AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2349166155
Éditeur : Don Quichotte éditions (17/10/2013)

Note moyenne : 3.74/5 (sur 19 notes)
Résumé :
36 heures... ou les débordements d'une galerie de rencontres imaginaires ou non, tour à tour drôles, émouvantes, inquiétantes, révoltantes.

Pleure pas, Casanova. Ils débarquent les mains dans les poches, la cigarette au bec et le sourire aux lèvres. Valmont, Casanova, deux faces de la même plaie, dragueurs impénitents, charmeurs impertinents. Mais même chez ces Don Juan, parfois le cœur a ses prisons que la raison ignore… Bon dieu, mon vieux. Je suis ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Bazart
  13 novembre 2013
Agnès Bihl a osé le pari fou d'adapter tout son album en prose, nous offrant alors les 14 chansons transformées en courtes histoires dans un exercice de style littéraire qui est donc sa première experience littéraire, et qui la confirme une fois de plus comme l'une des plumes les plus inventives de la chanson française.
A travers ces nouvelles, toutes rédigées au départ des chansons que l'auteure avait écrites pour le CD du même nom), Agnès Bihl traite des mêmes thématiques que sont souvent sous la forme d'un monologue, d'une confidence ou encore d'un vrai cri du coeur.
Agnès Bihl offre ainsi, comme dans le CD, mais à chaque fois sous un angle différent, un vrai concentré d'histoires où la femme joue un rôle primordial, ces histoires où l'on croise des personnages de tous horizons, au détour d'une sieste crapuleuse, d'une gueule de bois assumée, d'une manif amoureuse, d'une conversation de comptoir...
Bébé dans le ventre de sa maman, mort assistant à ses propres funérailles, couple en mal d'intimité, fêtarde invétérée, Don Juan pris à son propre piège, psychanalyste psychopathe, concierge sans humanité : totalement imaginés ou bien vivants, tous sont différents mais tous ont un lien, évoluant au gré de la plume bien pendue d'Agnès Bihl.
36h vie femme
On voit qu' Agnès Bihl aime tout autant qu'en tant que chanteuse, beaucoup jouer avec les mots (chaque texte commence d'ailleurs par la définition d'un mot en rapport avec la suite) et rehaussant des scènes de la vie quotidienne souvent d'une pointe d'ironie et d'un second degrès bienvenu. Parmi les nouvelles que je préfère et dont la comparaison avec la chanson éponyme m'a semblé la plus pertinente , citons "Le baiser de la concierge" ou l'histoire vraie tragique, mais douce en même temps, de 3 enfants enfermés durant plusieurs mois pendant la seconde guerre mondiale;"Ciné-club" dans lequel l'hommage au cinéma des années 50-60 de la chanson donne ici lieu à une réflexion plus amère sur les rêves de gloire inacessibles d'une actrice qui se voyait star et qui doit se contenter de figurante de pub.
Mais ma préférée est sans doute est "La déprime", drôle et subtile, dans laquelle une jeune femme se confie à un psy (dont le dénouement pourrait faire penser à Confidences trop intimes, un film trop méconnu de Patrice Leconte).
Bref, ce recueil est certes inégal, car certaines de ces nouvelles manquent de souflle et de maitrise, mais l'entreprise est suffisament originale et audacieuse pour ne pas susciter un vif intéret pour ce projet pleinement assumé par Agnès Bihl.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
brigittelascombe
  27 novembre 2013
Avec la gouaille d'une Arletty remise au goût du jour, Agnes Bihl a l'humour mordant pour dépeindre au vitriol des portraits forts de femmes fragiles car surbookées.
Le titre de ses nouvelles caustiques en référence de celui de Stefan Zweig vingt-quatre heures de la vie d'une femme, montre que la femme se démène essayant d'être tout à la fois mère, épouse, amante, mais que l'amour et le bonheur ne sont pas toujours au rendez-vous.
De la femme enceinte, à la déprimée, ou de la femme battue à la grenouille de bénitier, ou de la femme qui boit à la femme infidèle; l'homme souvent présent n'a pas toujours le beau rôle et les sentiments pullulent.
L'argot rend ces femmes proches, leurs réactions sonnent vrai et bouleversent.
Agnes Bihl, auteur et interprête a déjà publié cinq albums de chansons.36 heures de la vie d'une femme (parce que 24 c'est pas assez) est son premier texte en prose.
Commenter  J’apprécie          120
Zazette97
  15 octobre 2013
En librairie dès le 17 octobre prochain, "36 heures de la vie d'une femme" est le premier recueil de nouvelles de l'auteur interprète française Agnès Bihl.

"36 heures de la vie d'une femme" qui a donné son titre au recueil aborde la difficulté d'être une femme plurielle à notre époque et de pouvoir mener de front tous les rôles que lui impose la société (ou qu'elle s'impose à elle-même ?).
"Pleure pas, Casanova" ou l'étrange attirance des femmes envers les bad boys.
Difficile pour un couple de trouver du temps à soi, surtout avec une ado à la maison. Les moments pour "La sieste crapuleuse" sont plutôt rares.
"Bon dieu, mon vieux" ou le lynchage d'un vieil homme à son propre enterrement.
"Les imbéciles", discussion hautement alcoolisée de deux hommes au sujet de leurs épouses.
Un psychanalyste dévoile une méthode radicale et infaillible pour soulager ses patients dans "Toubib or not toubib".
"Le baiser de la concierge" ou l'histoire vraie de 3 enfants enfermés durant plusieurs mois pendant la seconde guerre mondiale.
Dur de faire face à "La déprime". Une jeune femme se confie à un psy. A moins que...?
Et si les nouveaux nés pouvaient parler, que diraient-ils ? Peut-être "La plus belle, c'est ma mère".
Une membre des bénévoles du Bienheureux Calvaire des Foetus Anonymes écrit à Jésus pour lui parler de "La manif" qui se prépare.
"Gueule de bois 2 : le retour" : tout est dans le titre ou presque...
Blandine est infidèle, ragoteuse, égocentrique, menteuse, langue de vipère, vénale. Bref elle a décidément "Tout pour plaire".
"Ciné-club" et les rêves de gloire d'une figurante de pub.
Victimes d'"Insomnie", une mère veille son enfant, un homme lève la main sur sa femme, une adolescente songe au suicide. Ca ira mieux demain (ou pas).
Dans "Faites l'amour, pas la vaisselle", une femme annonce à ses enfants qu'elle est amoureuse et qu'elle quitte leur père pour commencer enfin sa vie de femme.

"36 heures de la vie d'une femme" signe pour moi une double rencontre avec Agnès Bihl puisque la lecture de ce recueil m'aura non seulement permis de la découvrir en tant qu'auteure mais aussi en tant que chanteuse.
Une artiste que je placerais dans le même registre que Juliette, Anaïs ou Rose, des chanteuses dont j'apprécie généralement les textes.
S'agissant de ce recueil, autant le dire tout de suite, ce fut globalement un coup de coeur !
Par globalement, j'entends que si tous les textes m'ont plu, certains se sont davantage détachés du lot comme "Bon dieu, mon vieux", "Insomnie", "Tout pour plaire" et "Faites l'amour, pas la vaisselle".
le moins qu'on puisse dire est qu'Agnès Bihl n'a pas la plume dans sa poche, s'amusant avec les mots (chaque texte commence d'ailleurs par la définition d'un mot en rapport avec la suite) et rehaussant des scènes de la vie quotidienne (pour la plupart) d'un humour très second (voire troisième) degré.

Ma nouvelle préférée fut sans conteste "Bon dieu, mon vieux", un petit bijou d'humour noir.

A travers ces nouvelles (rédigées au départ des chansons que l'auteure avait écrites pour le cd du même nom), Agnès Bihl aborde de nombreux thématiques actuelles comme la peur de l'engagement, l'homosexualité, la maternité, la solitude, le Mouvement Pro Vie, la violence, l'adolescence, le syndrôme de la "super woman", souvent sous la forme d'un monologue, confession ou cri du coeur.

Un recueil à découvrir de toute urgence !
Lien : http://contesdefaits.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
alucine
  14 octobre 2013
Avec ce livre composé de 16 nouvelles, Agnès Bihl signe là un petit chef d'oeuvre très croustillant ! Et si certaines nouvelles m'ont fait pleurer de rire, d'autres je l'avoue choquent et troublent un peu…Mais quel plaisir ! Quel cynisme, quelle cruauté et quelles vérités ! le style d'Agnès Bihl est percutant, franc, direct et riche. Son écriture qui pour certain pourra sans doute paraître inopportune m'a fait l'effet d'une petite bombe ! Un vrai régal !! J'ai pris beaucoup de plaisir à découvrir ces petites nouvelles (certaines très très courtes) qui se parcourent à tout moment de la journée, à volonté et sans restriction.
Avec 36 heures de la vie d'une femme (parce que 24, c'est pas assez), nous avons affaire à toute une palette de personnage aux couleurs très opposées : une célibataire dépressive, un homme au coeur brisé, un couple débordé, le regard cynique d'un trépassé, une alcoolique qui ne retient aucune leçon, une intégriste catholique anti-IVG, une amoureuse… et bien d'autres encore. Il y a les situations grotesques, celles tellement sincères qu'elles touchent un point sensible dans notre petite tête et dans notre petit coeur, d'autres qui peuvent mettre mal à l'aise ou tout simplement faire réfléchir, certaines lourdes de sens… Vous l'aurez compris les émotions sont antinomiques dans ce petit livre mais surtout très bien dépeintes, ironie, peur, amour, joie, crainte, manque de confiance en soi… et toutes les générations sont abordées. Il y en a vraiment pour tous les goûts.
Les petites définitions à chaque début de nouvelles sont irrésistibles, très bien trouvées. Pour exemple :
Couple (n.m), du latin copula : union permettant de se mettre à deux pour affronter les galères que l'on aurait pas eues en demeurant célibataire.
Si j'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce livre, je l'ai encore plus apprécié lorsque j'ai lu le journal de bord de l'écriture de l'auteure – car je ne le savais pas – mais ces nouvelles sont en faite les adaptations littéraires des chansons de son tout dernier album ! (je ne lis jamais les résumés en 4ème de couverture…sinon je l'aurai su car c'est marqué marron sur beige en 3 lignes tout en bas !)
Quelle surprise !
Ben oui puisque je me suis aussitôt connectée à mon compte Deezer j'ai cherché à Agnès Bihl … et BAM !
Voilà une nouvelle découverte pour moi !
En bref : 36 heures de la vie d'une femme (parce que 24, c'est pas assez), un titre qui m'a fait de l'oeil tout de suite car en tant que maman de deux enfants, chef d'entreprise, apprentie auteure et passionnée de lecture, plus tout le reste… j'ai toujours l'impression que les journées sont trop courtes ! Et si je ne me suis pas tout de suite intéressée à la présentation de l'éditeur et bien c'est tant mieux car la découverte aura été d'autant plus jouissive ! Merci Agnès pour ces petites histoires, j'ai tellement souri que j'avais mal aux zygomatiques en refermant ce livre :-)
En bref du bref : À consommer sans modération !
La sortie de ce livre est prévue pour le 17 octobre !!!!!!!!!
Lien : http://www.a-lu-cine.fr/36-h..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
yv1
  06 novembre 2013
Agnès Bihl est chanteuse. Elle vient de sortir son dernier album, qui porte le même long titre que ce recueil de nouvelles. Et puis, elle se dit qu'un album, c'est bien mais qu'un album, plus un livre qui reprend les titres et les thèmes des chansons, c'est encore mieux !
Emballé on l'est dès le titre (référence, est-il besoin de le rappeler à Stefan Zweig), et ça continue du début à la fin. le début, parlons-en : avant chaque départ de nouvelles, Agnès Bihl écrit, en exergue, un mot (ou plusieurs) en rapport avec le thème évoqué et sa (ou leurs) définition(s) réelle(s) et inventée(s). Souvent drôles, comme l'ensemble du livre d'ailleurs. l'auteure oscille entre humour, tendresse, mélancolie, l'amour, la vie, la mort, tous les thèmes sont abordés. Ce qui est vraiment plaisant, c'est le ton général du recueil : Agnès Bihl joue avec les mots, les expressions qu'elle détourne. Les nouvelles ont une chute inattendue et drôle, ou sont une tranche de vie. Elles mettent en scène des gens normaux, des blaireaux, des cons et des pimbêches, des filles seules désespérées de l'être, des dragueurs, des cocu(e)s -tiens, à ce propos, j'ai beaucoup ri en voyant la définition du cocu selon une des héroïnes d'A. Bihl :"Et puis, très honnêtement, un cocu, qu'est-ce-que c'est ? C'est juste un échangiste qui s'ignore, voilà tout." (p.90)-, une femme anti-mariage pour tous, un psy et même un foetus pour la nouvelle la plus tendre, celle dans laquelle A. Bihl prend le moins de distance avec ses personnages, La plus belle, c'est ma mère. D'autres nouvelles sont plus dures, comme Insomnie, ou comment être indifférent à ce qui se passe chez ses voisins ou le baiser de la concierge, très émouvante et révoltante et la violente Bon dieu, mon vieux. En tout 17 nouvelles, en comptant le Journal à bord de l'écriture qui reprend la genèse du livre et des nouvelles menée en même temps que les concerts et la fin de l'album.
Difficile de dire quelles nouvelles ont ma préférence, car au fur et à mesure que je les lisais, je les cochais toutes comme telles. L'écriture de l'auteure, ses ("mauvais") jeux de mots devant lesquels, selon ses principes, elle ne recule jamais -surtout ne cédez pas à la facilité des bons jeux de mots, gardez vos principes, les mauvais sont ceux qui me font le plus rire, l'angle délibérément humoristique qui n'empêche ni la profondeur ni les questionnements, la brièveté des histoires sans frustration d'en quitter les protagonistes, tout me sied, tout me plaît.
Le genre de livre qu'on peut entamer avec le moral un peu bas et qui le remonte illico. le genre de livre qu'on garde pas loin de soi, parce que relire un petite nouvelle de temps en temps, ça ne fait pas de mal, au contraire. Me reste plus maintenant qu'à écouter le disque d'Agnès Bihl, ce que j'ai fait pour La sieste crapuleuse en allant directement sur le site de l'auteure-chanteuse Agnès Bihl

Lien : http://lyvres.over-blog.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (50) Voir plus Ajouter une citation
alucinealucine   14 octobre 2013
Il faut dire qu’avec Yann, on n’avait plus grand-chose en commun. Sauf quelques souvenirs. Et une petite fille. Le réveil a sonné la fin du conte de fées, il était une fois où l’on s’aime plus. Où l’on se perd de vie dans un petit deux-pièces. Ce n’est pas forcément l’enfer, juste la collection automne-hiver du couple. Le vide. Et le grand méchant rien. Alors un jour bien sûr, il faut se séparer. Mais il reste quand même un cœur à réparer. Depuis il vit sa vie, moi je refais la mienne ou plutôt je la rafistole avec les moyens du bord. Aujourd’hui, bonne nouvelle, ça ne m’empêche plus de dormir. Je rêve juste un peu moins. Ça me servira de leçon, c’est vrai que Yann m’a tout appris. Surtout la solitude. J’ai souvent pris des cours du soir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
infiniinfini   23 novembre 2013
C'est assez édifiant,je viens de passer ma matinée à surfer sur le net pour me fader les discours des intégriste catholiques....ils font froid dans le dos,c'est l'ascenseur pour les fachos.
Avec leurs commandos anti-IVG,leurs leçon de morale et leur homophobie,je les trouve vomitifs.Abjects.Dégueulasses.Et je pèse mes gros mots.
En ce qui me concerne,je reste sur mes gardes.
Dieu a choisi de faire de moi une athée
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
BazartBazart   02 novembre 2013
Il ne faut pas pleurer, je meurs en bonne santé et je suis à présent en paix avec le monde.
Je ne vous dis pas adieu, je vous dis au revoir car vous n'êtes plus tout jeunes et plutôt gros fumeurs,
Votre fille qui vous aime plus que sa propre vie.
Commenter  J’apprécie          70
OrpheaOrphea   23 février 2014
Mon verre est vide, hélas, et j'ai bu tous les litres...
Tiens, un alexandrin plus ou moins mal armé. La classe.
Commenter  J’apprécie          152
alucinealucine   14 octobre 2013
[…] C’est drôle. Maintenant, ta bouche en cul-de-poule n’est plus qu’une flaque d’eau tiède. Ton rouge à lèvres est rose comme le papier cul, c’est moche mais ça te va bien. Dire qu’on tue les baleines pour maquiller les thons. J’aime assez l’ironie, décidément la veuve est l’avenir de l’homme.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Agnès Bihl (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Agnès Bihl
Agnès Bihl parle de "La vie rêvée des autres" Partie 2
autres livres classés : cynismeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Musique et littérature

Quel grand philosophe des Lumières s'est essayé à la musique, sans succès ?

Voltaire
Jean-Jacques Rousseau
Denis Diderot
D'Alembert

10 questions
258 lecteurs ont répondu
Thèmes : musiqueCréer un quiz sur ce livre