AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782844542472
247 pages
Éditeur : Dervy (25/06/2003)
5/5   1 notes
Résumé :
- Jean BIÈS : La sagesse des reflets
- Françoise : BONARDEL La simplicité contemplative de la nature selon Plotin
- Jean CANTEINS : Vision au Canigou : la montagne sacrée
- Maître DÔGEN : Le Sûtra des montagnes et des eaux (présenté par Françoise Bonardel)
- Charles EASTMAN : Le Grand mystère
- Philippe FAURE : Transfigurer le monde : la vision spirituelle de la nature dans le christianisme médiéval
- Charles GUYONVARC'H : L... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
AuroraeLibriAuroraeLibri   10 août 2016
Novalis. Les disciples à Sais
Jean Moncelon

Ce conte décrit très exactement l'itinéraire qu'empruntent les "chercheurs et les poètes" pour pénétrer les arcanes de la Nature, et pour atteindre l'Orient, le Monde de l'âme, -et le cheminement lui-même, certes marqué du sceau de l'initiation singulière de Novalis à la Fidélité d'Amour, reste identique pour tous les initié qui quitteront un jour leur patrie terrestre pour gagner le lieu de leur seconde naissance, leur paradis -leur "Age d'Or", selon l'expression de Novalis. Cet Orient est donc leur vraie patrie, et lorsqu'ils retournent dans le monde terrestre, en "occident", la nostalgie de ce Monde de l'âme, le désir de cet Orient ne les quittent plus. De là que tout, dans la nature, le leur rappelle -ils sont entrés dans une connaissance intime de la Nature- et spécialement le vent (selon Novalis) :

"Le vent est une émotion de l'air, écrit-il, (...) mais n'est-il pas, pour le coeur solitaire et gonflé de désir infini, n'est-il pas quelque chose de plus lorsqu'il souffle, venant d'une contrée bien-aimée, et qu'avec mille obscurs et mélancoliques soupirs il semble résoudre la muette souffrance en un profond gémissement mélodieux de toute la nature ?" (Henri d'Ofterdingen)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AuroraeLibriAuroraeLibri   10 août 2016
Novalis. Les disciples à Sais
Jean Moncelon

Quant à l'initiation elle-même, on sait qu'elle est fondamentalement une initiation à l'Amour : " Au premier baiser s'épanouira devant toi un monde nouveau et avec lui la vie entrera, en mille rayons, dans ton coeur ravi en extase."

C'est bien cela que Novalis a expérimenté avec la jeune Sophie von Kuhn, et tel est le sens qu'il faut attribuer à ses fiançailles secrètes avec elle : l'initiation est un premier baiser. C'est ainsi que tout "amant de la "Nature" inaugure son pèlerinage vers l'orient. Novalis en donne une illustration dans son conte Hyacinthe et Fleur-de-rose.
Le jeune héros, Hyacinthe, reçoit la visite d'un étranger "qui avait voyagé incroyablement loin". cet étranger est une figure du Maître, mais il n'est pas celui qui doit conférer l'initiation, il est seulement celui à qui il revient de porter l'Appel aux âmes en qui il reconnaît les dispositions à l'initiation. Après trois jours de conversations où l'étranger "parla de pays étrangers, de contrées inconnues, de choses étonnantes et merveilleuses", Hyacinthe répond à cet appel. Naturellement, ces pays étrangers n'appartiennent pas à la géographie physique, ils sont d'Orient, ils forment la "patrie sacrée".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AuroraeLibriAuroraeLibri   10 août 2016
Novalis. Les disciples à Sais
Jean Moncelon

Les premières lignes des Disciples à Sais sont connues:

"Les hommes vont de multiples chemins. Celui qui les suit et qui les compare verra naître des figures qui semblent appartenir à une grande écriture chiffrée qu'il entrevoit partout : sur les ailes, la coquille des oeufs, dans les nuages, dans la neige, dans les cristaux et dans la conformation des roches, sur les eaux qui se prennent en glace, au-dedans et au-dehors des montagnes..."

Lorsque le disciple entre dans la contemplation de la Nature et la connaissance de ses mystères, il s'engage sur le "chemin mystérieux qui va vers l'intérieur" en direction d'une Figure, ou d'une "vierge" , la vierge noble selon l'expression de Jacob Boehme- et d'une "patrie sacrée" qui est l'Orient, conformément aux enseignements du Maître des Disciples à Sais : " Il veut que nous suivions chacun notre propre voie, car toute voie nouvelle traverse de nouvelles contrées et reconduit chacun, à la fin, à ce domicile, à cette patrie sacrée".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AuroraeLibriAuroraeLibri   10 août 2016
Novalis. Les disciples à Sais
Jean Moncelon

Mais aussi, quelles sont les dispositions que requiert l'initiation du poète, de l' "amant de la nature"?

"Une longue, perpétuelle fréquentation, une contemplation libre et artistique, toute l'attention donnée aux moindres signes et aux indices les plus légers, une vie intérieure de poète, des sens exercés, une âme simple et religieuse, telles sont les choses exigées essentiellement d'un amant de la Nature et à défaut desquelles nul n'accomplira son désir."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AuroraeLibriAuroraeLibri   10 août 2016
Novalis. Les disciples à Sais
Jean Moncelon

Ce conte décrit très exactement l'itinéraire qu'empruntent les "chercheurs et les poètes" pour pénétrer les arcanes de la Nature, et pour atteindre l'Orient, le Monde de l'âme, -et le cheminement lui-même, certes marqué du sceau de l'initiation singulière de Novalis à la Fidélité d'Amour, reste identique pour tous les initié qui quitteront un jour leur patrie terrestre pour gagner le lieu de leur seconde naissance, leur paradis -leur "Age d'Or", selon l'expression de Novalis. Cet Orient est donc leur vraie patrie, et lorsqu'ils retournent dans le monde terrestre, en "occident", la nostalgie de ce Monde de l'âme, le désir de cet Orient ne les quittent plus. De là que tout, dans la nature, le leur rappelle -ils sont entrés dans une connaissance intime de la Nature- et spécialement le vent (selon Novalis) :

"Le vent est une émotion de l'air, écrit-il, (...) mais n'est-il pas, pour le coeur solitaire et gonflé de désir infini, n'est-il pas quelque chose de plus lorsqu'il souffle, venant d'une contrée bien-aimée, et qu'avec mille obscurs et mélancoliques soupirs il semble résoudre la muette souffrance en un profond gémissement mélodieux de toute la nature ?" (Henri d'Ofterdingen)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : natureVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il vraiment Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1434 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre