AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782358871525
176 pages
La manufacture de livres (16/03/2017)
3.97/5   20 notes
Résumé :
Esther, institutrice, décide de quitter Paris pour s'installer dans un village en Lozère avec sa fille. Mais un jour, Vanessa, une de ses anciennes connaissances, refait surface et lui demande son aide. Vanessa fait partie d'un trafic de drogue et deux dealers sont à sa poursuite. Les habitants du village font alors tout pour protéger Esther.
Que lire après Sous la neige, nos pasVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
3,97

sur 20 notes
5
5 avis
4
6 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
1 avis

Esther, jeune institutrice et maman de Juliette, 4 ans, décide de quitter Paris et part s'installer dans un petit village de Lozère, presque isolé du monde. Tous les villageois s'interrogent d'ailleurs sur cette nouvelle venue. D'autant que ce n'est pas avec seulement trois élèves qu'elle va avoir beaucoup de boulot et que les femmes, peu nombreuses au village, cherchent toutes à le quitter. Très vite, elle fait la connaissance de Lucien, son voisin qui, à un âge déjà avancé, s'occupe à longueur de journée de ses vaches, de Lionnel, le patron de l'hôtel-restaurant, et de sa fille, Alice. Elle apprendra très vite aussi que ce village a ses propres règles, que tout le monde fait face, ensemble, aux difficultés de la vie en montagne. Lorsque Vanessa, l'une de ses amies, une jeune toxico qui a déjà fait de la prison, lui demande de l'héberger quelque temps, Esther est ravie de pouvoir l'aider à nouveau. Mais celle-ci ne vient pas seule. Une valise chargée de drogue et, dans son sillage, deux malfrats...

Aujourd'hui qu'Esther est malade et au crépuscule de sa vie, elle se rappelle, avec une certaine nostalgie, ses années passées en Lozère, ces villageois à la fois tendres et rudes, ces mains tendues, cette solidarité indéfectible, cette humanité authentique, ces montagnes vertigineuses et ce froid mordant. Si l'histoire est simple mais n'en demeure pas moins intense, ce sont bien les personnages qui la portent et les mots de Laurence Biberfeld. Des personnages sans fard, attachés à leur terre, leurs bêtes et leurs montagnes, rugueux pour ne pas dire rustres pour certains, mais le coeur sur la main. Quant aux mots de l'auteure, ils sont d'une force, d'une intensité, d'une précision et d'une poésie incroyables. Ils apportent de l'épaisseur, des émotions ; ils nous enveloppent et nous emprisonnent, nous aussi, dans cette communauté de Lozère. Ils sont à l'image de ce roman à la fois enraciné, minéral, rugueux, écorché.
Commenter  J’apprécie          643
Emportée dès la première page sur ce plateau de Lozère par le talent d'écriture de Laurence Biberfeld, pianiste extrême des mots, jouant d'eux dans des accords qui nous kidnappent toutes affaires cessantes.


Inventivité des images, choix redoutable des adjectifs , tout cela sans l'impression de labeur mais au contraire d'une intense évidence ; les phrases semblent exister depuis toujours , avoir toujours dû exister comme telles, exhumées pantelantes des sentiers ancestraux de Lozère. On les relit plus lentement pour le plaisir, envie de les dire à voix haute pour mieux en sentir la rotondité.

Elle achève nos dernières résistances par une ambiance à la Frank Bouysse, qui nous téléguide vers le fin fond du plateau de la Margeride, avec ses autochtones tous plus AOC les uns que les autres.

On sent à merveille une jubilation d'auteur, de quelqu'un qui se plaît à tripoter les mots, les chausser jusqu'à trouver celui qui portera le mieux l'image qui ondule dans sa tête à la recherche de son incarnation.


Une connexion lecteur-écrivain qui profite aux personnages ; mais bien sûr ! on les connaît, revenus d'il y a peu, quand la plupart d'entre nous avions des ancêtres les pieds dans la tourbe, la glaise, le varech, et tous sens en alerte à surveiller les vents, les neiges, la vague, décomposant leurs mille nuances pour en extraire leur survie. Personnages de paysans, intubés aux éléments naturels, avec des mains « qui ressemblent plus à des outils », des perceptions archaïques et surdéveloppées, collectant des micro-informations essentielles qui nous échapperaient totalement.


Neige qui tombe, ne tombe plus, se retient de tomber, puis recouvre tout, se déversant du ciel « qui fait ventre ». La neige , personnage protéiforme, divinité terrestre, dotée d'un lexique mûri par des milliers d'années d'observation vissée au ciel, comme sous d'autres cieux un marin vous parlerait des vagues et des nuages, cheminant étroitement enlacés et décidant de sa vie.


Ça me fait mal, mais j'ouvre quand même un tout petit cahier de doléances : l'intrigue polar fourvoie pour moi ce magnifique récit, avec quelques précipitations, certaines incongruités, qui ankylosent le rythme majestueux de l'histoire. Les ficelles font grosses, un peu apprenti 1ère année en CAP boucherie, boudinant le rôti qui s'indigne et se récrie sous l'affront. Ça frise la comédie policière, style « les barbouzes » de Lautner. Pas grave !
C'est un aparté qui n'enlève rien à mes yeux de la puissance et beauté du texte, comme on apprécie jusqu'aux défauts de ceux qu'on aime.


Oui car on s'est régalé de pied en cap, on a bu du petit lait, ou du lait ribot (ça rafraîchit et ça picote), on s'endormirait sous la neige, ravis-bercés par ce talent qu'elle a pour cuisiner ses phrases, l'esprit qu'elle insuffle sous leur peau, et qui nous font écho d'ancestrales figures, réminiscence de solidarités oubliées.
Commenter  J’apprécie          387
"(...) Car solidaire, Laurence Biberfeld l'est toujours. Solidaire de la terre dévastée et des animaux mis en pièces. de celles qui se battent, de ceux qui se rebiffent. Solidaire des plus faibles, des farouches qui tentent les pas de côté pour se mettre hors d'atteinte, de ceux qui baissent les bras comme de celles qui ne se résignent pas… Elle les accueille dans ses livres sans poser de question, les adopte sans condition, dans leurs renoncements, leurs doutes et leurs richesses, ainsi que le fait Sara, la gitane pluri-centenaire, conteuse-mère universelle de Les enfants de Lilith.
Chez elle, leur résistance, muette parfois, leur solitude, est protégée. Comme l'est celle de Lucien, inoubliable personnage de Sous la neige nos pas, petit paysan de la montagne, accompagné de la Chiffe, son chien, et de sa gentiane « qui vous faisait plisser le nez tant elle était amère » qu'il utilise « depuis l'adolescence, de loin en loin, quand ses insomnies, en se rejoignant, formaient un long boyau rayé d'obscurité qui s'enfonçait doucement, telle une vis sans fin, dans la folie. » Lucien, adopté par Alice, une petite fille pour qui il s'est pris d'une affection indéfectible, et qui s'interroge à propos de la nouvelle institutrice venue « se perdre ici alors que tout le monde en partait, qu'ils n'étaient plus que trente l'hiver au village, pour la plupart des vieux, pour la plupart des hommes (…) accrochés à la terre parsemée de rochers, au froid, à la solitude démente des forêts, au ressac sans merci des jours sur ce grand plateau granitique étagé de neuf cents à mille cinq cents mètres, où l'hiver appuyait son ventre de neige et de glace huit mois par an. » "
Kits Hilaire (Extrait) in DM
Lien : https://doublemarge.com/entr..
Commenter  J’apprécie          230
On imagine volontiers l'homme arpentant les forêts de la région d'Aubusson en quête de l'emplacement idéal pour bâtir une solide cabane. Une fois construite, autour d'un feu qui crépite, Cyril Herry peut y convier ses amis ou prendre simplement le temps de parcourir un manuscrit qui vient de lui parvenir et dont il publiera peut-être la teneur au sein de sa collection Territori qu'il a patiemment constituée depuis plusieurs années. La maison d'édition prend le nom de ces territoires méconnus ou oubliés qu'il nous fait découvrir par l'entremise d'auteurs partageant cette même passion pour un contexte rural, voire sauvage évoqué sous l'angle d'une thématique noire. Nouvelle venue chez Territori, Laurence Biberfeld n'est pas une néophyte en matière d'écriture puisqu'elle a déjà publié de nombreux polars se déroulant dans un cadre champêtre tout comme son dernier ouvrage Sous La Neige, Nos Pas où l'auteur nous convie sur les rudes terres d'un plateau perdu au nord de la Lozère.

Esther a quitté Paris avec sa fille Juliette pour occuper un poste d'institutrice sur le plateau de la Margeride en Lozère. le climat y est aussi rude que la terre et ses quelques habitants qui peuplent la région. Pourtant autour des nouveaux venus, les villageois deviennent comme une seconde famille afin de favoriser l'intégration de cette institutrice dynamique. Mais quelques reliquats de la vie citadine d'Esther refont surface à l'instar de Vanessa, une ancienne colocataire qui débarque avec une valise bourrée d'héroïne et deux dealers à ses trousses. Face à la menace, les habitants vont se révéler de farouches protecteurs et dans un paysage figé par l'hiver, la neige efface les pas et étouffe les cris.

Quitter une vie citadine pour occuper une fonction d'institutrice dans un petit village isolé, c'est une similitude parmi d'autres que l'on décèle si l'on superpose les parcours de vie de l'auteur et de son héroïne et qui confèrent à l'ensemble du récit un sentiment de vécu notamment en ce qui concerne les interactions avec les habitants de la Margeride. Ce vécu on le retrouve notamment dans un vocabulaire précis qui permet d'immerger rapidement le lecteur dans le décor intimidant de ce plateau isolé. Il y a une sorte d'éclat sauvage qui émane d'un texte très maîtrisé, même si l'on s'égare parfois aux détours de quelques phrases un peu trop alambiquées. Il n'empêche, il s'agit d'un roman à la beauté rude, parfois sauvage et emprunt d'une certaine forme de nostalgie puisque le récit s'installe sur deux époques qui se font échos à mesure des rebondissements qui émaillent une histoire se révélant bien plus surprenante qu'il n'y paraît. Mais au-delà de la splendeur des paysages qu'elle dépeint, Laure Biberfeld se sert du décor et surtout du climat, pour mettre en place des scènes de confrontations extrêmement originales dont les conséquences projetteront l'ensemble des personnages vers une inéluctable logique de violence immédiatement teintée de regrets et de remords. C'est d'ailleurs sur ces deux aspects que l'auteur s'attarde en compartimentant les secrets et les non-dits des uns et des autres tout en distillant au fil du récit des révélations singulières dont seul le lecteur aura une vue d'ensemble.

Deux citadines au pays des bouseux, avec Sous La Neige, Nos Pas, nous sommes bien loin de ce cliché éculé, car l'auteur installe une dynamique particulière avec une institutrice bien moins ingénue qu'il n'y paraît et des villageois bien plus malins et surtout bien plus déterminés qu'ils ne veulent le montrer. On appréciera ainsi le portrait de Lucien, ce vieux paysan farouche qui va devenir le protecteur d'Esther et surtout de sa fille Juliette en déclenchant les hostilités afin de dissuader les trafiquants qui voudraient s'en prendre à elles. Prisonniers de leurs secrets respectifs, les protagonistes n'en demeurent pas moins liés par une amitié indéfectible qui s'avère être un des facteurs touchants de ce roman surprenant. Et ainsi, c'est sur la somme de ces secrets que l'on découvrira les trahisons des uns et des autres et tous les chagrins qu'ils auront causés avec l'espoir peut-être un peu vain pour Esther de trouver une forme de pardon et de rédemption au-delà des rêves et des souvenirs qui la taraudent.

Comme un long poème noir et rugueux Sous La Neige, Nos Pas dépeint également le rude quotidien de cette communauté qui s'obstine à faire face aux difficultés d'une terre difficile et dont les aléas se répercutent sur la condition de femmes maltraitées qui souffrent en silence. Emprunt d'une âpre vérité, Sous la Neige, Nos Pas est un roman douloureux et poignant.

Laurence Biberfeld : Sous La Neige, Nos Pas. Editions La Manufacture de Livres/Territori 2017.

A lire en écoutant : Lorelei Sebasto Cha de Hubert-Félix Thiéfaine. Album : Soleil Cherche Futur. Sony BMG Music Entertainment 1982.
Lien : http://monromannoiretbienser..
Commenter  J’apprécie          100
La rugosité de la Lozère sert de cadre majestueux à ce roman poétique et rustique.
Esther, une jeune mère célibataire parisienne, accompagnée de sa petite fille de 4 ans, prénommée Juliette s'installent dans un village retiré de Lozère qui compte plus de bêtes que d'hommes. Esther est la nouvelle institutrice du village. Elle incarne l'espoir, la vie, même si sa nouvelle classe se résume à trois élèves. le bourg se dépeuple à vitesse grand V, les femmes se font rares et les hommes qui vivent là ressemblent à des animaux. Seuls Lucien et Lionel sortent du lot. Ils prendront la mère et la fille sous leur aile et leur prodigueront soutien et affection.
Ainsi lorsque le passé d'Esther ressurgit sous les traits de Vanessa, une copine paumée et camée jusqu'à l'os et ses dealers prêts à tout pour récupérer une valise de drogue, Lucien et Lionel ne failliront pas et seront là.
L'intrigue est simple et prend corps avec la terre, les pierres, le ciel, la neige et les hommes quels qu'ils soient.
Le récit se déroule sur deux périodes : 1985 et 2015. Images et façons de penser se télescopent et apportent de l'épaisseur à l'histoire. Des valeurs humaines importantes sont mises en lumière, telles que la solidarité et l'amitié.
La plume de Laurence BIBERFELD est riche, tour à tour rugueuse et aérienne… sublime.
Un tableau aride mais beau.
Commenter  J’apprécie          110

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
Je me demande ce que ça fait, quand un monde disparaît. Quand tout est détruit : les bisons, les prairies, les gens. Que même les mots sont détruits, avec le souvenir de ce qu'ils disaient. Que tout ce qui a été disparaît, que ça n'a jamais existé, que ça n'a servi à rien. Comme moi.
Commenter  J’apprécie          310
J'aimais la montagne, une goulée d'air, l'épais de la neige, la vacherie du froid, les narcisses, la rivière. En ville, je serai morte. Entre quatre murs, à me cogner partout. Ici on respire, même écrasé, on respire, le regard s'arrête pas et l'esprit non plus, on vole, on plane.
Commenter  J’apprécie          200
Je ne connaissais pas les codes ni les nécessités de cette vie moyenâgeuse qui réclamait tant de courage, d’abnégation et d’ingéniosité. Je ne savais rien du lien, ambivalent mais lourd comme le câble d’amarrage de pétrolier, qui unit les bêtes et les hommes. Je ne connaissais pas la terre, ni les arbres, ni les herbes. Je ne savais rien des rivières. Un nourrisson.
Commenter  J’apprécie          130
Toute ma vie, je resterais au seuil de ce mystère que certaines personnes, sans qu'on puisse expliquer pourquoi, sont imperméables à la facilité collective de la malveillance. Cette méchanceté générique des hommes, avec ses mille bras bornés, à accrocher l'inerte et le vivant dans les convoyeuses à chaînes des abattoirs méthodiques, elle n'a pas prise sur eux.
Commenter  J’apprécie          100
Alice les attendait dans la souillarde de Lucien, assise au coin de la cuisinière à bois. Elle lisait, une occupation qui avait le don de les intriguer mais qui semblait lui faire du bien.
Commenter  J’apprécie          140

Videos de Laurence Biberfeld (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Laurence Biberfeld
Avec la participation des autrices Laurence Biberfeld, Rachel Corenblit, Catherine Dabadie et de l'autrice-illustratrice Cécile Dupuis.
Et la classe de 3èmeB du collège Gustave Courbet, Romainville (93). Un grand merci à la professeure Émilie Restoueix.
Avec la participation de Cécile Ribault Caillol pour Kibookin.fr
Avec la séquence La Tête dans les images Henning Wagenbreth, L'Univers à l'envers, trad. de l'allemand Clément Bénech, Les Grandes Personnes Avec le soutien du Goethe-Institut Paris.
autres livres classés : lozèreVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (38) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2900 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *}