AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2072636167
Éditeur : Gallimard (07/01/2016)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 15 notes)
Résumé :
Né à Paris le 28 juillet 1950, Zéno Bianu est poète, dramaturge, essayiste, traducteur et auteur d'anthologies. Revendiquant une oeuvre multiforme qui ne craint pas de tout interroger, il peut ainsi être lu tout au long de cette anthologie comme celui qui a créé une sorte de poème-randonnée, dont l'architecture d'ensemble, en modulations et variations constantes, invite à reconsidérer la poésie comme une forme ultime d'engagement existentiel.
" De la Grammai... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
sabine59
  24 octobre 2016
Je ne connaissais ce poète que comme traducteur , pour la très belle " Anthologie du poème court japonais". Je découvre un artiste puissant, original, cosmopolite et inspiré.
Ses poèmes coulent fluides, ils se chantent, d'ailleurs l'un d'entre eux a pour titre " Invocation". " J'ai toujours voulu mesurer le poème au souffle, façonner une sorte d'écriture orale", écrit-il.Il utilise souvent le principe de l'anaphore, comme autant de refrains d'un même c(h)oeur.
Le recueil, autre particularité, fourmille de citations d'autres poètes, auteurs ou musiciens ( le jazz est une de ses passions) et même certains poèmes leur sont directement adressés. Cela crée un univers riche, pluridimensionnel, généreux car l'auteur s'associe aux autres artistes, les célèbre, leur parle.
Il y a une douceur indicible, un élan de vie, même pour évoquer la mort, qui me touche dans ses vers, notamment dans le magnifique " Bleu de silence"
" Alors le vent parle
Il dit mille choses(...)

Il dit
je suis un silence bleu
invraisemblablement
bleu
le souffle
de ta note bleue
la colonne d'air
de ton coeur"
Ce livre est tout à la fois un tourbillon de mots, une escale de sérénité, une plongée dans l'intériorité, un souffle ouvert sur les autres et la vie.Un chemin de lumière où se régénérer...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          295
lecteur84
  28 novembre 2016
Une découverte éblouissante, on redécouvre ici la puissances évocatrice des mots, les images fusent, les impressions se succèdent, l'auteur nous fait entrer dans un monde étourdissant, la mort, le temps, la découverte de soi-même, l'amour, autant de thèmes évoqués avec finesse. La pensée de l'auteur cisèle chaque poème, ils deviennent des chants à la beauté surprenante... A lire à déguster...
Commenter  J’apprécie          150
Blackbooks
  22 décembre 2019
Infiniment proche et tellement lointain. « Asymptote » de nos « impossibilités humaines ». Infiniment proche mais si dissemblable. « Je ne sais pas. J'ouvre les yeux sur le monde », refleurissement. « Je ne sais pas », infiniment proche, le bruissement de vos vers effleurent mes sens. Tellement distant, à peine un écho aride. La poésie de Zéno Bianu ne m'a pas appris grand-chose. Il est des rencontres sans éclosion, des attentes sans retour. Offrir, donner, présents de poésie. « J'aimerais tant oh oui avec tout mon corps avec toute ma voix ». Abouchement avorté à force d'espérance, partage limité comme deux êtres qui se déchirent, faute de s'écouter, de monologuer, de subreption. Votre "poétrie" n'a pas eu la résonance escomptée. Mais les sons se heurtent, acoustique inexistante dans mon coeur, dans mon corps. « Oui j'aimerais tant » et pourtant le désespoir s'installe, s'insinue dans la cacophonie de vos psaumes. Il y avait de la place à prendre dans ce désert d'airain, des graines de vie offertes aux vents de votre poésie. Votre souffle éparpillant les germes au gré de ma lecture, rejetant inlassablement la cueillaison. Point d'arômes dans les traces de vos chants, point d'effluve pour m'enivrer. « de l'autre côté des cendres » c'est mon brasier que j'ai lu. Infiniment proche, déconcertant dans nos connexions je l'avoue. Mais si intenses furent-ils ses moments s'étiolèrent, tombant avec vos manteaux de « l'autre côté de la tombe », là où j'ai posé mes sentiments, alors comme vous
J'expireje vais au bout du corps
au bout de la terreau bout de la femme
j'inspire
Mais infiniment proche soit-il, je suis resté reclus, suspendu dans l'attente de votre souffle, soupirant me sentir happé par l'alizée de vos mots. Rarement, les ailes de mes émotions ont vibré, dommage car quelque part sûrement le désespoir n'existe pas…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
heros_pitch
  11 avril 2019
Excellent ouvrage de poésie. Zeno Bianu est un amoureux et un optimiste, il sublime les instants magiques de la vie. Ses poèmes sont magnifiques.
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
KirsikkaKirsikka   20 octobre 2018
ce sont les arbres
du grand paysage interne
écoutons-les croître
ce sont arbres à visions

arbres résistants
aux racines comme des mains
arbres-personnages
selon Van Gogh

arbres de vie vivante
dont chaque feuille
est une prophétie
arbres aux mélancolies fulgurantes

arbres d'un Paul Klee
pénétrant dans les profondeurs de la forêt
pour se réfugier dans le vert
chaud tendre abyssal

arbres aux tendresses
qui trouent le ciel
interprètes des vents solaires
babels de toutes les géographies

arbres voyants
hommes posés sur la tête
dont la sève bleutée
circule dans notre sang
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
BruideloBruidelo   24 mai 2018
chant
dans les muscles du chant
pourquoi craindre la mort
pourquoi inventer mille croyances
pour la déguiser
trou noir
ou nuit semée d’étoiles
oublions la marche du temps
nous dit Tchouang-Tseu
appelons-en à l’infini

chant
dans les muscles du chant
dans la fraîcheur du lâcher-prise
ou
dans le givre du matin
ou
dans ce saut de pensée soudain
ni ici ni là
ou dans
tout ce que vous voulez
ou plutôt
tout ce que vous aimez
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          183
coco4649coco4649   23 janvier 2016
ÉLÉMENTAIRE
(sur une chorégraphie de Brigitte Chataignier)


je ne sais pas
j'ouvre
les yeux
sur le monde
je ne sais pas
ne sais pas
dans la nuit
dans le noir
les mots
apparaissent
les mots
résonnent

le mot danse
apparaît
j'aimerais tant
oh oui
avec
tout mon corps
avec
toute ma voix
m'incarner
complètement
absolument

j'aimerais
j'aimerais
oui
j'aimerais tant

je ne sais pas
j'ouvre les yeux
sur chaque moment
le regard
l'infini
le regard
l'infini
j'écoute
j'écoute de toutes mes forces

et le mot terre apparaît

je respecte la terre
le son de la terre
je sonde la terre
le corps de la terre
les éléments se tiennent
par la main
tous les éléments

je descends dans la terre
les manteaux
qui me recouvrent
tombent les uns après les autres
je passe
de l'autre côté de la tombe
de l'autre côté des cendres

p.215-216
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
BruideloBruidelo   18 mai 2018
chant
dans les muscles du chant
tu écoutes
inlassablement
cette grande réserve de bouches
en lisière de tout
ce souffle premier
intarissable
comme il retentit dans le corps
par tout le corps
comme il s’exacerbe
comme il traverse le temps
autrement
Commenter  J’apprécie          150
coco4649coco4649   24 janvier 2016
LE DÉSESPOIR N'EXISTENT PAS

RITUEL D'AMPLIFICATION
DU MONDE


Je commencerai par être
un souffle
d'année-lumière
contre le vertige
de la tentation
du malheur
une anthologie
des bouleversements
un retour
de la nuit blanche
qui coule
dans les veines
une tendresse
démesurée
je commencerai par être
au milieu de la poussière

p.117
Commenter  J’apprécie          120
Videos de Zéno Bianu (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Zéno Bianu
Les Racines du Ciel : Habiter poétiquement le monde avec Zéno Bianu (15.05.2016)
Dans une époque vouée à la déréliction et à un renoncement hypnotique, la poésie de Zéno Bianu s’impose comme une ardente rupture, une submersion féérique. Il est le seul qui ose donner à entendre un Credo où se conjuguent le jazz, la beat generation, le Grand Jeu et l’Orient.
Signataire du Manifeste électrique dans les années 1970, Zéno Bianu est l’auteur d’une œuvre multiforme, interrogeant à la fois la poésie, le théâtre et l’Orient. Ses pièces et adaptations ont été jouées dans la Cour d’honneur, au Festival d’Avignon, et à l’Odéon-Théâtre de l’Europe, notamment L’Idiot, dernière nuit, avec Denis Lavant. Il a reçu le Prix international de poésie francophone Ivan Goll. Il est notamment l’auteur de Infiniment proche (Gallimard), Le Ciel intérieur (Fata Morgana), Le Battement du monde (Lettres vives), Suite pour Albert Ayler (Les Faunes) et a présenté les livres Les Poètes du Grand Jeu (Gallimard), Poèmes à dire, Une anthologie contemporaine francophone (Gallimard) et El Dorado, poèmes et chants des Indiens précolombiens, avec Luis Mizón (Seuil), Pour Elvin Jones (consumations), avec Marc Feld (Pleine Page), Chet Baker (déploration) (Le Castor Astral), Variations Artaud (Dumerchez). Plus récemment, avec Satori Express (Le Castor astral, 2016), Zéno Bianu s’est attaché à poursuivre son «autoportrait poétique » commencé avec Infiniment Proche et Le désespoir n’existe pas (Gallimard, 2000 et 2010 / Poésie Gallimard, 2016)
Les éditions Poesis lui ont aussi rendu hommage en l'intégrant à leur anthologie manifeste Habiter poétiquement le monde qui propose une éthique essentielle pour habiter le monde poétiquement, humainement et écologiquement, aujourd'hui plus que jamais.
+ Lire la suite
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
786 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre