AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782290025123
152 pages
Éditeur : J'ai Lu (19/08/1999)

Note moyenne : 2.97/5 (sur 30 notes)
Résumé :


«La tête dans les odeurs de l'homme, la bouche contre son sexe, elle se dit qu'il est devenu complètement fou, qu'elle est devenue complètement folle (...). Dans l'état actuel de l'histoire, quoi qu'elle fasse, quoi qu'elle dise, elle auro toujours tort. L'homme c'est lui.»

Cameroun. Chaleur humide, ciel hypnotique. Dans le bidonville où elle a grandi, abandonnée par sa mère, Ateba cherche avec désespoir sa place dans une société où la... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
brigittelascombe
  08 décembre 2011
Un cri de haine pour l'homme qui domine,ordonne,humilie,frappe,souille,viole; le cri d'Ateba Lèocadie Camérounaise; qui après s'être insurgée une première fois face aux violences faites à sa mère dans ce QG, "caveau" fangeux,où "la mort est délivrance", où la femme n'est rien qu'un sexe et un ventre à remplir; se retire parfois dans sa tête loin des stations "ragotar" et "cancan";lit des romans photos en espérant devenir écrivain, écrit aux femmes; cherche son père inconnu dans des pères impossibles;provoque ceux "qui sont tout ce qu'elle vomit"; "épouse les étoiles" jusqu'au point de non retour.
Un livre dur qui dénonce l'indicible. Une plainte désespérée.
Calixte Belaya, née au Cameroun, après des études en Afrique et en Europe s'est installée à Paris.
Elle a écrit de nombreux romans qui s'engagent pour l'Afrique et traquent les abus.
Maman a un amant (1993) :grand prix littéraire de l'Afrique;
Les honneurs perdus: grand prix de l'Académie française (1996) et La petite fille du réverbère :grand prix de l'Unicef.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Realita18
  07 novembre 2019
Bon préparez-vous à avoir l'estomac qui se soulève et une grosse montée de fureur en vous !
Est-ce que j'ai aimé ce livre ? J'avoue avoir du mal à formuler ma réponse. J'ai été très surprise par le style de l'auteure. Cette avalanche de phrases, de figures de styles, cette prose poétique font qu'on est pris dans un tourbillon de mots, un martèlement constant. J'avais cette impression de faire des tonneaux dans une machine à laver. Je suis ressortie, hagard, et sans avoir tout compris... Et j'avoue ne pas trop aimer cette sensation. Cependant, le texte est beau. Des phrases qu'on a envie d'écrire sur un bout de papier sans en comprendre le sens.
Puis il y a ce personnage, Ateba. Qui est en lutte interne contre son entourage, contre le QG. Qui recherche sa mère dans toutes les femmes qu'elle croise. Qui n'a pas envie de se taire, de se mettre à genoux devant l'homme. Qui répond, qui joue. Elle se voit devenir une femme forte, une femme qui résiste la tête haute, une intellectuelle. Et elle cherche l'homme. Une dualité constante s'exerce en elle.
Un récit très perturbant, d'une violence inouïe, où la femme n'est qu'un objet dont le corps appartient à tout un village. Aucune notion de liberté individuelle, la virginité d'une jeune fille n'est pas la sienne mais celle de toute une communauté.
A lire !
Lien : https://labullederealita.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Kaky
  14 janvier 2020
J'ai un peu de mal a dire mon ressenti sur ce livre. C'est un livre qui dénonce, qui est fort. Des phrases courtes qui vont droit au but et qui pique là où ca fait mal (au Cameroun). Un livre pas très rose, mais qui, je crois devrait être lu pour essayer de s'imaginer un peu ce qu'est la dureté de la vie africaine.
Ayant séjourné un petit moment au Mali il y a une dizaine d'années, je sais que c'est la réalité, la dureté de la vie des petits villages. Pourtant, ils étaient toujours prêts à nous accueillir.
Commenter  J’apprécie          20
Neneve
  07 novembre 2016
Une lecture bouleversante. Ça écorche.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
KayaKaya   15 juillet 2013
Autrefois, la femme était étoile et scintillait nuit et jour dans le ciel. Un jour, par un phénomène que les astres piétinés refusent d'expliquer, l'homme fut propulsé sur terre. Il portrait la souffrance dans le corps, il gémissait nuit et jour et l'étoile souffrait de le voir souffrir. Ne pouvant plus supporter ces plaintes qui lacéraient ses chairs, elle voulut lui offrir son aide. Elle apporta avec elle des containers entiers de lumière et, nuit et jour, elle le veilla. Elle lui donna la lumière et l'amour en abondance et il se trouva très vite sur pied. Considérant que sa mission s'achevait et qu'il était temps de regagner sa place dans les astres, elle fit ses bagages et voulut s'en aller. C'est alors qu'elle s'aperçut de la traîtrise de l'homme. Pour l'obliger à rester, il avait dérobé les containers de lumière et encerclé sa maison d'un fil de fer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Lucie16Lucie16   05 septembre 2012
Elle lui dit qu’elle aime la lune, que la lune a le goût du miel et la fraîcheur de l’aube. Elle lui dit que si quelquefois la lune se laissait surprendre par le soleil, c’était parce qu’elle se perdait de vue à rêver d’ailleurs, à souvent rêver d’ailleurs, alors qu’elle était l’ailleurs.
Commenter  J’apprécie          120
brigittelascombebrigittelascombe   08 décembre 2011
Dieu n'est pas venu.Elle décide que Dieu est vieux et probablement sourd.Si Dieu ne peut entendre,il ne reste que le geste ou l'écrit.Elle décide d'écrire.Elle lui écrit comme à ces amants à qui l'on hésite à déclarer sa flamme,avec des mots aux sens incertains et doubles.
Commenter  J’apprécie          100
brigittelascombebrigittelascombe   08 décembre 2011
Elle ramasse un roman-photo.Elle aime lire.Elle a toujours aimé lire.Elle prétend que lire permet d'imaginer des histoires à écrire.Elle dit souvent qu'un jour elle deviendra écrivain.Elle écrira les autres.
Commenter  J’apprécie          90
brigittelascombebrigittelascombe   08 décembre 2011
Image du QG...Mais crasse différente et supérieure à celle du QG.Car la crasse,comme les fesses, se divise en deux catégories.D'un côté la crasse riche,où l'on peut à défaut d'y trouver à manger,humer les relents de l'opulence....Crasse à l'état pur,réplique exacte de la fesse pauvre en état crépusculaire.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Calixthe Beyala (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Calixthe Beyala
Calixthe Beyala - Le Christ selon l'Afrique .Calixthe Beyala vous présente son ouvrage "Le Christ selon l'Afrique" aux éditions Albin Michel. Rentrée littéraire Février 2014. http://www.mollat.com/livres/beyala-calixthe-christ-selon-afrique-roman-9782226256010.html Notes de Musique : Africa Format B
autres livres classés : camerounVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox