AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782749949239
368 pages
Michel Lafon (25/11/2021)
3.93/5   58 notes
Résumé :
Une dystopie amoureuse originale : comment remettre l'amour au centre des préoccupations de la jeune génération pour rétablir l'équilibre démographique et social de la planète.

Pour les nouvelles générations, l'amour est relégué au rang de bien de consommation éphémère, entraînant une destruction du paysage démographique et social.

En 2050, le gouvernement convoque scientifiques, psychiatres et chercheurs afin d'élaborer le programme " ... >Voir plus
Que lire après SymbiosaVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
3,93

sur 58 notes
5
5 avis
4
2 avis
3
3 avis
2
1 avis
1
0 avis
Bonne ou mauvaise expérience ? Il y a plus de deux ans, notre autrice de romances young adult françaises préférées s'est essayée à la dystopie. Sur son compte Instagram, elle avait promis que ce roman changerait sa carrière littéraire et sonnerait le glas des romances à l'eau de rose. Mais qu'en est - il vraiment ?

A première vue, cette publication apparait plus adulte, plus sérieuse que les précédentes, de par l'utilisation du genre de la dystopie, censée apporter un regard plus cynique sur le monde. Cependant, une fois que l'on avance dans la lecture, on se rend compte que l'univers créé par Morgane Bicail ne se suffit pas à lui - même, puisque ce 1984 de l'amour est incohérent et laisse certaines questions sans réponse.

Commençons par le personnage de Thiago. Il est un bon exemple de l'erreur que peuvent faire des jeunes auteurs lorsqu'il s'agit de distinguer un jeune qui passe son temps à râler pour tout et n'importe quoi d'un vrai rebelle, au sens politique du terme. Thiago appartient à la première catégorie, bien que l'auteure essaye de lui donner une idée de l'amour qui ne correspond pas à celle d'un jeune de 21 ans et qui m'a fait lever les yeux au ciel de nombreuses fois, tellement j'avais l'impression d'entendre un de ces intellectuels français pédants de l'Après - Guerres qui ponctuent leurs phrases en tirant sur leur cigarette, puis en en recrachant la fumée, ce qui me donne envie de les gifler.

De plus, le bilan très franc (et dont le registre de langue et le ton m'ont paru irréels) que Thiago envoie au tout début du roman à l'Institution (pardonnez - moi, mais je n'ai pas pu m'en empêcher ;)) révèle qu'il ne vit pas dans une dictature, comme essaye de nous le faire croire l'auteur.

Le label "rebelle"de notre personnage principal est d'autant plus remis en question au moment où il tombe amoureux de Shiyo, son "autre", et commence à développer un lien de complicité avec le professeur Palomo durant les cours magistraux sur les Fragments de Barthes. le jeune homme ne remet pas en question son avis initial sur le programme (alors que le genre de la dystopie veut que le personnage principal doute de son opinion à un moment donné) tout en continuant de voir sa dulcinée, qu'il a rencontrée via Symbiosa, et va même jusqu'à organiser une révolte contre la création de Vopesta avec ses amis et leurs "autres" (mais QUELLE révolte ?).

Vous l'aurez compris, si Morgane Bicail s'engage sur un chemin au premier abord bien précis, elle finit par en dévier, et c'est ce que démontre la suite du roman. Thiago se réveille d'une léthargie virtuelle et découvre que tout cela n'était qu'un rêve programmé.

Ce n'est pas cette révélation qui pose problème au lecteur (car le moment de rupture tant attendu est arrivé), mais le vide qu'elle laisse par la suite, car si tous ces jeunes sont sous emprise, pourquoi les dominer eux et les relâcher dans le vrai monde sans le souvenir du prénom de leur bien-aimée si c'est pour ne pas connaitre l'amour, objet du programme Symbiosa ? Quelle explication donner au besoin de ces adultes vicieux de contrôler tous ces jeunes ? le besoin de perpétuer un idéal romantique qui fera souffrir des générations et sur lequel se base justement la société occidentale pour faire vivre son marché économique, marché que l'auteur alimente en publiant une énième romance ?

Et QUEL rôle joue la pandémie là - dedans ? Près de quatre ans après le passage du covid en Europe, avons - nous toujours peur de faire la bise à nos amies et de recevoir des câlins de notre chéri ?

Croyons - nous que l'amour n'existe pas, ou bien, s'il existe, que ce ne soit que sous forme d'une brève consommation ? Très rares sont les français à penser que l'amour n'existe pas ou qu'il ne s'agit que d'une réaction chimique. Nous les européens avons des idéaux, et l'amour fait partie d'eux. C'est pourquoi je pense que nous n'aurons pas besoin d'un programme Symbiosa pour le préserver, surtout parce que l'amour romantique est l'une des choses comptant le plus dans notre société française avec le bonheur. Qui n'a pas déjà vu une publicité mettant en avant l'amour ou bien le fait de se sentir heureux ?

Et c'est la dernière contradiction qui vient achever le roman de Morgane Bicail : l'Institution a gagné, parce que Thiago est tombé amoureux de Shiyo et veut la retrouver (il le fait à la toute fin dans une scène digne de la toute dernière séquence de "Your Name"). Il veut revivre l'expérience de ce sentiment amoureux apparemment faux et nuisible à la marche du monde. Quel intérêt y a - t - il à fabriquer une sorte d'esprit critique constamment en guerre contre le supposé ennemi et qui veut dénoncer la manipulation de jeunes si c'est pour qu'au final, le vaillant guerrier accepte de recréer des liens avec une personne qui a été conditionnée pour se mettre en couple avec lui ?

Je ne vous conseillerai donc pas de lire "Symbiosa", mais si vous cherchez une dystopie récente traitant du sujet de l'amour, regardez plutôt "Equals", "Her" ou "I'm your man". Ces films sont plus terre - à - terre et ont un point de vue plus scientifique sur les rapports amoureux. Il faut croire que cette expérience n'a pas été très fructueuse, car Morgane Bicail est revenue vers le genre qu'elle maitrise le mieux : la romance. En ce qui me concerne, je considère toujours "Ne T'attache pas" comme le meilleur roman qu'elle ait jamais écrit.
Commenter  J’apprécie          10
" Symbiosa " est le premier titre de Morgane BICAIL que je lis. Pourtant elle a eu un petit succès avec " PhonePlay ", mais son nouveau livre attirait plus ma curiosité.

En 2050, l'amour n'existe plus. Les couples sont très rares, la population devient moins importante. C'est une ère très individualiste qui peut être fatale à l'humain.
Pour contrer cela, le programme " Symbiosa " est mis en place. Ils vont pendant des années étudier des adolescents pour pouvoir trouver leur " Autre ", celui ou celle qui leur correspond le mieux et créer des couples.
Thiago appartient à la première génération de cobayes de ce programme, la première génération qui va avoir la chance de découvrir qui lui est destinée...

J'ai vraiment beaucoup aimé cette histoire.

J'ai tout d'abord été très surprise par la maturité de la plume de l'autrice. Je pensais trouver un style un peu plus enfantin, mais ce n'est absolument pas le cas.
De plus, l'univers dépeint est travaillé, vraiment fouillé et réfléchi. J'ai vraiment été étonnée par tout cela.
Ces deux éléments ont fait que je me suis vraiment plongée avec plaisir dans cette histoire, avec une facilité très déconcertante.

Alors oui, le sujet principal reste tout ce programme " Symbiosa " qui va aider les personnages à trouver l'amour.
Mais ce livre aborde des thématiques bien plus importantes que cela. On traite de l'individualisme des gens, des sites de rencontres et cette recherche toujours plus vicieuse de " l'être parfait ".
Il y a aussi une place importante de l'écologie et j'ai vraiment été sensible à cette thématique dans cette histoire, dans la manière dont laquelle elle est traitée.

Les pages défilent avec vitesse, la fin apporte son lot de surprises.
Les personnages sont plutôt attachants, ce qui finit de nous convaincre.

Bref, j'ai beaucoup aimé !
Commenter  J’apprécie          20
Dans ce roman de fiction totalement surprenant, nous sommes au 21ᵉ siècle, en 2073 précisément. Alors que le sentiment amoureux avait quasiment disparut en 2050, une femme ayant été abandonnée par son mari développe un projet : Symbiosa. Morgane Bicail m'a subjuguée par ce roman d'une belle originalité. L'amour est un domaine vaste qui a été écrit des milliers de fois de mille et une façons. Ici, l'autrice vogue de façon futuriste. Symbiosa est un projet comprenant différentes études comportementales et algorithmes afin que les premiers cobayes ressentent le sentiment amoureux alors que celui-ci s'est progressivement éteint. le couple existe depuis des millénaires, voilà ce que dira Palomo, professeur de Symbiosa, mais à l'époque des sites de rencontre, l'amour à "disjoncter". Symbiosa est créé pour que sans la moindre recherche, chacun rencontre sa moitié et fassent naître LE sentiment. Thiago, personnage principal du roman, est le cobaye réfractaire qui pensent que cette institution est l'équivalence d'un service militaire. Lorsqu'il rencontre son "autre" Shiyo, les blouses rouges du projet Symbiosa continue d'étudier ces êtres. Au fur et à mesure des phénomènes physiques et psychiques touchent certains cobayes et une révolte se prépare. Morgane Bicail écrit de façon dynamique et hypnotique. J'ai dévoré les 350 pages avec plaisir et curiosité. Pour faire naître le sentiment amoureux, l'autrice déborde d'inventivité, mais aussi de réalisme remettant l'ere d'internet et des sites se rencontres sur la scènette. La fin du roman est grandiose et je ne m'y attendais pas. Bref un coup de coeur énorme pour ce roman !
Commenter  J’apprécie          21
Plongée en 2073, Morgane Bicail nous immerse dans le programme Symbiosa, imaginée par une femme ayant été abandonnée par son mari, des années plus tôt. Morgane Bicail nous dépeint ici une histoire originale, parfaitement ficelé et je ne peux que l'applaudir pour tout le travail titanesque qu'elle a élaborée pour créer Symbiosa. Un univers dans lequel j'ai aimé me plonger avec plaisir, un univers que j'ai du mal à oublier, même plusieurs jours après ma lecture. Un univers que j'ai totalement découvert en compagnie des personnages. L'amour est un sujet qui a été écrit des milliers de fois, de toutes les façons possibles et inimaginables, et l'auteure est parvenue à me surprendre. Il n'y a qu'à voir comment la fin se déroule, j'en suis restée sur le cul.

Symbiosa est un programme visant à ressentir le sentiment amoureux, avec ce qu'on appelle notre Autre, basé sur des études effectuées des années auparavant, afin de trouver le partenaire idéal. Dans cette histoire, on va suivre Thiago, un cobaye bien particulier.. Je vous laisse le découvrir en le lisant. Il est un personnage que j'ai adoré suivre, tout comme les autres personnages : Andoni, Oihan, le professeur Palomo, certainement le plus humain de toute cette histoire. Au fur et à mesure de l'histoire, des différents rendez vous orchestrés pour que les deux ressentent CE sentiment, quelque chose se prépare peu à peu. Encore une fois, je vous laisse la surprise en le lisant.
La plume de Morgane est addictive, fluide, si bien qu'on a du mal à poser le roman avant d'obtenir les réponses à nos questions. J'ai dévoré ce roman de 357 pages en un temps record. Ce livre est un immense coup de coeur, et à lire absolument. Fragments d'un discours amoureux, dont se sert Monsieur Palomo pour ses cours, Morgane m'a clairement donné envie de le lire.

Merci à Babelio pour l'envoi de ce roman.
Commenter  J’apprécie          00
À une époque je raffolais de dystopies Young adult. Avec ce roman, je reviens donc à mes premières amours. Malheureusement si le début était intriguant et prenant, cette lecture n'a pas été à la hauteur de mes attentes.

2050. le concept d'amour n'existe plus. On vit pour soi, on ne veut pas faire de concessions, on enchaine les relations sans lendemain. Comment en est on arrivé là ? La pandémie des années 2020 a renforcé l'individualisme des gens, créant la disparition de la famille conventionnelle et de l'amour.

C'est un roman d'anticipation qui part d'un postulat qui me parle et qui je pense parlera à tout le monde. Nous avons tous été profondément marqué par la pandémie, nous le sommes toujours mais surtout nos façons de vivre ont évoluées. Les gestes barrière et la distanciation sociale ont modifiés les comportements. Ainsi l'histoire imaginée par Morgane Bicail semble réaliste, crédible et cohérente. J'étais donc très curieuse de découvrir où l'autrice voulait m'amener.

On se retrouve propulsé avec la génération cobaye 001 sur une île pour réapprendre ce qu'est l'Amour. Des cours sont dispensés, et un algorithme a trouvé aux cobayes leurs alter ego. Toutes les conditions sont réunies pour que l'humanité retrouve ce sentiment oublié et pourtant si important. Pourtant, comme le héro Thiago, nous sentons que quelque chose ne tourne pas rond. C'est ce mystère que j'avais à coeur de percer qui m'a tenue en haleine au départ. Qu'est ce que le programme Symbiosa cache en réalité ? Toute la première partie est très prenante, pourtant passée la moitié du roman j'ai commencé à m'ennuyer. Il y a beaucoup de longueurs pour finalement peu d'action et peu de surprise.

C'est un roman oppressant puisqu'il s'agit d'un huis clos sur une île au milieu de nulle part et que l'étau se resserre autour de notre héro. J'aurai néanmoins aimé que la société soit un peu plus décrite car là on rentre directement dans le vif du sujet sans que le contexte soit réellement posé. J'ai par contre bien aimé l'analyse du sentiment amoureux décortiqué autour d'un livre (que je ne connaissais pas) « Fragments d'un discours amoureux » de Roland Barthes. Cela offre une vraie profondeur et une vraie réflexion au récit. C'est une belle histoire d'amour sur le papier mais qui finalement ne dégage que peu d'émotions.

Maintenant que j'ai parlé du fond, j'aimerai parlé de la forme. J'ai été déroutée par la mise en page du roman. Il y a à chaque page des espaces entre les paragraphes comme pour marquer une césure ou un changement de scène alors qu'il n'en est rien. J'ai trouvé que cela perturbait énormément la lecture et la rendait moins agréable. Dommage. C'est une grosse déception pour moi.

Un roman d'anticipation prenant au départ mais suis s'essouffle passée la moitié.
Lien : https://monjardinlitteraire...
Commenter  J’apprécie          11

Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
« j’ai la sensation d’avoir voyagé dans le passé et me revois assis au bord de la falaise de la côte sud de Vinaya. Je me rappelle précisément l’instant même où cette petite danseuse est entré dans mon champ de vision et les sensations qui m’ont submergé pendant que j’ai observé en secret. Une douce chaleur se répand dans la poitrine, se propageant progressivement dans le reste de mon corps. Un instant, je revois Shiyo à quelques mètres de moi, et j’ai l’impression qu’il me suffit de descendre la falaise pour la rejoindre… Elle est presque à portée de main… »
Commenter  J’apprécie          20
- L'impatience est un sentiment qui habite l'amoureux. C'est quelque chose qu'il expérimente chaque fois qu'il est séparé de l'être aimé. Il se languit du moment où il pourra à nouveau être en sa présence, sentir sa chaleur, entendre sa voix, être capable de le toucher. [...] Il attend un signe de l'être aimé, quel qu'il soit. Un message, un coup de fil, n'importe quelle preuve que celui-ci pense à lui et continue à le désirer. [...].
[...]
- Cette attente pousse l'amoureux à s'enliser dans une certaine passivité. Celle-ci le vide de ses aspirations, de ses envies, et parfois même de ses projets. Certaines fois, l'amoureux peut se retrouver à ne faire que ça : attendre. [...]
«L'angoisse d'attente, dans sa pureté, veut que je sois assis dans un fauteuil à portée de téléphone, sans rien faire. »
Commenter  J’apprécie          00
« Rêver ». Oui et non, Shiyo. Tu as effectivement rêvé, mais j'étais bien là, avec toi. Nous avons construit ensemble un espace plus vrai que nature, dans lequel nous nous sommes aimés. Nous avons appris ensemble ce qu'était l'amour. Nous avons expérimenté l'attachement, la complicité, la crainte de l'abandon, la séparation. Nous avons tellement partagé tous les deux, sur cette île imaginaire.
Mais ce n'est que le début. Car, maintenant que je t'ai retrouvée, je ne partirai plus. Je ne laisserai rien ni personne gâcher cette belle aventure que peut être l'amour lorsqu'il lie deux âmes qui se comprennent et s'acceptent sans jugement.
Commenter  J’apprécie          00
Mener cette guerre contre le système de Vopesta, c'est comme se promener avec un paratonnerre dans les bras le jour où le ciel se déchaîne. On sait qu'on va prendre la foudre, il ne reste plus qu'à savoir quand.
Commenter  J’apprécie          10
Oui, l'amour peut prendre mille et une formes, et c'est précisément cette grande diversité qui rend cette émotion si inintelligible
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : dystopieVoir plus
Les plus populaires : Roman d'amour Voir plus


Lecteurs (136) Voir plus



Quiz Voir plus

PhonePlay

Quel age à Alyssa ?

18 ans
21 ans
17 ans

18 questions
73 lecteurs ont répondu
Thème : PhonePlay de Morgane BicailCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..