AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782200614133
240 pages
Armand Colin (18/05/2016)
3.71/5   7 notes
Résumé :
Si l’image publique de Danton est incontestablement moins polémique que celles de Marat ou de Robespierre, elle n’en est pas moins complexe, et souvent contradictoire. Homme corrompu pour certains, défenseur malheureux d’une sortie précoce de la Terreur pour d’autres, il est également présenté comme un exceptionnel orateur de l’ardeur nationale (« De l’audace... »).
Beaucoup ont tenté de restituer le parcours de l’homme, de l’avocat aux Conseils à la figure e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
arthur05
  24 juin 2016
Tout d'abord merci à Babelio et aux éditions Armand Colin de m'avoir permis de lire et de découvrir cet ouvrage dans le cadre de l'opération Masse Critique.
Ce livre est une suite de chapitres écrits par divers historiens qui éclairent chacun une partie de la vie de Danton .
Ce personnage entré dans notre culture comme un grand tribun , ennemi intime et opposé en style à Robespierre prend au fur à mesure des chapitres une dimension humaine avec ses lumières et ses ombres que les divers auteurs ne nous cachent en rien .
C'est un vrai ouvrage collectif de travail d'historiens , documentés et référencés , intéressant pour ce qui s'intéressent à L Histoire en général ou à la révolution française .
Commenter  J’apprécie          130
david19721976
  15 septembre 2021
Un visage déformé, du à une chute dans des escaliers chez sa nourrice dans une ferme, qui lui écrasa le nez et déforma ses lèvres, on le disait laid à faire peur. du reste il avait un physique impressionnant et une carrure qui, dans une époque férue de mythologie, le faisait comparer à un Titan ou un Cyclope. Ses études furent médiocres, et il refusa de faire des études ecclésiastiques, pour partir à Paris où il travailla dans un cabinet d'avocats. Il s'incrivit au barreau de Paris, mais ne plaida guère. Ce paresseux beau parleur au langage trivial et hableur, eut l'esprit de tomber amoureux de la fille d'un riche propriétaire de café et eut l'habileté de se faire épouser. Mais Danton continua sa vie fainéante. Avec Camille Desmoulins et Marat, il haranguait des réunions d'orateur de club, et tenait sous sa coupe un auditoire de petits bourgeois et d'artisans dans une atmosphère de grosse familiarité démocratique. de l'audace, toujours de l'audace! elle le mena sous la Révolution à fonder le club des Cordeliers, qui par la suite le poussa à adopter des mesures extrêmes. Tout ce monde notoirement corrompu, Fabre d'Églantine auteur de la fameuse chanson: Il pleut il pleut bergère...Chabot, un ancien capucin, tous aimaient comme Danton mener joyeuse vie, et bien entendu dans ces débuts de la Convention, Robespierre et Danton s'opposèrent plus par leur style que leurs convictions. Il fut exclu du comité de salut public au profit de Robespierre. En perdant sa place dominante, son ami Hébert répandit des idées socialistes que Danton n'avait pas. Aussi Danton blâma les violences antireligieuses, et déconseilla l'exécution de Marie-Antoinette, et s'opposa à la continuation de la Terreur, en encourageant Camille Desmoulins à réclamer la modération dans la justice révolutionnaire. Robespierre le fit arrêter avec ses amis les plus proches, ils furent traduits devant le tribunal Révolutionnaire, et l'accusation les y dépeignit en traîtres, complices et salariés de l'étranger, on associa leur nom à de louches combinaisons financières. Danton se défendit, avec une telle force! que parmi les jurés pourtant triés sur le volet, bien chapitré...Il se produisit un flottement évident qui troubla les débats, et il fallut voter un décret pour expulser du prétoire les accusés semant la zizanie. Condamné à la guillotine, en montant sur l'échafaud, Danton pria le bourreau de montrer sa tête au peuple car elle en valait la peine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
umezzu
  17 juin 2016
Ce livre n'est vraiment une biographie de Danton, mais plutôt un ensemble d'articles qui couvrent chaque période de la vie du tribun révolutionnaire et chaque aspect de sa personnalité. Ces articles émanent pour la plupart d'universitaires spécialisés dans la Révolution française et malheureusement cela se sent dans la forme et l'écriture.
Les deux premiers articles ne dépareraient pas une revue universitaire spécialisée, mais sont particulièrement pesants et peu accessibles au commun des mortels. La suite s'arrange quelque peu, et le lecteur lamda reprend des couleurs après avoir frisé la dépression.
Reste le personnage historique que les différents intervenants présentent de façon assez éloignée de l'hagiographie habituelle. On découvre un profiteur qui a su s'élever dans les charges de la magistrature royale, qui prend le train de la Révolution et sent au sein du club des Cordelier qu'il a une influence et un charisme particulier, grâce à une certaine maîtrise de l'art oratoire. Il est ministre de la justice en septembre 1792, lorsque des extrémistes exécutent en masse dans les prisons bien plus de prisonniers de droit commun que de politiques. A t-il laissé faire ? A t-il estimé qu'il fallait que le peuple passe sa colère pour que le pouvoir reprenne la main ?
Commissaire de la Convention en Belgique, pourquoi y couvre t-il Dumouriez, le général en chef, qui va finir par trahir ? Intérêt mercantile, intérêts croisés ? Danton revient à l'Assemblée plus ardent, plus désireux de porter la guerre à l'étranger (avec son fameux «  de l'audace encore de l'audace »), plus acharné à écarter les tièdes, avant de fleurter dangereusement avec la frange modérée. L'imagerie historique l'oppose à Robespierre, mais finalement les deux allaient dans le même sens, se soutenant l'un l'autre parfois, jusqu'à la crise finale où Robespierre envoie Danton et Desmoulin à l'échafaud. le mythe se construit alors là.
A l'arrivée, le personnage n'est pas fait d'un bloc, et a du coup pu opposer des générations d'historiens, qui à l'aune de leur propre pensée l'ont placé de tel ou tel côté de l'échiquier politique. Mais finalement, il reste un homme de stature imposante, intéressé par l'argent, et peut être même corrompu, sincèrement révolutionnaire, mais aussi quelque peu changeant dans sa définition du peuple et de ses aspirations.
Ce livre a donc essentiellement le mérite de revoir le personnage historique de fond en comble, sans facilité. Merci à l'éditeur et à Babelio d'avoir entraîné cette révision devenue nécessaire de la période révolutionnaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
estellebd
  25 juin 2016
Merci à Babelio pour cet ouvrage fort intéressant. Il est composé d'articles de différents historiens ayant travaillé sur des facettes différentes du personnage.
Ces regards croisés se complètent, s'enrichissent pour le lecteur qui paraît ainsi tourner autour du personnage, le découvrir de mieux en mieux. Mais le lecteur part aussi à la découverte de la période de la révolution dont ils perçoit mieux certains aspects.
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
talou61talou61   25 octobre 2016
Lorsque les massacres débutent, Danton disparaît de la scène publique. Il n'y reparaît que le 4 septembre, quand les violences sont sur le point de s'achever.
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Michel Biard (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Biard
Robespierre, Portraits croisés - Bourdin Philippe et Michel Biard
autres livres classés : orateursVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1247 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre