AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Carole Delporte (Traducteur)Jean-Louis Dessalles (Préfacier, etc.)
EAN : 9782100543076
320 pages
Dunod (06/10/2010)
4.5/5   5 notes
Résumé :
Cet ouvrage s’adresse à un large public. Alliant critique vigoureuse des vieilles idées et théories fougueuses mais sérieuses, il s’attache à déterminer les conditions d’apparition du langage chez les hominidés et s’appuie pour cela sur une approche de l’évolution biologique relativement récente, la théorie de construction de niches. Partant d’une niche probable occupée par les hominidés, l’exploitation des charognes de gros mammifères, il tire la nécessité de l’app... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Apoapo
  27 août 2020
La question de l'origine du langage, avec son lot d'implications anthropocentriques (la communication et/ou le langage sont-ils une spécificité humaine?), de renvois à l'oiseuse opposition entre biologie évolutionniste (nature) et culture (la fonction du langage est-elle plutôt génétique ou culturelle?), voire son corollaire sur la primauté de l'oeuf ou de la poule – l'intelligence humaine a-t-elle permis la parution du langage ou celui-ci le développement de celle-là ? – a été un dilemme apparemment si insoluble dans le monde scientifique durant des siècles, que la Société de linguistique de Paris, en 1866, avait stipulé l'interdiction de toute communication sur ce sujet : art. 2 de son statut, fin de non recevoir !
Depuis, il y a eu la contribution cruciale mais ambivalente puis carrément ambiguë de Noam Chomsky. Et voilà qu'en 2009 Derek Bickerton, linguiste spécialiste des pidgins depuis sa chaire de Hawaï, avec une hardiesse primesautière que seules permettent la condition d'octogénaire, une « forma mentis » radicalement interdisciplinaire et l'application d'une théorie biologique récente, vient y apporter une réponse paradigmatique, sinon définitive dans tous ses aspects. La linguistique, mais aussi la génétique néo-darwinienne sous forme de la thèse de « la construction de la niche écologique », l'éthologie comparée, la paléontologie et la paléoanthropologie sont convoquées dans un sommet de vulgarisation scientifique dont la démonstration est construite avec la solidité d'un monument plus pérenne que l'airain et dont la prose est aussi légère et lisible qu'un roman... en mêlant les réfutations serrées des thèses compliquées des collègues aux envolées les plus imagées (pour ne pas dire imaginaires) sur les motivations et les prouesses communicatives de l'ancêtre hominidé, charognard opportuniste et pugnace, qui s'efforça de recruter le plus grand attroupement possible de congénères afin de rivaliser avec succès avec des meutes de hyènes dans le dépècement d'une grosse aubaine carnassière, invisible car située à quelque distance...
Pour prouver la validité de sa théorie, le linguiste se pose d'emblée un certain nombre de défis : de pouvoir imaginer les débuts du langage avec un lexique de pas plus de dix signes, alignés sans structure syntaxique ; de pouvoir expliquer en quoi consiste l'unicité du langage humain et la raison pour laquelle les autres espèces ne communiquent pas comme nous ; de pouvoir justifier la crédibilité du système langagier (alors qu'il est avéré que les primates sont déjà en capacité d'utiliser le mensonge et le bluff) ; de pouvoir démontrer les avancées évolutives du langage en termes de bénéfices au moins autant aux locuteurs qu'aux auditeurs (bénéficiaires de l'information partagée) – sans quoi le mécanisme de la sélection naturelle eût été inopérant.
Il serait difficile et fastidieux de tenter de reconstituer en synthèse cette démonstration, et par ailleurs, n'étant un spécialiste en aucune des disciplines mentionnées, je ne saurais dire quels sont les progrès les plus originaux, les points les plus controversés, les éventuelles faiblesses bibliographiques de l'argumentaire qui semble d'une clarté absolument évidente donc convaincante. Je vais donc simplement évoquer les points sur lesquels il m'a paru que l'auteur s'est attardé le plus ou est revenu à plusieurs reprises.
La communication animale est un phénomène extrêmement répandu, selon l'optimum évolutif local de chaque espèce à l'intérieur de la niche écologique qui lui est propre. Cependant, le langage se différencie fondamentalement de tout les autres systèmes de communication animale, pour sa capacité d'abstraction, à savoir d'utiliser des concepts – ni de simples signes ni des catégories – qui transcendent les données sensibles présentes de l'individu émetteur du message.
L'évolution ne procède pas graduellement, mais par sauts et accumulations « autocatalytiques » qui mobilisent à la fois le génome et l'expérience de l'individu, dans une diversification exponentielle qui constitue un processus déclenché par une modification de la niche écologique : par conséquent, la mutation des espèces mais aussi l'origine du langage se justifient par l'adaptation de Homo à l'intérieur d'une niche écologique originale lui étant propre et ayant ses nécessités évolutives spécifiques. le langage s'est développé dès lors que Homo en a eu besoin pour des raisons de recrutement de congénères liées à un changement de son régime alimentaire.
L'apparition du langage n'a pas été une conséquence d'un supposé développement cérébral préalable, mais au contraire l'abstraction a modifié la manière de penser, en reconfigurant le cerveau de façon à favoriser l'abstraction et la hiérarchisation ; ensuite, progressivement, les mécanismes de la grammaire transformationnelle se sont installés au fur et à mesure d'une lente évolution successive, à l'instar de la lente évolution des outils de pierre. Par conséquent, il est opportun de distinguer entre le protolangage, qui ressemble aux pidgins, et le langage qui possède une structure grammaticale, de même que les pidgins se transforment en créoles.
L'évolution du langage – et de la capacité réflexive et cognitive – fonctionne de manière analogue à celle de la construction de la niche écologique : il faut cesser de chercher des ressemblances avec les systèmes de communication des primates, bien qu'ils soient génétiquement les plus proches de nous, et envisager que le langage nous a portés à une évolution démographique, productiviste (domestication d'autres espèces), sociale (rigidité des rôles), voire politique (contrôle social) proche de celle des fourmis. Sur ce cri d'alarme liberticide digne de la science-fiction animalière se clôt l'essai :
« Pourquoi, d'après vous, quand un groupe de chasseurs-cueilleurs se retrouve piégé dans le vortex de la "civilisation", tant de ses membres semblent subir une sorte de mort spirituelle, et nombre d'entre eux versent dans la drogue, l'alcool, la violence irrationnelle ou le suicide de désespoir ? Réfléchissez-y.
Et réfléchissez à ceci : depuis dix mille ans, depuis la naissance des villes et des gouvernements, nous avons écarté les membres les plus indépendants et les plus individualistes de notre espèce. Rebelles, révolutionnaires, hérétiques, criminels, martyrs – tous ceux qui s'opposaient aux normes de la société – ont été systématiquement emprisonnés, exilés, assassinés ou exécutés […] Comme la grande majorité mourait jeune ou passait ses années de procréation dans des prisons unisexes, leur contribution au patrimoine génétique humain a été négligeable. Mais les passifs, les complaisants, les loyaux, les obéissants... ont proliféré comme le haricot magique, propageant leurs graines à tout vent. Cela n'a-t-il réellement aucun effet sur la nature humaine ? » (p. 270)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
folea
  31 août 2017
Bickerton ose s'attaquer à une question taboue : quelle est l'origine du langage humain ?
Son scénario n'est peut-être pas le bon mais l'enquête est sérieuse. de plus, la plume est alerte, claire. L'ensemble est passionnant.
Un ouvrage scientifique et un page-turner...
Commenter  J’apprécie          10
BibliothequeBSI
  20 juillet 2011
Quelle est l'origine du langage ? Fait-il partie de l'évolution biologique due à la sélection naturelle ? L'homme a t-il parlé avant de penser ? Découvrez une nouvelle théorie passionnante qui explique les premières formes de communication chez notre ancêtre l'Homo erectus avec le dernier ouvrage du linguiste réputé Derek Bickerton, paru chez Dunod.

Lien : http://www.universcience.tv/..
Commenter  J’apprécie          10
Omosalah
  04 juin 2014
Babelio.com
Lien : HTTP://babelio.com
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
ApoapoApoapo   27 août 2020
2. « […] le langage, comme la construction de niche, est un processus autocatalytique. Une fois initié, il s'alimente de lui-même. Il crée et répond à ses propres exigences. Plus vous progressez, plus vous pouvez progresser, et plus vous devez progresser. […] Le degré de flexibilité inhérent à l'expression des gènes – qui n'est pas illimité, mais nullement négligeable – interagit avec les expériences des membres d'une espèce pour générer de nouveaux comportements ciblés. C'est ainsi que fonctionne l'évolution.
Il est probable que le protolangage ait ultérieurement acquis ce que beaucoup appelleraient la syntaxe, mais qui en réalité ne l'est pas. La simple prédication – dire quelque chose, puis ajouter un élément à son propos – confère un ordre séquentiel fixe aux paroles. Dans de nombreux, voire dans la plupart des cas, les phrases vont du connu à l'inconnu – elles vous donnent une catégorie ou un nom que vous connaissez, puis vous apportent une nouvelle information à son sujet. […]
C'est une chose que l'on peut réaliser avec la technique de l'enfilade de perles. Pour passer au niveau suivant [la Fusion, en termes de la grammaire générative transformationnelle de Chomsky], il faut assembler les pièces du puzzle différemment. » (pp. 251-252)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ApoapoApoapo   27 août 2020
1. « […] voyons ce qui se produit quand vous concevez une pensée des plus simples, telle que, disons. "Les roses sont rouges".
- Pensez à rose.
- Pensez à rouge.
- Connectez les deux.
Vous créez, ou non, l'image visuelle d'une rose rouge. Si tel est le cas, vous direz "Je pense en images". Sinon : "Je pense en mots". Dans les deux cas, comme le Soleil qui traverse le ciel, cela ne se produit pas dans la réalité. Il n'y a pas d'images dans le cerveau. Pas de mots non plus. Seulement des neurones, leurs connexions, ainsi que différentes vitesses et puissances d'impulsions électrochimiques. Celles-ci induisent une signification subjective des mots et des images. La métamorphose peut paraître magique, mais ce n'est pas plus magique que les "changements de couleurs" des montagnes au coucher du soleil, eux aussi produits par votre cerveau. » (pp. 212-213)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Video de Derek Bickerton (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Derek Bickerton
DVD sent by Prof. Derek Bickerton for the International Hearing into the Harm Done by the Suppression of the Mother Tongue in Schools, organized by Ledikasyon Pu Travayer in October 2009.
autres livres classés : paléontologieVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura




Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
357 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre