AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 235965019X
Éditeur : Les Petites Vagues (03/09/2010)

Note moyenne : 3.17/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Au lendemain des élections présidentielles, télévision, radio et presse écrite ne parlaient que de nous. Et de Schattenhaufen, ce si joli village alsacien qui avait si mal voté. Le notre, donc.
Nous nous étions distingués, il est vrai : du vote en faveur de l'extrême droite, nous détenions le record national et historique. Bien sûr, nous n'avions pas tous voté pour ce parti. Loin de là. À peine un électeur sur deux... Assez pour défrayer la chronique.
... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
DoVerdorie
  26 juillet 2013
Ça fait déjà quelques années que j'ai visité Schattenhaufen...en 2010, je crois ; trois années après les élections présidentielles de 2007. Élections qui avaient amené ce petit village alsacien de 143 âmes, avec un net penchant pour le FN, sur le devant de la scène...
Depuis, les choses ont bien changé...oui, depuis ce fameux marché de Noël...

Mes souvenirs restent un peu confus concernant les habitants, mais je me rappelle bien Zoë qui à 26 ans, encore vierge, aspirait à l'amour consommé...Madeleine qui devait supporter sa mère acariâtre, le Maire taciturne et renfermé sur sa propre souffrance, Adonis...euh, non, Antoine qui avait ses raisons de partir si souvent en vacances, Georges qui ruminait autant que ses ruminants...et l'incontournable Aziz, bien sûr !
J'avais appris à connaître leurs histoires, comme il il y en a tant dans chaque village...des tranches de vie à la légèreté apparente ou d'autres plus cachées, secrètes...des histoires de chagrins, de regrets, et de rêves !

Mes souvenirs se font plus précis quand je repense à l'ambiance générale qui régnait à Schattenhaufen en ce mois de décembre. le ciel restait obstinément bleu...pas un seul nuage gris rempli de flocons de neige tant désirés. Mais le fond de l'air était à la tolérance, l'intelligence sociale, la cordialité et la bonne humeur !

D'un ton enlevé, avec de justes dosages d'ironie et de dérision, évitant les cliches par une pirouette, l'auteur nous raconte les préparatifs de ce marché de Noël (dont on se demande s'il va avoir lieu !), ainsi que la vie des "petits gens" dans ce village typiquement (?) alsacien...que vous ne trouverez sur aucune carte.
Je vous invite à lire le résumé-Babelio (= 4ème de couverture) qui non seulement résume l'histoire avec justesse, mais annonce aussi son verbe pétillant !
(Non, je n'ai ni abusé de la Kro', ni de crémant !)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          333
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
DoVerdorieDoVerdorie   25 juillet 2013
Les hommes aussi, d'ailleurs, se traquaient le poil. Ceux du nez, des oreilles, du dessous des bras. Eux aussi s'épilaient. Pour pas qu'on les prenne pour des bêtes, sans doute. En tondant ses moutons, Georges Schaeffer y pensait parfois, à cette histoire de poils. Surtout en été, quand il avait le pantalon retroussé. Il passait la tondeuse dans la toison de ses bêtes et il aurait pu continuer sur ses jambes. Il était aussi laineux qu'elles. Sauf que lui n'avait pas de suint. Juste une couche de sueur et de crasse qui noircissait le bac de la douche. Des superman. Qui se propulsaient ici et là, sans avoir le temps de dire ouf. Qui tournoyaient dans l'existence comme des toupies. La plante des pieds avec la pédale d'accélérateur incarnée. Et pour aller où ? De ronds-points en bretelles d'accès. De voies rapides en voies express. Des tas de routes qui ne menaient nulle part. Sauf aux parkings des supermarchés. Pour acheter du surimi. Du jambon en kit. Des œufs carrés. Les superman, tous des pauvres types. [...]. Avec des chiennes de vie. Obligés de dire oui quand ils pensaient merde. [...]. Mal dans leur peau, mal dans leur dos, mal dans leur cul. Tous propres sur eux, mais l'intérieur en ruines. Sans poils et sans forces. Des tranquillisants au petit-déjeuner. Tous seuls, dans le grand troupeau épilé. Alors les bêtes, les vraies, celles à quatre pattes poilues, ça leur plaisait aux épilés. [...]. Dans leurs voitures à l'arrêt, ils souriaient, extasiés, quand Georges faisait traverser la route à son troupeau. "Des moutons", ils disaient, avec des yeux tout brillants de plaisir. Ils auraient dit " La Sainte Vierge !" sur le même ton. Sauf que ses moutons bêlaient mieux. [...]. Ses moutons faisaient fondre les pauvres types épilés. Toucher du crin brut, frotter un museau, [...], ça leur redonnait du poil de la bête.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
autres livres classés : Extrême droiteVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Francine Bibian (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15059 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre