AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782020090988
Seuil (01/01/1986)
4.49/5   45 notes
Résumé :
Né en 1880, Andréi Biély fut avec Alexandre Blok un des chefs de file de la seconde génération symboliste en Russie.
Mais son art de la métaphore, son écriture novatrice font surtout de lui un des maîtres du futurisme russe et de la " prose ornementale " des années vingt en URSS. En 1902, ce fils d'un célèbre mathématicien, lui-même étudiant en sciences naturelles, scandalise le public en publiant une insolite Symphonie dramatique. Comme Blok, il exprime dans... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
bobfutur
  17 février 2022
Devant un tel livre, le lecteur que je suis ne peut que se recroqueviller, se faire tout petit, et user de ses faibles attributs pour engager le reste des lecteurs à mettre tous les moyens nécessaires en oeuvre afin de se le procurer.
L'édition que j'ai eu la chance d'arpenter (Age d'Homme - février 2000) contient une excellente préface, évoquant juste ce qu'il faut pour entrer dans la danse, c'est-à-dire exposant le travail d'éditeur nécessaire à cette version, ainsi qu'une longue postface, étude thématique et critique de cet éblouissant chef-d'oeuvre du 20ème siècle, au niveau du « Maitre et Marguerite » de Boulgakov.
La traduction semble taillée pour durer, inutile d'en attendre une nouvelle (coucou André).
N'y voyez pas là une forme de fainéantise de ne pas s'étendre davantage sur l'infinité de qualités de ce roman, il y aurait beaucoup trop à dire… Georges Nivat a besoin de 46 pages, de 43 lignes chacune, pour en esquisser une analyse, mais sans vraiment donner le sentiment d'exhaustivité.
On pourra toujours lire l'excellente critique de 5Arabella pour en apprendre un peu plus, pendant que je regarde mes six livres « pour une île déserte » d'une autre manière… (même si je ne compte pas modifier cette liste, chaque livre représentant pour moi un jalon dans ma vie de jeune lecteur).
Et pour les moins téméraires, j'insisterai sur l'abordabilité de ce texte, à mille lieues des Joyce ou Musil au niveau de « l'engagement » demandé, mais que l'on évoque ici et là pour en situer le « niveau »…
Des étoiles comme s'il en pleuvait… Que certains de mes chers amis en gardent un peu pour ce genre de livres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          8626
Creisifiction
  14 septembre 2022
Dans une postface à l'édition française de PETERSBOURG ( L'Âge d'Homme - 1967), le critique Georges Nivat définissait parfaitement le sentiment que le lecteur peut avoir en refermant le roman stupéfiant d'Andréi Biély : celui de quelqu'un qui «se dégage avec peine d'un prodigieux univers cérébral où quelque force maligne aurait voulu l'engluer»!
Faux-feuilleton diaboliquement orchestré, conçu et construit tout en tension de forces – comme le serait, en peinture, un tableau cubiste - , si bien que le fond figuratif de la narration semble s'éclipser assez souvent pour céder la place à des développements en lignes de fuite (à l'instar de la célèbre «perspective Nevski», l'un des motifs récurrents et obsédants du roman..), à des descriptions de l'environnement ou de la nature aux teintes surprenantes (des brouillards et des nez verdâtres...), ou encore à d'étranges figures géométriques, PETERSBOURG, il est vrai, pourrait provoquer chez le lecteur inaverti un véritable électrochoc esthétique et, le cas échéant, le rebuter, à l'instar de certaines expositions cubo-futuristes ou constructivistes de l'école russe du début du XXe siècle :
«C'étaient toujours les mêmes maisons qui s'élevaient, toujours les mêmes flots humains qui s'écoulaient, les mêmes flots gris, toujours les mêmes brouillards jaune, jaune sale, verdâtres. Des visages soucieux se hâtaient. Les trottoirs chuchotaient, bruissaient, dominés par la meute des géants de pierre, les édifices. À leur rencontre accouraient les avenues. Et la surface sphérique de la planète semblait enserrée, comme des anneaux serpentins, par les cubes noirâtres des maisons. Et le réseau des avenues parallèles, se coupant et se recoupant, multipliant surfaces et cubes, s'élargissait en mondes innombrables : un carré par habitant. »
L'action du roman, qui se déroule en une unité temporelle en apparence très resserrée (comme dans tout bon feuilleton digne de ce nom!), créera par moments également chez le lecteur une sensation de distorsion, comme si le temps avait été subitement redimensionné, étendu ou démultiplié, comme si là aussi, en définitive - ainsi que le soupçonne l'un de ses personnages-, «le réel [n'était] fait que de reflets mouvants».
Le récit s'ouvre pourtant sur le réveil, un matin, du vieux sénateur Apollon Apollonovitch, et se termine au bout d'une longue nuit convulsive (du même jour..?). Inaugurée par un bal masqué endiablé, la soirée se poursuivra pour ses protagonistes en une déambulation interminable à travers la ville de Pétersbourg, devenue miroir vivant de leurs obsessions, de leurs délires et de leurs embardées erratiques, jusqu'à ce que le point du jour vienne enfin faire tomber leurs masques. Nuit fatidique de septembre 1905, nuit de folie, de fureur et parfois de sang, vingt-quatre heures qui seront déterminantes en tout cas pour l'avenir du sénateur Apollon Appollonovitch, et de son pathétique «fiston», Nicolas Appollonovitch, jeune étudiant féru de philosophie kantienne, personnage dostoïevskien dans l'âme, à la fois «dépossédé» de lui-même, de ses origines, et «possédé par des forces occultes», emblématique par ailleurs des arrachements exaltés d'une composante progressiste et éclairée de la société aristocratique russe de l'époque qui conduiront, hélas, certains de ses meilleurs représentants à un implacable nihilisme.
Mais quelle serait en fin de compte l'origine de cette « force maligne» incontrôlable qui dans le roman semble s'emparer de la ville de Pétersbourg et de ses habitants? Avant d'investir à son tour Moscou, Woland aurait-il fait un passage surprise, incognito, dans la capitale impériale de Pierre le Grand, caché à la vue de tous, quelque part au long de la perspective Nevski?
Cette nuit fatidique de septembre, il ne faut pas l'oublier non plus, se déroule dans un contexte historique véritablement bouillonnant, celui de la première révolution russe de 1905. Biély l'aura située chronologiquement entre l'immense traumatisme laissé par le «Dimanche Rouge» (9 janvier 1905) au cours duquel les troupes impériales avaient tiré sur la foule qui marchait vers le Palais d'Hiver, et les grandes manifestations et grèves générales ayant progressivement embrasé l'Empire russe tout au long de l'année, jusqu'à la signature par le tsar du Manifeste d'Octobre 1905, un mois donc après cette nuit infernale.
L'agitation politique et les événements dramatiques de la révolution de 1905 ne seront cependant évoqués qu'indirectement, en filigrane, lointaine toile de fond dans PETERSBOURG. Ce qui intéresse Biély c'est, semble-t-il, plutôt de chercher à rattacher le domaine de l'intime, de la subjectivité et de l'inconscient de ses personnages, à la sphère du public et aux catastrophes qui s'y préfiguraient, de relier les manifestations de l'infra-personnel, de leurs «jeux cérébraux» et de leur folie, aux soubresauts de tout le peuple russe et à l'aliénation de ses classes dirigeantes, de faire passer, pour ainsi dire, en génie visionnaire, le matérialisme dialectique et le réalisme socialiste monolithiques qui allaient s'emparer de la littérature soviétique quelques années plus tard, par le minuscule chas de cauchemars irréductibles, singuliers, individuels:
"À cette époque il avait été amené à développer la théorie paradoxale d'une inévitable destruction de la culture. La période de l'humanisme attardé était terminée. L'histoire n'était plus qu'un roc effrité. C'était le début d'une époque de saine barbarie qui montait du fond populaire, qui déferlait aussi des hautes couches de la société (...) À cette époque, Doudkine avait prêché qu'il fallait brûler les bibliothèques, les universités, les musées; il avait salué la mission mongole (par la suite il avait eu peur des Mongols!)."
Toujours dans sa brillante postface au livre, Georges Nivat cite à ce propos une phrase très éloquente, extraite de la correspondance d'Andréi Biély au moment de la rédaction de PETERSBOURG (1911). L'auteur, hanté lui-même sa vie durant par des accès de folie plus ou moins importants, qu'il réussira malgré tout à dépasser à chaque fois, en grand partie selon ses propres mots, grâce à l'exercice de la littérature, écrivait ainsi à Alexandre Blok : «J'ai trouvé un réconfort dans la constatation que mon destin personnel, inhumain et abject entre 1906 et 1908, est le reflet d'une hallucination projetée sur toute la Russie».
Pour reprendre enfin une image géométrique (qui aurait certainement plu à l'auteur…), j'espère avoir réussi à vous faire ressentir qu'on ne doit surtout pas s'attendre ici à une lecture au déroulement «rectiligne»… le livre plutôt à l'enroulement spiralé de Biély est à Pétersbourg ce que le plus célèbre roman de Boulgakov serait à Moscou une vingtaine d'années après. Tout au long de ma lecture de PETERSBOURG, même si les deux livres sont au fond très divers, et que ma lecture du roman de Boulgakov commence à dater (je devrais d'ailleurs incessamment songer sous peu à le relire!!!), je n'aurai pas cessé de penser à l'immense LE MAITRE ET MARGUERITE. Voilà deux chefs-d'oeuvre, me dis-je, complètement personnels et inclassables, situés de mon point de vue bien au-delà de ce qu'une certaine critique littéraire a pris l'habitude d'appeler «prose ornementale russe»- apolitique et/ou allégorique – ce qui en l'occurrence me paraît largement insuffisant à circonscrire la portée et l'originalité de ces deux grands romans.
"Jeux cérébraux" risqués, du côté des personnages mais aussi de l'auteur qui avoue par exemple au lecteur interloqué, en avoir oublié certains en cours de route, ou bien être dans l'incapacité totale de décrire une pièce où l'un d'eux aime s'isoler… ; atmosphères inquiétantes mêlant savamment réalité et éléments oniriques, toujours à la limite du fantastique mais sans néanmoins s'y abandonner complètement ; roman galvanique, forgé dans une langue tendue et virtuose, convoquant à tour du rôle le poétique et le grotesque au travers d'images parfois aussi incongrues à première vue qu'expressives et drôlement précises en fin de compte (telles par exemple, celle de lèvres qui tressaillent comme «des pattes de grenouilles disséquées, lorsqu'elles touchent des fils électriques» ; ou bien cette pluie «impatiente de jacasser et zézayer, faisant frisotter de petites bulles froides sur les flaques glougloutantes», ou encore l'entaille provoquée par un coup de poignard dans le dos d'un personnage «s'ouvrant telle la peau lisse du porcelet en gelée servi avec du raifort» (!) - pour n'en citer que quelques occurrences...) - font de PETERSBOURG une expérience de lecture unique, envoûtante et absolument renversante, que je ne conseillerais toutefois, à l'instar de Nivat, qu'aux vrais amateurs d'univers cérébraux, prêts à s'y laisser engluer... Un pur régal!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          336
5Arabella
  27 juillet 2016
Au centre du récit deux hommes, un père et son fils. Apollon Apollonovitch Abléoukhov, homme d'état occupant les plus hautes fonctions (non précisées) et Nicolas Apollonovitch, étudiant en philosophie. Ce dernier a eu l'occasion de rencontrer des révolutionnaires (nous sommes en 1905) et a fait une promesse inconsidérée. Il sort en plus d'une histoire d'amour malheureuse qui le pousse à des actes inconsidérés, comme le fait de se balader déguisé, intriguant et faisant peur en ville. Les mouchards et doubles agents rôdent, rendant l'atmosphère encore plus trouble et malsaine...
Difficile de parler de ce livre tout à fait étonnant, qui a été un vrai choc pour moi. La présentation de l'éditeur évoque Joyce, moi spontanément j'ai plutôt eu Musil en tête à la lecture, mais tout cela est bien dérisoire, car Biély a son style et son univers propres, qui ne sauraient être réduits à ceux d'un autre, aussi génial soit il.
Comment définir ce style et cette écriture ? Même s'il y a un récit, une histoire qui avance vers un dénouement, le plus important est l'écriture, et une vision onirique et par moment complètement démente de la réalité. Pas seulement parce que l'un des personnages est incontestablement fou et que l'auteur plonge complètement au coeur de cette folie.
Tous les personnages sont atteints à un moment donné ou un autre d'une rupture avec le réel, leur vécu et leurs fantasmes, angoisses prennent le pas sur le monde rationnel, et le moindre petit événement peut déraper dans le sur-réel.
Par exemple, Nicolas qui a égaré une bombe programmée, l'entend à l'intérieur de son corps. Plongée dans l'inconscient, dans les désirs inassouvis et peurs irrationnelles qui remontent à très loin. Mais en même temps, la rupture n'est pas totale, et le réel revient à un moment donné se venger en quelque sorte, et dans le déroulement du récit, l'auteur garde un pied dans le rationnel, on peut parfaitement faire un résumé factuel de ce qui se passe, ce ne sont pas les faits eux-mêmes qui sont irréels ou déments, mais plutôt la façon dont certains personnages les vivent à un moment donné. du coup, cela crée, à mon avis, un vrai sentiment d'angoisse, puisque ce basculement dans un vécu délirant est finalement possible pour tout le monde dans certaines circonstances.
Un livre dérangeant et troublant, à l'écriture vertigineuse. Néanmoins j'avoue que j'ai été mal à l'aise dans certains passages, l'auteur évoque le basculement dans la folie d'une façon tellement réussie, que j'ai été carrément angoissée par cet univers. Une lecture qui demande une grande disponibilité, et dans laquelle il faut être prêt à abandonner ses repères ; à ses risques et périls.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
lehibook
  24 janvier 2021
Le père ,haut fonctionnaire d'une administration momifiée , le fils étudiant , amoureux transi , fomentant son assassinat avec de mystérieux révolutionnaires . Leur relation d'amour-haine . Et surtout Pétersbourg en 1905 ,personnage central , ses palais glacés de brouillards , aux statues qui s'animent quand se lève la lune , ses bas-quartiers crasseux où grouillent les haines et les cafards , la Néva ,ses ponts hantés de masques à la Ensor , où déferlent les manifestations. Biely unit les tourments individuels , les folies personnelles et le maelström révolutionnaire en gestation dans un récit fiévreux scandé par le tic-tac angoissant de la catastrophe qui vient. On passe du tragique au grotesque , de la description poétique au délire hallucinatoire . Un très grand roman qui par bien des points m'a rappelé « Les démons » de Dostoievski .
Commenter  J’apprécie          120
dcizeron
  11 août 2014
Et Nikolaï Apollonovitch Abléoukov, l'aspirant anar', s'apprête à tuer son père sénateur – il tient d'ailleurs la bombe dans sa chambre, prête, va d'un point à l'autre de Pétersbourg traîner son amour, sa hargne, son ennui, sa culpabilité et les conséquences d'une promesse trop hâtives... Et puis les voix de tout les comploteurs, et la vision halluciné d'une ville juste avant la révolution d'Octobre. Ce roman n'est pas un roman historique au sens où il n'est pas composé de leurs traditionnels grands mouvements, d'un récit événementiel ample mais d'un fourmillement ; c'est plutôt une danse macabre, une Nef des fous qui plus que jamais, moderne, à su sentir et donner le ton de son époque.
Commenter  J’apprécie          101

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
CreisifictionCreisifiction   12 septembre 2022
Vingt-quatre heures ont passé! Ces vingt-quatre heures de notre narration ont enflé et elles ont envahi les espaces de l'âme. Le regard de l'auteur s'est perdu dans ces espaces. Pesants comme du plomb, les jeux cérébraux ont lentement cheminé sur un cercle fermé, laborieusement, inexorablement tracé par nous-même, au cours de ces vingt-quatre heures. La nouvelle du retour d'Anna Pétrovna avait voleté, on ne sait d'où. Nous avions oublié qu'Anna Pétrovna était revenue.
Ah ces vingt quatre-heures! Autrement dit, un jour: c'est un concept tout relatif, où un instant, c'est-à-dire la mesure minimale d'un événement perceptible à l'âme, peut durer aussi bien une heure que rien du tout. Les perceptions de l'âme grandissent ou s'annulent en un instant. Le retour d'Anna Prétovna est un fait, un fait d'importance. Nous auteur, nous avons oublié Anna Prétovna et, comme il arrive toujours, les héros du roman l'ont oubliée autant que nous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          201
CreisifictionCreisifiction   14 septembre 2022
...là-bas, loin, bien loin, par temps clair, on voyait étinceler la flèche dorée de l'Amirauté, les nuages, le rayon pourpre du couchant; là-bas par temps de brume, on ne distinguait plus rien, plus personne.
Or là-bas, ce n'étaient que lignes: la Néva, les Iles. Probalement, en ces temps lointains où se levaient des marais moussus les hautes toitures, les mâts, les flèches des clochers perçant de leur dentelure la moississure verdâtre du brouillard, depuis les mers baltes et allemandes, sur sa voilure d'ombre cingla vers Pétersbourg le Hollandais Volant, afin d'ériger ici le mirage des ses possessions brumeuses et de baptiser îles la vague des nuages qui accouraient, menaçants.
Apollon Apollonovitch n'aimait pas les Iles: la population y est manufacturière, grossière; le grouillant essaim humain s'y écoule chaque matin vers les fabriques hérissées de cheminées; les habitants des Iles entrent pourtant dans les statistiques de l'Empire; même eux sont recensés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142
jay2_3jay2_3   02 janvier 2015
Imaginez qu’on vous attache par le milieu du corps à un câble, que l’on fasse tourner ce câble à une vitesse vertigineuse; vous tournerez en cercles de plus en plus vastes, dessinant une spirale dans l’espace, la tête en bas, de plus en plus vite. Et vous volerez dans les immensités cosmiques, vainqueur des espaces, devenu vous-même espace.
Vous serez emporté par cet ouragan, quand votre corps, comme un lest inutile, sera rejeté.
Imaginez qu’un point de votre corps éprouve le besoin de se distendre démesurément, effroyablement, et d’occuper un diamètre égal à l’arbitre de Saturne.
Imaginez que vous percevez de la sorte non pas un seul point de votre corps mais tous les points de votre corps. Tous ont gonflé; tous se sont dilatés jusqu’à l’état gazeux. Les planètes évoluent librement entre les vides des molécules du corps. La sensation centripète est abolie. Nous sommes alors éparpillés en particules. Et il ne reste plus d’intact que la conscience de nos sensations disloquées.
Que ressentirions-nous alors?
Nous sentirions que nos organes sont séparés les uns des autres par d’effroyables milliards de kilomètres. Mais la conscience unifierait ce scandale criant en un sentiment de désintégration simultanée: dans la colonne vertébrale, nous sentons le bouillonement des masses saturniennes, dans le cerveau pénètrent les étoiles des constellations; au centre du coeur palpitant nous percevons les battements douloureux, incohérents, d’un soleil tellement vaste que les flots de feu déversés par le vrai soleil n’en atteindraient pas la périphérie si jamais le soleil avait pénétré dans ce centre ardent aux battements douloureux et incohérents.
Si nous pouvions nous représenter tout cela, alors surgiraient devant nous les premières étapes de la vie de l’âme, une fois qu’elle a rejeté le corps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
jay2_3jay2_3   02 janvier 2015
Sur le roc retombèrent en tintant les sabots métalliques; le coursier s'ébroua: naseaux qui fument dans le brouillard incandescent. Le profil du Cavalier d'Airain se pencha sur le dos du Cheval. Un éperon sonore griffa le flanc de métal.
Et le coursier s'arracha du roc.
Un martèlement pesant et sonore courut sur le pont qui menait aux îles. Le Cavalier d'Airain passa au galop. Les muscles de ses bras métalliques étaient contractés. Le pavé sonnait sous les sabots. Un hennissement éclata comme un rire: on eût dit le sifflet déchirant d'une locomotive. L'haleine des naseaux noya la rue d'une vapeur blanche et brûlante. Sur son passage, les chevaux, en renâclant, se jetaient de côté et les passant fermaient les yeux.
Défilèrent les avenues, puis un quai de la rive gauche, débarcadères, cheminés de bateaux, amoncellement grisâtre de sacs de chanvre; défilèrent les terrains vagues, les péniches, les palissades, les bâches, les innombrables maisonnettes. Au bord de la mer, aux confins de la ville, brilla la façade d'un estaminet turbulent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
jay2_3jay2_3   02 janvier 2015
SPOILERS

Sa crise aiguë de folie apparaissait sous un jour nouveau. Il avait maintenant conscience d'être vraiment fou. Sa folie était comme le compte rendu que ses organes sensoriels délabrés faisaient à son moi conscient. Chichnarfné n'était qu'un anagramme mental. Ce n'était pas Chichnarfné qui le poursuivait et le persécutait, mais ses propres organes qui pourchassaient son moi. L'alcool et l'insomnie rongeaient sa complexion corporelle. Le corps était lié aux espaces. Et quand le corps avait commencé à se désagréger, les espaces s'étaient fissurés. Dans les fissures, entre les sensations, les bacilles s'étaient infiltrés; et les espaces s'étaient mis à grouiller de spectres...Qui était "Chichnarfné"? C'était l'envers d'un rêve abracadabrant, l'envers d'Enfranchiche; c'était un cauchemar né de la vodka. Ainsi Enfranchiche et Chichnarfné n'étaient que deux étapes dans l'étyhlisme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Andréi Biely (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Andréi Biely
Rencontre en ligne avec Georges Nivat, à l'occasion de la parution, aux Éditions des Syrtes, de Kotik Letaïev, d'Andreï Biely.
Enregistrée le 10 juin 2021 *** Paru en 1917, Kotik Letaïev est une autobiographie poétique, épopée intérieure de l'enfance sur les trois premières années de la vie de son auteur, Andreï Biely. le héros, Kotik (diminutif de Konstantin qui signifie également chaton) Letaïev est un enfant précoce qui, depuis son plus jeune âge est familiarisé avec les trésors de la culture. Un jour, poussé par une nostalgie toujours plus grande, il part vers l'inconnu. le récit, à la première personne, a d'une part le charme naïf d'un discours enfantin au travers duquel se recompose la ville Moscou de la fin du XIXe siècle, et d'autre part l'inquiétant surréalisme d'un parcours initiatique conduisant sa victime par le dédale des mythes. Adepte de la théosophie de Steiner, l'écrivain, alors âgé de 35 ans, se sent revivre sa première naissance. Il couche cette expérience sur papier, avec comme résultat ce récit hors du commun, qui commence dès avant la naissance, dans le ventre de sa mère. *** Georges Nivat est historien des idées et slavisant, traducteur spécialiste du monde russe. Professeur honoraire à l'université de Genève, il a été l'un des traducteurs d'Alexandre Soljenitsyne. *** KOTIK LETAÏEV, d'Andreï Biely Roman traduit du russe par Georges Nivat 416 pages - 20 €
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Littérature russeVoir plus
>Littérature des autres langues>Littératures indo-européennes>Littérature russe (472)
autres livres classés : littérature russeVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus





Quiz Voir plus

La littérature russe

Lequel de ses écrivains est mort lors d'un duel ?

Tolstoï
Pouchkine
Dostoïevski

10 questions
386 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature russeCréer un quiz sur ce livre