AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782081227187
312 pages
Éditeur : Flammarion (08/05/2009)
4.33/5   6 notes
Résumé :

Parmi les visions du monde et de l'homme, l'hindouisme est une des plus importantes, des plus cohérentes, des plus séduisantes. Des centaines de millions d'hommes la partagent, et même certains Occidentaux s'en réclament. Religion prédominante de l'Inde, nous ne la connaissons guère que par les figures un peu familières de Brahma, de Vishnou et de Siva, ou par la technique tantrique du yoga... L'ouvrage de Madeleine Biar... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
finitysend
  27 septembre 2016
L'auteur postule qu'il est possible de donner une vision unifiée , organisée de l'hindouisme et de « l'homme hindou « , toute en étant consciente que si c'est une cause qui est fondamentalement possible elle est quand même une gageure d'un point de vue opérationnel , quand vient la confrontation avec le réel . D'ailleurs l'auteur parle de sa démarche , avec humour , comme étant : le reflet d'une forme de démence .
Elle présente une vision très structurée de l'univers hindou , selon une approche assez historique et elle donne accès aux fondamentaux , de cette civilisation , d'une manière brillante et fluide , bien que l'inde soit un univers des plus ardus .
Alors oui c'est possible de donner une vision structurée et organisée du monde hindou , mais pas véritablement en profondeur malgré les apparences , selon moi . C'est possible certes plus comme en en donnant une vision scholastique sans ( ou avec très peu de ) réelle portée opératoire d'un point de vue pratique . Personnellement ayant un contact assez intime avec l'hindouisme et l'inde . je crois que c'est possible de fournir de cet univers un assemblage structuré et historique , mais qu'il est impossible d'en présenter une vision qui peut être difficilement plus qu'une géographie symbolique du sacré et des structures civilisationnelles des indes , dès que l'on se place dans le quotidien et les mentalités .
D'un point de vue pratique pour la pensée hindou il y a indiscutablement des systèmes connectés , rarement exclusifs . Sachant que l'on parle d'une religion qui façonne le réel minutieusement et de mille manières variées apparemment ( ou non ) , contradictoires quelquefois , ce façonnage est très puissant du fait du caractère d'orthopraxie très diversifiée et non dogmatique , de la religion hindoue , il impacte le quotidien , le rapport à la vie et à la mort , l'idée du bien et du mal , d'une manière minutieuse .
Mais sur terrain de l'individu , inséré dans un tissu social complexe et diversifié , il y a peu de chance de retrouver les données des bases théoriques dégagées par les indianistes , dans la pratique .
Je m'explique par l'exemple , un indien vous parle de ses dieux , de son attachement particulier pour certains , tout en soulignant qu'il y en a beaucoup qu'il ne connait pas lui-même . Il vous raconte alors l'épopée de cette divinité ( ou un récit où elle joue un rôle ) . Une divinité qu'il avoue préférer pour des raisons particulières et variées mais souvent viscérales . Ce qui explique son assiduité au temple , comme en témoigne son troisième oeil quotidien , point coloré entre les deux yeux qui atteste au minimum d'un passage actif et récent au temple ou dans un lieu , dit sacré pour un puja . le culte est célébré selon un rituel exigent , minutieusement codé et réglé ( orthodoxie minutieuse donc ) . Cette divinité possède apparemment un corps , un esprit , une conscience , on l'habille , on lui fait la toilette et , elle professe un enseignement et elle exige de son célébrant , l'observance d'obligations rituelles et morales , qui structurent le quotidien et même la personnalité de ce fidèle et qui définissent sa conduite , jusqu'à décider de certains des moindres gestes de son quotidien .
L'hindou en question , ne se pose pas la question de savoir le rapport qu'entretient la notion de vérité avec un texte de référence , du moins de manière fondamentale . Si vous l'interrogez sur le texte , il cherchera à vous faire comprendre ce que tout ça veut dire , mais il sera gêné par votre intérêt ; car il sait bien qu'il en existe de nombreuses versions , de même il sera gêné ( un peu comme vous devant l'idiot du village ) , si vous voulez savoir ce qu'est un dieu . Lui-même est incapable de vous le dire et il a conscience de son ignorance car elle repose sur une longue expérience . Il cherchera alors à vous faire comprendre que les dieux sont un peu comme des héros antiques , pour beaucoup d'entre eux , ils sont des hommes devenus quelque chose de plus grand que l'homme et de par leur nouveaux sens , ils ont eu accès à d'autres niveaux de réalité , mais bon finalement cela n'a rien de très extraordinaire car cela peut arriver à tout le monde ( à vous , à lui , à Bouddha ou à Shiva ) . Les textes ? et bien vous-même vous pouvez en écrire alors !? . le texte , le culte le mode de vie leur apparaissent comme des aspects fondamentaux et transcendants , mais il ne faut pas s'affoler car si ils sont réels et véridiques , nul ne sait ce que sont les dieux et même nul ne sait s'il existent vraiment , et les textes portent une démarche et des joyaux que chacun peut découvrir puisque ils sont en nous tous , tels de l'eau qui dort .
Pourtant ne pas célébrer le culte et refuser de réciter l'épopée à certaines périodes ou à certaines occasions est inconcevable . Non pas car ce serait remettre en cause un dogme ou l'existence d'une divinité mais pour d'autres raisons . Pour deux raisons principales au moins : les dieux , le cultes , les textes , sont des véhicules , une praxis qui vous dirait un peu : « fais et tu comprendras « , mais surtout tous ces éléments de connaissance du numineux , sont un peu comme les syllabes d'un langage , une sorte de langue dont la pratique est le seul moyen de produire une action sérieuse dans , et , sur l'univers , c'est par ce biais que tout à chacun participe au maintien de l'ordre cosmique . Etre religieux c'est être à sa place d'un point de vue cosmique et se sentir concerné par la perpétuation de l'univers .
Alors le religieux est un langage , c'est aussi simple que cela ( sourire ) , alors dites ? , Savez-vous parler les dieux , l'anglais , le sanskrit ? Il y a un coup super que vous pouvez faire à beaucoup de sympathiques hindous assez pieux ) , c'est leur révéler que leur religion porte un nom ( c'est vrai et c'est désopilant ) , l'hindouisme se dit en sanskrit , le Sanatana Dharma : L'impérissable Loi éternelle . Toute la création ( dans ses moindre détails ) est en devoir ( par nécessité ) de se conformer à cette loi cosmique , l'homme , comme le dernier des grains de sable sur la plage . Pratiquer l'hindouisme c'est donc s'efforcer de parler le langage de la création et c'est décrypter l'univers , dont il importe peu de savoir qui est le demiurge , mais dont il est très important de connaitre les ramifications , réelles . La religion est donc finalement une recherche fondamentale , plus qu'une religion au sens occidental du terme ( c'est aussi valable pour ce que l'occidental appelle la spiritualité ) , encore que l'étymologie latine enseigne que : religion ( religio ) signifie : relier ( sourires ) . Elle contient aussi en germe l'idée que l'univers est à reconstruire perpétuellement .
Il y a une sorte d'incroyance embryonnaire mais très active , ambiguë et sous contrôle dans la pensée hindoue et même dans la religion populaire , cela est toujours placé en embuscade dans le quotidien religieux des individus . Par ailleurs si le monde est Maya , illusion , indiscutablement , l'homme hindou accorde énormément d'attachements à ce qui pourtant devrait être l'objet du plus souverain détachement ( afin de rompre le Samsara ) . de même le Karma , s'il est simple à définir , il pose des problèmes de compréhension très difficiles au curieux observateur extérieur , du point de vue de ses conséquences pratiques , sous un angle éthique et moral et même comportemental , associé à la responsabilité individuelle , le bien , le mal , mais comment cela s'articule , mince . !?
Bon , voici en gros pourquoi votre serviteur pense vous auriez tort de croire que l'hindouisme ait la moindre chance d'être un tout structuré d'un point de vue opérationnel et pratique . Pour démêler le sujet , le mieux est encore de s'immerger dedans et de s'imprégner , en misant beaucoup sur l'intuition , comme si on apprenait une langue et ses phonèmes dans le bain . Evidement il y a aussi l'humour mais là attention on marche sur des oeufs ( sourires ) .
Je dis souvent à un ami indien que les indiens sont des aliens , et ça le fait beaucoup rire , et il se plait à me sortir un de ces « mais pourquoi ? « , faussement ingénus et faussement innocent , dont les indiens ont le secret ( but why ? ) .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          482
Kio971
  07 août 2018
L'hindouisme, anthropologie d'une civilisation est un livre très complet, pour qui veut découvrir et connaître un peu mieux la civilisation indienne. Mais c'est un livre ardu, dense, touffu, qui se lit avec un cahier à portée de main afin de prendre des notes. Malgré tout, Marlène Biardeau est une spécialiste reconnue dans son domaine et son livre vaut la peine qu'il demande pour l'aborder ... et le terminer!
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Kio971Kio971   07 août 2018
Dans le monde, le karman, est le rite producteur d'un résultat déterminé, c'est ce qui doit être fait dans les strictes bornes où il est prescrit pour coopérer au maintien du dharma, de l'ordre total; l'homme qui le fait n'a conscience que de tenir sa place dans le système socio-cosmique, et il accepte implicitement les limites qui lui sont assignées : durée de vie, appartenance à tel groupe social, à telle lignée, etc. Ses liens sociaux et familiaux sont si forts que ses peines et ses joies sont pour une très grande part celles du groupe où il s'insère. Il ne saurait penser à sa prospérité sans penser à celle de toute sa lignée (qui oserait parler de népotisme dans un tel contexte ?), il ne peut s'assurer le ciel après la mort sans avoir fait ce qu'il fallait, sa vie durant, pour le bonheur céleste de ses ancêtres. La référence à lui-même comme ego n'est guère explicitée que dans les vicissitudes de sa vie physique : maladie, souffrance physique ou, au contraire, jouissance du corps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : indeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La littérature indienne : etes-vous intouchable ?

Quel est le nom de l'ancienne propriétaire de la maison qu'occupe le couple dans "Loin de Chandigarh" de Tarun Tejpal ?

Fizz
Karine
Catherine
Angela

10 questions
88 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature indienne , indeCréer un quiz sur ce livre