodie. Pour n’en écouter que les vibrations et le rythme.
Commenter  J’apprécie          130

Lire un extrait
Videos de Giacomo Bevilacqua (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Giacomo Bevilacqua
A PANDA PIACE - ... fare il panda di neve
autres livres classés : photographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Giacomo Bevilacqua (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4119 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre