AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2226316213
Éditeur : Albin Michel (18/02/2015)

Note moyenne : 4.07/5 (sur 21 notes)
Résumé :
Lors des événements tragiques du début de l'année, Abdennour Bidar a été extrêmement présent sur toutes les chaînes de télévision, les radios, la presse écrite. La clarté de ses analyses a impressionné, aucun musulman n'a parlé comme lui. Par la suite, la Lettre au monde musulman qu'il avait d'abord publiée dans Marianne a été lue par deux millions d'internautes (sites de Marianne, Huffington Post, Mediapart...). Dans un texte court "d'intervention", mêlant l'analys... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
araucaria
  28 juillet 2015
Je ne suis hélas pas vraiment convaincue par cet essai d'Abdennour Bidar qui au demeurant était plutôt prometteur. Mais c'est un projet à mon avis beaucoup trop utopique, et révolutionnaire. le temps de la fraternité, telle qu'il la souhaite, ne me semble pas encore proche. Il faut que les mentalités s'éveillent, et cela ne me paraît pas à l'ordre du jour. J'attendais beaucoup de cette lecture, après avoir assisté à une conférence de l'auteur. Si je suis tombée sous le charme du conférencier, je reste plus tiède et mitigée vis à vis de l'écrivain. Son plaidoyer pour la fraternité est un voeu pieux, le travail à accomplir est énorme pour que notre société devienne fraternelle... Un peu déçue donc par ce texte, mais j'y relève de bonnes idées cependant.
Commenter  J’apprécie          280
JeanPierreV
  14 octobre 2019
Deux communautés principales, l'une musulmane et l'autre non musulmane s'ignorent superbement, échangent peu et se regardent même souvent en chiens de faïence surtout depuis les attentats de janvier 2015 à Paris, surtout quand "des événements" agitent les banlieues.
La défiance est réciproque et peut dégénérer très facilement. Pourtant, le mot fraternité fonde avec ceux de "liberté et d'égalité, la devise république de la France...une devise qui définit ce que devrait être le vivre ensemble...
"Vivre ensemble"...on en est bien loin..les deux communautés vivent côte à côte et osent bien peu les rapprochements.
On en est bien loin, les mentalités doivent évoluer, d'un coté comme de l'autre, et Abdennour Bidar n'hésite pas à solliciter une ouverture des esprits musulmans : "Les musulmans de France sont convoqués dès lors par une responsabilité urgente qu'ils ont tout intérêt à comprendre très vite et à assumer sans tarder, s'ils ne veulent pas augmenter vis-à-vis d'eux une méfiance et un rejet déjà très inquiétants." ...
Cette fraternité, chère à notre devise républicaine est trop souvent oubliée, laissée de côté au profit d'individualismes, de racismes avoués ou latents, et pourtant, .....nous restons aux yeux des nations de la terre le peuple de la Révolution qui a donné à la fraternité des êtres humains son acte de naissance historique en les déclarant «libres et égaux en droits.
L'entre-soi, devient une règle de vie, un comportement généralisé, donnant l'impression de "communautés distinctes "de Noirs, de "Beurs" et de Blancs, de pauvres et de riches, de juifs et de musulmans"
La situation peut devenir explosive. Les mots de l'auteur sont violents, il n'hésite pas à interpeller le lecteur en évoquant l'éventualité de guerre civile. Il en fallait du courage pour écrire ce texte à la suite des attentats, il en faut aussi pour interroger jeter une pierre dans le jardin de l'islam qui doit se "débarrasser de ses anachronismes et de ses rhumatismes".
Dommage cependant, qu'il n'interpelle pas également les autres religions du livre, juive et catholique, leur intransigeance, le manque d'ouverture d'esprit, d'ouverture aux autres de certains de leurs fidèles...
Fraternité devenue orpheline selon l'incipit de l'ouvrage emprunté à Régis Debray, fraternité qui pourrait être abordée dès l'école dont le "rôle est de transmettre aux enfants la conscience la plus claire possible que toutes les civilisations, toutes les religions et toutes les morales du monde se rencontrent sur le commandement de fraternité".
Fraternité, oubliée au profit d'individualismes, du chacun pour soi, d'égoïsmes. Fraternité, devenue un mot gentillet, un idéalisme presque désuet, un peu "bisounours". Un mot et une vertu qui, cependant, doivent être retrouvés, réappris, mis en application.
Le risque est important selon l'auteur : "Ce n'est donc pas le réchauffement climatique qui nous menace le plus à court terme mais notre enfoncement toujours plus loin dans l'ère glaciaire des rapports humains."
Dans les dernières pages, Abdennour Bidar soumet à notre réflexion 10 propositions prenant soin de l'autre, mais ne privant personne, sur lesquelles chacun devrait se pencher, depuis le citoyen lambda que nous sommes, jusqu'aux politiques...
Il serait bon que ce texte, soit lu, analysé et commenté par le plus grand nombre...
Qu'est-ce que nous coûte ?
6 € pour cette lecture, 6 € pour s'interroger
Juste la tentation de vivre mieux et en paix, diront d'autres, dont je suis... "nul besoin de se ressembler pour se rassembler" nous dit Abdennour Bidar
Lien : https://mesbelleslectures.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
corinnelef
  03 août 2015
Un vrai coup de coeur pour cet essai tonique et vivifiant qui prône une fraternité universelle dans sa dimension personnelle et aussi politique et sociétale. Une pensée précise et juste de la fraternité qui donne à réfléchir et à ouvrir son coeur et son esprit un peu plus chaque jour. Une idée de la fraternité qui se concrétise par 10 intéressantes propositions d'évolution de notre société.
Commenter  J’apprécie          70
Marnia
  21 avril 2017
Ce livre court et succinct, pose le postulat qu'il faut repenser la vie partagée de la société française.
Liberté, égalité oui, mais sans la fraternité ces principes ne sont rien qu'une juxtaposition sans lien. L'auteur explique ainsi que l'unicité d'une nation ne veut pas dire similitude identitaire mais bien l'unicité dans la différence, que ce soit culturelle, religieuse ou autres. Un livre synthétique qui rappelle des évidences parfois perdues de vue quant on entend des discours exclusifs. Ce livre rappelle également la nécessité de s'unir et de ne pas exclure les musulmans, et à ces derniers de prendre une vraie position et cesser de minimiser la crise induite par la manipulation de cette religion. Un livre simple et évident, par contre les propositions, ont le mérite d'être énoncées mais, sont un peu bancales
Commenter  J’apprécie          00
Gribouille_idf
  24 avril 2015
Je n’ai pas souvent partagé les points de vue de cet auteur, mais dans cet opuscule, il serait injuste de ne pas le rejoindre et de ne pas souscrire à ce plaidoyer pour la fraternité. Un rappel qui devrait également profiter à nos chantres de la République. Je reste, toutefois, réservé sur certaines idées et conceptions défendues par ce philosophe dans cet ouvrage.
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (1)
LaLibreBelgique   10 mars 2015
Abdennour Bidar passe en France désormais, depuis la disparition d’Abdelwahab Meddeb l’an dernier, pour l’un des meilleurs "passeurs d’islam". Il livre un vivifiant "Plaidoyer pour la fraternité".
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
araucariaaraucaria   27 juillet 2015
On a beaucoup dit que les évènements tragiques de ce début d'année devaient nous "ouvrir les yeux" sur les problèmes de notre pays. Les yeux de nos politiques se sont-ils ouverts? On me dit que nous avons entendu "de grands discours républicains". Soit. Mais lequel de nos hommes politiques de droite et de gauche a osé la fraternité? Non pas comme ça, en passant, au milieu d'une litanie de valeurs, mais en la plaçant au coeur de ce qu'il faut restaurer ici et maintenant?
Y en a-t-il un qui a dit que le temps de la fraternité était venu? Non, aucun. Une fois de plus, mais là c'était une fois de trop. Car pour la fraternité, c'est maintenant ou ce ne sera peut-être jamais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
AuroraeLibriAuroraeLibri   13 juin 2016
Je suis croyant. Mais je ne crois pas plus ni moins en un Dieu qui serait celui des musulmans que celui des juifs, des chrétiens ou des hindous. Je crois que tous les chemins mènent à l'homme -c'est-à-dire au divin en l'homme, en tout être humain, et là on n'est pas loin de la fraternité.
Je crois en philosophe et en mystique, c'est-à-dire en étant critique à l'égard de la religion au nom d'une expérience extérieure. Une expérience spirituelle à la profondeur de laquelle la religion conduit rarement, et dont trop souvent elle prétend pourtant détenir le monopole d'accès. Je n'ai rien contre l'athéisme parce que j'ai rencontré souvent des athées plus mystiques que bien des croyants. Mes amis sont des croyants et des incroyants qui croient tous en la fraternité, et qui sont très pratiquants : même si, comme à moi, il leur arrive d'en manquer, ils mettent le plus possible en oeuvre leur fraternité dans leur vie, leurs engagements. La vie spirituelle n'est pas toujours -pas souvent- là où l'on croit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
araucariaaraucaria   13 juin 2015
J'ai commencé à écrire ce Plaidoyer le lundi 12 janvier 2015. Dans un état de très grande émotion intérieure. En essayant de réfléchir un peu à ce qui venait de nous arriver. De terribles attentats venaient de blesser la France au plus profond d'elle-même et, comme vous sans doute, j'ai été d'abord sidéré, bouleversé, meurtri, et choqué pendant plusieurs jours. Puis, immédiatement après ces assassinats, sans véritable élaboration d'une réaction mûrement concertée, il y a eu ce formidable élan de mobilisation du dimanche 11 janvier. Des marches historiques partout en France, des foules - non, pas des foules mais nous tous ensemble, chacun de tout coeur parmi les autres! Unis, et jamais aussi nombreux dehors depuis la Libération.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
araucariaaraucaria   28 juillet 2015
Nous devons décider une bonne fois pour toutes de faire de la France le pays de la fraternité pour que le monde musulman et l'Occident trouvent ici, chez nous, le lieu idéal, le modèle d'harmonie dont ils ont besoin et qui nous fera sortir du choc des civilisations. Il faut remplacer la guerre des sacrés contradictoires par la paix du sacré partagé.
Commenter  J’apprécie          201
araucariaaraucaria   28 juillet 2015
Il faut que les musulmans fassent le ménage - pas par la violence mais par l'éducation, le débat interne - de tous les stéréotypes du "bon musulman" et de la "bonne musulmane" : faire ses cinq prières, ne pas manger de porc, "vivre halal", etc. Et qu'ils se débarrassent aussi de tout ce qui est archaïque : la dissimulation complète du corps pour les femmes, y compris les petites filles, le refus de la mixité, l'école musulmane pour se couper des "infidèles", la conviction que l'islam est la meilleure des religions, l'interdiction de remettre en cause le caractère de "vérité absolue" du Coran, le dogme d'une "doctrine unique" qui doit rester vraie et appliquée sans tenir aucun compte des changements de temps et de lieu, etc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Abdennour Bidar (41) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Abdennour Bidar
Remise du Prix Livre et Droits de l'Homme à Abdennour Bidar
autres livres classés : fraternitéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1178 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre